Au Gabon, Nicolas Sarkozy apporte un soutien appuyé à Ali Bongo

Reuters – Yann Le Guernigou
Nicolas Sarkozy a apporté un soutien appuyé au président gabonais Ali Bongo, vainqueur controversé du scrutin organisé l’été dernier après la mort de son père, Omar Bongo.
La France et le Gabon ont confirmé le caractère privilégié de leurs relations tout en affichant leur volonté de les voir évoluer dorénavant dans une plus grande transparence lors d’une visite du président français dans ce pays d’Afrique centrale qui est le plus fidèle allié de Paris sur le continent noir.

“Ce jour-là, grâce au peuple gabonais, le Gabon a confirmé son ancrage à la démocratie et franchi une étape essentielle de sa vie politique “, a-t-il dit en assurant qu’Ali Bongo n’avait pas été le candidat de la France.
“Lorsqu’on voit ce qui se passe, ou plutôt ce qui ne se passe pas dans d’autres pays, on peut dire que le Gabon n’a pas à rougir de la dignité de son peuple au moment où il a fallu assurer la succession du président Bongo “, a-t-il ajouté dans une allusion à la situation d’un pays comme la Côte d’Ivoire, en attente d’une élection présidentielle depuis cinq ans.

Symboliquement, le président français avait entamé sa visite de 24 heures à Franceville, dans l’est du Gabon, par un dépôt de gerbe au mausolée d’Omar Bongo, mort en juin dernier après 41 ans passés à la tête du pays.
Ce dernier était un des derniers symboles de la “Françafrique”, une relation étroite entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique noire reposant sur des réseaux d’influence parfois mis au service de gouvernements contestés et corrompus.

“Vous et moi ignorons le contenu réel de ce qui est communément et confusément appelé Françafrique mais nous assumons courageusement cet héritage historique riche d’aspects aussi bien positifs que négatifs “, a dit Ali Bongo à l’adresse de Nicolas Sarkozy.
“Heureusement, vous et moi considérons que la politique des tutorats, des réseaux et des leçons est aujourd’hui révolue “, a-t-il ajouté.

Le président gabonais a estimé que le temps était venu d’apporter aux relations franco-gabonaises “des inflexions nécessaires et salutaires”.
Symbole de ces évolutions, les deux pays ont signé mercredi un nouvel accord de défense, au moment où Paris vient de décider de conserver à Libreville sa seule base militaire en Afrique de l’Ouest après la fermeture annoncée de celle de Dakar.
A l’inverse des traités historiques liant la France à ses anciennes colonies africaines, ce nouvel accord ne prévoit plus d’intervention automatique de Paris en cas de menace extérieure comme intérieure.

Son texte sera en outre publié une fois qu’il aura été ratifié par les parlements des deux pays. “Il n’y a pas à accepter le secret en la matière, pas de clause secrète () la transparence doit permettre d’en finir avec les clichés, les fantasmes et les procès d’intention”, a indiqué Nicolas Sarkozy.
Cet accord de défense est complété par un “plan d’action pour la mise en oeuvre d’un partenariat stratégique” couvrant tous les aspects des relations bilatérales.

La France s’y engage notamment à aider le Gabon à rendre son économie moins dépendante de la rente pétrolière qui, si la tendance actuelle se poursuit, devrait avoir disparu à l’horizon 2020.
Un des défis du pays est de parvenir à transformer sur place une partie de ses ressources naturelles, bois et minerais notamment. Le président gabonais a décidé de le relever en interdisant abruptement l’exportation du bois brut, au grand dam de groupes français qui avaient négocié auparavant avec Libreville un étalement de cette mesure dans le temps.

“Je vous demande d’être attentifs à ce que les périodes de transition ne soient pas trop brutales, pour encourager d’autres investisseurs à venir”, lui a dit Nicolas Sarkozy, tout en reconnaissant comme légitime son combat pour développer l’industrie locale.
Le président français a enfin souligné que, s’il y avait des raisons objectives à vouloir refonder la relation franco-gabonaise, celle-ci ne saurait être exclusive. “Il n’existe plus de pré-carré et je ne le regrette pas”.
Edité par Yves Clarisse

Lire aussi Gabon : incidents suite au résultat de l’élection présidentielle”

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des