Près de la moitié des jeunes Italiens intolérants ou carrément xénophobes

ROME (AFP) – Près de la moitié des jeunes Italiens sont intolérants à l’égard des étrangers ou carrément xénophobes, selon une étude rendue publique jeudi à la Chambre des députés à l’initiative de son président qui a appelé la classe politique à élaborer « un modèle italien d’intégration ».
L’enquête d’opinion, effectuée par l’institut SWG auprès d’un échantillon représentatif de 2.000 jeunes de 18 à 29 ans, montre que 45,8% d’entre eux expriment une forme d’hostilité envers les étrangers ou directement de la xénophobie, alors que seulement 39,6% se disent « ouverts » aux étrangers.

Au sein des jeunes qualifiés de « fermés », SWG distingue trois groupes.
Un premier, représentant 15,3% du total, exprime surtout une « phobie envers les Roumains-tziganes-Albanais » et en majorité composé de femmes (56%).
Un deuxième groupe, le plus petit mais le plus extrême, réunit les comportements ouvertement racistes avec 10,7% des jeunes. Le troisième groupe (20%) rassemble les « xénophobes », qui excluent de recourir à la violence mais souhaitent que les étrangers vivent loin d’eux, de préférence hors d’Italie. Ce sont surtout des garçons d’une vingtaine d’années.

Réagissant au sondage SWG, le président de la Chambre des députés Gianfranco Fini a appelé ses collègues à imaginer un modèle d’intégration à l’italienne et s’est montré sceptique sur le système français d' »assimilation et donc de déracinement total, pour lequel tu es Français, Italien ou Allemand seulement si tu fais tienne la langue et l’identité du pays ».
La diffusion de l’étude, menée en octobre, a coïncidé avec la publication jeudi des résultats du recensement de 2009 par l’Institut de statistiques national Istat qui y décrit la présence des immigrés comme « déterminante » pour la croissance démographique de l’Italie. Les étrangers représentaient 7,1% des 60,387 millions d’habitants de la péninsule au 1er janvier dernier.

Selon M. Fini, de récentes tensions entre immigrés sud-américains et nord-africains à Milan (nord) montrent qu' »il ne suffit pas de leur donner un logement ». « Il faut réduire les délais pour obtenir la nationalité et leur donner la possibilité de voter aux élections locales sans être italien », a estimé M. Fini.
Il a aussi appelé télévision et presse écrite à cesser de stigmatiser l’origine ethnique des délinquants dans leurs rubriques faits divers car cela « accroît l’ignorance et les préjugés ».

Dans son sondage, SWG souligne sur la base d’une échelle d’appréciation qualitative, que les jeunes Italiens disent préférer dîner dans l’ordre avec une personne en difficulté économique, un Juif, un homosexuel et un étranger non Européen. Ils sont plus « froids » quand il s’agit d’un repas avec un musulman. Et ils excluent de dîner avec un drogué ou un Rom (tzigane), de les avoir pour voisin et pire encore que leur fils ou fille vive avec l’un d’eux.

SWG dresse le profil du jeune ouvertement raciste: « besoin de puissance, attitude ouvertement homophobe, poussées antisémites, conviction que les femmes sont inférieures et surtout refus de tout ce qui est différent ».
Selon une étude de SWG, plus d’un millier de groupes xénophobes existent sur le réseau social Facebook Italie, dont une centaine anti-musulmans, 350 anti-immigrés, 300 anti-tziganes et 400 contre les gens du sud de l’Italie.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>