Russie : Medvedev lance une opération « mains propres » dans la police

MOSCOU (AFP) – Le président russe Dmitri Medvedev a ordonné jeudi une vaste réforme du ministère de l’Intérieur pour punir durement les policiers commettant des crimes et délits, alors que les forces de l’ordre ont été ces derniers mois au coeur de nombreux scandales.
« Ce n’est que le début » de la réforme, a-t-il prévenu, face à une assemblée de hauts responsables du ministère, dans un discours très détaillé et repris en longueur par les agences russes.

M. Medvedev a transmis jeudi au Parlement un projet de loi prévoyant que le fait d’être un agent du ministère de l’Intérieur soit considéré « comme un facteur pénal aggravant » si celui-ci commet un crime.
« Il faut lutter avec sévérité contre ceux qui enfreignent la discipline. celui qui n’obéit pas à un ordre est un criminel », a-t-il martelé.
Le chef de l’Etat a ordonné par ailleurs au gouvernement dirigé par son prédécesseur, Vladimir Poutine, de mettre en place d’ici au 1er décembre un nouveau cadre législatif sur le travail de la police.

Il a aussi intimé au ministre de l’Intérieur, Rachid Nourgaliev, d’établir d’ici à un mois un plan de lutte contre la corruption au sein du ministère et un projet pour améliorer la qualité des recrues.
Dmitri Medvedev a aussi souligné que la police devait mettre en oeuvre ces mesures après avoir été ces derniers mois au coeur d’une multitude de scandales incluant meurtres, viols, corruption et falsifications de preuves.
« Il y a eu toute une série d’événements retentissants mettant en cause le ministère de l’Intérieur, et disons-le franchement, ils ont terni l’autorité du ministère et de ses agents », a relevé M. Medvedev.

Un sondage du centre indépendant Levada publié mardi a mis une nouvelle fois en évidence le manque de confiance des Russes envers leur police.
Selon cette enquête, 67% des citoyens « craignent » les forces de l’ordre et 77% ne se sentent pas protégés contre l’arbitraire des policiers. Ces chiffres sont d’ailleurs stables depuis 2004.
Le président Medvedev s’en est aussi pris aux mauvais résultats de la police, dénonçant notamment une tendance à gonfler artificiellement les succès dans les statistiques officielles.

« Elucider des crimes est bien entendu le critère de base de votre travail. Le désir d’enjoliver les statistiques, de les changer, est bien sûr inadmissible », a-t-il souligné.
« Et malgré toutes les mesures adoptées, chaque année seule la moitié des crimes sont élucidés. Plus de 1,3 millions de crimes ne sont pas élucidés », a martelé M. Medvedev.
Selon lui, 2.000 meurtres et tentatives de meurtre, 760.000 vols et 124.000 cambriolages n’ont pas été résolus en 2009.

Le chef de l’Etat russe qui, en décembre, avait promis de réformer l’organisation policière et judiciaire du pays, a aussi juré de juguler la corruption, notamment parmi les policiers qui devront désormais fournir des listes détaillées de leurs biens et de ceux des membres de leur famille.
« Ces instruments doivent fonctionner à pleine puissance et ne pas rester sur le papier (…) pour éradiquer le mal (de la corruption) des structures de l’Etat », a-t-il prévenu.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>