AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, dont la révolution égyptienne, nous n’oublions pas le reste du monde…

Lundi 21 février 2011 – Guerre civile en Libye
En Libye, Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 et s’est autoproclamé “Guide de la révolution”. Il exerce depuis un pouvoir sans partage.
Suite aux révolutions en Tunisie et en Égypte, des manifestations ont éclaté en Libye.
Plusieurs villes sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée.
Les violences ont atteint la capitale Tripoli, alors que Seif Al-Islam, le fils du leader contesté Mouammar Kadhafi, a brandi la menace d’un bain de sang dans le pays.
Le bilan des manifestations a atteint 233 morts, a indiqué lundi matin Human Rights Watch.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – Bahreïn : des manifestants appellent au “renversement” de la famille royale
Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, des manifestations ont éclaté au Bahreïn, où la famille royale au pouvoir est sunnite. La majorité chiite (70% des 525.000 citoyens de Bahreïn) se plaint de subir des discriminations.
Une semaine de contestation a fait au moins 8 morts et plusieurs centaines de blessés.
Les souverains ont proposé des pourparlers. Les dirigeants de l’opposition officielle chiite se disent prêts à la discussion, mais veulent des garanties que tout engagement sera suivi d’actes.
Source : AP

 

Lundi 21 février 2011 – Le président yéménite refuse de démissionner
Au Yémen, le président Ali Abdallah Saleh est au pouvoir depuis 32 ans.
Au total, 11 personnes ont été tuées dans le pays depuis le début des manifestations il y a 10 jours.
Source : AP

 

Lundi 21 février 2011 – La guerre se poursuit en Somalie
Un attentat suicide contre un centre d’entraînement de la police somalienne proche du port de Mogadiscio a fait lundi au moins 17 morts. Le groupe islamiste Al Chabaab (La Jeunesse), qui s’inspire de l’idéologie d’Al Qaïda, a revendiqué cette opération.
La Somalie est en proie à la violence et l’anarchie depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barré, il y a 20 ans. L’Union africaine (UA) y a déployé une force pour soutenir le gouvernement intérimaire, qui ne contrôle que quelques quartiers de la capitale.
Source : Reuters
Lire aussi : Somalie : Al-Qaïda l’emporte

 

Lundi 21 février 2011 – Manifestations au Maroc
Au Maroc aussi ont lieu de nombreuses manifestations contre le roi.
Cent vingt-huit personnes, pour la plupart des agents de la sécurité, ont été blessées dans les violences survenues en marge de certaines manifestations, qui ont attiré 37.000 participants au total dans des dizaines de villes.
Les manifestants ont demandé au roi Mohamed VI de renoncer à certaines de ses prérogatives, de limoger le gouvernement et de lutter contre la corruption.
Source : Reuters

 

Lundi 21 février 2011 – Sénégal : 3 soldats sénégalais tués et 6 autres blessés en Casamance
Cette attaque est attribuée à des séparatistes. Le gouvernement de Dakar se dit prêt à négocier avec les séparatistes du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rebelle) mais ce dernier est une nébuleuse de factions, ce qui complique le processus.
Les séparatistes casamançais affirment que leur région, ancien grenier à céréales du pays et ex-grand pourvoyeur de devises grâce à son potentiel touristique, est marginalisée par le pouvoir central.
Depuis longtemps, la Gambie et la Guinée-Bissau voisines sont accusées d’abriter les rebelles.
Source : Reuters

 

Lundi 21 février 2011 -Palestiniens : Fayyad appelle le Hamas à soutenir un gouvernement d’union
Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a appelé lundi le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, à favoriser la formation d’un gouvernement d’union nationale en vue des élections présidentielle et législatives prévues d’ici septembre.
Le Hamas, qui a pris le contrôle de Gaza en juin 2007, a mis en doute lundi la volonté de réconciliation du Fatah, l’appelant à commencer par libérer ses membres détenus en Cisjordanie.
Source : AFP
Lire aussi : Hamas – Fatah : peu d’espoirs de réconciliation

 

Lundi 21 février 2011 – Russie : inquiétudes sur la sécurité des JO de Sotchi après une fusillade
Le meurtre de 3 skieurs dans les montagnes du Caucase russe, revendiqué par la rébellion islamiste, illustre les difficultés du Kremlin à assurer la sécurité dans cette région instable proche du site des jeux Olympiques de Sotchi en 2014.
Des attentats et des attaques visent quasi quotidiennement des responsables des forces de l’ordre dans les républiques du Caucase russe. Mais “c’est la première fois qu’un acte d’intimidation prend pour cible des touristes et l’industrie du tourisme”, souligne le quotidien Vedomosti.
La Russie va dépenser 1,4 milliard d’euros pour la sécurité des jeux Olympiques d’hiver, selon Vedomosti.
Source : AFP
Lire aussi : Fédération russe : le terrorisme islamiste continue

 

Lundi 21 février 2011 – Chine : la pollution à Pékin dépasse les pires niveaux de l’indice
La pollution de l’air dans la capitale chinoise a dépassé lundi les pires niveaux de l’indice, a annoncé l’ambassade des États-Unis.
En raison de l’absence de vent et d’un réchauffement des températures, Pékin était couvert d’un épais nuage. La pollution est alimentée par de nombreuses centrales thermiques à charbon, les industries dans la conurbation et près de 5 millions de véhicules dans les rues.
Selon les estimations des chercheurs, 300.000 personnes meurent chaque année en Chine de maladies cardiaques et de cancer du poumon liés à la pollution de l’air.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – La Côte d’Ivoire est toujours divisée
La Côte d’Ivoire semble dans une impasse depuis que Laurent Gbagbo a refusé de céder la place à Alassane Ouattara, reconnu par la communauté internationale comme vainqueur du second tour de la présidentielle, le 28 novembre dernier.
Depuis le scrutin contesté, la violence politique a fait environ 300 morts dans le pays, en majorité des partisans d’Alassane Ouattara, selon les Nations unies.
Cinq dirigeants africains mandatés par l’Union africaine pour trouver une solution à la crise ivoirienne doivent transmettre lundi leurs propositions aux camps rivaux.
Source : Reuters

 

Lundi 21 février 2011 – Mexique : forte violence liée au trafic de drogue
Au moins 40 meurtres ont été commis depuis vendredi à Ciudad Juarez, ville du Mexique la plus éprouvée par la violence liée au trafic de drogue dans le nord du pays à la frontière des États-Unis.
Près de 3.000 personnes y ont été tuées l’an dernier, la violence poussant des dizaines de milliers d’autres à fuir et contraignant 70% des commerces de la ville à fermer.
D’autres régions du Mexique sont gagnées par les violences générées par le trafic de drogue.
Le président mexicain Felipe Calderon a lancé, dès son entrée en fonction en décembre 2006, une campagne contre les cartels de la drogue. Depuis cette date, il y a eu plus de 34.600 morts victimes de règlements de comptes entre cartels ou d’affrontements avec les forces de l’ordre.
Source : AFP
Lire aussi : Mexique : désespoir face aux cartels de la drogue

 

Lundi 21 février 2011 – Afghanistan : dans le Wardak, des talibans qui pensent moins au Coran qu’à l’argent
Ils ne battent plus les femmes en public et tolèrent même la musique : dans le Wardak, les talibans afghans ont parfois bien changé, portés par une nouvelle génération opportuniste, volontiers criminelle et dopée par la colère anti occidentale.
Dans les villages, les rebelles, sans cesse en mouvement pour fuir les raids américains, exigent d’abord de la nourriture. Guerre oblige, les questions de morale et de religion passent au second plan.
Leur priorité reste matérielle. Ce qui n’empêche pas les exactions sur la population.

Mais nombre de Wardakis préfèrent encore ces rebelles aux Américains.
Dans cette province, rien ne hérisse plus que cette “occupation” ponctuée de raids visant à décimer la rébellion. “Chaque mort fait basculer sa famille entière dans le camp taliban”, note Hadji Rehman, un entrepreneur de Maydan Shar.
Les mollahs se chargent de convaincre le reste de cette population aux trois quarts illettrée.
Source : AFP
Lire aussi : Afghanistan : la population poussée dans les bras des talibans

 

Lundi 21 février 2011 – Omar al Bachir renoncerait à briguer un autre mandat au Soudan
Le président soudanais ne briguera pas de nouveau mandat lors de la prochaine élection présidentielle, qui doit avoir lieu dans 4 ans, a déclaré lundi un haut responsable du parti au pouvoir.
Bachir a pris le pouvoir en 1989 lors d’un coup d’Etat. Il a remporté en avril dernier la première présidentielle pluraliste organisée au Soudan depuis 24 ans, mais le scrutin a été entaché par d’importantes accusations de fraude.

Le président soudanais est le seul chef d’Etat en exercice visé par un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, qui l’accuse d’avoir ordonné une campagne de meurtres, de tortures et de viols dans la région soudanaise occidentale du Darfour.
La semaine dernière, Bachir avait laissé entendre qu’il se retirerait si le Parti du congrès national (NCP) fixait à 60 ans l’âge de la retraite pour les responsables politiques.
L’opposition a estimé que le NCP cherchait à prévenir une vague de manifestations antigouvernementales inspirées par les révolutions en Tunisie et en Egypte.
Source : Reuters

 

Dimanche 20 février 2011 – La contestation continue en Tunisie
Mobilisés à travers le réseau social Facebook, des milliers de manifestants se sont rassemblés dimanche devant le palais du gouvernement à Tunis, pour réclamer la chute du gouvernement de transition et revendiquer une assemblée constituante.
Les manifestants sont descendus dans la rue en bravant une mise en garde lancée la veille par le ministère de l’intérieur. Le ministère a appelé au respect des dispositions de l’état d’urgence encore en vigueur depuis la chute du régime du président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier.
Source : AP

 

Dimanche 20 février 2011 – Déploiement policier en Iran, rassemblements sporadiques
Les forces de l’ordre se sont déployées dimanche à Téhéran et dans d’autres villes pour empêcher des rassemblements d’opposants au régime islamique. Le chef de la police a déclaré qu'”en dépit des efforts des ennemis qui veulent que la tension monte en Iran, rien ne s’est passé dans le pays.”
Les sites internet des opposants Mirhossein Moussavi et Mehdi Karoubi avaient appelé à des rassemblements à travers tout le pays en hommage aux 2 protestataires tués lors des manifestations de lundi. Moussavi et Karoubi avaient tous les deux brigué la présidence contre Ahmadinejad en juin 2009. Jeudi, la justice a annoncé que Karoubi et Moussavi seraient jugés pour activités subversives contre la révolution islamique. Certains députés ont réclamé leur pendaison.
Source : Reuters
Lire aussi : « Iran : la révolte gronde »

 

Dimanche 20 février 2011 – Yoweri Museweni réélu avec 68% en Ouganda, l’opposition conteste
Le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis un quart de siècle à Kampala, a été officiellement proclamé vainqueur de l’élection présidentielle de vendredi en Ouganda dont l’opposition conteste la régularité.
Pour leur part, les observateurs de l’Union européenne ont relevé une présence militaire superflue le jour du scrutin qui a, selon eux, créé un sentiment de malaise et d’intimidation.

Nombre d’Ougandais se plaignent de la corruption qui gangrène, d’après eux, le régime et du manque d’investissements dans les services publics et les infrastructures.
D’autres, en revanche, créditent Yoweri Museveni, un ancien chef de maquis devenu chef d’Etat, d’avoir rétabli la stabilité politique et une certaine prospérité économique après les années de dictature d’Idi Amin Dada.
Source : Reuters

 

Dimanche 20 février 2011 – Chine : police déployée en masse après des appels à manifester dans 13 villes
La police a été déployée en masse dimanche et a procédé à plusieurs arrestations pour empêcher des manifestations auxquelles les Chinois avaient été appelés sur l’internet dans 13 villes, dans le sillage des soulèvements du monde arabe, ont annoncé des militants.
Ces messages se sont multipliés malgré la censure. Depuis le début des troubles en Tunisie, Pékin a largement censuré les informations en provenance du monde arabe sur les soulèvements populaires contre le chômage, la hausse des prix, la corruption et l’absence de démocratie.
Par ailleurs, on était sans nouvelles d’une centaine de défenseurs des droits de l’Homme depuis samedi.
Source : AFP

 

Dimanche 20 février 2011 – Les Palestiniens fustigent Obama après le veto américain à l’ONU
Quelque 3.000 Palestiniens ont manifesté dimanche à Ramallah (Cisjordanie) contre l’administration Obama, pour fustiger le veto américain au Conseil de sécurité de l’ONU à une résolution réclamant une condamnation de la colonisation juive.
Les manifestants ont proclamé la détermination des Palestiniens à ne pas reprendre les négociations de paix avec Israël tant que la colonisation se poursuivrait.
La manifestation était organisée par le mouvement Fatah du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Elle s’est dispersée dans le calme.

Les États-Unis ont mis leur veto au Conseil de sécurité de l’ONU à un projet de résolution arabe, parrainé par 130 pays et condamnant la politique de colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés. Les 14 autres membres du Conseil, dont les Européens, ont voté en faveur de la résolution.
Le président Abbas a qualifié samedi de “victoire de la diplomatie palestinienne” le fait que 14 membres du Conseil de sécurité sur 15 aient voté pour la résolution anti-colonisation tandis qu’Israël se félicitait du veto américain et appelait à la reprise des négociations sans condition préalable.
Source : AFP
Lire aussi : « Palestine : la colonisation se poursuit »

 

Dimanche 20 février 2011 – Algérie : un député grièvement blessé dans la manifestation d’Alger
Un député du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD – opposition) a été grièvement blessé samedi lors d’une tentative de marche, réprimée par d’importantes forces de l’ordre, contre le régime dans le centre d’Alger, ont affirmé des membres de l’opposition.
En tout, “il y a eu une dizaine de blessés, dont 2 grièvement” a déclaré à l’AFP Khalil Moumène, membre de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), qui avait appelé à cette manifestation. Mais un haut responsable de la protection civile qui a requis l’anonymat s’est inscrit en faux contre ces déclarations.

Selon des journalistes, le nombre de manifestants, badauds et policiers confondus, était de 3.000 environ. Cette manifestation était interdite, comme elles le sont toutes dans Alger depuis 2001.
Le 3 février, M. Bouteflika, au pouvoir depuis 12 ans, puis jeudi dernier son Premier ministre Ahmed Ouyahia, ont fait des promesses d’ouverture.
La CNCD, qui regroupe des membres de la société civile, des syndicats autonomes et des formations politiques d’opposition, a été créée le 21 janvier dans la foulée des émeutes meurtrières du début de l’année qui ont fait 5 morts et plus de 800 blessés.
Source : AFP

 

Dimanche 20 février 2011 – Réchauffement climatique : risque accru d’infections et d’intoxications
Le réchauffement planétaire pourrait affecter la santé humaine dans les 30 prochaines années, selon des modèles informatiques présentés samedi à Washington montrant qu’un climat plus chaud et humide engendre un accroissement des toxines et des bactéries.
Ces recherches financées notamment par l’Agence fédérale des océans et de l’atmosphère (NOAA) américaine révèlent comment la montée globale des températures modifie les écosystèmes aquatiques en les rendant plus propices à la prolifération d’algues toxiques et de micro-organismes nocifs.

