Tchad : taux de malnutrition en hausse dans l’ouest

Les taux de malnutrition ont augmenté dans l’ouest du Tchad, dans la région de Kanem, où les pluies tardives ont provoqué des pénuries alimentaires sévères. La situation a été exacerbée par le fait que les communautés locales ont un accès très limité aux soins de santé de base et à l’eau salubre, s’inquiète le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Adam Abdulai vient tout juste d’avoir un an. Pourtant, il peut à peine bouger, et encore moins se mettre debout et marcher. Adam et une dizaine d’autres enfants émaciés sont couchés sur des matelas dans le centre d’alimentation de Mao, dans l’ouest du Tchad, sous le regard inquiet et impuissant de leurs mères et de leurs grand-mères.

« Quand j’étais enceinte, nous n’avions pas beaucoup de nourriture. Je mangeais de la boule de mil une ou deux fois par jour pendant ma grossesse, » raconte Hawa, la mère d’Adam. « Après l’accouchement, je suis tombée très malade et j’ai perdu toutes mes forces. Je ne pouvais pas l’allaiter correctement. Au centre, nous avons appris l’importance de l’allaitement au sein, » ajoute-t-elle.
Hawa reçoit du lait thérapeutique au centre soutenu par l’UNICEF, ce qui lui permet de nourrir Adam une … Lire la suite

Mozambique : après les inondations

JOHANNESBOURG, 26 mars 2010 (IRIN) – Aujourd’hui, alors que le gros des inondations est passé, les communautés qui vivent le long des grands fleuves mozambicains se trouvent confrontées à d’autres difficultés graves : des milliers de personnes sont déplacées et l’accès aux vivres et à l’eau potable est limité.
Les cours d’eau du centre et du nord du Mozambique, en crue, ont atteint le niveau d’alerte rouge (juste inférieur à la déclaration de catastrophe) après plusieurs semaines de pluies torrentielles dans la région et en Zambie et au Zimbabwe voisins.

Le 23 mars, un bulletin hydrologique de la Direction nationale des eaux annonçait que « dans les 24 prochaines heures … on continuerait d’observer », dans les bassins du Zambèze et du Pungue, dans le centre du Mozambique, et dans le bassin du Messalo, dans le nord, « un niveau des eaux plus faible ». Le Conseil des ministres du Mozambique a baissé le niveau d’alerte à l’orange.

Si les mesures d’intervention adoptées pour faire face aux crues prendront progressivement fin, d’après Leila Pakkala, représentante du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et responsable de coordonner l’Equipe humanitaire nationale, « bon nombre des zones [touchées] sont déjà frappées par … Lire la suite

Le Laos accorde un bref accès diplomatique aux Hmongs rapatriés de Thaïlande

HANOI (AFP) – Le gouvernement laotien a donné vendredi à des diplomates et agences des Nations unies un bref accès à un village abritant des Hmongs rapatriés de Thaïlande fin décembre.
Pour tenter d’apaiser les inquiétudes internationales sur le sort des membres de cette ethnie d’Asie du Sud-Est expulsés de Thaïlande entre Noël et le jour de l’An, Vientiane a organisé, sous étroite surveillance, un déplacement par hélicoptère au village de Phonkham, dans la province centrale de Bolikhamsay.

Bangkok, sourde aux protestations du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), s’était attirée une salve de critiques en procédant à l’expulsion. Quelque 4.500 Hmongs vivant dans des camps frontaliers avaient été renvoyés de l’autre côté du Mékong à bord d’autobus.
Certains Hmongs s’étaient ralliés aux Américains contre les communistes pendant la guerre du Vietnam, lorsque le conflit s’était étendu aux pays voisins. Beaucoup ont ensuite fui le régime communiste de Vientiane, au pouvoir depuis 1975, et redoutent encore d’être maltraités au Laos.

Le HCR avait donné le statut de réfugié à 158 des Hmongs expulsés. Mais il n’avait pu se pencher sur le cas des autres: la Thaïlande lui avait refusé leur accès.
Bangkok et Vientiane affirment que les milliers de … Lire la suite

Venezuela : Hugo Chavez a des problèmes avec la démocratie

1- Rappel du contexte
Hugo Chavez, président socialiste, a été élu fin 1998, réélu en 2000 et en 2006 à la tête du Vénezuela.
Depuis que l’opposition a boycotté les élections législatives de 2005, le pouvoir contrôle la quasi-totalité du Parlement, des alliés de Chavez sont venus remplir les rangs de la Cour suprême, selon ses détracteurs, qui accusent aussi le Conseil national électoral d’être à la botte du président.
Et de nombreux éléments montrent que le gouvernement cherche à faire taire toute opposition.
Or, des élections législatives se tiendront en septembre.

La popularité de Chavez est mise à mal par de nombreux éléments :
–    une grave crise énergétique
–    une intense campagne de nationalisation
–    sa mainmise sur les médias
–    une grave insécurité
–    le Venezuela est une plaque tournante du trafic de drogue, notamment de la cocaïne, en provenance de Colombie et à destination des Etats-Unis et de l’Europe.


2- Le propriétaire de la seule chaîne de TV d’opposition arrêté

Le propriétaire de la seule chaîne de télévision anti-Chavez, Globovision, a été arrêté jeudi, ce qui a relancé l’inquiétude auprès des militants des droits de l’Homme dans le pays.
Le mandat d’arrêt a été émis à … Lire la suite