Journal du 6 juillet 2018

 

Syrie : le régime et les rebelles annoncent un accord dans le sud

Le gouvernement syrien et les rebelles du sud de la Syrie sont parvenus à un accord pour mettre fin à l’offensive dévastatrice que menait le régime depuis le 19 juin dans la province de Deraa, “berceau” de la révolte anti-Assad.

 

Cet accord a été obtenu au bout de longues négociations entre Russes –alliés au régime– et factions rebelles, au lendemain d’un déluge de feu qui avait contraint les insurgés à reprendre les pourparlers.

 

L’accord prévoit l'”entrée en vigueur d’un cessez-le-feu et la remise par les groupes terroristes de leurs armes lourdes et moyennes dans toutes les villes et localités”.

Ceux “qui refusent ce règlement partiront pour (la province d’)Idleb avec leurs familles”.

 

D’autre part, les déplacés pourront revenir chez eux.

L’offensive militaire du régime a fait au moins 325.000 déplacés.

Jeudi, la Russie avait empêché l’adoption d’une déclaration de l’ONU centrée sur l’aide humanitaire aux populations de Deraa.

 

En vertu de l’accord conclu vendredi soir, les institutions de l’Etat reprendront leur travail dans la région et “l’Etat syrien prendra le contrôle de toutes les positions aux mains des rebelles le long de … Lire la suite

Journal du 5 juillet 2018

 

Soutien de diplomates à un village palestinien qu’Israël veut détruire

Des diplomates européens ont apporté jeudi leur soutien aux habitants d’un village bédouin palestinien de Cisjordanie occupée dont Israël a annoncé la destruction, selon un journaliste de l’AFP.

 

Les consuls généraux de France, de Suède, de Belgique, d’Italie, d’Irlande, de Suisse, de Finlande, d’Espagne et le représentant de l’Union européenne en Israël se sont rendus à Khan al-Ahmar, village de 173 habitants situé à l’est de Jérusalem près de plusieurs colonies israéliennes.

 

Ils ont demandé l’autorisation de visiter l’école, financée par plusieurs pays européens, mais la police israélienne leur en a refusé l’accès.

Le consul général de France à Jérusalem, Pierre Cochard, a déclaré :

 

“C’est une violation très claire de la 4e convention de Genève qui détermine les obligations des puissances occupantes dans les territoires occupés”

“Cette décision complique un peu plus et de façon significative la recherche de la paix et d’une paix fondée sur deux Etats” israélien et palestinien.

 

L’armée israélienne avait présenté mardi un ordre d’expulsion aux habitants de Khan al-Ahmar.

Jeudi, des bulldozers aplanissaient le sol rocailleux pour élargir le chemin d’accès à ce village, où des affrontements avaient … Lire la suite

Journal du 4 juillet 2018

 

 

Les Rohingyas fuient toujours la violence en Birmanie selon l’Onu

Les Rohingyas continuent de fuir l’Etat de Rakhine, en Birmanie, pour se réfugier au Bangladesh où 11.432 d’entre eux sont arrivés depuis le début de l’année, a déclaré mercredi le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein.

 

Dans un discours à Genève devant le Conseil des droits de l’homme de l’Onu, il a précisé que beaucoup de réfugiés rohingyas faisaient état de violences, de persécutions et d’assassinats visant cette minorité musulmane en Birmanie.

 

Plus de 700.000 Rohingyas ont fui l’Etat de Rakhine (Arakan) à la suite de la répression par les soldats birmans d’un mouvement insurrectionnel lancé le 25 août dernier par un groupe armé musulman contre des postes de l’armée et de la police birmane.

 

Les Nations unies et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme disent avoir recueilli des preuves d’importantes violations des droits de l’homme commises par l’armée birmane contre les Rohingyas.

 

La Birmanie rejette ces accusations.

Les autorités birmanes et bangladaises ont signé en janvier un accord portant sur le retour volontaire en Birmanie des réfugiés, opération qui doit s’étaler sur deux ans.

 … Lire la suite

Journal du 3 juillet 2018

 

Un fils d’Abou Bakr al Baghdadi, calife de l’EI, tué à Homs

L’un des fils d’Abou Bakr al Baghdadi, “calife” de l’Etat islamique (EI), a été tué à Homs, en Syrie, annonce mardi la chaîne d’information du mouvement djihadiste.

 

Source : Reuters

 

 

Embarras diplomatique pour l’Iran en pleine visite de Rohani en Europe

Le président iranien Hassan Rohani, en quête de garanties pour maintenir l’accord sur le nucléaire, est attendu en Autriche mercredi alors qu’un diplomate iranien en poste à Vienne est suspecté d’être impliqué dans un projet d’attentat.

 

Il compte parmi les 6 personnes interpellées par les autorités de plusieurs pays européens et suspectées d’avoir participé à la préparation d’une attaque contre un rassemblement d’opposants au régime iranien samedi près de Paris, auquel participaient des personnalités politiques américaines de premier plan.

 

Détenu en Allemagne, le diplomate pourrait être extradé prochainement vers la Belgique, où sont coordonnées les investigations sur le projet d’attentat.

 

Ulcéré, Téhéran a dit voir dans ces mises en cause une machination, au moment où le président iranien est en Europe pour discuter de coopération entre Européens et Iraniens après le retrait américain, en mai, de l’accord sur le nucléaire.… Lire la suite

Journal du 2 juillet 2018

 

Indonésie : exécutions sommaires en Papouasie, les forces de sécurité impliquées

Les forces de sécurité indonésiennes sont impliquées dans les exécutions sommaires d’au moins 95 civils depuis 2010 dans la province de Papouasie (est), la plupart des responsables restant impunis, indique Amnesty International dans un rapport publié lundi.

 

Des militants politiques et des participants à des manifestations pacifiques contre le gouvernement figurent parmi les victimes de ces exécutions, de même que des habitants prenant part à des rassemblements non politiques dans cette région, ajoute l’ONG.

 

Pas une seule affaire n’a fait l’objet d’une enquête pénale indépendante, déplore Amnesty dans son rapport réalisé sur une période de deux ans.

“La Papouasie est le trou noir de l’Indonésie en matière de droits de l’homme. C’est une région où les forces de sécurité ont été autorisées depuis des années à tuer des hommes, femmes et enfants, sans perspective de devoir être tenu pour responsables” de leurs actes, affirme l’ONG.

 

Aucun porte-parole du gouvernement indonésien n’a pu être contacté dans l’immédiat pour réagir à ce rapport.

 

De nombreux Papous, peuple ancestral de Papouasie occidentale, réclament l’indépendance, comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, autre moitié de cette grande île qui l’a obtenue en … Lire la suite