Somalie : Al-Qaïda l’emporte

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991. Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (“les jeunes” en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a rejoint le … Lire la suite

Les Somaliens souffrent de plus en plus

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991.
Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (“les jeunes” en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a rejoint le … Lire la suite

Coup de filet européen contre une mafia géorgienne : 69 interpellations

MADRID (AFP) – Une opération policière coordonnée dans six pays européens contre une organisation mafieuse géorgienne a débouché lundi sur 69 interpellations, portant un “rude coup” selon le parquet suisse à cette structure internationale spécialisée notamment dans le vol et l’extorsion.
Sur les 69 personnes interpellées, 24 l’ont été en Espagne, d’où était dirigée cette organisation mafieuse, onze en Suisse, trois en France, ont indiqué les autorités de ces pays.

Le parquet espagnol anticorruption qui a coordonné le coup de filet au niveau européen, a qualifié cette opération “d’importante”.
L’opération policière “Java” a également été menée simultanément en Allemagne, en Autriche et en Italie. Mais le détail des interpellations dans ces pays n’était pas connu lundi en fin d’après-midi.
Les suspects encourent, selon les cas, des poursuites pour trafic de drogue ou d’armes, blanchiment d’argent, association de malfaiteurs, extorsion, voire projet d’assassinat, a indiqué à l’AFP une source judiciaire espagnole.

Il s’agit principalement de ressortissants géorgiens et russes, selon la Radio nationale d’Espagne (RNE).
Le parquet suisse a décrit cette organisation mafieuse comme étant “parfaitement structurée et fortement hiérarchisée, dirigée depuis l’Espagne et active principalement dans le vol, le vol par effraction et le recel”.
“L’arrestation des têtes de l’organisation … Lire la suite

Législatives en Colombie : l’ombre des paramilitaires plane sur le Congrès

BOGOTA (AFP) – L’ombre des paramilitaires, responsables de dizaines de milliers de morts ces vingt dernières années en Colombie, planait lundi sur le Congrès colombien où, au lendemain des élections législatives, au moins 25 sièges revenaient à des proches de ces milices d’extrême droite.
“Le pays n’a pas puni les héritiers des +parapolitiques+”, titrait un article d’un des plus grands quotidiens colombiens, El Tiempo, en référence à l’expression consacrée pour qualifier les élus ayant des liens avec les milices.

Selon des résultats partiels du vote au Sénat, portant sur plus de 90% des suffrages, les Colombiens ont renouvelé leur confiance aux partis de la droite classique qui dominait la précédente assemblée, avec en tête le Parti social d’unité nationale et le Parti conservateur qui obtiendraient 50 sièges sur 102.
Mais ils ont également choisi pour le Sénat au moins 25 candidats poursuivis pour leurs liens avec les paramilitaires, ou apparentés à des personnes poursuivies pour ces liens, selon l’ONG Fundacion Nuevo Arco Iris, spécialiste du conflit colombien et des paramilitaires.

Une fois publiés les résultats pour la Chambre des représentants, ce nombre devrait encore augmenter, selon l’ONG Transparencia por Colombia, qui a identifié pour les deux chambres 35 élus concernés.… Lire la suite

Brésil : la statue du Christ de Rio sert à protester contre la perte de redevances du pétrole

RIO DE JANEIRO (AFP) – Le gouvernement de l’Etat de Rio a installé une immense affiche publicitaire sur la célèbre statue du Christ du Corcovado pour protester contre la perte de redevances du pétrole qui pourrait affecter l’organisation des JO 2016 et du Mondial de football 2014.
Ces redevances rapportent quatre milliards de dollars par an aux 90 municipalités locales de l’Etat de Rio de Janeiro.

“Contre la lâcheté, pour la défense de Rio”, peut-on lire sur l’affiche — où figure le logo du gouvernement — suspendue dimanche par des alpinistes sur l’imposante statue aux bras ouvert qui surplombe la ville du haut de la colline du Corcovado, symbole de Rio.
C’est le coup d’envoi d’un mouvement lancé par le gouverneur Sergio Cabral, décidé à se battre contre un amendement adopté la semaine dernière à la Chambre des députés, et qui réduit les recettes de l’Etat de Rio, premier producteur de pétrole et de gaz du pays, au profit d’autres Etats du Brésil.