Une étude d’Eric Lipp de l’Université de Géorgie (sud-est) montre aussi comment l’accroissement de la poussière dans l’atmosphère provenant des déserts qui s’étendent sous l’effet du réchauffement climatique, facilite la multiplication de bactéries dangereuses dans les océans.
Depuis 1996, les cas d’infections avec ces bactéries liées à la consommation de fruits de mer, ont explosé de 85% aux Etats-Unis.
Source : AFP

 

Samedi 19 février 2011 – Heurts à Djibouti, 3 dirigeants d’opposition arrêtés
Trois dirigeants d’opposition ont été arrêtés samedi à Djibouti, au 2e jour d’affrontements entre forces de l’ordre et opposants qui réclament le départ du président Omar Guelleh.
Les incidents ont fait 2 morts vendredi.
Des manifestations ont encore été organisées samedi et la police est intervenue pour les disperser.
Les opposants affirment que le mouvement a réuni vendredi plusieurs milliers de personnes.

En avril, le Parlement a adopté un amendement constitutionnel autorisant le chef de l’Etat à briguer un 3e mandat. L’élection présidentielle doit avoir lieu en avril.
Djibouti, qui accueille des unités militaires françaises et américaines, est une position stratégique dans cette région de la Corne de l’Afrique. Dans son port mouillent les bâtiments de guerre étrangers chargés de protéger les routes maritimes menacées par les pirates somaliens.
Source : Reuters

 

Samedi 19 février 2011 – Comme en Égypte et en Tunisie, la Birmane Aung San Suu Kyi veut utiliser Twitter
La célèbre opposante birmane Aung San Suu Kyi compte bientôt ouvrir des comptes sur les sites internet Facebook et Twitter, à l’instar des militants pro-démocratie qui ont utilisé les réseaux sociaux en Égypte et en Tunisie, a-t-elle dit dans une interview publiée samedi au Canada.
Libérée en novembre, la “Dame” de Rangoun est désormais connectée à internet à son domicile, une première pour celle qui a passé la majeur partie des 20 dernières années en résidence surveillée, sans possibilité de communiquer.

Mais le débit de la connexion fournie par une société contrôlée par la junte au pouvoir est trop lent pour lui permettre d’accéder aux réseaux sociaux.
Les manifestations de 1988 qui ont vu émerger Mme Suu Kyi comme chef de file de l’opposition avaient été réprimées dans le sang, faisant quelque 3.000 morts. De même, les protestations menées par des moines en 2007 ont été dispersées par l’armée birmane.
Source : AFP
Lire aussi :
« Birmanie : aucun progrès de la junte »
« Birmanie : une population en souffrance »

 

Samedi 19 février 2011 – Les prix alimentaires proches de “la cote d’alerte”, estime la Banque mondiale
La flambée des prix alimentaires est en train d’atteindre la cote d’alerte et accroît l’instabilité politique, a averti samedi à Paris le président de la Banque mondiale Robert Zoellick.
Il a appelé les dirigeants du G20 à “considérer l’alimentation comme une priorité numéro un en 2011”.
La hausse continue des prix des denrées alimentaires, nourrie par la flambée des cours des matières premières agricoles, est une des causes des bouleversements en cours au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

La hausse des prix alimentaires a fait tomber entre juin et décembre 44 millions de personnes dans le monde sous le seuil de l’extrême pauvreté, selon la Banque mondiale.
Le seuil de l’extrême pauvreté est défini par des dépenses de 1,25 dollar par jour et par personne. D’après les dernières estimations en date de la Banque mondiale, 1,2 milliard de personnes dans le monde sont sous ce seuil.
Source : AFP

 

Samedi 19 février 2011 – Italie : Silvio Berlusconi jugé par trois femmes, une vengeance du destin
Hasard informatique mais vengeance du destin : le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, qui aime afficher son goût des jolies femmes, doit être jugé à compter d’avril par un collège exclusivement féminin, pour avoir fait se prostituer une jeune fille mineure.
M. Berlusconi est accusé d’avoir rétribué les prestations de Karima El Mahroug, alias “Ruby, la voleuse de cœurs”, et d’avoir fait pression pour la faire relâcher après son interpellation pour vol en mai dernier.

Le “Rubygate”, qui a pour protagonistes des dizaines de jeunes femmes affirmant avoir participé à des strip-tease et parties fines chez M. Berlusconi, a été la goutte d’eau de trop pour bon nombre d’Italiennes. Elles ont été un demi-million dimanche dernier à descendre dans les rues pour crier “basta” (ça suffit!) au milliardaire et magnat de la télévision, et surtout à un mécanisme de promotion des femmes qui se résumerait au passage dans le lit des puissants.
S’il est confirmé que M. Berlusconi savait que Ruby était mineure, le Cavaliere risque jusqu’à 3 ans de prison pour recours à la prostitution de mineure et 12 ans pour abus de pouvoir.
Source : AFP

 

Vendredi 18 février 2011 – La surpêche menace d’épuiser les océans dans les prochaines décennies
La surpêche a déjà fait disparaître les deux tiers des thons, morues et mérous dans les océans depuis un siècle, bouleversant l’écosystème et menaçant de réduire dangereusement cette source clé de l’alimentation humaine, ont mis en garde vendredi des experts.
“La surpêche a eu pour effet de modifier l’équilibre de la faune dans les océans alors que la forte diminution des gros prédateurs a fait exploser les populations de petits poissons”, a expliqué Villy Christensen, professeur à l’Université de Colombie Britannique au Canada.
Pour Reg Watson, un scientifique travaillant également à l’Université de Colombie Britannique, près de 50% de “l’accroissement de la consommation de poissons provient de la région Asie-Pacifique, dont 42% est le fait de la Chine seule”. “La Chine détermine l’offre et la demande de poissons”.
Source : AFP

 

Vendredi 18 février 2011 – Les hausses de prix renvoient les Boliviens dans la rue
Des secteurs entiers de l’économie bolivienne ont été paralysés vendredi par une grève générale et des manifestations, deuxième mobilisation nationale en moins de deux mois contre les hausses de prix dans l’un des plus pauvres pays d’Amérique du Sud.
Défiant de plus en plus ouvertement le président socialiste Evo Morales, la mobilisation est menée par la plus puissante centrale syndicale du pays andin, la COB, et ses organisations affiliées.
Les leaders du mouvement réclament des hausses de salaire, pour amortir la flambée des prix de denrées alimentaires ou de services vitaux comme le transport.

Le président bolivien, ancien dirigeant de la COB et l’un des gouvernants du bloc “antilibéral” d’Amérique latine, est ainsi confronté à la crise sociale et économique la plus longue et la plus profonde depuis son arrivée au pouvoir en 2006.
Les hausses de prix pèsent lourdement sur la population d’un pays où 6 personnes sur 10 vivent dans la pauvreté, et 3 sur 10 n’ont pas assez à manger, selon des chiffres 2010 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

La dernière forte mobilisation contre les prix en Bolivie, le 30 décembre, avait dérapé dans la violence, faisant 15 blessés.
Surtout, elle avait forcé l’État à une marche arrière spectaculaire, pour rétablir des subventions aux carburants, dont la suppression cinq jours plus tôt avait fait bondir de jusqu’à 83% le prix de l’essence.
Cette hausse, même éphémère, avait été aussitôt répercutée sur divers produits et services et continue de faire sentir ses effets, qui se conjuguent à des spéculations locales, à la sécheresse 2010 dans le sud qui a affecté la production agricole, et aux tensions inflationnistes mondiales.
Source : AFP
Lire aussi : « Bolivie : la tension reste vive avec les régions sécessionnistes »

 

Vendredi 18 février 2011 – Jordanie : premières violences contre le mouvement de contestation
Des partisans du régime jordanien ont attaqué vendredi une manifestation de centaines de jeunes qui réclamaient des réformes, faisant plusieurs blessés, les premières violences dans le royaume depuis le début du mouvement de contestation sociale et politique en janvier.
Contrairement à plusieurs autres pays arabes où des révoltes sont réprimées de façon violente, les manifestations dans le royaume s’étaient déroulées jusqu’à présent de façon pacifique.
Source : AFP

 

Vendredi 18 février 2011 – Les autorités irakiennes tentent d’apaiser l’agitation sociale
Les dirigeants irakiens, inquiets de l’extension des révoltes qui balaient le monde arabe, tentent de mettre un frein à l’agitation sociale qui secoue le pays depuis quelques semaines.
Achat de denrées alimentaires, report d’acquisition de matériel militaire, distribution d’électricité gratuite, baisse du train de vie des hommes politiques : le gouvernement multiplie les annonces susceptibles de calmer l’ire d’une population mécontente des conditions de vie.

L’irritation des Irakiens contre l’incurie des pouvoirs publics n’est pas nouvelle, mais la multiplication des manifestations contre les coupures d’eau, d’électricité ou l’approvisionnement en vivres inquiète le Premier ministre chiite, Nouri al Maliki, parfois directement visé par les protestataires.
Le parlement irakien avait approuvé la composition du gouvernement de Nouri al Maliki en décembre, mettant fin à neuf mois de tractations politiques depuis les élections législatives du 7 mars. Un accord de partage de pouvoir avait été conclu en novembre entre les trois grandes communautés d’Irak, les chiites, les sunnites et les Kurdes.
Source : Reuters

Vendredi 18 février 2011 – Le Groenland, un Eldorado de l’Arctique pour les compagnies pétrolières
Alléchées par les immenses réserves d’hydrocarbures inexploitées dans l’Arctique, les compagnies pétrolières ont mis le cap sur le Groenland, un Eldorado qui suscite beaucoup de convoitises au grand dam des défenseurs de l’environnement.
Signe de cet engouement, le gouvernement local a attribué en novembre dernier 7 blocs de prospection dans la baie de Baffin, à l’ouest du Groenland, à 8 compagnies pétrolières.

Le gouvernement groenlandais fonde beaucoup d’espoirs sur le pétrole, tremplin pour accéder à l’indépendance du Danemark. Les 56.000 habitants à majorité inuite vivent pour l’heure principalement de la pêche et des subsides de Copenhague.
Mettant en garde contre “une course suicidaire aux hydrocarbures”, Greenpeace envisage de nouvelles actions pour stopper les forages dans “le milieu fragile” de l’Arctique.
Source : AFP

Vendredi 18 février 2011 – L’Internet, un espace sous contrôle en Asie centrale
Médias indépendants, blogs et réseaux sociaux : les régimes autoritaires de l’Asie centrale ex-soviétique n’ont pas attendu les révolutions égyptiennes et tunisiennes pour contrôler l’accès aux sites susceptibles de stimuler les protestations.
L’Ouzbékistan use de l’arsenal policier pour contrôler les internautes, le Turkménistan pratique des tarifs prohibitifs, et au Kazakhstan une législation draconienne limite l’activité des blogueurs.
Et les médias d’État du Turkménistan et d’Ouzbékistan n’ont pas mentionné une seule fois les révolutions égyptienne et tunisienne, où l’internet a permis la mobilisation.
Source : AFP

Vendredi 18 février 2011 – Le Japon, empêché par des écologistes, interrompt sa pêche à la baleine
Le Japon a décidé d’interrompre prématurément sa campagne de pêche à la baleine dans l’Antarctique cet hiver, à cause du harcèlement mené par l’association de défense de l’environnement Sea Shepherd, a déclaré vendredi le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Michihiko Kano.
Les militants de cette association basée aux États-Unis poursuivent chaque année les baleiniers nippons à bord de leurs propres navires pour empêcher la capture des cétacés.
Selon la télévision publique NHK, les baleiniers nippons n’ont capturé jusqu’ici que 170 cétacés, soit 1/5e seulement de leur objectif de 850 prises.

Les bateaux japonais pêchent chaque année plusieurs centaines de baleines dans l’Antarctique au nom de la “recherche scientifique”, une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale qui interdit la chasse commerciale au cétacé depuis 1986. Mais les autorités japonaises affirment que cette pêche fait partie intégrante de la culture nippone, sans cacher que la viande de baleine termine sur les étals.
Source : AFP
Lire aussi : « Le Japon a tué 551 baleines cette année, 350 de moins que prévu »

 

Jeudi 17 février 2011 – La sécheresse en Somalie et au Kenya annonce un désastre humanitaire
La sécheresse qui frappe la Somalie a exacerbé la crise humanitaire dans le pays et entrainé de nouveaux déplacements de population vers les camps de réfugiés situés au Kenya, a mis en garde jeudi la Secrétaire général adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos.
« Le taux de malnutrition chez les enfants, déjà à des niveaux d’urgence en Somalie, a encore augmenté et environ 2,4 millions de personnes – 32% de la population somalienne – ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Je ne peux pas insister assez sur l’importance de trouver une solution politique en Somalie. Il n’y a que ça qui permettra à la population de vivre dans la paix et la dignité ».

Depuis 1991 et le renversement de Muhammad Siad Barre, la Somalie n’a plus de gouvernement central. Le pays a plongé dans l’anarchie, le chaos et la guerre civile entre factions rivales, entrainant des dizaines de milliers de morts, de déplacés et de réfugiés.
Abordant ensuite la situation au Kenya, qui subit aussi la sécheresse, Valerie Amos a mis en avant la nécessité « de renforcer la capacité du pays à répondre aux urgences humanitaires liées aux changements climatiques » après avoir rappelé que « les sécheresses récurrentes » étaient « la cause principale des situations d’urgence humanitaires dans le pays ».
Source : ONU
Lire aussi : « Les Somaliens souffrent de plus en plus »

 

Jeudi 17 février 2011 – En Belgique, une “révolution de la frite” pour un triste record mondial
Sans véritable gouvernement depuis les dernières élections il y a 249 jours, la Belgique a égalé jeudi le record mondial de la plus longue crise politique détenu par l’Irak, un évènement célébré avec ironie par une “révolution de la frite” festive dans le pays. Des manifestations ludiques ont rassemblé quelque 5.000 jeunes dans les principales villes universitaires, selon une fédération étudiante.
A Bruxelles, un millier d’étudiants se sont rassemblés afin de plaider en faveur de l’unité de la Belgique, menacée par les dissensions entre Flamands et francophones.

