La Chine a testé avec succès un système de défense antimissile

 

PEKIN (AFP) – La Chine a annoncé avoir testé avec succès un système de défense aérien, interceptant un missile en vol, une démonstration de ses capacités qui intervient au coeur d’une polémique sur des ventes d’armements américains à Taiwan. « La Chine a conduit un test de technologie d’interception à mi-course d’un missile depuis le sol, à l’intérieur de son territoire. L’essai a atteint son but », a affirmé Chine Nouvelle tard lundi.

 

Le test « est de nature défensive et ne vise aucun pays », a ajouté l’agence officielle, tandis que le quotidien Global Times indiquait mardi qu’il s’agissait d’une première pour un pays qui rejoint ainsi le club très restreint de ceux qui possèdent la technologie d’interception de missiles.

La semaine dernière, un responsable américain a annoncé que les Etats-Unis avaient donné leur feu vert à la vente de systèmes antimissiles à Taïwan dans le cadre d’un accord passé entre les deux alliés en 2008, attribuant à Lockheed Martin le contrat pour fournir le système Patriot à Taïwan.

 

La République populaire de Chine considère que Taiwan fait partie de son territoire et doit revenir dans son giron, au besoin par la force, et s’est énergiquement opposée à cette vente.

Le ministère de la Défense a averti le week-end dernier qu’il se réservait le droit de prendre des mesures, non précisées, si Washington menait ce projet à bien, le qualifiant d' »obstacle sévère » aux relations militaires sino-américaines.

Les Etats-Unis ont reconnu Pékin en 1979 au détriment de Taipei mais restent le principal allié de l’île considérée par la Chine comme rebelle et son principal fournisseur d’armements.

 

Pour les analystes, Pékin a voulu démontrer ses capacités dans le domaine de la défense aérienne en procédant à son test de défense antimissile, préparé de longue date et donc certainement pas planifié pour coïncider avec l’annonce américaine.

« Cela me semble très important. Il y a peu d’informations mais le fait essentiel est qu’ils ont réussi à intercepter un missile », a commenté pour l’AFP Richard Bitzinger, spécialiste des questions de défense chinoises de la Nanyang Technological University de Singapour.

 

Arthur Ding, expert de la National Chengchi University à Taiwan, a estimé que cela enverrait « un message politique aux Etat-Unis et aux autres pays: la Chine est prête pour des opération aériennes (…) d’où qu’elles viennent ».

Cependant, « vu l’absence d’informations précises il est très difficile d’évaluer ce qu’elle a accompli », a-t-il dit.

« Cela montre au moins que la modernisation globale de l’armée (chinoise) comprend la défense aérienne », a-t-il ajouté.

Pour un expert occidental qui a requis l’anonymat, l’important pour la Chine, c’est aussi « de semer le trouble chez les observateurs internationaux » sur ses capacités militaires.

 

En matière de dépenses militaires, la Chine est pour la première fois devenue en 2008 le deuxième pays, derrière les Etats-Unis, du classement de l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri), référence en matière d’armes et de conflits dans le monde.

Pékin affirme que l’essentiel de son budget militaire va à l’amélioration des conditions de vie des 2,3 millions d’hommes et femmes servant dans la plus grande armée au monde. Le gouvernement met aussi systématiquement l’accent sur la nature « défensive » de son armée.

 

Selon les prévisions budgétaires annoncées en mars 2009, ses dépenses militaires devaient progresser de près de 15% en glissement annuel l’an dernier, après +17,6% en 2008, et s’élever à 480,68 milliards de yuans (près de 56 milliards d’euros au taux d’alors).

La Chine avait provoqué l’inquiétude de la communauté internationale en 2007 en détruisant lors d’un test de missile l’un de ses satellites en orbite.

 

 Lire aussi « La Chine se prépare-t-elle à la guerre contre les USA ? »

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>