Hamas – Fatah : peu d’espoirs de réconciliation

1- Des clefs pour comprendre
L’Autorité palestinienne n’est pas reconnue par 2 mouvements islamistes notoires : le Hamas (Mouvement de la résistance islamique) et le Djihad islamique.
Le Hamas avait remporté les législatives en janvier 2006. Après 16 mois de cohabitation houleuse au pouvoir avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, il s’est emparé de la bande de Gaza par la force en mettant en déroute les services de sécurité de M. Abbas. C’était en juin 2007.
Gaza avait été évacuée en 2005 par Israël après 38 ans d’occupation.

La Syrie accueille la direction en exil du Hamas, et l’Iran apporte son soutien au Hamas et au Djihad islamique. Le Hezbollah chiite, basé au Liban, apporte aussi son soutien au Hamas.
Le Jihad islamique est considéré comme un des mouvements palestiniens les plus extrémistes et son aile armée a revendiqué l’essentiel des attentats suicide des dernières années contre Israël.
Le Hamas, le Jihad islamique, ainsi que d’autre mouvements extrémistes, tirent régulièrement des roquettes en direction d’Israël.

Si l’Autorité palestinienne, dont le parti au pouvoir est le Fatah, négocie avec Israël sur les conditions nécessaires à la paix, les deux mouvements islamistes rejettent catégoriquement toute négociation et appellent à la … Lire la suite

Birmanie : aucun progrès de la junte

1- Quelques clefs pour comprendre
La Birmanie est gouvernée par des juntes successives depuis 1962.
C’est l’un des pays les plus pauvres au monde : sa population vit dans la pauvreté alors que la junte au pouvoir s’enrichit grâce notamment aux réserves de gaz du pays.

La junte militaire actuelle a pris le pouvoir en 1988, après avoir écrasé un mouvement démocratique, faisant quelque 3.000 morts selon certaines estimations.
Les dernières élections démocratiques remontent à 1990, mais les dirigeants birmans en ont refusé les résultats après le raz-de-marée obtenu par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi.
Depuis, Aung San Suu Kyi, 63 ans, Prix Nobel de la Paix, a passé plus de 13 ans des 19 dernières années en détention, dont les 6 dernières assignée à résidence, sans procès. Elle était censée être libérée fin mai.

Selon un enquêteur des Nations unies qui a visité en février ce pays reclus, il y a aujourd’hui plus de 2.100 prisonniers politiques, dont plusieurs dizaines ont été condamnés récemment à de lourdes peines pour avoir participé aux grandes manifestations de septembre 2007, conduites par des moines bouddhistes et réprimées par les autorités. Les manifestations avaient débuté en août … Lire la suite

Birmanie : une population en souffrance

1- Quelques clefs pour comprendre
La Birmanie est gouvernée par des juntes successives depuis 1962.
C’est l’un des pays les plus pauvres au monde : sa population vit dans la pauvreté alors que la junte au pouvoir s’enrichit grâce notamment aux réserves de gaz du pays.

La junte militaire actuelle a pris le pouvoir en 1988, après avoir écrasé un mouvement démocratique, faisant quelque 3.000 morts selon certaines estimations.
Les dernières élections démocratiques remontent à 1990, mais les dirigeants birmans en ont refusé les résultats après le raz-de-marée obtenu par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) d’Aung San Suu Kyi.
Depuis, Aung San Suu Kyi, 63 ans, Prix Nobel de la Paix, a passé plus de 13 ans des 19 dernières années en détention, dont les 6 dernières assignée à résidence, sans procès.

Selon un enquêteur des Nations unies qui a visité en février ce pays reclus, il y a aujourd’hui plus de 2.100 prisonniers politiques, dont plusieurs dizaines ont été condamnés récemment à de lourdes peines pour avoir participé aux grandes manifestations de septembre 2007, conduites par des moines bouddhistes et réprimées par les autorités. Les manifestations avaient débuté en août pour protester contre l’augmentation massive des prix … Lire la suite