Depuis les élections du 13 juin 2010, la Belgique n’a pas réussi à former un véritable gouvernement, faute pour les Flamands et francophones de s’entendre sur un avenir commun. Les premiers réclament une autonomie régionale très renforcée, que leur refusent les seconds.
S’il avait fallu aux Irakiens 249 jours pour parvenir l’an dernier à un accord de partage du pouvoir entre Kurdes, sunnites et chiites, Flamands et francophones en sont toujours très loin.
Le pays continue à être dirigé par un cabinet chargé d’expédier les affaires courantes.
Source : AFP
Lire aussi : « La Belgique plus que jamais menacée d’éclater »

 

Jeudi 17 février 2011 – Canada : d’importants ministères visés par une cyberattaque venant de Chine
Le gouvernement canadien a été victime en janvier d’une cyberattaque majeure en provenance de Chine durant laquelle des pirates ont réussi à prendre le contrôle de systèmes clés du ministère des Finances et du Conseil du Trésor, ont rapporté mercredi soir des médias locaux.
Selon la chaîne privée CTV, il s’agit de pirates employés par le gouvernement chinois. “L’espionnage en provenance de Chine est devenu un problème majeur pour le Canada”, a dit à CTV un fonctionnaire “haut placé” qui a conservé l’anonymat.

La semaine dernière encore, la société de sécurité informatique McAfee rapportait que plusieurs grands groupes pétroliers internationaux sont victimes depuis plus d’un an de pirates informatiques chinois qui cherchent à voler des informations confidentielles.
Et l’an dernier une commission du Congrès américain avait accusé Pékin de piloter des attaques “massives” contre les systèmes informatiques des États-Unis. En janvier 2010, c’était Google qui se disait victime d’attaques originaires de Chine qui visaient notamment des comptes Google appartenant à des militants des droits de l’Homme.
Source : AFP
Lire aussi : « La Chine se prépare-t-elle à la guerre contre les USA ? »

 

Jeudi 17 février 2011 – Pollution des océans : l’Onu tire la sonnette d’alarme
Des millions de déchets plastiques et les rejets de phosphores venant des engrais agricoles menacent les océans d’asphyxie, met en garde jeudi le rapport 2011 du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).
Côté santé, on soupçonne ces polluants chimiques de finir à terme dans la chaîne alimentaire humaine. Les menaces évoquées vont des troubles de croissance endocriniens aux mutations génétiques en passant par les risques carcinogènes.
Source : AFP

Mercredi 16 février 2011 – Le changement climatique a accru l’intensité des inondations
Le réchauffement climatique a accru l’intensité des pluies diluviennes et des inondations dans l’hémisphère Nord au cours de la seconde moitié du 20e siècle, selon des travaux publiés mercredi.
Deux études paraissant dans la revue scientifique britannique Nature figurent parmi les premières établissant un lien direct entre le changement climatique et son impact sur des événements météorologiques extrêmes. Jusque là, ce lien restait essentiellement théorique.
Source : AFP

Mercredi 16 février 2011 – Afrique du Sud : 3 jours de batailles de rue dans le township d’Ermelo
La police anti-émeute sud-africaine s’est engagée mercredi dans la guérilla urbaine qui oppose depuis 3 jours les forces de l’ordre aux manifestants d’un bidonville du bassin charbonnier du pays, lassés de vivre dans la pauvreté et le chômage.
Les policiers chargeaient le moindre attroupement dans les rues de Wesselton, principal township de la ville minière d’Ermelo, à quelque 200 km à l’est de Johannesburg.
Pendant 2 jours, les émeutiers avaient tenu en échec la police locale, finalement contrainte d’appeler des renforts.

Les affrontements de Wesselton figurent parmi les plus violentes explosions de colère qui éclatent régulièrement dans les anciens ghettos noirs hérités de l’apartheid.
Construits à l’écart des cités blanches pour abriter la main d’œuvre en majorité noire, les townships abritent une population défavorisée, souffrant d’un chômage massif et encore souvent privée de logement décents, d’eau courante ou d’électricité, en dépit des progrès accomplis depuis la chute du régime raciste en 1994.

Le président Jacob Zuma, élu en mai 2009 sur un programme de lutte contre la pauvreté et le chômage, a promis la semaine dernière de faire de 2011 l’année de la création d’emplois. Des élections municipales sont annoncées pour mai. Mais les habitants de Wesselton, comme la majorité des pauvres du pays, dénoncent la corruption des élus locaux.
En mai 2008, de semblables frustrations avaient pris les étrangers pour cible, lors d’émeutes xénophobes dans lesquelles 60 personnes avaient été tuées, faisant fuir des dizaines de milliers de Zimbabwéens, Mozambicains et autres immigrés.
Source : AFP
Lire aussi : « Afrique du Sud : passage de pouvoir sur fond de crise »

 

Mercredi 16 février 2011 – Gorbatchev a “honte” de la Russie, 20 ans après la fin de sa perestroïka
Le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a vertement critiqué mercredi une Russie aux élites “dépravées” où la vie politique se résume à une “imitation”, disant avoir “honte” de son pays près de vingt ans après la fin de la perestroïka qu’il avait lancée. Dans un long entretien accordé au journal d’opposition Novaïa Gazeta dont il est l’un des actionnaires, M. Gorbatchev a notamment raconté que le chef adjoint de l’administration du Kremlin, Vladislav Sourkov l’a empêché de créer un parti.
Alors que le président Medvedev prône une modernisation de la Russie, M. Gorbatchev a estimé que l’un des principaux obstacles, la fuite des cerveaux, s’expliquait par les carences démocratiques.
Source : AFP

Mercredi 16 février 2011 – La Corée du Nord célèbre, dans la pénurie, le 69e anniversaire de Kim
La Corée du Nord célébrait mercredi le 69e anniversaire de son dirigeant Kim Jong-Il mais, selon un groupe de transfuges, les festivités étaient plus réduites qu’à l’habitude en raison notamment de la pénurie alimentaire chronique.
Kim Jong-Il, qui a subi une attaque cérébrale en août 2009, selon les services de renseignement, a engagé le processus de succession en faveur de son plus jeune fils Kim Jong-Un, 28 ans.

Le pays avait connu une famine dans les années 90 faisant des centaines de milliers de morts et compte depuis lors fortement sur l’aide internationale. Mais cette aide s’est nettement tarie à la suite de sanctions et face aux menaces que fait peser le régime communiste qui n’a pas renoncé à son programme nucléaire.
Jusqu’en 2008, la Corée du Sud avait l’habitude de livrer 400.000 tonnes de riz et 300.000 tonnes d’engrais par an à son voisin du Nord. Mais les conservateurs arrivés au pouvoir en 2008 ont décidé d’interrompre ce programme tant que Pyongyang ne s’engagerait pas dans le désarmement nucléaire.

Une mission conjointe des agences alimentaires de l’ONU se trouve en Corée du Nord pour évaluer la situation alimentaire après un hiver particulièrement rigoureux et alors que les prix de la nourriture ne cessent de grimper, a indiqué vendredi un membre de l’ONU. La mission de l’ONU fait suite à une demande formelle de la Corée du Nord d’évaluation de sa sécurité alimentaire à court terme à la lumière du fait que Pyongyang ne pourra pas importer de la nourriture, comme initialement prévu.
Source : AFP
Lire aussi :
« La Corée du Nord de plus en plus menaçante »
« Corée du Nord : la détresse de la population »

 

Mercredi 16 février 2011 – Chevron condamné à une peine record pour des années de pollution sans contrôle
La condamnation lundi du groupe pétrolier américain Chevron à une peine record de 9,5 milliards de dollars pour les opérations de Texaco en Équateur entend réparer des dizaines d’années de pollution sans contrôle dans l’Amazonie.
Selon l’Association des victimes de Texaco (rachetée par Chevron en 2001), cette compagnie opérant en Équateur entre 1964 et 1990 sur une concession d’un million d’hectares a fait preuve d’une négligence systématique.

La cour a par ailleurs estimé qu’il existait une probabilité “suffisante” de conséquences d’ordre sanitaire. Les plaignants – représentant 30.000 habitants de la région – affirment que le taux de cancer est largement au-dessus de la moyenne, évoquant aussi un taux anormal de leucémies infantiles et un taux de fausses couches 2,5 fois au-dessus de la moyenne.

Lundi, Chevron Texaco a été condamné à l’amende la plus forte dans l’histoire du droit de l’environnement. Mais, après ce premier round faisant suite à 18 ans de bataille judiciaire aux États-Unis puis en Équateur, aucune des deux parties n’a déclaré forfait.
“Nous allons interjeter appel afin que le juge ré-examine le montant”, de la condamnation, a annoncé mardi à la presse Luis Yanza, coordinateur de l’association des victimes, jugeant le montant de l’amende “insuffisant”.
“Le groupe va faire appel”, a également confirmé un porte-parole de Chevron, en évoquant la “falsification d’expertises scientifiques” ou “des pressions sur les magistrats”.
Source : AFP

Mercredi 16 février 2011 – Jusqu’à 10% du riz cultivé en Chine pollué par des métaux toxiques
Jusqu’à 10% du riz récolté en Chine est contaminé par des métaux lourds toxiques dispersés dans la nature, conséquences incontrôlées de la rapide croissance industrielle, a rapporté mercredi la presse.
D’énormes quantités de riz sont contaminées depuis des années par ces métaux tels que le cadmium, mais pratiquement rien n’a été fait pour alerter sur les dangers entraînés par cette pollution, a précisé l’hebdomadaire Nouveau siècle, en se fondant sur des études scientifiques menées depuis 2007.
Le riz est l’aliment de base en Chine, qui en produit 200 millions de tonnes par an.

Le cadmium est une substance reconnue toxique et cancérigène, qui s’accumule dans le corps humain tout au long de la vie, avec des impacts sur les reins, les os et le foie.
Les déversements accidentels de produits chimiques avec de graves conséquences pour la santé sont fréquents en Chine, où le respect de l’environnement est encore souvent sacrifié sur l’autel de la croissance économique. Le pays est par ailleurs régulièrement confronté à des scandales alimentaires.
Source : AFP
Lire aussi : « Lait contaminé : le “made in China” jugé, 3 condamnations à mort »

 

Mardi 15 février 2011 – Le “Sud-Soudan”, nom de la nouvelle nation africaine
Le Sud-Soudan sera le nom du nouveau pays africain, né de la partition avec le Soudan, une fois qu’il aura été reconnu par la communauté internationale en juillet, a déclaré mardi un haut responsable du parti au pouvoir, le SPLM (Mouvement populaire de libération du Soudan, ex-rebelles).
Lors d’un référendum tenu du 9 au 15 janvier, les Sud-Soudanais ont voté à près de 99% en faveur de l’indépendance, divisant ainsi le plus vaste pays d’Afrique. Cette consultation était un élément clé de l’accord de paix qui avait mis fin en 2005 à plus de deux décennies de guerre civile meurtrière entre le Nord, principalement musulman et arabe, et le Sud, majoritairement chrétien et noir.

Le Sud-Soudan fait face à de nombreux défis : plus de 200 personnes sont mortes, selon des responsables sudistes, dans des affrontements entre l’armée sudiste et des rebelles la semaine dernière dans la région de Jonglei.
Des affrontements distincts ont eu lieu vendredi dans une autre province du Sud-Soudan, l’Équateur occidental, entre des tribus d’éleveurs rivales, Dinka et Jur, a indiqué le gouverneur adjoint de la province.
Source : AFP

Mardi 15 février 2011 – Arabie Saoudite : Ryad doit accélérer les réformes face à la dissidence
Le roi Abdallah d’Arabie saoudite dispose de revenus pétroliers suffisants pour éviter un mouvement comme ceux qui ont soulevé les masses en Egypte et en Tunisie, mais ce monarque âgé va devoir intensifier les réformes pour contenir les dissidents, estiment analystes et diplomates.
Si le premier pays exportateur de pétrole a placé plus de 400 milliards de dollars pour répondre aux revendications sociales, il lui faut traiter des questions comme l’emploi, le logement et les aspirations d’une “cybergénération” impatiente de se faire entendre.

Dans un pays de 19 millions d’habitants très contrôlé et à peu près dénué d’opposition politique, les Saoudiens commencent tout juste à bougonner sur Twitter contre la corruption. Voici peu, des islamistes ont créé un parti d’opposition.
A Djeddah, deuxième ville du royaume, un vent de colère a soufflé après des inondations qui se sont soldées par 10 morts. Fait rare, des manifestations ont eu lieu tandis que des éditorialistes s’interrogeaient sur l’impréparation des services compétents et l’état des infrastructures.

Depuis son accession au pouvoir en 2005, Abdallah, qui est âgé d’environ 87 ans, n’a presque rien entrepris pour modifier un régime de monarchie absolue, et il s’est très peu employé à réformer un code social qui impose des restrictions exceptionnellement sévères au comportement individuel.
Sur les projets de réforme à long terme plane la question sans réponse de la succession dans un pays gouverné depuis près de 60 ans par une seule génération de rois dont le père et fondateur de l’Etat, Abdelaziz ibn Séoud, eut 37 fils.
Source : Reuters

Mardi 15 février 2011 – Cambodge-Thaïlande : tension électrique malgré l’appel de l’ONU
Le “cessez-le-feu permanent” demandé par les Nations unies à Bangkok et Phnom Penh semblait plus fragile que jamais mardi, après l’annonce par l’armée thaïlandaise qu’un soldat avait été blessé lors d’un nouvel incident à la frontière.
Les deux voisins se disputent une zone frontalière qui abrite le temple de Preah Vihear, des ruines du XIe siècle dont le classement par l’Unesco en 2008 avait provoqué la colère des nationalistes thaïlandais. Ils se rejettent mutuellement la responsabilité du déclenchement d’affrontements à l’arme lourde qui les ont opposés entre le 4 et 7 février, tuant 10 personnes dont 7 côté cambodgien.

Le temple khmer au cœur de la dispute relève de la souveraineté du Cambodge, selon une décision de la Cour internationale de justice de 1962. Mais les Thaïlandais contrôlent ses principaux accès et les deux pays revendiquent une zone de 4,6 km2 en contrebas de l’édifice qui n’a pas été délimitée, comme d’autres zones de la frontière.
La Thaïlande a accusé l’Unesco d’avoir déclenché la dispute en classant le temple.
Source : AFP
Lire aussi : « Cambodge : mise en garde contre les risques d’un « conflit armé » avec la Thaïlande »

 

Lundi 14 février 2011 – Sri Lanka : retour des déplacés alors que de nouvelles intempéries sont attendues
Après des pluies torrentielles qui ont causé des inondations dévastatrices en janvier, le retour d’un climat plus calme a permis aux milliers de déplacés de retourner dans leurs villages.
Le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) s’inquiète toutefois de l’arrivée de nouvelles intempéries. « La population totale des déplacés est passée de 69.627 personnes à moins de 10.000 aujourd’hui », a indiqué lundi OCHA tout en précisant que les prévisions météorologiques sont mauvaises.

