Pas réélu à sa tête, Kadhafi s’en prend au train-train de l’UA

Reuters – Le numéro un libyen, le colonel Kadhafi, a critiqué le fonctionnement de l’Union africaine (UA), après l’échec de ses efforts pour rester un an de plus à sa présidence.
Les dirigeants du continent noir, réunis à Addis-Abeba en Ethiopie, ont choisi le chef de l’Etat du Malawi, Bingu wa Mutharika, pour lui succéder.
La présidence étant attribuée sur une base régionale tournante -cette année l’Afrique australe-, Mouammar Kadhafi n’est pas parvenu à être reconduit, même si, selon certains diplomates, il aurait souhaité l’être.

Dans son discours d’adieu, il a critiqué les longues réunions de l’UA qui le “fatiguent” et reproché à l’organisation panafricaine, qui regroupe 53 pays, d’avoir pris des positions sans le consulter durant son année à sa tête.
“C’était comme si on était en train de fabriquer une nouvelle bombe atomique”, a-t-il ironisé à propos de ces réunions “vraiment inutiles”.
Il a aussi exhorté les dirigeants africains à lancer un processus d’unification politique à travers leur continent.

“L’Union européenne devient un seul et unique pays et nous n’en avons pas conscience”, a-t-il dit. “Nous devons nous unir et rester unis. Unissons-nous dès aujourd’hui!”
“Le monde tourne autour de sept à dix pays et on ne s’en rend pas compte”, a-t-il ajouté.
Former un gouvernement panafricain est l’objectif inscrit dans la charte fondatrice de l’UA et Kadhafi est en faveur de ce projet depuis des années, comme certains homologues dont le président sénégalais Abdoulaye Wade.

Il estime que c’est le seul moyen pour l’Afrique de peser dans les grandes décisions du monde.
D’autres pays, comme l’Afrique du Sud et l’Ethiopie, jugent le projet utopique et attentatoire aux souverainetés nationales.
Le président du Malawi a souhaité porter la priorité sur la lutte contre la famine lors de son année de présidence.

“L’Afrique n’est pas un continent pauvre mais le peuple africain est pauvre. Si l’on parvenait, au niveau africain, à offrir la sécurité alimentaire, on pourrait faire face au problème”, a dit Bingu wa Mutharika, dont le pays a bénéficié de meilleures récoltes ces dernières années grâce à l’amélioration des moyens des cultivateurs.
Des questions diplomatiques seront également au menu de l’UA en 2010.
Les chefs d’Etat africains sont tous d’accord pour soutenir les gouvernements de transition en Somalie, en Guinée et au Soudan, et pour prendre des mesures à l’encontre des responsables malgaches qui ignorent le compromis élaboré par l’UA.

Le secrétaire général de l’Onu a également souligné le problème persistant du Darfour, qui continue à faire des millions de réfugiés.
“Au Soudan, il faut faire vite. Les élections sont dans trois mois. Les deux référendums pour définir ce que sera le Soudan sont dans moins d’un an, a dit Ban Ki-Moon.
Enfin, l’Union africaine est convenue d’examiner une proposition d’Abdoulaye Wade visant à accueillir les Haïtiens sinistrés et d’envisager la création d’un Etat pour eux sur le continent.
Barry Malone et Duncan Miriri, version française Eric Faye et Clément Guillou

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des