L’amendement, qui doit donné lieu à de nouvelles discussions à la Chambre puis au Sénat, porte préjudice aux deux grands événements sportifs qui auront lieu à Rio ces six prochaines années, selon le gouverneur.
“Cet amendement est … Lire la suite

Art et islam : l’Europe au coeur d’un choc culturel ?

AP – Michael Weissenstein
Des caricatures de Mahomet dans un quotidien danois en 2005 à celle, en 2007, du dessinateur suédois Lars Vilks, depuis menacé de mort, plusieurs artistes européens ont ces dernières années tourné en dérision l’islam, invoquant la liberté d’expression. Ces oeuvres n’en sont pas moins vécues par une partie des musulmans d’Europe comme une provocation, entretenue par les récents débats en Suisse ou en France sur la place de l’islam.

En France, la commission parlementaire chargée d’une réflexion sur la burqa a récemment préconisé le vote d’une disposition législative interdisant le voile intégral dans les services publics, sans étendre cette préconisation à tout l’espace public. En décembre, une grande majorité d’électeurs suisses a voté en faveur d’une initiative populaire interdisant la construction de nouveaux minarets. Cette décision a entraîné des manifestations, qui sont restées pacifiques.
Les œuvres d’artistes néerlandais et nordiques ont, elles, donné lieu à des réactions plus extrêmes, dans des pays ayant une longue tradition d’homogénéité sociale et de provocation artistique, mais une moindre expérience de l’immigration.

Au nom de la liberté d’expression, l’artiste suédois Lars Vilks a représenté en 2007 le prophète Mohammed avec un corps de chien, devenant la cible d’un projet d’assassinat … Lire la suite

Corée du Nord : le Rapporteur spécial dénonce des violations endémiques des droits de l’homme

Le Rapporteur spécial de l’ONU pour la République populaire démocratiques de Corée, Vitit Muntarbhorn, a une nouvelle fois déploré les violations récurrentes des droits de l’homme dans le pays, lors de la présentation lundi de son rapport devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.
« Le défi de l’ONU est de protéger la population de la violence et des violations latentes, manifestes et criantes qui ont perduré de manière systématique depuis si longtemps », a souligné M. Muntarbhorn.

Il a dénoncé des abus à l’encontre de la population qui ont augmenté de manière endémique ces six dernières années. Non seulement les autorités nord-coréennes ne sont pas en mesure de satisfaire les besoins de base de la population, mais le pouvoir a également empêché les Nord-coréens de cultiver leur propre lopin de terre pour se nourrir en faisant fermer des petites fermes et des marchés, a-t-il souligné.

Les autorités ont également réévalué le cours de leur monnaie ce qui a provoqué une inflation considérable des prix des denrées alimentaires et encore davantage affecté les populations. M. Muntarbhorn a exhorté les autorités à venir en aide aux populations vulnérables et à assurer un accès à l’alimentation et aux autres besoins … Lire la suite

RDC : États-Unis et Nations Unies accusent les forces armées de « crimes contre l’humanité »

NAIROBI, 15 mars 2010 (IRIN) – Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont en bonne partie responsables d’une épidémie de violences sexuelles dans l’est du pays, selon des rapports des États-Unis et des Nations Unies. Ces rapports détaillent les crimes de guerre et les crimes potentiels contre l’humanité commis par divers groupes en RDC.

Les FARDC tentent de mettre en déroute les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les rebelles ougandais de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la région du Kivu et de la province Orientale, dans l’est du Congo. Leurs opérations ont cependant été critiquées à cause de l’impact qu’elles ont sur les civils.