Selon le ministère sri lankais de l’agriculture, des rizières représentant l’équivalent de 450.000 tonnes de riz ont été endommagées lors des inondations de janvier et cette seconde vague va causer des dégâts encore plus importants, menaçant les personnes les plus vulnérables. Dans le district de Batticaloa, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déjà distribué une aide alimentaire pour 192.000 personnes. Cependant, l’appel de fonds lancé par l’ONU et ses partenaires est à ce jour financé à hauteur de 27%, souligne le Bureau de coordination des affaires humanitaires.
Source : ONU

Lundi 14 février 2011 – Liban : six ans après la mort de Rafic Hariri, son fils passe à l’opposition
Six ans après l’assassinat de Rafic Hariri, son fils Saad, Premier ministre sortant, a annoncé lundi qu’il allait diriger une nouvelle opposition face à un gouvernement formé selon lui sous la menace des armes. Il a annoncé son passage à l’opposition après que le Hezbollah a renversé son gouvernement il y a un mois à la suite d’un bras de fer sur le tribunal de l’ONU (TSL) chargé d’enquêter sur l’attentat qui a tué son père.

L’attaque à la camionnette piégée qui a tué Rafic Hariri et 22 autres personnes le 14 février 2005 à Beyrouth avait provoqué des manifestations monstres appelant au retrait de la Syrie, pointée du doigt.
Sous la pression internationale, Damas avait dû retirer ses troupes du Liban, après 29 ans de tutelle militaire. Mais le sentiment d’euphorie n’a pas duré. L’assassinat a divisé le Liban en deux camps : la coalition du “14-Mars”, soutenue par les États-Unis et l’Arabie saoudite derrière Saad Hariri, et le puissant mouvement chiite Hezbollah, appuyé par l’Iran et la Syrie.

Le camp Hariri a remporté deux victoires électorales dans la foulée de l’attentat et Saad Hariri a été désigné en 2009 à la tête d’un gouvernement d’union. Le Hezbollah, qui s’attend à être mis en cause par le TSL, a tenté en vain pendant des mois de pousser Saad Hariri à désavouer cette instance créée en 2007 par l’ONU à la demande du Liban. Faute d’y parvenir, les ministres de son camp ont démissionné mi-janvier, entraînant la chute du gouvernement Hariri.
Le ralliement de partisans du leader druze Walid Joumblatt a ensuite permis au camp du Hezbollah de devenir majoritaire au Parlement, et le milliardaire Najib Mikati, un proche du chef de l’État syrien, a été désigné Premier ministre. Il mène actuellement des consultations pour former son gouvernement.
Source : AFP

Lundi 14 février 2011 – Afghanistan : l’offensive de Kandahar semble loin de son terme
Lancée il y a presque un an, l’offensive des forces internationales à Kandahar, berceau des talibans dans le sud de l’Afghanistan, semble loin d’être terminée, tant la population y reste hostile à la présence américaine et les attaques fréquentes.
L’opération Hamkari (“entraide”) de la force de l’Otan en Afghanistan (Isaf) vise à reprendre le contrôle de cette province stratégique, grâce notamment aux renforts américains envoyés depuis deux ans.
Le nombre de victimes civiles reste inconnu, mais plusieurs dizaines de milliers des 128.000 habitants des trois districts ont fui l’offensive.

Aujourd’hui, l’Isaf dit avoir repris le contrôle sur un rayon de 30 à 40 km autour de Kandahar. Elle espère que la phase actuelle de “fixation”, avec distribution d’argent et projets de développement, éloignera la population des talibans et la feront basculer dans le camp du gouvernement.
Mais dans ces campagnes, la population pachtoune, ethnie des talibans “historiques”, est largement illettrée et coupée du monde, seulement soumise à la propagande des rebelles.

Pour étendre leur emprise, les forces afghanes, impliquées dans chaque opération et formées par l’Isaf dans la perspective de son retrait, prévu progressivement d’ici à la fin 2014, jouent un rôle crucial, car mieux acceptées par la population que les soldats étrangers.
Mais faute d’effectifs suffisants dans ces forces, l’Isaf promeut l’ALP (Police locale afghane), des unités de civils volontaires formés, payés et armés chargés d’assurer la sécurité des villages, et qui pourraient être à terme intégrés dans la police afghane.
Source : AFP

Samedi 12 février 2011 – La Grèce dénonce une ingérence de l’UE et du FMI
La Grèce a accusé samedi l’Union européenne et le Fonds monétaire international d’ingérence dans ses affaires intérieures après avoir été invitée par ses créanciers à accélérer ses réformes et à procéder à davantage de privatisations.
Vendredi, des inspecteurs de l’UE et du FMI sont venus en Grèce examiner la mise en œuvre du plan de sauvetage qui a permis à Athènes d’échapper à la faillite.

Ils ont donné leur feu vert au déblocage d’une tranche d’aide de 15 milliards d’euros, mais ils ont été plus critiques que lors de leurs précédentes visites.
Ils ont estimé que le gouvernement devait procéder à beaucoup plus de privatisations. Les prêteurs ont fixé un ambitieux programme, estimant que les privatisations devraient permettre de recueillir 50 milliards d’euros en 2011-2015. Le ministre des Infrastructures, Dimitris Reppas, a jugé que le nouvel objectif pour les privatisations n’était pas réaliste.
Source : Reuters

Vendredi 11 février 2011 – La situation des sinistrés haïtiens pourrait perdurer en 2011
La lenteur des travaux de reconstruction à Haïti va probablement conduire des centaines de milliers de victimes du tremblement de terre de continuer à vivre dans des logements de fortune en 2011, a déclaré vendredi l’Organisation internationale pour les migrations.
Selon l’OIM, 810.000 Haïtiens vivaient toujours dans des camps au mois de janvier, soit un an après le séisme, contre 1,5 million en juillet dernier.

Le recul des dons et l’instabilité politique expliquent en partie la lenteur de la reconstruction dans l’île caribéenne.
A ces problèmes s’ajoutent à présent des interrogations sur l’attitude des propriétaires des terrains où ont été installés les camps. Plus de la moitié des 1.152 camps se trouvent sur des terrains appartenant à des propriétaires privés. On estime aujourd’hui que 99 sont sous la menace d’une demande de restitution.
Source : Reuters

Vendredi 11 février 2011 – L’alcool tue plus que le sida ou la tuberculose, prévient l’OMS
L’alcool est à l’origine de près de 4 % des décès dans le monde, soit plus que le sida, la tuberculose ou la violence, a fait savoir vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
La hausse du niveau de vie dans des pays émergents peuplés comme l’Inde ou l’Afrique du Sud est une des causes de l’augmentation de la consommation, avec le développement de la pratique de l'”alcoolisation massive” (“binge drinking”) dans certains pays développés, relève l’agence onusienne.

Dans le même temps, la lutte contre la surconsommation de boissons alcoolisées semble ne pas être une priorité de santé publique pour la plupart des gouvernements malgré ses graves conséquences sociales – accidents de la circulation, violences, maladies, absentéisme au travail, délaissement des enfants, etc.

Environ 2 millions et demi de personnes décèdent chaque année des conséquences de l’alcool, estime l’OMS dans un rapport global sur l’alcool et la santé, qui précise que ce phénomène est le premier facteur de risque mortel pour les hommes âgés de 15 à 59 ans.
En Russie et dans les anciennes républiques soviétiques, l’alcool est responsable d’1 décès sur 5, soit le plus fort taux de mortalité mondial.
Source : Reuters

Vendredi 11 février 2011 – Micro-blogging et nouvelle campagne contre les rapts d’enfants en Chine
Un compte de micro-blogging a permis de retrouver des enfants enlevés en Chine et a été virtuellement pris d’assaut par des parents pleins d’espoir, tout en poussant le gouvernement à annoncer une nouvelle campagne contre les milliers de rapts de mineurs chaque année.
La campagne annoncée tard jeudi par le ministère de la Sécurité publique illustre le poids croissant de l’internet en Chine en dépit de la censure.

Favorisés par la politique de l’enfant unique, les enlèvements et le trafic d’êtres humains représentent un fléau en Chine.
La mise au jour, en 2007, d’un réseau qui avait contraint des milliers d’enfants à l’esclavage dans des briqueteries et des mines avait outré le pays. Les autorités avaient réagi par une campagne de répression ayant permis de retrouver et sauver des milliers d’adultes et d’enfants enlevés.
La population chinoise, par le biais de l’internet, accuse souvent les autorités, notamment la police, d’inertie et d’indifférence.
Source : AFP

Jeudi 10 février 2011 – Tchad/Soudan : toujours des enfants-soldats chez les rebelles et l’armée (Amnesty)
Des milliers d’enfants, parfois âgés de seulement 13 ans, continuent à être utilisés par les groupes rebelles mais aussi par l’armée dans l’est du Tchad et au Darfour (Soudan), souligne Amnesty International (AI) dans un rapport publié jeudi.
“Les droits des enfants sont violés impunément de deux côtés de la frontière” tchado-soudanaise affirme le rapport sur les enfants soldats réalisé entre avril 2009 et octobre 2010.

L’est du Tchad abrite des camps de réfugiés venus du Darfour (ouest du Soudan), zone en guerre civile, ainsi que de Centrafrique, mais également des déplacés tchadiens, estimés globalement à 450.000 personnes.
“Tous les acteurs impliqués dans le conflit à l’est du Tchad ont recruté et utilisent des enfants : l’armée nationale tchadienne (ANT) comme les groupes armés d’opposition. Des chefs communautaires de différents groupes ethniques utilisent les enfants dans des conflits violents communautaires”, écrit AI.
Source : AFP
Lire aussi :
« Tchad : les 500.000 réfugiés de l’est en danger«
« Darfour : paix avec un mouvement rebelle, combats avec un autre« 

 

Jeudi 10 février 2011 – La frontière avec l’Égypte fermée, Gaza est redevenue une “grande prison”
La bande de Gaza, déjà sous blocus israélien, est redevenue une “grande prison” avec des milliers de Palestiniens incapables de sortir ou de rentrer après la fermeture de la frontière égyptienne, hermétique depuis le début de la crise en Égypte.
“C’est de nouveau le blocus. Des milliers de personnes sont piégées. La situation est terrible. Gaza est redevenue une grande prison”, déplore Ghazi Hammad, chef du département général des Frontières pour le gouvernement du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza.

Si la crise égyptienne entraîne d’abord des drames humains pour les Gazaouis, elle affecte aussi le négoce frontalier semi-clandestin qui alimente ce territoire déshérité en vivres, biens de consommation, carburants et surtout en matériaux de construction.
A un kilomètre du terminal de Rafah, dans la zone des tunnels de contrebande, Abou Taha supervise avec ses ouvriers l’arrivée de sacs de ciment. L’activité de son tunnel a chuté et ne fonctionne plus qu’à 30% depuis le déclenchement du soulèvement en Égypte. Les manivelles ont stoppé dans la plupart des tunnels voisins. Et le prix du ciment a évidemment flambé.
Source : AFP
Lire aussi : « Bande de Gaza : l’impasse »

 

Lundi 7 février 2011 – L’Iran dévoile de nouveaux missiles et satellites
L’Iran a dévoilé de nouveaux missiles et satellites, lundi à l’occasion des célébrations du 32e anniversaire de la Révolution islamique. La commémoration du renversement du chah est souvent l’occasion pour le régime de Téhéran de faire étalage de ses progrès en matière de défense.
Même si l’Iran n’est engagé dans aucun conflit militaire, le pays est en alerte constante contre d’éventuelles attaques des Etats-Unis ou d’Israël, qui n’ont jamais écarté l’option de frappes préventives pour empêcher la République islamique de se doter de l’arme atomique. L’Iran dément que son programme d’enrichissement de l’uranium soit à usage militaire.

Un chef de l’armée idéologique du régime, Ali Fadavi, a réaffirmé que l’Iran pouvait fermer le détroit d’Ormuz en cas de menace. Quarante pour cent du transport pétrolier mondial par la mer transite par cette passe.
“Le Golfe et le détroit d’Ormuz sont sous la domination totale des gardiens de la Révolution (…) et il serait bloqué en cas de menace”, a-t-il dit à l’agence officieuse Mehr. Une hypothèse à laquelle ne croient guère les experts, car elle priverait l’Iran de ses propres exportations de pétrole brut.
Source : Reuters
Lire aussi : « Iran : agir militairement ? »

 

Vendredi 4 février 2011 – Présidentielle au Niger : l’opposant Mahamadou Issoufou en tête
L’opposant Mahamadou Issoufou est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle au Niger avec 36% des voix. Il devance l’ex-Premier ministre Seini Oumarou (23%).
Le taux de participation s’élève à 53%. Un second tour verra M. Issoufou, un opposant au président déchu Mamadou Tandja, affronter M. Oumarou, qui fut Premier ministre sous la présidence de M. Tandja. Le parti de M. Issoufou a remporté des élections locales et régionales le mois dernier.

Quelque 6,7 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes lundi pour une présidentielle organisée près d’un an après le coup d’Etat qui a chassé du pouvoir Mamadou Tandja. Dix candidats étaient en lice. Des élections législatives étaient également organisées dans 116 circonscriptions.
Pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, le Niger figure parmi les Etats les moins développés, avec un taux de 70% d’illettrisme parmi sa population, et le plus fort taux de natalité au monde.
Source : AP

Vendredi 4 février 2011 – HCR : 25.000 Pakistanais fuient des combats dans les zones tribales au nord
Quelque 25.000 personnes ont été déplacées au cours des derniers jours en raison de nouvelles opérations militaires contre les insurgés dans les zones tribales au nord-ouest du Pakistan et si les combats s’intensifient, jusqu’à 90.000 personnes pourraient être déplacées d’ici à la fin février, s’est inquiété vendredi le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
Le HCR a établi deux nouveaux camps pour accueillir ces déplacés.

Le conflit qui perdure dans les zones tribales du nord du Pakistan a entrainé le déplacement d’environ un million de personnes ces dernières années. Les retours se font au rythme de la reprise des combats. Depuis septembre, environ 8500 personnes sont toutefois retournées dans le Sud-Waziristan, et 162.000 autres dans la région d’Orakzai Agency depuis début 2010.
Source : ONU

Vendredi 4 février 2011 – Australie : la réduction des risques à permis de limiter l’impact du cyclone Yasi
Le fait que le nord-est de l’Australie n’ait pas subi de pertes en vies humaines après le passage du cyclone Yasi, pourtant à son intensité maximale lorsqu’il a touché terre, s’explique par le niveau élevé de sensibilisation aux risques et de préparation de la population et des autorités, plutôt qu’à un quelconque « miracle », a estimé vendredi la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la réduction des risques de catastrophe, Margareta Wahlström.

« Avant que le cyclone Yasi ne touche la côte nord-est du pays, les autorités avaient mis en garde contre les risques présenté par ce phénomène météorologique de la taille de l’ouragan Katrina qui a frappé le sud des Etats-Unis en 2005 », rappelle encore la Représentante spéciale. Selon elle, l’arrivée d’un tel cyclone était également conforme aux prévisions du Bureau météorologique d’Australie, qui annonçait dés l’année dernière que le pays connaîtrait des épisodes cycloniques plus fréquents et plus violents cette saison.
L’Australie a une longue histoire de phénomènes météorologiques extrêmes.
Source : ONU

Jeudi 3 février 2011 – Le Népal élit un Premier ministre, mettant un terme à sept mois de crise
Les parlementaires népalais ont élu jeudi comme nouveau Premier ministre Jhalanath Khanal, mettant fin à sept mois d’incertitude politique au Népal, l’un des pays les plus pauvres du monde, en proie à une grave crise économique.
M. Khanal, 60 ans, président du Parti marxiste-léniniste (UML), a été élu après avoir obtenu le soutien des maoïstes, qui constituent le plus important groupe du Parlement.

