Journal des 2 dernières semaines

 

Les “camps de rééducation” en Chine au cœur d’un procès au Kazakhstan

Une Chinoise jugée au Kazakhstan pour entrée illégale dans le pays a révélé l’existence de camps où des milliers de Kazakhs chinois seraient détenus, un sujet sensible pour les relations entre Astana et Pékin.

 

De nationalité chinoise et d’ethnie kazakhe, Saïragoul Saouïtbaï, 41 ans, a voulu rejoindre au Kazakhstan son mari et ses deux enfants. Elle été arrêtée un mois et demi après avoir traversé illégalement la frontière.

 

Mais son procès dans la ville kazakhe de Jarkent, près de la frontière avec la région chinoise du Xinjiang, a suscité l’attention pour d’autres raisons : Mme Saouïtbaï a affirmé avoir été détenue dans un “camp de rééducation” en Chine avec d’autres prisonniers d’ethnie kazakhe.

 

“En Chine, ils appellent cela un camp politique. En réalité, c’est une prison dans les montagnes”, a déclaré au tribunal Mme Saoutbaï, en affirmant que plus de 2.500 prisonniers d’ethnie kazakhe se trouvaient avec elle dans le camp où elle a été détenue.

 

“Le fait que j’en parle dans une audience publique signifie que je suis en train de révéler des secrets d’Etat”, a-t-elle ajouté, demandant aux autorités du Kazakhstan … Lire la suite