La dette de pays européens au centre de la réunion du G7

Reuters – Leika Kihara et Jan Strupczewski
Les ministres des Finances et banquiers centraux des pays du G7, réunis samedi à Iqaluit, dans le Grand Nord canadien, se sont penchés sur la dette publique de certains pays européens qui inquiète de plus en plus les marchés.
Ils ont dit leur détermination à résoudre cette crise en se passant de l’intervention du Fonds monétaire international (FMI).

« Nous avons parlé de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne et nous avons dit à nos partenaires que nous devions régler nous-mêmes le problème, sans l’aide du FMI », a déclaré à Reuters le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, au second jour de cette réunion des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni).

Les pressions s’accentuent sur des pays comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne pour qu’ils réduisent leurs dépenses et contrôlent mieux leur dette, alors que les marchés sont tombés vendredi à un plus bas de trois mois de crainte d’une déstabilisation de la zone euro.
Le conservateur allemand Günther Oettinger, l’un des dirigeants de la CDU de la chancelière Angela Merkel, a dit craindre samedi que l’euro ne devienne une monnaie instable, mais son collègue Wolfgang Schäuble, ministre allemand des Finances, a tenu à être plus rassurant.

« L’euro restera stable, les marchés ont toujours tendance à réagir avec excès », a affirmé Schäuble..
A propos de la crise budgétaire en Grèce, ce dernier a ajouté: « La Grèce doit comprendre que quand on viole les règles pendant trop longtemps, on doit payer un jour le prix fort ».
La Grèce et le Portugal sont, comme d’autres membres de la zone euro à l’instar de l’Espagne, handicapés par des déficits abyssaux et des taux d’endettement très élevés qui pourraient les obliger à faire appel à une aide extérieure pour éviter un défaut sur leur dette souveraine.

Cette crise est la plus grave qu’ait à affronter la zone euro depuis sa création il y a 11 ans et certains analystes n’excluent plus la possibilité de voir un petit Etat membre, comme la Grèce, contraint d’en sortir pour assurer la survie de l’Union monétaire.
Le quotidien français Le Monde a rapporté que, selon les experts du FMI, il faudrait 20 à 25 milliards de dollars (14,6 à 18,3 milliards d’euros) d’aides pour rassurer les marchés au sujet de la Grèce.

Jeudi, le directeur général du Fonds, Dominique Strauss-Kahn, de passage à Paris, s’était déclaré prêt à aider Athènes si on le lui demandait.
Les inquiétudes financières s’accompagnent d’une montée des tensions sociales. En Grèce, si les agriculteurs ont commencé à lever des barrages établis il y a près de trois semaines, des fonctionnaires du fisc et des douanes ont poursuivi la grève entamée jeudi.
Version française Gregory Schwartz, Marc Angrand et Guy Kerivel

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>