Cette élection met fin à une impasse de sept mois. Depuis la démission du Premier ministre Madhav Kumar Nepal le 30 juin sous la pression du parti d’opposition maoïste, les dirigeants n’avaient pas réussi à trouver un accord pour former un gouvernement de coalition.
M. Khanal n’a obtenu le soutien des maoïstes qu’à la dernière minute, après que leur chef Pushpa Kamal Dahal, dit “Prachanda”, eut accepté de se retirer de la course.
Il est probable que le nouveau gouvernement comptera d’anciens rebelles.

Les maoïstes ont mené contre l’État une guerre civile de dix ans qui a fait 13.000 morts et 100.000 déplacés. La paix revenue, après avoir remporté les élections de 2008, ils avaient formé un gouvernement de coalition avec l’UML. Mais “Prachanda” avait démissionné moins d’un an plus tard du poste de Premier ministre en raison d’un différend avec le chef de l’armée.
L’UML s’était alors allié avec le Parti du Congrès népalais, le deuxième groupe par son importance au Parlement. Cette coalition avait éclaté en juin dernier sous la pression intense des maoïstes.
La conduite du pays était depuis assurée par un gouvernement intérimaire aux pouvoirs très limités.
Source : AFP
Lire aussi : « Népal : légers progrès mais la violence menace »

 

Mercredi 2 février 2011 – Le président centrafricain Bozizé obtient une majorité contestée
Le chef de l’Etat centrafricain, François Bozizé, a remporté la majorité des voix au scrutin présidentiel du 23 janvier, mais ses adversaires ont rapidement qualifié ce résultat provisoire de frauduleux.
Porté au pouvoir par un coup de force en 2003, Bozizé a obtenu 66% des suffrages exprimés, ce qui lui permet d’envisager un nouveau mandat de cinq ans sans second tour de scrutin.
D’autres candidats ont dénoncé des irrégularités en accusant l’organe électoral de parti pris en faveur de Bozizé.

La République centrafricaine recèle d’importantes quantités d’uranium, d’or et de diamants, mais l’instabilité et l’isolement, dû notamment à des infrastructures routières dégradées, y découragent les investisseurs.
Outre des groupes rebelles autochtones, les insurgés de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), arrivés d’Ouganda il y a plusieurs années, terrorisent les populations civiles.
Des casques bleus déployés dans le Nord s’en sont retirés l’an dernier, mais une force de paix régionale reste en place dans le pays afin de soutenir l’armée gouvernementale.
Source : Reuters

Mardi 1er février 2011 – Sri Lanka : lancement d’un plan de reconstruction pour le nord du pays
Pour aider les communautés du nord du Sri Lanka à reconstruire leur vie après la fin de la guerre civile entre les forces gouvernementales et les séparatistes Tamouls en 2009, le gouvernement sri lankais, en collaboration avec l’ONU, ses agences et des organisation non-gouvernementales (ONG), a lancé mardi un « Plan conjoint d’aide à la province du Nord en 2011 » (APP).
Ce programme, qui va durer un an, établit les activités prioritaires et les stratégies à entreprendre au cours de l’année 2011 pour aider les dizaines de milliers de Sri Lankais qui avaient fui les combats entre l’armée gouvernementale et les Tigres de l’Eelam tamoul.
Source : ONU

Lundi 31 janvier 2011 – Le président kazakh écarte un plébiscite mais annonce un scrutin anticipé
Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, au pouvoir depuis l’époque soviétique, a renoncé lundi à un référendum pour prolonger son mandat jusqu’en 2020, mais a annoncé une présidentielle anticipée qu’il est quasiment assuré de remporter dans ce pays d’Asie centrale.
Le Parlement kazakh avait approuvé le 14 janvier, malgré les réticences affichées par le chef de l’État, une initiative signée par cinq millions de personnes (sur 15 millions d’habitants) proposant d’annuler les présidentielles de 2012 et 2017 et de prolonger jusqu’en 2020 le mandat de M. Nazarbaïev, au pouvoir depuis 1989.

Au Parlement, tous les sièges sont contrôlés par le parti de M. Nazarbaïev, qui est considéré comme un autocrate par de nombreux observateurs et très critiqué par les organisations de défense de droits de l’homme. L’opposition a été totalement marginalisée, le pays étant de facto dirigé par un parti unique depuis les législatives de 2007.
Mais l’Occident évite généralement de critiquer le Kazakhstan, afin de maintenir ses bonnes relations avec cette puissance pétrolière stratégique encadrée par la Russie et la Chine.
Source : AFP

Samedi 29 janvier 2011 – Albanie : le pire a été évité, mais la situation reste très fragile
Après une semaine de crise aiguë, où le pays a failli sombrer dans le chaos, la situation reste fragile en Albanie, même si la communauté internationale a réussi à éviter le pire, sans pouvoir cependant apaiser le climat entre le pouvoir et l’opposition, selon des analystes.
“La communauté internationale a eu un rôle décisif en empêchant une confrontation” entre les protagonistes, estime l’analyste Alban Bala, en allusion aux interventions européennes et américaines qui se sont multipliées la semaine écoulée pour empêcher la tenue de deux manifestations contradictoires, vendredi et samedi à Tirana, qui étaient lourdes de dangers.

Aussitôt après le rassemblement de vendredi, qui s’est déroulé pacifiquement, M. Rama, maire de Tirana, a fait savoir qu’il entendait maintenir la pression par des manifestations “pacifiques” pour réclamer la “fin du régime” du Premier ministre albanais.
M. Rama n’a jamais reconnu le résultat des élections de juin 2009, accusant le pouvoir de fraudes. La vie politique du pays est depuis monopolisée par ce bras de fer entre le pouvoir et l’opposition. Celui-ci a pris un tour dramatique, après la mort de trois manifestants tués par balles, le 21 janvier, lors d’un rassemblement anti-gouvernemental à Tirana.
Source : AFP

Mardi 25 janvier 2011 – BIT : la faible reprise de l’emploi devrait se poursuivre en 2011
Avec un chômage mondial qui, selon les chiffres officiels, atteint un niveau record pour la troisième année d’affilée depuis le début de la crise économique, la faible reprise en matière d’emploi devrait se poursuivre en 2011, notamment dans les économies développées, selon une son étude du Bureau international du Travail (BIT) publiée mardi.

Selon cette étude, la reprise sur les marchés du travail est très disparate, avec la persistance d’un chômage élevé et un découragement croissant dans les pays développés en même temps qu’une hausse de l’emploi et un nombre toujours élevé de travailleurs pauvres et de travailleurs occupant un emploi vulnérable dans les pays en développement.

En dépit d’un fort rebond de la croissance économique dans de nombreux pays, le nombre de personnes au chômage a atteint 205 millions de personnes en 2010, un chiffre sensiblement égal à celui de 2009, soit 27,6 millions de personnes de plus qu’en 2007, juste avant que la crise économique mondiale éclate. Le BIT prévoit un taux mondial de chômage de 6,1% en 2011, ce qui porte le nombre de chômeurs à 203,3 millions dans le monde.
Source : ONU

Mardi 25 janvier 2011 – L’épisode de La Niña est un des “plus puissants du siècle écoulé”
Le phénomène climatique La Niña, réapparu durant l’été 2010, est un des “plus puissants du siècle écoulé” et devrait durer encore jusqu’en avril/mai avant de s’affaiblir progressivement, a annoncé mardi l’Organisation météorologique mondiale (OMM).
“Ses effets les plus importants enregistrés ces derniers mois sont les inondations dévastatrices en Australie”, a précisé le chef des services du climat de l’OMM, Rupa Kumar Kolli.

L’épisode actuel de La Niña est aussi responsable, selon l’OMM, d'”une pluviosité nettement excédentaire dans certaines régions d’Indonésie et d’Asie du Sud-Est”.
“On impute également à l’actuel Niña les précipitations supérieures à la moyenne observées en Afrique australe et le déficit pluviométrique constaté dans l’est de l’Afrique équatoriale, dans la partie centrale de l’Asie du Sud-Ouest et dans le sud-est de l’Amérique du Sud”, précise l’OMM.
Source : AFP

Lundi 24 janvier 2011 – Les démocraties ferment les yeux sur les violations des droits de l’homme, dénonce HRW
Les démocraties ferment les yeux sur les abus commis par les régimes répressifs de la planète, préférant l’amélioration des relations à la pression pour que les choses changent, estime l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch dans son bilan annuel rendu public lundi.
Nombre de démocraties ou d’organisations renoncent à la pression politique, acceptant en revanche la logique des gouvernements autoritaires.

Selon Human Rights Watch, cette volonté générale de plus en plus faible de dénoncer les violations est à lier à la modification dans l’équilibre des pouvoirs dans le monde, et au déclin de l’autorité morale des gouvernements occidentaux : “leur recours en toute impunité à des techniques abusives de lutte anti-terroriste a rendu nombre de gouvernement moins désireux de s’élever fermement en faveur des droits de l’homme”.
Source : AP

Lundi 24 janvier 2011 – Portugal : après la victoire de Cavaco Silva, Socrates condamné à réussir
La réélection du conservateur Anibal Cavaco Silva à la présidence du Portugal accentue la pression sur le Premier ministre socialiste José Socrates, dont la survie politique dépend désormais de sa capacité à régler la crise budgétaire sans aide extérieure, estiment les analystes.
Discret, voire effacé pendant son premier mandat, M. Cavaco Silva, un économiste de 71 ans qui fut Premier ministre pendant 10 ans, a promis dimanche soir d'”exercer une présidence active”, fort de sa victoire au premier tour avec 52,9% des voix.
Le chef de l’État dispose en effet du droit de dissoudre le parlement à partir de son entrée en fonction le 9 mars.

Il a prévenu qu’il serait “très exigeant” envers le gouvernement socialiste minoritaire, qui s’est engagé à sortir seul de la crise, refusant de faire appel à l’aide extérieure malgré les pressions des marchés et de certains de ses partenaires européens.
Plombé par sa lourde dette publique (plus de 82% du PIB en 2010) et menacé de récession en 2011, le Portugal paie depuis des mois des intérêts insoutenables à long terme pour pouvoir emprunter sur les marchés et, après la Grèce et l’Irlande, est considéré comme le prochain pays de la zone euro susceptible de recourir à un plan de sauvetage.
Source : AFP

Jeudi 20 janvier 2011 – Menaces et accusations : le Bélarus lance une attaque en règle contre l’UE
Le président du Bélarus Alexandre Loukachenko a accusé jeudi la Pologne et l’Allemagne d’avoir tenté de le renverser en décembre et promis les sanctions “les plus dures” à l’Union européenne (UE) si elle punissait son régime après la répression de l’opposition à Minsk.
L’opposition avait manifesté le 19 décembre contre sa réélection controversée, une manifestation violemment réprimée.
Jeudi, le Parlement européen a appelé l’UE à adopter des sanctions contre Minsk en raison de la répression dont sont victimes l’opposition, les médias et les ONG indépendantes.

L’UE avait imposé en 2006 des interdictions de visa au président Alexandre Loukachenko et à une quarantaine de responsables bélarusses pour protester contre la répression de l’opposition.
Ces sanctions avaient été suspendues en 2008 afin d’encourager une ouverture du régime bélarusse, qui entretenait alors des relations difficiles avec la Russie, son principal allié.
Ces espoirs ont été balayés le 19 décembre, lorsque M. Loukachenko a été réélu avec près de 80% des voix lors d’un scrutin entaché de fraudes.
M. Loukachenko a immédiatement opéré un rapprochement avec la Russie.
Source : AFP

Mardi 18 janvier 2011 – Hausse “alarmante” des prises d’otages par les pirates en 2010
Près de 1.200 marins ont été pris en otages par des pirates en 2010, essentiellement dans l’océan Indien, un chiffre record jugé “alarmant” par le Bureau Maritime International (BMI).
Le golfe d’Aden, au large des côtes de la Somalie, est resté de loin la zone maritime la plus dangereuse de la planète puisque 92% des prises d’otages y ont été perpétrées l’an dernier.
Dans cette région, les pirates sont de mieux en mieux armés et utilisent des méthodes plus sophistiquées, rendant encore plus ardue la tâche de la flotte internationale chargée d’y sécuriser le trafic maritime.

Au total, le BMI a répertorié 445 attaques dans le monde l’an dernier, soit 10% de plus qu’en 2009.
A la fin décembre, 28 bateaux et 638 otages restaient aux mains des pirates, a précisé le BMI. De nombreux otages originaires de pays aussi divers que l’Inde, les Philippines ou le Ghana, attendent parfois des mois une hypothétique libération.
Les flibustiers ont parallèlement étendu leur rayon d’action dans l’océan Indien, allant pour la première fois jusqu’au canal de Mozambique, selon le BMI.
Source : AFP

Dimanche 9 janvier 2011 – Nouvelle manifestation des “Chemises rouges” à Bangkok
Des milliers de manifestants hostiles au gouvernement thaïlandais ont défilé dimanche dans les rues de Bangkok, affirmant avoir tiré les leçons des violences meurtrières de l’an passé et avoir adopté une nouvelle stratégie pour la nouvelle année. Quelque 10.000 “Chemises rouges” ont bloqué la circulation. De brefs heurts ont éclaté avec les policiers, mais la manifestation semblait dans l’ensemble pacifique.
Jatuporn Prompan, un leader des “Chemises rouges”, s’est engagé à tenir des “rassemblements fréquents et symboliques” deux fois par mois, un changement par rapport au vaste sit-in qui avait duré dix semaines l’an passé et entraîné une violente répression.

Quelque 90 personnes ont été tuées et plus de 1.400 autres blessées dans les violences qui ont éclaté entre mars et mai dernier. Les protestataires entendaient contraindre le Premier ministre Abhisit Vejjajiva à convoquer des élections anticipées, l’accusant d’être arrivé illégitimement au pouvoir avec l’aide de l’armée. Nombre des manifestants sont des partisans de l’ancien chef du gouvernement Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d’Etat militaire en 2006.
Source : AP

Samedi 8 janvier 2011 – Guatemala : plus de 2.000 enfants morts de faim de janvier à octobre 2010
Plus de 2.000 enfants de moins de cinq ans sont morts de faim de janvier à octobre 2010 au Guatemala, selon un rapport préliminaire du procureur des droits de l’Homme, Sergio Morales. “C’est préoccupant que la faim provoque deux fois plus de décès que la violence”.
La grande majorité des 2.006 décès ont été recensés dans la zone semi-aride de l’est du Guatemala.
Environ 50% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique au Guatemala. C’est le taux le plus élevé de toute l’Amérique latine et l’un des plus élevés du monde.

