La dette française devrait rester longtemps à des niveaux record

Reuters – La France mettra 20 ans à retrouver un niveau de dette publique équivalent à celui d’avant la crise, selon le scénario le plus favorable figurant dans un rapport de la Délégation à la prospective du Sénat.
Le rapport sur l’économie française et les finances publiques à l’horizon 2030, diffusé vendredi, prône une politique centrée sur la croissance et une coopération économique entre Européens pour restaurer la confiance.
A l’inverse, une forte restriction budgétaire risquerait de casser la reprise économique et de freiner la croissance potentielle de la France à long terme, aggravant la situation au lieu de l’améliorer, prévient-il.

« L’horizon 2030 n’est pas ‘noir' », lit-on dans le communiqué du Sénat sur ce rapport, dirigé par le président de la délégation, le sénateur UMP de l’Eure Joël Bourdin.
« Mais la bonne santé de l’économie française » dans le futur est liée à une maximisation de la croissance potentielle et à la confiance des agents économiques, poursuit le communiqué.
Cette confiance « ne sera au rendez-vous que si les partenaires de l’Union européenne cessent de mener des politiques économiques non coopératives », ajoute-t-il.

Cinq scénarios commandés à l’Observatoire français des conjonctures économique (OFCE) figurent dans le rapport.
Le plus favorable fait état d’une dette publique à 63% du produit intérieur brut en 2030, proche des niveaux de 2006-2007.
Le moins favorable prévoit une dette à 135% du PIB en 2030, et les trois autres des niveaux compris entre 81% et 88%, proches des chiffres actuels et des prévisions à court terme.
Le gouvernement prévoit une dette à 83,2% du PIB cette année et 87,1% en 2012, date à partir de laquelle elle baisserait.

Le scénario le plus optimiste s’appuie sur une prévision de croissance moyenne très forte (3,5% à partir de 2011) et sur une décrue très rapide du chômage (taux de 4,4% dès 2015).
Le pire scénario prend pour hypothèse la persistance d’un taux de chômage élevé (10,3% jusqu’en 2030).
Le scénario central, qui débouche sur une dette à 81% du PIB en 2030, s’appuie sur l’hypothèse d’une croissance moyenne de 2,5% par an à partir de 2011, identique à celle du gouvernement, avec un taux de chômage de 4,4% en 2024.

« Le retour à des positions budgétaires soutenables est un impératif », lit-on dans la synthèse du rapport.
« Pour autant, les scénarios de dette publique n’invitent pas à s’engager dans une ‘thérapie de choc’ qui pourrait produire des effets irréversibles sur la croissance mais, plutôt, à des stratégies de sortie de crise souples et coordonnées le plus possible au niveau international », poursuit la synthèse.
Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>