Al Qaïda menace le Yémen

Yemen1- Quelques clefs pour comprendre
Le Yémen, pays du sud de la péninsule arabique, doit surmonter de nombreux défis :
–    la guerre fait rage avec la rébellion chiite du nord.
–    un regain d’instabilité est observé depuis plusieurs mois dans le sud du pays, où les aspirations séparatistes demeurent fortes, près de 20 ans après la réunification entre le nord et le sud.
–    le pays est en proie à une forte pauvreté, qui alimente le radicalisme islamique et les rangs d’Al Qaïda, représentée dans ce pays par “Al-Qaïda dans la péninsule arabique” (AQPA), renforcée en janvier 2009 par la fusion des branches yéménite et saoudienne d’Al-Qaïda. AQPA est surtout présente dans l’est du pays et a multiplié les attentats depuis un an.


2- Le Yémen inquiète l’Occident, mais s’engage à ses côtés

La communauté internationale s’est portée mercredi au chevet du Yémen, l’un des pays les plus pauvres du monde, menacé par un radicalisme islamique qui risque de déstabiliser toute la péninsule arabique.
Une réunion a rassemblé à Londres des représentants du G8, de l’Onu, de l’Union européenne, du FMI et de la Banque mondiale, ainsi que des pays de la région comme l’Egypte, la Jordanie et la … Lire la suite

Egypte : les montagnes d’ordures liées à l’abattage des porcs, un « scandale national »

LE CAIRE, 27 janvier 2010 (IRIN) – La décision du gouvernement égyptien d’abattre les 300 000 porcs du pays en mai 2009 est de plus en plus considérée comme une grossière erreur par les experts et les responsables. En effet, depuis que les porcs ne sont plus là pour les manger, les déchets organiques s’accumulent dans les rues du Caire et posent de sérieux risques pour la santé.

L’abattage des porcs, qui a duré un mois, avait officiellement pour but d’enrayer la propagation de la grippe H1N1, mais le gouvernement a dit par la suite qu’il s’agissait d’une simple mesure générale de santé publique.
Selon l’organisation non gouvernementale (ONG) locale Association for the Protection of the Environment, l’abattage des porcs a affecté le gagne-pain de 70 000 anciens éleveurs porcins et collecteurs d’ordures informels et leur famille dans la région du Caire.

Récemment, au cours d’une session parlementaire houleuse, le gouverneur du Caire, Abdel Azim Wazir, a qualifié la décision d’abattre les porcs d’« erreur ». Le législateur Hamdy el-Sayed, président du Syndicat des médecins, a quant à lui parlé de « scandale national ».
« Nos rues sont pleines d’ordures. C’est catastrophique », a-t-il dit.
« La décision de … Lire la suite