La moitié des 13 millions d’habitants de ce pays vivent dans la pauvreté. En mars 2010, le Guatemala et l’ONU avaient pourtant lancé un appel d’aide humanitaire d’urgence de 34 millions dollars pour lutter contre l’insécurité alimentaire qui touche 2,7 millions de personnes vivant dans l’est du pays.
La malnutrition aigue des enfants de moins de 5 ans dans tous les Etats du « Couloir de la sécheresse » et dans les Etats voisins d’Izabal et Quiché, trouve son origine dans la crise économique globale associée aux conséquences du changement climatique.

La montée fulgurante des prix des denrées alimentaires, la baisse générale des revenus et la diminution d’opportunités de travail pour une main-d’œuvre peu qualifiée ont provoqué un appauvrissement considérable des populations.
A cela, se sont ajoutées les perturbations climatiques dues au phénomène météorologique El Nino, qui a causé la perte d’une partie des productions agricoles.
Sources : AFP, ONU

Jeudi 6 janvier 2011 – Aux Etats-Unis, le nombre de pauvres est sans doute largement sous-estimé
Le nombre de pauvres est probablement largement sous-estimé aux Etats-Unis, selon des chiffres provisoires du recensement publiés mercredi. On estime à l’heure actuelle qu’un Américain sur six vit sous le seuil de pauvreté.
Selon une nouvelle formule de calcul du recensement, 47,8 millions de personnes vivaient dans la pauvreté l’an dernier, soit 15,7% de la population. Le taux officiel était en septembre dernier de 43,6 millions de personnes, soit 14,3%.

Les Américains âgés de 65 ans et plus affichent la hausse la plus importante. Par ailleurs, le nombre d’adultes en âge de travailler, de blancs et d’hispaniques pauvres progresse également. Les personnes vivant dans les banlieues, dans le nord-est et l’ouest du pays ont également davantage de risques de vivre dans la pauvreté.
Les dépenses médicales ont eu un impact important sur le nombre de pauvres : sans ces coûts, le taux de pauvreté aurait reculé de 15,7 à 12,4%. Une conséquence particulièrement criante chez les personnes âgées.
Source : AP

Jeudi 6 janvier 2011 – Décisions risquées de BP avant la marée noire, selon un rapport
La compagnie pétrolière BP et ses partenaires ont pris des mesures d’économie qui ont débouché sur la marée noire survenue au printemps dans le golfe du Mexique, a déclaré mercredi la commission d’enquête formée par la Maison blanche.
Dans son rapport final sur les causes de cette marée noire, la pire jamais survenue aux Etats-Unis, la commission considère que BP et ses partenaires travaillant sur le puits Macondo ne disposaient pas des outils nécessaires pour garantir la sécurité de leurs opérations sur le site de forage, dont l’explosion le 20 avril a provoqué la fuite de pétrole.

“Que cela soit intentionnelle ou non, nombre des décisions prises par BP, Halliburton et Transocean ayant accru le risque d’explosion du Macondo ont à l’évidence permis à ces sociétés d’économiser beaucoup de temps (et d’argent)”, est-il écrit dans le rapport.
La commission d’enquête relève par ailleurs que les autorités publiques de régulation n’avaient ni les ressources, ni l’expertise ni l’autorité suffisantes pour empêcher les erreurs qui ont conduit à l’accident. Depuis la marée noire, l’administration Obama a restructuré l’organisme fédéral de régulation des forages en mer et adopté une série de nouvelles règles visant à renforcer le contrôle.
Source : Reuters

Jeudi 6 janvier 2011 – Tanzanie : la police réprime dans le sang une manifestation de l’opposition
Entre 2 et 5 manifestants ont été tués mercredi à Arusha en Tanzanie, lors de la répression par la police d’une manifestation du principal parti d’opposition, le Chadema, dont les dirigeants ont été arrêtés. Wilbrod Slaa, l’un des principaux leaders de l’opposition et candidat malheureux à l’élection présidentielle du 31 octobre remportée par le sortant Jakaya Kikwete, figure parmi les personnes arrêtées. Selon le principal quotidien du pays Citizen, des journalistes ont été également sévèrement battus par les policiers alors qu’ils couvraient la manifestation.

Des milliers de partisans du Chadema s’étaient rassemblés mercredi dans le centre d’Arusha pour dénoncer la réélection qu’ils estiment “frauduleuse” du président Kikwete et la “corruption” au sein de son régime.
Le président tanzanien, Jakaya Kikwete, 60 ans, a été réélu avec 61% des suffrages, pour un second mandat de cinq ans à l’issue des élections générales du 31 octobre qui avaient toutefois été marquées par une poussée au Parlement de l’opposition.

Le 31 décembre, le président Kikwete a annoncé sa volonté de doter le pays d’une nouvelle Constitution, réclamée avec force par l’opposition selon laquelle l’actuel texte fondamental, qui date de 1977, donne trop de pouvoirs à la présidence.
Fin décembre à Dar es-Salaam, la police avait dispersé à coups de gaz lacrymogènes plusieurs centaines de manifestants d’un autre parti d’opposition qui réclamaient une nouvelle constitution.
Source : AFP

Mercredi 5 janvier 2011 – Tournant au Venezuela avec le retour de l’opposition au Parlement
L’opposition au Venezuela a fait son grand retour mercredi au Parlement après cinq ans d’absence, mais dans un climat de tension et sans la marge de manœuvre qu’elle espérait pour contrecarrer les projets du président socialiste Hugo Chavez.
L’opposition, qui a 40% de députés à l’Assemblée, est très disparate, allant du centre-gauche à la droite traditionnelle. Elle avait boycotté le précédent scrutin, permettant au président de gouverner sans contrepoids législatif, nationalisant notamment plusieurs secteurs-clefs de ce pays pétrolier.

Au sein de la nouvelle Assemblée, les socialistes conservent leur confortable majorité mais l’opposition entend peser sur les débats. Toutefois, une loi approuvée en décembre par les députés sortants, en quasi-totalité des partisans de Chavez, a attribué au chef de l’État des pouvoirs exceptionnels lui permettant de gouverner par décret pendant 18 mois, ce qui limite la marge de manœuvre du Parlement. Ils ont aussi voté en urgence une vingtaine de lois controversées renforçant le contrôle de l’État sur les médias ou les banques.

Le président devrait jouir de ses pouvoirs exceptionnels pendant une période décisive, avant la présidentielle de 2012.
Chavez a été réélu à trois reprises avec de confortables majorités depuis 1998, mais sa popularité a baissé ces derniers mois à la faveur de la crise économique et de l’explosion de la criminalité.
Source : AFP
Lire aussi : « Venezuela : Hugo Chavez a des problèmes avec la démocratie »

 

Jeudi 30 décembre 2010 – L’Afrique du Sud pousse les immigrés zimbabwéens à partir
Des milliers de réfugiés ou immigrés zimbabwéens se pressent devant le ministère sud-africain des Affaires intérieures pour obtenir in extremis un permis de séjour avant l’échéance du 1er janvier au-delà de laquelle ils risquent d’être rapatriés de force dans leur pays.
Avec un taux de chômage de 25%, les autorités sud-africaines se voient reprocher par leurs ressortissants les plus démunis d’avoir autorisé des centaines de milliers de Zimbabwéens à entrer sur le territoire sans papiers il y a deux ans lorsque l’ancienne Rhodésie a plongé dans le chaos.

L’Afrique du Sud exige aujourd’hui du million et demi d’immigrés zimbabwéens qu’ils sollicitent des permis de séjour en bonne et due forme avant vendredi soir, faute de quoi ils seront rapatriés de force au pays de Robert Mugabe, paria de la communauté internationale.
Le risque sera alors grand d’assister à une nouvelle chasse aux immigrés zimbabwéens à l’instar de celle, sanglante, déclenchée par leur afflux massif en 2008 qui avait ébranlé les investisseurs et secoué le gouvernement de la plus grande économie du continent noir.

Pour les autorités du Zimbabwe, où la crise s’est résolue en façade par la nomination comme Premier ministre de l’opposant historique Morgan Tsvangirai, le retour de ces émigrés représente un danger car ils sont tenus pour des électeurs potentiels de l’opposition.
Leurs suffrages pourraient peser sur l’issue des élections législatives que le président de 86 ans, au pouvoir depuis 30 ans, souhaite organiser en 2011, dans l’espoir de pouvoir dissoudre l’alliance entre l’eau et le feu que constitue l’actuel gouvernement d'”unité nationale”.
En outre, l’argent qu’envoient à leurs familles restées au pays les émigrés zimbabwéens contribue à faire croire à “un semblant de reprise” de l’économie délabrée du Zimbabwe.

Pour l’Afrique du Sud, ces immigrés sont un symbole trop visible des tensions ethniques qui ont conduit aux attaques xénophobes de 2008, qui ont fait 62 morts.
Une nouvelle flambée de violence est à craindre si, avant les élections locales prévues au premier semestre 2011, les hommes politiques sud-africains font miroiter aux électeurs sans emploi le départ massif des Zimbabwéens.
Au Zimbabwe, la majorité des habitants gagnent moins d’un dollar par jour et le PIB par tête d’habitant est inférieur de 95% à celui de l’Afrique du Sud.
Source : Reuters
Lire aussi : « Afrique du Sud : passage de pouvoir sur fond de crise »

 

Mercredi 29 décembre 2010 – Niger : le taux de malnutrition chez les enfants reste alarmant, selon l’UNICEF
Malgré une bonne saison agro-pastorale 2010, la situation nutritionnelle des enfants demeure alarmante au Niger où plus de 15 enfants sur 100 souffrent de malnutrition aiguë selon les résultats d’une enquête sur la nutrition de l’enfant rendus publics en décembre, a indiqué le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
Le gouvernement du Niger, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts et mobiliser tous les moyens pour lutter contre la malnutrition infantile et ses causes structurelles.

Selon l’enquête nutrition, la prévalence de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de cinq ans au Niger, bien qu’elle soit passée de 16,7 à 15,5% entre juin et novembre 2010, demeure au-dessus du seuil d’urgence de 15%, dans cinq des huit régions du pays.
Une sévère crise alimentaire et nutritionnelle a frappé les populations du Niger en 2010.
Face à cette situation, la riposte du gouvernement et de ses partenaires a été prompte et de qualité.

Ainsi, du 1er janvier au 5 décembre 2010, 313.000 enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère ont pu être pris en charge par les structures publiques de santé, appuyées par l’UNICEF et les organisations non-gouvernementales.
En outre, le gouvernement, le PAM, l’UNICEF et les ONG ont permis à 686.000 enfants de moins de deux ans de bénéficier d’une ration alimentaire appropriée entre les mois de juillet et de décembre 2010. Mais ceci est loin de suffire.
Source : ONU

Mardi 28 décembre 2010 – Alpha Condé forme le gouvernement guinéen, se garde la défense
Alpha Condé, opposant historique aux deux dictatures subies par la Guinée depuis 1958 et premier chef d’Etat élu démocratiquement dans l’ex-colonie française, forme progressivement un gouvernement ethniquement dosé, où il s’est réservé le ministère de la Défense.
Ce portefeuille clé lui donne la haute main sur la réforme programmée d’une armée notoirement indisciplinée et brutale, qui a exercé le pouvoir ces deux dernières années avant de le rendre aux civils lors d’une élection présidentielle libre dont Condé a remporté le second tour le 7 novembre.

Les forces de sécurité fidèles au capitaine Moussa Dadis Camara, qui avait pris le pouvoir il y a deux ans après la mort du dictateur Lansana Conté, ont réprimé dans le sang l’an dernier un meeting de l’opposition dans le principal stade de Conakry, faisant plus de 150 morts.
Les organisations de défense des droits de l’homme ont reproché aussi à l’armée d’avoir fait un usage excessif de la force lors des manifestations à caractère ethnique qui ont marqué le duel présidentiel entre Alpha Condé, un Malinké, et son adversaire malheureux, l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo, un Peul.

Alpha Condé a fait de la réforme de l’armée une de ses priorités avec la mise en place, pour refermer la page de décennies de violences, d’une commission Vérité et Réconciliation, sur le modèle de celle instituée en Afrique du Sud après la fin du régime d’apartheid.
La Guinée est le premier exportateur mondial de bauxite, le minerai d’aluminium, et possède de riches gisements de minerai de fer, aussi les acteurs des marchés miniers sont-ils impatients de connaître le choix de Condé pour le ministère des Mines.
Source : Reuters
Lire aussi : « Guinée : les tensions ethniques sont fortes »

 

Dimanche 26 décembre 2010 – Nigeria : l’armée déployée pour empêcher une propagation des violences
L’armée patrouillait dimanche dans la ville de Jos, dans le centre du Nigeria, pour éviter la propagation de nouvelles violences après une série d’attentats à la bombe qui ont a fait plusieurs dizaines de morts. Trente-deux personnes ont été tuées et 74 blessées vendredi, dont beaucoup faisaient leurs courses à la veille de Noël, dans sept explosions à Jos, à la limite entre le nord majoritairement musulman et le sud principalement chrétien.

Les autorités tentent d’empêcher une extension des troubles dans une région régulièrement théâtre d’affrontements intercommunautaires et où l’approche des élections, prévues en avril, a fait monter la tension.
En plus des attentats de Jos, des membres présumés de la secte islamiste Boko Haram ont attaqué, également vendredi, trois églises dans la ville de Maiduguri, dans le Nord, incendiant l’une d’elles et faisant six morts, selon l’armée.
Source : AFP
Lire aussi « Nigéria : vers une guerre entre chrétiens et musulmans ? »

 

Vendredi 24 décembre 2010 – START : la Douma approuve le nouveau traité en première lecture
La chambre basse du Parlement russe a approuvé vendredi en première lecture le nouveau traité START de réduction des arsenaux stratégiques, ratifié deux jours plus tôt par le Sénat américain. Mais l’approbation définitive du traité, qui sera soumis à trois votes, n’interviendra pas avant janvier au moins, a déclaré le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma.

