Sarkozy invite Medvedev à aller au bout de ses réformes

Reuters – Nicolas Sarkozy a invité le président russe Dmitri Medvedev à aller au bout de ses réformes, notamment contre la corruption.
Mais le président français n’a évoqué la question des droits de l’homme en Russie que pour se féliciter de “l’attachement” de Medvedev à les défendre, dans un discours prononcé en préambule du dîner offert au couple présidentiel russe à l’Elysée.

Sarkozy a multiplié les appels à une coopération tous azimuts entre Paris et Moscou, au lendemain de l’annonce de négociations sur la vente de quatre porte-hélicoptères Mistral par la France à la marine russe – une perspective qui inquiète les pays voisins de la Russie et les Etats-Unis.
“Nous devons resserrer nos rangs, Russes et Français, car nos objectifs sont les mêmes”, a déclaré le président.

Il a cité la lutte contre la prolifération nucléaire, en particulier en Iran, contre le terrorisme, l’extrémisme et les trafics. Il a également encouragé la coopération pour la paix au Proche-Orient et en Asie.
“Pour traiter toutes ces menaces, pour réformer notre système économique, financier et monétaire, pour lutter contre le réchauffement climatique, nous avons besoin d’une nouvelle gouvernance mondiale. Nous voulons l’imaginer à vos côtés”, a ajouté le président français.
Il a dit vouloir “tourner la page de la guerre froide” et plaidé pour “une Europe réconciliée, où les rancoeurs du passé s’effacent devant la volonté de construire l’avenir ensemble”.

Il a assuré que la France serait un partenaire “toujours disponible” pour la Russie dans ses efforts de modernisation.
“Allez jusqu’au bout des réformes, jusqu’au bout de la modernisation jusqu’au bout de toutes les idées qui sont les vôtres, contre la corruption, pour l’Etat de droit (…) pour le respect de la parole donnée”, a poursuivi Nicolas Sarkozy à l’adresse de Dmitri Medvedev.
“Votre attachement à l’état de droit, au respect des lois, à la sécurité juridique, à la défense des droits de l’homme facilite beaucoup le rapprochement entre nos deux pays”, a ajouté le président français.

Selon le Comité de protection des journalistes (CPJ), une ONG basée à New York, 17 journalistes ont été tués en Russie sous la présidence de Vladimir Poutine, prédécesseur de Dmitri Medvedev.
La journaliste russe Anna Politkovskaïa a payé de sa vie en octobre 2006 ses reportages sur les violations des droits de l’homme et la corruption en Tchétchénie.
Depuis son élection, Dmitri Medvedev a visité le journal d’Anna Politkovskaïa, Novaïa Gazeta, après le meurtre d’un de ses collègues.

Mais trois autres journalistes sont morts en Russie dans des circonstances suspectes depuis le début de son mandat, selon le CPJ, et un autre est décédé en janvier dernier après avoir été battu en détention.
Nicolas Sarkozy a estimé que le succès du président russe serait aussi celui de tous ceux qui veulent la paix et la démocratie en Europe.
Dans sa réponse, le président russe a assuré que la Russie était prête à chercher les “réponses collectives” aux défis et aux menaces du moment et s’est félicité du “partenariat privilégié” entre Paris et Moscou.

Les deux chefs d’Etat avaient auparavant inauguré au musée du Louvre, avec leurs épouses, l’exposition “Sainte Russie”, événement phare de “l’Année croisée France-Russie”.
Carla Bruni-Sarkozy, en robe fourreau vert émeraude, a accueilli un peu plus tard, au côté du président français, le couple présidentiel russe dans la cour de l’Elysée, pour ce dîner d’Etat.
Nicolas Sarkozy doit se rendre le 9 mai à Moscou, pour célébrer sur la Place rouge la victoire sur le nazisme en 1945. Puis il se rendra à un forum économique en juin à Saint-Pétersbourg, avec une délégation de chefs d’entreprises français.
Emmanuel Jarry

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des