S'abonner par email

Journal mondial du 28 juin au 19 juillet 2019

 

RELATIONS INTERNATIONALES

 

Libye : le rôle pas vraiment trouble de la Turquie en faveur des milices islamistes

16 juillet 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la chute en 2011 du régime du dictateur Mouammar Kadhafi après une révolte populaire, la Libye est plongée dans le chaos avec de nombreuses milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis 2016 entre le GNA (gouvernement légitime) et M. Haftar, à la tête d’une Armée nationale libyenne (ALN) autoproclamée.

 

Khalifa Haftar, rebelle soutenu par l’alliance constituée des USA – Arabie Saoudite – EAU, mène une offensive contre le gouvernement installé par l’ONU et reconnu par la communauté internationale depuis début avril.

Le gouvernement légitime est soutenu par l’alliance adverse : Turquie – Frères musulmans.

 

Le Maréchal Haftar se pose en champion de la lutte contre les jihadistes, mais son offensive sur Tripoli est toujours mise en échec par les forces de son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et les milices islamistes alliées.

De nombreux pays violent l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à ce pays depuis 2011.

 

 

Poutine met en garde contre l’infiltration de jihadistes en provenance de Syrie ; sont-ils transférés par Lire la suite

Libye : le rôle pas vraiment trouble de la Turquie en faveur des milices islamistes

16 juillet 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la chute en 2011 du régime du dictateur Mouammar Kadhafi après une révolte populaire, la Libye est plongée dans le chaos avec de nombreuses milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis 2016 entre le GNA (gouvernement légitime) et M. Haftar, à la tête d’une Armée nationale libyenne (ALN) autoproclamée.

 

Khalifa Haftar, rebelle soutenu par l’alliance constituée des USA – Arabie Saoudite – EAU, mène une offensive contre le gouvernement installé par l’ONU et reconnu par la communauté internationale depuis début avril.

Le gouvernement légitime est soutenu par l’alliance adverse : Turquie – Frères musulmans.

 

Le Maréchal Haftar se pose en champion de la lutte contre les jihadistes, mais son offensive sur Tripoli est toujours mise en échec par les forces de son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et les milices islamistes alliées.

De nombreux pays violent l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à ce pays depuis 2011.

 

 

Poutine met en garde contre l’infiltration de jihadistes en provenance de Syrie ; sont-ils transférés par Erdogan ?

 

Vladimir Poutine, qui soutient le Maréchal Haftar, s’est dit “préoccupé par l’infiltration” en Libye de centaines de combattants armés djihadistes en provenance Lire la suite

Les civils souffrent le martyr en Syrie, alors que ni Daech ni les rebelles ne sont vaincus

17 juillet 2019

 

L’UNICEF lance un appel humanitaire pour des dizaines de milliers d’enfants

 

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) appelle à améliorer l’accès humanitaire et la protection des enfants en Syrie, y compris leur réintégration dans les communautés locales et leur retour en toute sécurité dans leur pays d’origine.

 

Au moins 70 000 personnes vivent dans le camp d’Al-Hol, au nord-est du pays. L’UNICEF estime que plus de 90 % d’entre eux sont des enfants et des femmes. Près de 20 000 de ces enfants sont syriens. Les 29 000 autres viennent de 62 pays différents, dont 9 000 d’Iraq.

 

La plupart des enfants ont moins de 12 ans. Ils sont les survivants de combats intenses et ont été témoins d’atrocités. Les enfants d’Al-Hol sont confrontés à une situation humanitaire désastreuse et, pour beaucoup d’entre eux, cette situation est aggravée par l’expérience récente d’avoir été maltraités ou forcés à combattre et à commettre des actes de violence extrême.

 

Ces enfants ne représentent qu’une fraction d’un groupe beaucoup plus important d’enfants qui seraient associés au conflit armé ; ils sont bloqués dans des camps, des centres de détention et des orphelinats à travers la Syrie et surtout dans Lire la suite

L’Union Européenne signe de nombreux accords de libre-échange, au mépris de la lutte contre la pollution liée au transport maritime

17 juillet 2019

 

 

Le CETA

 

Des agriculteurs et écologistes sont opposés aux accords commerciaux de l’UE.

Le Ceta est un accord de libre-échange signé avec le Canada. Il implique la suppression des droits de douane pour presque tous les produits, soit près de 98 % des droits de douanes entre les deux régions.

 

L’accord est entré en vigueur provisoire il y a deux ans, d’ici la ratification par les parlements nationaux.

En France, le débat sur la ratification du Ceta a commencé. Cependant, le scrutin a finalement été reporté au 23 juillet. L’opposition a fini par obtenir un vote solennel sur le traité.

 

Contrairement au vote simple initialement prévu, il oblige chaque groupe parlementaire à justifier leur choix. Un report qui montre les difficultés de la majorité avec ce texte. L’opposition dénonce des normes environnementales et sanitaires moins strictes au Canada, notamment au sujet de l’alimentation.

 

 

Le secteur de l’agrobusiness brésilien se réjouit de l’accord Mercosur-UE

 

L’accord historique Mercosur-UE, conclu fin juin entre les membres du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay) et les pays de l’UE, promet de faire disparaître plus de 90% des droits de douane. La politique du président brésilien, très favorable à l’agro-business, avec recours massif aux Lire la suite

Les gigantesques gisements gaziers découverts en Méditerranées orientale mettent la Turquie en colère

Rappel du contexte

 

L’île de Chypre est située au sud de la Turquie. Or, de gigantesques gisements gaziers ont été découverts ces dernières années en Méditerranées orientale.

Cela aiguise l’appétit de Chypre, qui rêve de devenir à terme un acteur énergétique majeur.

 

Mais Chypre est divisée en deux depuis l’invasion du tiers nord de l’île par l’armée turque en 1974 après un coup d’État visant à rattacher l’île à la Grèce.

La République de Chypre, membre de l’Union européenne, n’exerce son autorité que sur les 2/3 sud de l’île.

 

Au nord se trouve l’autoproclamée République turque de Chypre du Nord (RTCN), parrainée par Ankara et non reconnue par la communauté internationale.

La Turquie s’oppose à toute exploration et exploitation des ressources gazières chypriote qui exclurait le tiers nord de l’île.

 

 

L’UE sanctionne la Turquie

 

La Turquie a annoncé mardi qu’elle continuera ses activités controversées de forage gazier au large de Chypre, malgré les sanctions votées par Bruxelles. L’UE a adopté lundi une série de mesures politiques et financières pour sanctionner la poursuite de ces forages réalisés illégalement par la Turquie dans les eaux territoriales de Chypre malgré ses mises en garde.

 

La République de Chypre a signé ces dernières années Lire la suite