Syrie : la guerre sans fin

 

 

En Syrie la guerre devrait se poursuivre encore longtemps, car le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, est résolu à poursuivre son offensive contre une importante milice kurde considérée comme une menace par la Turquie.

Dimanche, l’armée turque aidée de rebelles syriens a remporté une importante victoire contre cette milice en prenant Afrine, ville du nord-ouest syrien et proche de la Turquie.

Le président turc est déterminé à poursuivre son offensive jusqu’à Minbej, au nord de la Syrie, où sont stationnées des troupes américaines.

Les Etats-Unis ont donc mis en garde Ankara, leur allié au sein de l’Otan, et exprimé « leur grave et croissante préoccupation ».

Erdogan promet « une destruction totale », fâché de l’autonomie acquise pendant la guerre contre Daech par les Kurdes de Syrie dans de vastes territoires proches de la frontière turque.

 

Sur le plan humanitaire, la situation est catastrophique. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, quelque 250 000 civils ont fui les violences à Afrine et des dizaines d’autres ont été tués, ainsi qu’environ 1 500 combattants kurdes. La crainte d’un nettoyage ethnique de la part de la Turquie est réelle.

Selon le Fonds des nations unies pour l’enfance, environ … Lire la suite

Turquie : le coup d’État raté permet d’entrer en dictature

 

 

En Turquie, un coup d’État en chasse un autre.

Le président turc islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a de la chance : sans le putsch raté de juillet 2016, il n’aurait pas trouvé d’excuse à ce qu’il se passe actuellement : ni plus ni moins que la mise en place de la dictature.

On ne sait pas si le coup d’État était une mise en scène il y a un an et demi, mais la pièce qui se joue actuellement en Turquie est dénoncée par l’ONU dans un rapport : état d’urgence prolongé indéfiniment, et violations massives des droits de l’homme.

Torture de détenus, ingérence dans les affaires de la justice, répression de toute critique vis-à-vis du gouvernement,

Au total, ce sont 160.000 personnes qui ont été arrêtées ces 18 derniers mois en Turquie et 150.000 fonctionnaires renvoyés dans des secteurs comme l’armée, la police ou encore l’enseignement. Quelque 130 organes de presse ont été fermés et environ 160 journalistes ont été emprisonnés, d’après l’Association des journalistes.

Le document de l’ONU parle aussi de violations des droits de l’homme “massives” par les forces de l’ordre dans le sud-est de la Turquie, région à majorité kurde : meurtres, torture, usage … Lire la suite