Afrique du Sud : passage de pouvoir sur fond de crise

1- L’Afrique du Sud élit son nouveau président après la démission de Mbeki
Le 2e président noir d’Afrique du Sud Thabo Mbeki, contraint à la démission, cédait la place jeudi au modéré Kgalema Motlanthe, qui aura la difficile tâche d’apaiser les dissensions au sein du parti au pouvoir avant les élections générales de 2009.

Une minute après minuit, le mandat de Thabo Mbeki, au pouvoir depuis 1999, a pris fin. L’Assemblée nationale, où le Congrès national africain (ANC) dispose de plus de 2/3 des sièges, doit élire son successeur à 11H (9H GMT).
Kgalema Motlanthe, le n° 2 de l’ANC désigné lundi par le groupe parlementaire du parti, doit prêter serment à 14H30 à la résidence présidentielle du Cap, la capitale parlementaire du sud-ouest, Tuynhuis.
Il formera très rapidement son gouvernement, où le populaire ministre des Finances Trevor Manuel, artisan de la croissance soutenue en Afrique du Sud, devrait siéger.

L’ANC a retiré samedi sa confiance au président Mbeki, victime de luttes intestines et soupçonné d’avoir instrumentalisé la justice pour écarter son rival, le populaire Jacob Zuma.
Depuis, l’Afrique du Sud est plongée dans une crise sans précédent depuis la chute de l’apartheid en 1994.

Très vite, les événements se … Lire la suite