Le nouveau traité START, signé en avril à Prague par les présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev, remplace le traité de réduction des arsenaux stratégiques de 1991, arrivé à échéance le 5 décembre 2009. Il limite à 1.550, au lieu de 2.200 -plafond fixé par un accord de 2002-, le nombre d’ogives nucléaires stratégiques de chacun des pays. Il établit également un système de surveillance et de contrôle. Les inspections américaines d’armement se sont achevées l’an dernier avec l’expiration du traité START-1.
Source : AP

Mardi 21 décembre 2010 – Paris et Berlin refusent l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen
La France et l’Allemagne refusent l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’espace Schengen de libre circulation pour des raisons de sécurité, a déclaré mardi un porte-parole du ministère allemand de l’Intérieur. Paris et Berlin soulignent que la Bulgarie et la Roumanie ne remplissent pas pour le moment les conditions requises pour une adhésion à l’espace Schengen, qui compte 25 Etats membres de l’UE (sur 27) et 3 Etats non membres.
La France et l’Allemagne critiquent le manque de réformes des systèmes judiciaires bulgare et roumain et jugent insuffisants les efforts entrepris pour lutter contre la corruption et le crime organisé.
Source : AP
Lire aussi : « Corruption : l’UE sanctionne la Bulgarie et critique la Roumanie »

 

Mardi 21 décembre 2010 – Pour vaincre les rebelles, Manille s’attaque à la pauvreté
Le président philippin, Benigno Aquino, a dévoilé mardi une nouvelle stratégie militaire qui prévoit de réduire la pauvreté pour venir à bout des rebelles maoïstes et islamistes.
Depuis la fin des années 1960, le pays est en proie à une insurrection maoïste et islamiste qui a fait plus de 160.000 morts, deux millions de déplacés et a retardé la croissance économique.

Avec le nouveau plan, les forces armées vont abandonner les opérations de combat au profit d’opérations civiles comme la construction de routes, d’écoles, de cliniques et d’accès à l’eau potable dans les zones de conflit.
Présentes dans le pays depuis 2002, des forces américaines fournissent déjà des soins médicaux et remettent en état les routes et les écoles dans le Sud, avec pour objectif de réduire l’influence d’une petite organisation d’activistes islamistes liée à Al Qaïda.
Source : Reuters
Lire aussi : « Philippines : les violences continuent dans le sud »

 

Dimanche 19 décembre 2010 – Le Zimbabwe pourrait sombrer dans le chaos si des élections ont lieu en 2011
Le parti présidentiel zimbabwéen vient sans surprise de désigner son leader Robert Mugabe, 86 ans, candidat à la présidentielle, et de fixer les élections à 2011, au risque de plonger le pays dans une nouvelle crise politique et économique, ont estimé dimanche des analystes.
Le parti présidentiel, l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF), a fixé les élections générales à 2011 pour mettre fin au gouvernement d’union, formé en février 2009 par M. Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai afin de sortir le pays du chaos.

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) du Premier ministre Tsvangirai s’est dit favorable à un scrutin présidentiel l’année prochaine mais ne souhaite des législatives qu’en 2013, faisant valoir qu’il avait déjà remporté ces élections en 2008.
A la présidentielle, son leader était arrivé en tête du premier tour. Il avait dû renoncer à participer au second en raison du déchaînement de violences qui avaient secoué le pays après la défaite historique aux législatives du parti présidentiel.
Analystes et diplomates occidentaux craignent aujourd’hui une répétition de 2008.

Outre les violences, les analystes craignent pour l’économie du pays qui s’est effondrée à partir de 2000 et a atteint une hyperinflation record il y a deux ans. Elle a repris grâce à la stabilité du gouvernement d’union avec une croissance de 8,1% cette année.
Mais cette croissance reste fragile et les déclarations du président Mugabe durant le congrès de son parti ne devraient pas rassurer les investisseurs étrangers : il a menacé de saisir des entreprises étrangères si les sanctions occidentales envers lui et ses proches n’étaient pas levées.
Source : AFP

Samedi 18 décembre 2010 – Des milliers d’Espagnols dans la rue pour protester contre les mesures d’austérité
Des milliers de salariés ont bravé le froid samedi dans plusieurs villes espagnoles pour protester contre les mesures d’austérité décidées par le gouvernement et son projet de repousser de deux ans l’âge de départ à la retraite.
L’Espagne, qui présente un taux de chômage de 20%, s’efforce d’émerger de deux années de récession.
Les investisseurs craignent une contagion de la crise de la dette et redoutent que l’Espagne n’ait besoin d’une aide financière extérieure à l’instar de la Grèce et de l’Irlande.
Source : AP

Samedi 18 décembre 2010 – Les Irlandais pensent avoir perdu leur souveraineté
Une majorité d’Irlandais pensent que le pays a perdu sa souveraineté en acceptant l’aide financière de l’Union européenne et du Fonds monétaire international, à laquelle à peine plus d’un Irlandais sur deux apporte son soutien, montre un sondage samedi.
En échange des 85 milliards d’euros apportés par l’UE et le FMI, les Irlandais doivent subir un plan d’austérité sur quatre ans qui se traduira par une réduction des dépenses publiques et une hausse des impôts.
Source : Reuters

Mardi 14 décembre 2010 – Les sans-abri de Buenos Aires multiplient les occupations
La multiplication d’occupations par des sans-abri de lieux publics et privés à Buenos Aires et sa banlieue dévoile l’ampleur de la pauvreté en Argentine, un terrain fertile pour des manipulations en tout genre au début de la campagne présidentielle de 2011.
Des familles, dont une majorité d’immigrés, ont dressé mardi des tentes et délimité des parcelles dans de nouveaux lieux, portant à 7 le nombre de terrains occupés.

Au cœur d’un conflit qui s’étend, le parc de Villa Soldati a pris des allures de camp de réfugiés : 5.700 personnes y vivent dans des conditions pénibles, sans eau ni électricité. Des émeutes sanglantes ont fait au moins 3 morts et des dizaines de blessés en une semaine autour de ce parc désormais encerclé par 2.500 policiers et gendarmes. Les mal logés, souvent originaires des pays limitrophes, ont décidé d’étendre leur mouvement à d’autres terrains, et la situation semble hors de contrôle.

Les immigrés, surtout les clandestins, doivent payer des loyers exorbitants pour une chambre dans un bidonville.
Il y a en Argentine 1,8 million de personnes originaires de Bolivie, et autant originaires du Paraguay.
Plusieurs hooligans ont participé aux attaques.
Pour l’Église catholique, 40% de la population totale de 40 millions d’habitants vit en dessous du seuil de pauvreté. Pour l’Institut national des statistiques, accusé de manipuler ses chiffres, 15% des Argentins sont victimes de ce fléau. A la pauvreté s’ajoute une pénurie de logements.
Source : AP

Dimanche 12 décembre 2010 – L’accord de Cancun sur le climat, sursis avant un nouvel échec?
L’accord conclu samedi à Cancun au terme de la 16e conférence de l’Onu sur le climat a certes insufflé un peu de vie à un processus moribond depuis l’échec de Copenhague, mais le plus dur reste à faire, puisque la question-clé de l’avenir du protocole de Kyoto a été renvoyée à plus tard.
Pour la plupart des délégués, le simple fait d’avoir trouvé un terrain d’entente est déjà un succès d’envergure. L’an dernier, les 194 Etats membres ne se sont entendus que sur un vague projet sans objectifs chiffrés, alors qu’ils visaient un traité contraignant.

Beaucoup plus modeste, l’accord de Cancun porte sur la création d’un “fonds vert” pour aider les pays en développement à faire face aux conséquences du réchauffement, sur la protection des forêts tropicales et le partage des technologies propres.
Pour y parvenir, les négociateurs, en désaccord sur l’avenir du protocole de Kyoto qui fixe jusqu’en 2012 des objectifs contraignants aux seuls pays industrialisés, à l’exception des Etats-Unis, ont dû renvoyer le problème à l’année prochaine.

L’accord de Cancun reprend une bonne part des maigres engagements pris à Copenhague. Il a toutefois été adopté à l’unanimité, moins la voix de la Bolivie, alors que celui de l’an dernier n’avait emporté l’adhésion que de 140 Etats membres.
“Certains avaient prédit la mort du processus mais les gouvernements ont montré qu’ils pouvaient collaborer et avancer en direction d’un accord mondial”, s’est félicité Wendel Trio, de Greenpeace, avant d’ajouter: “Cancun a peut-être sauvé le processus mais pas encore le climat.”
Source : Reuters

Jeudi 9 décembre 2010 – La torture, pratique “endémique et régulière” dans le monde
Du supplice américain de la baignoire (“waterboarding”) à la bastonnade sur la plante des pieds (“falaqa”) dans les pays arabes, la torture est une pratique “endémique et régulière” dans le monde, note l’ONG ACAT dans son premier rapport annuel sur la question.
L’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) part d’un constat sans fard : “on peut raisonnablement estimer que plus de la moitié des États membres de l’ONU recourent à la torture”.

“Endémique dans un grand nombre de pays, elle s’y exerce sur un mode régulier”, note l’ONG qui pointe “les régimes totalitaires, les dictatures et de nombreux régimes islamiques, mais aussi les pays marqués par la fragilité et la violence politique”.
Anne-Cécile Antoni, présidente de l’ACAT-France de 2008 à 2010, rappelle que si les situations de torture les plus médiatisées concernent journalistes, syndicalistes ou défenseurs des droits de l’homme, “la majorité des victimes est formée de suspects ordinaires et de détenus de droit commun, qui appartiennent aux catégories défavorisées et vulnérables de la population”.

En Afrique, “les régimes dictatoriaux ou à tendance dictatoriale érigent la torture en véritable système d’enquête et de répression au service de l’appareil sécuritaire”, selon l’ACAT.
“Le recours à des méthodes violentes et notamment à la torture demeure très répandu au sein des forces de l’ordre” en Amérique latine, “héritage de décennies de dictatures militaires”.
L’association relève aussi le danger de certaines législations antiterroristes.
Source : AFP

Mercredi 1er décembre 2010 – Recul de la déforestation de la forêt amazonienne au Brésil
La déforestation de la forêt amazonienne a atteint son rythme le plus faible depuis 22 ans, a annoncé mercredi le gouvernement brésilien.
La ministre de l’Environnement Izabella Teixeira a précisé que selon des images satellite, 6.450km2 de forêt ont été abattus entre août 2009 et juillet 2010, soit 14% de moins qu’un an auparavant. La marge d’erreur est de 10%. C’est le rythme le plus faible depuis 1988. “C’est le taux de déforestation le plus bas dans l’histoire de l’Amazonie et nous sommes déterminés à continuer à le faire reculer”.
Source : AP
Lire aussi : « Le Brésil essaie-t-il vraiment de protéger l’Amazonie ? »

 

Mardi 23 novembre 2010 – La propagation du SIDA commence à ralentir, selon le rapport 2010 d’ONUSIDA
La propagation du SIDA commence à ralentir dans le monde et le nombre de nouvelles infections a baissé de 19% depuis 1999, selon le rapport 2010 du Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA).
“Pour les 33,3 millions de personnes qui vivent aujourd’hui avec le SIDA”, près de 30 ans après l’apparition de la maladie au début des années 80, “les gains sont réels, mais encore fragiles. Les progrès à l’avenir dépendront fortement des efforts de chacun”, note le rapport en soulignant qu’il manque 10 milliards de dollars pour couvrir les besoins de la lutte contre le SIDA en 2010.

“Nous pouvons dire avec confiance et conviction que nous avons brisé la trajectoire de la pandémie de SIDA”, a déclaré le directeur général d’ONUSIDA Michel Sidibé. “Moins de gens sont contaminés. Moins de gens meurent. Au moins 56 pays ont stabilisé ou réduit de façon importante le taux d’infections”.
Traitements et prévention ont produit des résultats et, selon les estimations d’ONUSIDA, le nombre de nouvelles infections s’est établi à 2,6 millions en 2009, contre 3,1 millions en 1999. Le recul global a atteint 19% entre 1999 et 2009, une baisse qui a dépassé 25% entre 2001 et 2009 dans 33 pays.

Parallèlement, le nombre de décès liés au SIDA enregistrés annuellement dans le monde continue à baisser, passant d’un pic de 2,1 millions en 2004 à 1,8 million en 2009.
Ces chiffres “reflètent la mise à disposition croissante de thérapies antirétrovirales, ainsi que de soins et soutiens, pour les populations vivant avec le SIDA, particulièrement dans les pays à moyen et bas revenus”.
Source : AP
Lire aussi : « Journée mondiale de lutte contre le SIDA : la maladie continue à faire des ravages »

 

Mardi 23 novembre 2010 – Nigeria : le Mend affirme avoir détruit un oléoduc, démenti militaire
Le principal groupe armé du sud pétrolifère du Nigeria, le Mend, a affirmé mardi avoir attaqué et détruit un oléoduc dans le delta du Niger, ce qui a été démenti par une source militaire dans la région.
Lundi, le Mend avait menacé de paralyser l’industrie pétrolière après l’annonce par l’armée de l’arrestation de dizaines de militants. L’armée a affirmé samedi avoir capturé 62 militants ainsi que leur chef, soupçonnés d’avoir pris en otage 19 employés du secteur pétrolier.
Ce raid militaire s’était déroulé quelques jours après que l’armée eut libéré les 19 otages.

Le Mend, apparu en 2006, affirme lutter pour une plus juste répartition de la manne pétrolière à la faveur des populations pauvres du delta.
Tout comme d’autres groupes armés de la région, il a multiplié les enlèvements d’employés du secteur pétrolier et les sabotages d’oléoducs ces dernières années, réussissant à faire plonger un temps la production de brut du 8e exportateur mondial.

Les violences avaient nettement reculé suite à une amnistie présidentielle offerte en 2009 aux combattants qui déposeraient les armes et que de nombreux militants avaient acceptée.
Mais attaques et enlèvements reprennent depuis quelques mois, menaçant à nouveau la production pétrolière qui atteint actuellement environ 2,2 millions de barils par jour.
Cette recrudescence des tensions intervient à l’approche d’élections générales prévues en avril 2011 et l’actuel président Goodluck Jonathan, candidat, est sous pression.
Source : AFP
Lire aussi : « Nigeria : reprise de la guerre du pétrole »

 

Vendredi 19 novembre 2010 – Violences et abus sont le quotidien de millions d’enfants, rappelle l’ONU
« Malgré les normes internationales, la violence et les abus continuent d’être une dure réalité pour des millions d’enfants. Cette violence reste cachée et socialement acceptée, elle a pourtant un impact grave et permanent sur leur vie, leur santé, leur développement et leur éducation », a souligné vendredi la Représentante spéciale de l’ONU sur la violence contre les enfants, Marta Santos Pais.

La violence et les abus sexuels contre les enfants restent « difficiles à surveiller, en raison de leur caractère sensible, de la rareté des données, rapports ou études disponibles ».
« Les abus sexuels contre les enfants sont associés à la stigmatisation et à la souffrance cachées, ils conduisent à des grossesses non désirées, des transmissions de maladies, une exposition élevée au VIH/Sida, pour les garçons comme pour les filles ».

La Représentante spéciale a toutefois mis en avant « des développements positifs », tels que « d’importantes réformes juridiques adoptées dans divers pays pour interdire toutes les formes de violence contre les enfants ».
« À l’heure actuelle, 29 pays ont un cadre juridique explicite permettant de lutter contre toutes les formes de violence contre les enfants ».
Source : ONU

Vendredi 12 novembre 2010 – Le G-20 accouche d’une souris
Accord à minima à Séoul. Les dirigeants du G-20 ont refusé vendredi d’appuyer les efforts de Washington pour contraindre la Chine à réévaluer le yuan, promettant simplement de s’abstenir de toute “dévaluation compétitive”. Washington accuse Pékin de maintenir le yuan à un niveau artificiellement bas pour favoriser les exportations chinoises.
L’échec des Etats-Unis à rallier le soutien des autres pays sur le yuan souligne aussi le déclin de l’influence américaine sur la scène internationale.

