Mexique : désespoir face aux cartels de la drogue

1- Des clefs pour comprendre
Dans le nord du Mexique la guerre de la drogue fait rage. Meurtres, extorsions et enlèvements sont quotidiens. La frontière mexicaine des Etats-Unis concentre les affrontements entre les cartels pour l’acheminement de la drogue vers le marché américain, premier client mondial de la cocaïne.
Les USA sont aussi un grand consommateur de marijuana et de substances synthétiques.
Le Mexique est également producteur d’héroïne, 18 tonnes en 2008 pour une récolte de 6.900 tonnes de pavot, selon les autorités des deux pays.

La « guerre des cartels » au Mexique met aux prises sept grands groupes de trafiquants de drogue à travers le pays.
Le trafic de drogue génère 40 milliards de dollars par an à destination des Etats-Unis.
Parmi les plus importants cartels, celui du Golfe contrôle le nord-est du Mexique, Reynosa et Matamoros, tandis que les Zetas tiennent la capitale, Ciudad Victoria, et Nuevo Laredo.

Le président Felipe Calderon est arrivé au pouvoir fin 2006 et a déployé près de 50.000 militaires à travers le pays pour lutter contre les cartels. Résultat, les policiers meurent par dizaines, des milliers de suspects ont été placés en détention, des dizaines de baron de la drogue ont … Lire la suite

AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, nous n’oublions pas le reste du monde…

Jeudi 26 mai 2011 – Syrie : l’opposition tend la main à l’armée, appelle à manifester vendredi
Les militants pro-démocratie en Syrie ont tendu la main à l’armée avant une nouvelle journée de protestations vendredi, appelant les soldats à rallier leur mouvement de contestation du régime.
Depuis le début de la contestation du régime du président Bachar al-Assad le 15 mars, les protestataires anti-régime ont appelé à des manifestations tous les vendredis, après la prière hebdomadaire.

Les commandants de l’armée sont très fidèles au régime de M. Assad et sont pour la plupart, comme le chef de l’État, issus de la communauté musulmane alaouite, une branche du chiisme.
Selon des groupes des droits de l’Homme, plus de 1.000 personnes ont été tuées et quelque 10.000 arrêtées dans la répression des manifestations.

Le gouvernement impute les violences -sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir du président Assad qui a succédé à son père Hafez en 2000- à des « bandes terroristes armées » soutenues par des islamistes et des agitateurs étrangers.
Les journalistes étrangers sont interdits de se déplacer dans le pays pour couvrir … Lire la suite