Russie : le dernier-né des avions de chasse furtifs prend son envol

MOSCOU (AFP) – La Russie a procédé vendredi au vol d’essai inaugural de son chasseur-bombardier furtif de cinquième génération, un appareil censé entrer en service en 2015 et qui est au coeur du programme de modernisation de l’armée russe, distancée technologiquement par l’Occident.
Le directeur général du constructeur Soukhoï, Sergueï Pogossian, a salué dans un communiqué un « grand succès pour la science russe » et insisté sur le progrès accompli pour développer l’appareil (PAK FA), aussi appelé T-50.

Le premier vol de cet appareil appelé à devenir le pendant du F-22 américain a duré 47 minutes au-dessus de la région de Komsomolsk-sur-Amour (Extrême-Orient).
La vidéo diffusée à la télévision russe et les photos publiées par Soukhoï sont les toutes premières images de l’appareil, dont l’aspect extérieur était jusqu’à présent tenu secret.
« Lors du vol, nous avons effectué l’évaluation initiale de la dirigeabilité de l’avion (…) il a bien réagi à toutes les étapes du programme de vol », a commenté le pilote d’essai Sergueï Bogdan, dans le communiqué.

Selon l’agence Interfax, l’appareil, dont le développement a été lancé en 2002, sera capable d’effectuer de longs vols à des vitesses supersoniques et d’attaquer plusieurs cibles en même temps.
C’est le premier avion militaire de ce type conçu par la Russie depuis la chute de l’Union soviétique en 1991. Il ne devrait cependant pas entrer en service dans l’armée russe avant 2015.
Les journaux russes, qui attendaient ce vol, commentaient dans leurs éditions de vendredi cette première, le quotidien indépendant Nezavissimaïa Gazeta jugeant notamment que le projet n’en est en réalité qu’à ces balbutiements.

« Ce n’est pas encore le PAK FA mais juste un prototype. On peut même dire que c’est un prototype de son apparence extérieure. Il est pour l’instant doté de moteurs d’une génération intermédiaire », relève le journal.
« Il y a aussi un autre thème : les bombes et les missiles qu’il transportera. On ne sait presque rien à leur sujet. C’est un très grand secret », note encore le quotidien.

La Russie est en train de mettre en oeuvre une vaste réforme militaire, qui passe par le remplacement de ses équipements vétustes. Des accidents de chasseurs dans l’armée se produisent ainsi assez régulièrement.
Le quotidien Vedomosti souligne que le projet PAK FA est « technologiquement l’un des plus difficiles de l’ère post-soviétique », aux côtés des nouveaux sous-marins lanceurs d’engins (classe Borée) et du missile stratégique Boulava, qui jusqu’à présent enchaîne les échecs.

Le quotidien relève que les plus grands défis concernent les moteurs et le système de réception et de transmissions d’informations notamment par satellite.
Un projet technologiquement aussi complexe risque de se traduire par des retards, ce que l’armée russe redoute.
« Que Dieu fasse que ce projet ne traîne pas, que le délai entre ce vol d’essai et les premiers vols dans les unités (de l’armée) ne passe pas à quinze ans », commente l’ex-commandant en chef de l’armée de l’air russe, le général Anatoli Kornoukov cité par Interfax.

« Nos avions les SU-27 et MiG-29 qui sont bons, mais qui sont physiquement fatigués. Ils ont déjà 20 ans et plus », ajoute-il.
Or « sans PAK FA, la Russie ne pourra pas assurer sa propre sécurité sans s’allier soit aux Etats-Unis soit à la Chine », estime Vedomosti.
Le directeur-général de Soukhoï a indiqué vendredi que le projet PAK FA allait en partie être développé en partenariat avec l’Inde afin de « dépasser ses analogues occidentaux en matière de qualité-prix », de « renforcer les armées de l’air de la Russie et de l’Inde et d’occuper une place importante sur le marché mondial ».

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>