Laos : un nouveau méga-barrage dénoncé par les écologistes

HANOI (AFP) – La méga-centrale hydraulique du Laos construite par un consortium emmené par Electricité de France a entamé ses opérations sans respecter les engagements auprès de la population, dénonce mardi un groupe écologiste, qui demande une suspension de l’activité.
Le consortium Nam Theun 2 Power Company (NTPC) “exploite le barrage illégalement”, estime Ikuko Matsumoto, de l’organisation International Rivers, dans un communiqué.

NTPC avait annoncé la semaine dernière de premières “exportations commerciales” d’électricité produite sur ce nouveau barrage, vers la Thaïlande.
Mais pour International Rivers, basée aux Etats-Unis, NTPC joue sur les mots en parlant “d’exportations” et non “d’exploitation”, car le consortium aurait un certain nombre d’engagements à respecter une fois “l’exploitation commerciale” commencée.
International Rivers déplore ainsi que l’activité ait commencé avant que les habitants déplacés pour construire le complexe n’aient reçu de terres irriguées, et avant que les villageois vivant en aval du barrage n’aient reçu de compensations pour leurs jardins inondés.

Plus de 6.000 personnes ont dû être relogées pour que la centrale voie le jour.
“L’exploitation du barrage devrait être suspendue jusqu’à ce que la Nam Theun 2 Power Company se mette en règle avec ses obligations”, poursuit International Rivers.
NTPC n’a pas commenté ces accusations dans l’immédiat. La Banque mondiale, soutien du projet, dit avoir expliqué au groupe écologiste que les systèmes d’irrigation étaient en construction.

La quasi-totalité de la production de cette centrale située sur la Nam Theun, affluent du Mékong, est destinée à la Thaïlande (1.000 mégawatts sur un total de 1.070 MW). Le reste de l’électricité doit revenir au Laos.
Le pays communiste, un des plus pauvres d’Asie du Sud-Est, espère retirer plus de deux milliards de dollars (1,5 milliard d’euros) de revenus de ce projet sur 25 ans.
Malgré la forte opposition d’écologistes, la construction de cette centrale de 1,45 milliard de dollars avait débuté en novembre 2005. Pour ses détracteurs, le projet était synonyme de destruction de terres et de forêts et de bouleversement de l’écosystème et de la vie des populations locales.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>