« Les groupes armés tels que la LRA et les FDLR commettent des atrocités qui constituent de graves violations de la loi humanitaire internationale et même, dans certains cas, des crimes contre l’humanité », selon des experts des Nations Unies.
« Dans le Nord-Kivu, une organisation d’aide aux victimes de violences sexuelles a enregistré 3 106 cas entre janvier et juillet 2009 ; la moitié d’entre eux sont le fait de membres des FARDC », a indiqué un groupe de sept experts des Nations Unies dans son … Lire la suite

Afghanistan : campagne de vaccination contre la polio pour près de huit millions d’enfants

Les agences des Nations Unies et le ministère afghan de la Santé ont lancé dimanche une campagne de trois jours visant à vacciner 7,7 millions d’enfants de moins de cinq ans contre la poliomyélite.
L’Afghanistan est l’un des quatre pays, avec l’Inde, le Pakistan et le Nigeria, où la maladie hautement infectieuse qui peut laisser des patients totalement paralysés est encore endémique.

Cette campagne est la deuxième lancée cette année par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le ministère afghan de la Santé, et s’appuie sur une série de journées nationales de vaccination et de programmes de vaccination qui se sont déroulés l’an dernier.
Parallèlement, l’OMS renforce ses stocks en fournitures médicales dans la province méridionale de Kandahar, en prévision d’une détérioration de la sécurité et de déplacements possibles de population, a déclaré aujourd’hui Nilab Mobarez de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

L’agence a pré-positionné suffisamment de provisions pour couvrir les besoins essentiels en matière de santé de 80.000 personnes pendant trois mois.
L’ONU continue également de surveiller la situation dans la province voisine de Helmand, après les opérations militaires qui y ont récemment été menées, et … Lire la suite

Des multinationales pensent à fuir la corruption russe

Reuters – Michael Stott
La corruption a pris de telles proportions en Russie que plusieurs multinationales occidentales envisagent de se retirer du pays, estime la directrice de l’organisation à but non lucratif Trace International, qui conseille les compagnies étrangères sur le sujet.
Pour Alexandra Wrage, cette corruption “endémique effrénée” est l’une des pires parmi les grandes économies émergentes.

“Ma recommandation est la suivante: peut-être devriez-vous renoncer à faire des affaires en Russie. Je suis plus optimiste au sujet du Nigeria que de la Russie”, a-t-elle dit à Reuters.
La Russie se trouve au 146e rang du classement établi par Transparency International, qui porte sur 180 pays. L’organisation non gouvernementale évalue les sommes détournées à 300 milliards de dollars par an.
“Beaucoup de discussions (avec les entreprises) en Russie portent sur la question: ‘Pouvons-nous rester ici ?'”, a expliqué Alexandra Wrage lors d’une visite à Moscou où elle animait un séminaire réunissant une centaine de sociétés, la plupart occidentales, la semaine dernière.

“Les entreprises craignent le département américain de la Justice et le SFO (Serious Fraud Office) britannique (…), et plus d’une parle de se retirer”, a-t-elle dit.
Elle a refusé de fournir de noms d’entreprise, mais le géant suédois de … Lire la suite

Le Sipri dénonce “une course aux armements” dans des pays pourtant pauvres

STOCKHOLM (AFP) – Une course aux armements a opposé ces cinq dernières années des pays pourtant pauvres où l’argent consacré à l’achat d’armes, avions de combat en tête, aurait pu être utilisé à meilleur escient, constate lundi l’Institut international de recherche pour la paix (Sipri).
Dans son rapport annuel sur le commerce des armements portant sur la période 2005-2009, l’Institut basé à Stockholm souligne également qu’au niveau planétaire, les ventes d’armes ont été supérieures de 22% à ce qu’elles ont été en 2000-2004.

A l’échelle mondiale toujours, “les avions de combat ont représenté 27% du volume total de transferts d’armes” sur la période étudiée.
“Les commandes et les livraisons de ces armes potentiellement déstabilisantes ont conduit à une course aux armements dans des régions où règne la tension: Proche-Orient, Afrique du nord, Amérique du sud, Asie du sud et Asie du sud-est”, note le Sipri.

Selon le responsable de l’enquête, Paul Holtom, au cours des cinq années passées “les Etats riches en ressources naturelles ont acheté des quantités considérables d’avions de combat à prix élevé. Les pays voisins ont réagi à ces acquisitions en passant commandes à leur tour”.
“On peut s’interroger sur le bien fondé d’une telle allocation de … Lire la suite