Le risque d’une guerre des monnaies persiste “complètement”, a déclaré le ministre brésilien des Finances Guido Mantega. Le contentieux sur le yuan menace également d’entraîner une résurgence du protectionnisme.
Il est peu probable que l’accord de Séoul permette de réduire l’énorme déficit commercial enregistré par les Etats-Unis avec un pays comme la Chine, même si les dirigeants du G-20 ont dit vouloir avancer sur la question.

Le sommet laisse les analystes sur leur faim. “La seule décision concrète semble être que (les chefs d’Etat et de gouvernement) devraient continuer à mesurer la taille du problème plutôt que de faire quelque chose pour le régler”, note Stephen Lewis, chef économiste de Monument Securities, basé à Londres, en référence à la question des déséquilibres mondiaux.
Source : AP

Vendredi 12 novembre 2010 – Sous-munitions : des objectifs chiffrés pour accélérer leur destruction
Les pays signataires de la convention internationale d’interdiction des armes à sous-munitions se sont fixé des objectifs précis pour accélérer leur destruction, a indiqué vendredi une ONG.
Ils ont décidé d’une série d’objectifs à un an pour mettre en œuvre ce texte entré en vigueur le 1er août, a expliqué Thomas Nash, coordonnateur de Cluster Munition Coalition, organisation non gouvernementale qui veut éradiquer ces armes qui ont tué ou blessé des dizaines de milliers de civils.

Parmi ces objectifs, les pays qui ont encore des stocks devront d’ici à un an présenter un plan, y compris un calendrier et un budget, pour les détruire, a-t-il précisé.
Selon l’ONG Landmine and Cluster Munition Monitor, une vingtaine de pays ont totalement ou partiellement détruit leurs stocks, mais 74 en détiennent encore.
“Les pays donateurs ont accepté de s’assurer que le rythme et l’efficacité de l’assistance aux victimes, du nettoyage (des terrains contaminés) et de la destruction des stocks augmenteront en 2011”, a ajouté M. Nash.

Le texte interdit toute utilisation, stockage, production et transfert d’armes à sous-munitions, et prévoit une aide pour les victimes. Au total, 108 pays l’ont signé et plus de 40 l’ont ratifié. Les Etats-Unis, la Chine et le Vietnam sont parmi les pays qui n’ont pas signé.
Ces bombes s’ouvrent avant impact et dispersent des centaines de sous-munitions sur une grande surface. Beaucoup d’entre elles, de la taille d’une balle de tennis, n’explosent pas et restent cachées pendant des années, menaçant les enfants des générations suivantes et les paysans.
Source : AFP
Lire aussi : « A Dublin, l’Onu appelle à la fin des bombes à sous-munitions »

 

Jeudi 11 novembre 2010 – Les Cubains veulent des changements mais garder leur “carnet d’alimentation”
Les Cubains réclament des changements rapides pour améliorer leur sort mais, habitués “au paternalisme d’Etat”, ils se montrent réticents devant la décision du président Raul Castro de réduire les dépenses sociales et surtout de supprimer le “carnet d’alimentation”.
Ce carnet offre aux Cubains un quota mensuel de denrées de base (riz, sucre, huile, café…) à des prix dérisoires car subventionnés. Réduit comme peau de chagrin au fil des ans, il est désormais insuffisant mais reste une aide non négligeable pour des Cubains qui touchent en moyenne 20 dollars par mois.

Or, la “libreta” doit disparaître dans le cadre d’une politique d’austérité visant à réduire les dépenses d’un Etat à court d’argent.
Le quotidien Granma, organe officiel du Parti communiste, avait souligné que, dans cette période de graves difficultés économiques, le temps du “paternalisme d’Etat” était révolu.
Cuba a ainsi prévu de supprimer 500.000 postes dans le secteur public d’ici la fin du premier trimestre 2011, soit 10% de la population active, et d’éliminer les “dépenses irrationnelles” dans les secteurs de la santé et de l’éducation, emblématiques de la Révolution.
Source : AFP

Mardi 9 novembre 2010 – Bruxelles dresse un sombre tableau de la Turquie sur la voie de l’UE
La Commission européenne a dressé mardi un tableau peu encourageant de l’avancée des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE qui piétinent depuis des années à cause notamment de l’impasse chypriote, au point de créer une frustration réciproque grandissante.
Dans son rapport annuel, Bruxelles salue certes la poursuite du “processus de réformes” avec le référendum de septembre, que le parti islamo-conservateur AKP du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a présenté comme une “démocratisation” de la Constitution héritée du putsch de 1980.

Mais la Commission insiste à présent sur une “mise en œuvre adéquate” de ces réformes et suggère une “nouvelle constitution civile” pour renforcer la démocratie en Turquie. Elle dresse aussi une longue liste de progrès qui restent à réaliser dans le cadre des pourparlers d’adhésion.
“Des pressions excessives sur les médias et des incertitudes légales affectent l’exercice de la liberté de la presse dans la pratique”, relève le rapport qui s’inquiète notamment du nombre élevé de procédures ouvertes contre des journalistes.
Des manquements sont aussi relevés concernant la liberté de religion, les droits de la femme et l’égalité entre les sexes, ou encore les droits des syndicats.

Reconnaissant “l’atout” que peut présenter la politique étrangère turque pour peu qu’elle soit développée “en coordination avec l’UE”, Bruxelles rappelle qu’Ankara a voté contre les sanctions contre l’Iran à l’ONU, approuvées et même renforcées par l’UE, et que ses relations avec Israël ont traversé une sérieuse crise cette année.
Enfin, Bruxelles relève que si Ankara affirme soutenir un règlement de la question chypriote, la Turquie n’a fait “aucun progrès” dans la normalisation de ses relations avec Chypre, membre depuis 2004 de l’UE mais qu’Ankara ne reconnaît pas.
Cette question pourtant “urgente” bloque depuis 2006 une partie des pourparlers d’adhésion.
Source : AFP

Lundi 8 novembre 2010 – L’OSCE déplore le déroulement du vote en Azerbaïdjan
Les élections législatives qui ont renforcé dimanche l’emprise du parti au pouvoir en Azerbaïdjan ne sont pas aux normes démocratiques, a déclaré lundi l’OSCE. Un diplomate occidental a qualifié ces élections de “farce absolue” et l’opposition a dénoncé des fraudes. Les observateurs ont déploré l’absence de concurrence loyale entre candidats, des restrictions à la liberté de la presse et d’assemblée, des irrégularités dans le comptage des voix et des opérations de bourrage d’urnes.
Le taux de participation officiel a dépassé de peu 50% au terme d’une campagne sans relief marquée par une faible couverture médiatique et peu de rassemblements.

Des organisations de défense des droits de l’homme accusent le pouvoir d’étouffer les libertés démocratiques tout en évitant les remontrances de l’Occident en raison des importantes réserves en hydrocarbures et de la situation stratégique du pays caucasien. Situé entre la Russie et l’Iran, l’Azerbaïdjan sert à l’armée américaine de voie de transit vers l’Afghanistan.
Le scrutin devait surtout permettre au président Ilham Aliev de poursuivre la consolidation de son emprise sur le pouvoir, qu’il a hérité de son père Heydar en 2003.
Source : Reuters

Samedi 30 octobre 2010 – Accord historique à Nagoya pour sauver la biodiversité
Les ministres de l’Environnement et délégués de plus de 200 pays sont parvenus à un accord vendredi fixant de nouveaux objectifs à l’horizon 2020 pour garantir une meilleure protection des écosystèmes et lutter contre l’extinction de certaines espèces animales et végétales. Le rythme d’extinction des espèces est sans précédent depuis la disparition des dinosaures.

Ce sommet avait pour but d’inciter les gouvernements et les entreprises à prendre des mesures drastiques pour protéger les écosystèmes dont l’exploitation à des fins d’alimentation, industrielles ou touristiques a longtemps été pratiquée sans modération.
Les délégués se sont mis d’accord sur un plan en vingt points sur la protection des stocks de poissons, la lutte contre la disparition ou la dégradation des habitats naturels et la conservation de vastes zones marines ou terrestres.

Ils ont également décidé d’instaurer une mission plus large à l’horizon 2020 pour mener une action urgente de protection de la biodiversité afin que les écosystèmes continuent de fournir les éléments essentiels aux besoins humains. L’accord porte sur 17% des terres et des lacs et 10% des zones côtières et maritimes en 2020. Actuellement, seuls 13% des terres et 1% des océans sont l’objet de mesures de conservation.
Source : Reuters

Mercredi 20 octobre 2010 – Série de manifestations en Indonésie contre le président Yudhoyono
Des milliers d’Indonésiens ont défilé mercredi dans plusieurs villes du pays, pour protester contre la politique du président Susilo Bambang Yudhoyono un an après le début de son second mandat, lors de manifestations émaillées d’incidents avec la police.
M. Yudhoyono, un ex-général centriste élu en 2004 puis triomphalement réélu en 2009, a appelé les manifestants à ne pas chercher à déstabiliser le pays.

La popularité de M. Yudhoyono, 61 ans, a baissé ces derniers mois, selon les sondages, à la suite d’une série d’affaires de corruption et en raison de critiques sur son “indécision” et sa “lenteur” à se saisir des dossiers les plus brûlants.
De nombreux Indonésiens estiment par ailleurs ne pas profiter de la bonne santé économique du pays, qui a bien résisté à la crise mondiale et dont la croissance devrait dépasser 6% cette année.
Source : AFP

Samedi 2 octobre 2010 – La Russie renforce sa marine de guerre dans l’Arctique
La Russie renforce la présence de sa marine de guerre dans l’Arctique, une zone qui regorge d’hydrocarbures et d’opportunités commerciales, a indiqué samedi un haut responsable militaire russe, des propos qui risquent d’agacer les autres nations arctiques.
La fonte de la banquise, provoquée par le réchauffement climatique, pourrait permettre à terme l’émergence en été dans cette région d’une voie commerciale stratégique entre l’Europe et l’Asie dont la Russie aurait le contrôle.

Les mesures russes risquent de susciter la colère des autres nations arctiques (Etats-Unis, Canada, Norvège et Danemark), d’autant que le ministre russe des Affaires étrangères avait assuré en avril 2009 que la Russie ne projetait pas “d’augmenter la présence des forces armées dans l’Arctique”.
L’Arctique pourrait contenir, selon les géologues américains de l’USGS, 13% du pétrole et 30% du gaz naturel non découverts dans le monde, une manne rendue de plus en plus accessible par le recul des glaces.

Alléché, Moscou réclame une extension de sa zone économique, affirmant que la dorsale de Lomonossov, chaîne de montagnes sous-marine, est le prolongement de son plateau continental, une ambition qui concurrence celles des autres puissances de la région.
Pour étayer ses revendications, la Russie a planté durant l’été 2007 son drapeau par 4.000 mètres de profondeur sous le Pôle nord.
Source : AFP
Lire aussi : « Défis et dangers de la course aux hydrocarbures de l’Arctique »

 

Mercredi 18 août 2010 – La Russie s’attaque tout doucement à la vodka, culte et fléau national
Vodka interdite à la vente après 22H à Moscou, tolérance zéro au volant décrétée par le président Medvedev : les autorités russes s’attaquent tout doucement à la boisson nationale et aux autres alcools forts, qui tuent un demi-million de Russes chaque année.
Des experts ont souligné que cette approche restrictive de la lutte contre l’alcoolisme ne ferait qu’entraîner un commerce illégal et augmenterait le nombre de victimes des alcools frelatés vendus au marché noir.

L’alcool tue un demi-million de personnes chaque année en Russie, et se répercute sur l’espérance de vie des hommes (60 ans d’après l’OMS), inférieure à celle de pays pauvres comme le Bangladesh ou le Honduras, selon des estimations officielles.
Selon les spécialistes, c’est le prix de la vodka qu’il faudrait augmenter par des taxes, mais les autorités craignent le mécontentement de la population. Le prix minimum d’une bouteille standard d’un demi-litre de vodka a été fixé par le gouvernement à 89 roubles, à peine plus de 2 euros.

Pire, la moitié des boissons fortes consommées sont produites en fraude et “leur prix est de 30, 35 roubles”, selon Alexandre Nemtsov, le directeur de l’Institut de psychiatrie de Moscou et spécialiste de l’alcoolisme.
Le président Medvedev avait reconnu il y a un an que les mesures prises au cours des dernières années par l’Etat pour faire baisser la consommation d’alcool en Russie avaient donné un résultat “nul”.
Source : AFP

Samedi 14 août 2010 – Rwanda : la Maison Blanche note des progrès, mais fait part d'”inquiétudes”
La Maison Blanche a salué vendredi la tenue de l’élection présidentielle au Rwanda, notant des “progrès” démocratiques de ce pays, mais a aussi dit avoir fait part à Kigali de ses “inquiétudes” concernant des “événements dérangeants” lors de la campagne.
Le porte-parole du Conseil américain de sécurité nationale a précisé : “Nous restons toutefois inquiets, en raison d’une série d’événements dérangeants avant l’élection, dont la suspension de deux journaux, l’expulsion d’un spécialiste des droits de l’Homme, l’interdiction faite à deux partis d’opposition de prendre part à l’élection, et l’arrestation de journalistes”.

Paul Kagamé, au pouvoir depuis le génocide de 1994 et sans véritable opposition, a triomphalement remporté mercredi l’élection présidentielle avec 93% des voix. Le scrutin s’est déroulé sans incident notable.
Opposants en exil et organisations de défense des droits de l’homme dénoncent toutefois régulièrement le caractère répressif et ultra-autoritaire du régime.

Ces reproches se sont accrus alors que se multipliaient les signes de tension à l’approche de la présidentielle : une série de 3 attaques à la grenade à Kigali entre février et mai qui ont fait au moins 4 morts, les meurtres d’un journaliste et d’un opposant en juin, et des “menaces, agressions et actes de harcèlement” contre l’opposition, selon l’organisation Human Rights Watch (HRW).
Source : AFP

Mardi 10 août 2010 – Grippe A/H1N1 : l’OMS déclare la fin de la pandémie
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré mardi la fin de la pandémie de grippe A/H1N1 précédemment connue sous les noms de grippe mexicaine et de grippe porcine.
La maladie va retrouver un niveau d’activité comparable à celui de la grippe saisonnière.
Selon les chiffres publiés la semaine dernière par l’OMS, au moins 18.449 personnes sont mortes dans le monde de la grippe A/H1N1 depuis le début de l’épidémie en avril 2009, même si le bilan exact est sans doute plus élevé.
Source : AP

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>