S'abonner par email

Burkina Faso : les attaques islamistes s’enchaînent

29 avril 2019

 

La population du Burkina est musulmane à 55%-60% et les chrétiens représentent 20 à 25%.

 

 

Attaque contre un temple protestant, 6 morts

 

Six personnes ont été tuées dimanche dans une attaque menée contre un temple protestant dans le nord du Burkina Faso, a annoncé lundi un porte-parole du gouvernement burkinabé.

Un pasteur et cinq fidèles ont perdu la vie dans cet assaut mené par un commando non identifié dans la province du Soum, a précisé Rémy Fulgance Dandjinou, porte-parole du gouvernement.

 

C’est la première attaque visant une église au Burkina, a-t-il ajouté. Mais le pays est confronté à une vague de violences islamistes, et le gouvernement a décrété en décembre dernier l’état d’urgence dans plusieurs provinces du nord, frontalières avec le Mali, y compris celle du Soum.

 

 

6 personnes tuées, dont 5 enseignants, dans une attaque à Maytagou

 

Six personnes, dont cinq enseignants burkinabè, ont été tuées par des hommes armés présentés comme des jihadistes dans une localité du Centre-Est.

L’attaque a été menée par une dizaine d’hommes armés à moto.

 

Ils ont fait irruption dans le village. Quatre enseignants ont été abattus dans la cour de l’école. Un cinquième a succombé plus tard de suites de ses blessures. Enfin un sixième enseignant a été relâché, afin que celui-ci puisse « raconter les faits », selon une source administrative.

 

Ce n’est pas la première fois que les enseignants de Maytagou reçoivent la visite des hommes armés. « Ils avaient déjà été menacés », souligne un responsable syndical. L’école de Maytagou, non loin de Comin-Yanga, avait fermé ses portes suite à l’insécurité.

 

Mais avec l’opération antiterroriste « Otapuanou » menée par les forces armées burkinabè dans les régions de l’Est et du Centre-Est, l’école avait rouvert ses portes.

Les enseignants n’étaient pas les seules cibles des assaillants. Un conseiller municipal du village a été également abattu au cours de cette incursion.

 

 

Togo : de présumés jihadistes en provenance du Burkina Faso interpellés

 

La vaste opération anti-terroriste menée depuis début mars dans l’est du Burkina Faso a des répercussions sur les pays voisins.

Notamment le Togo.

 

Ouagadougou avait d’ailleurs informé Lomé du risque de voir de présumés jihadistes se replier sur le territoire togolais.

Et début avril, les forces de sécurité togolaises ont arrêté plus d’une vingtaine de jihadistes en provenance du Burkina Faso.

 

Ce n’est pas la première fois que de présumés jihadistes sont arrêtés sur le sol togolais, assure une source à Lomé. C’est, en revanche, « la première fois qu’ils sont aussi nombreux ».

Le Togo est sur le qui-vive.

 

 

Burkina : 3 personnes tuées dans une attaque dans le Nord

 

Au Burkina Faso, une nouvelle attaque a fait trois morts, le 23 avril, près de la ville d’Arbinda, dans le Soum au nord du pays. Un bus a été arrêté, à 12 kilomètres du chef-lieu de la province, par des hommes armés qui ont abattu sommairement trois jeunes hommes.

 

Quand il quitte Dori pour rejoindre Arbinda, le bus est plein. C’est au niveau du village de Niki que plusieurs hommes armés arrêtent le véhicule. Ils montent à bord, contrôlent les identités des passagers et font descendre quatre jeunes hommes. L’un d’entre eux s’échappe, les trois autres sont exécutés.

 

Sources : Reuters, RFI

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des