S'abonner par email

Ukraine – Russie : les relations s’apaisent

Ukraine – Russie : les relations s’apaisent

31 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

La Russie a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014 après un référendum de rattachement dénoncé par l’Ukraine et les Occidentaux.

Cette annexion a été suivie d’un conflit armé entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine, toujours en cours, qui a fait plus de 13.000 morts.

 

Ukrainiens et Occidentaux accusent la Russie de soutenir financièrement et militairement les séparatistes, ce que le Kremlin nie malgré de nombreuses preuves.

On observe néanmoins entre les deux pays une relative détente des relations depuis l’élection en avril à la présidence ukrainienne de l’ex-comédien Volodymyr Zelensky.

 

 

La guerre du gaz n’aura pas lieu entre l’Ukraine et la Russie

 

Les deux pays ont signé lundi 30 décembre un contrat crucial portant sur la circulation du gaz russe vers l’Europe.

Le précédent contrat arrivait à échéance le 31 décembre.

 

Alors que la Russie tente depuis plusieurs années de distribuer son gaz en Europe via d’autres gazoducs, notamment en Mer baltique, l’Ukraine veut garder la main sur cette rente financière importante que lui procure son statut de pays transit.

 

Dans les prochains mois, deux gazoducs – le germano-russe Nord Stream 2 et le turco-russe Turkish Stream – contournant le territoire ukrainien sont censés entrer en service, ce qui priverait Kiev d’une manne financière conséquente et d’une arme de poids face à la Russie.

 

Cela faisait plusieurs semaines que Bruxelles pilotait des négociations extrêmement difficiles entre l’Ukraine et la Russie, afin d’aboutir au renouvellement d’un contrat gazier entre les deux pays.

 

Cet accord porte sur un volume de gaz fixe, en provenance de Russie, transitant par l’Ukraine, alors que tout échec des discussions aurait pu provoquer des ruptures d’approvisionnement en Europe.

 

Le contrat s’étend sur cinq ans, il prévoit que le géant russe Gazprom fera circuler par l’Ukraine 65 milliards de mètres cubes de gaz l’année prochaine, et ensuite 40 milliards de mètres cubes par an.

Il faut rappeler que 35% du gaz européen vient de Russie.

 

L’Europe reste très dépendante du transit ukrainien, même si ce dernier a baissé de 40% ces quinze dernières années, avec la multiplication des routes du gaz vers l’Europe.

Par ailleurs, l’accord entre les deux pays marque une nouvelle avancée majeure dans la normalisation de leurs rapports.

 

 

Accalmie militaire

 

Après un recul des troupes, ordonné par le président ukrainien, impopulaire au sein d’une partie de la population ukrainienne, les forces gouvernementales ukrainiennes et les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine ont achevé fin décembre l’échange de leurs derniers prisonniers. Ceci sous l’influence de la France et de l’Allemagne, parrains du processus de paix en Ukraine.

 

Lors de l’échange massif de plus de 200 prisonniers avec les séparatistes pro-russes, l’Ukraine a vu le retour de 76 des siens, mais elle a payé pour cela très cher, en incluant dans la transaction cinq officiers Berkout, présumés responsables de la mort de plusieurs dizaines de manifestants lors de la révolution de Maïdan (2014 et avant le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine).

 

Volodymyr Zelenskiy va devoir faire accepter ce sacrifice lourd à son opinion publique.

Si un Ukrainien a une sensibilité particulière en matière de détention, c’est bien Oleg Sentsov, le cinéaste, qui vient de passer plus de cinq ans dans une prison russe.

 

Libéré en septembre, Oleg Sentsov est désormais un commentateur très écouté, et s’il semblait jusqu’ici donner un certain crédit à Volodymyr Zelenskiy, Sentsov s’est montré très critique sur la manière dont l’échange de prisonniers s’est déroulé.

 

Comme de nombreux Ukrainiens, le cinéaste ne comprend pas qu’on ait pu lâcher dans la nature les fameux Berkout, des ex-policiers soupçonnés de crimes qui n’ont absolument rien à voir, légalement, avec la guerre du Donbass.

 

Il déplore aussi que pas un seul prisonnier originaire de Crimée n’ait été inclus dans l’échange, et enfin une très forte disproportion la partie ukrainienne ayant libéré quasiment deux fois plus de détenus que les séparatistes.

 

De manière générale, dans l’opinion publique, un fossé se creuse, entre ceux qui se contentent de saluer une décision humanitaire, et ceux qui estiment que Kiev a capitulé aux conditions imposées par la Russie. Le président ukrainien risque de passer pour un traître à la patrie.

Un nouveau sommet est déjà prévu en 2020 pour renforcer la désescalade entre Moscou et Kiev.

 

 

Poutine inaugure la liaison ferroviaire avec la Crimée, l’UE proteste

 

Le président russe a inauguré fin décembre la voie ferrée reliant la Crimée à la Russie continentale. La voie de chemin de fer est située sur le pont reliant la péninsule de Kertch, en Crimée, à celle de Taman, dans le sud de la Russie.

Les trains doivent transporter 14 millions de passagers en 2020.

 

L’Union européenne a dénoncé “une nouvelle violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine par la Russie”.

De plus, selon le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, “le pont limite le passage des navires dans le détroit de Kertch vers les ports ukrainiens de la mer d’Azov”.

 

 

Le FMI d’accord pour un prêt de 5,5 milliards de dollars à l’Ukraine

 

Le FMI et l’Ukraine ont annoncé avoir trouvé un accord de principe pour un prêt conséquent de 5,5 milliards de dollars. Le précédent programme avait été interrompu notamment en raison de soupçons de malversations.

 

Mais pour que les 5,5 milliards de dollars de prêts soient effectivement versés à l’Ukraine au cours des trois prochaines années, le pays devra prouver qu’il lutte efficacement contre la corruption.

 

 

L’Ukraine va obtenir de nouveaux missiles antichar américains

 

Le gouvernement ukrainien a annoncé qu’il allait se munir de nouveaux missiles antichar américains. Une annonce qui est faite alors que la Maison Blanche est empêtrée dans le scandale ukrainien, à l’origine de la procédure d’impeachment contre Donald Trump.

 

Selon les démocrates américains (majoritaires à la Chambre des représentants), le président est passible d’une destitution pour avoir demandé à un dirigeant étranger, son homologue ukrainien Volodimir Zelenski, d’enquêter sur Joe Biden, candidat à l’investiture démocrate que Donald Trump pourrait donc affronter lors de l’élection présidentielle de novembre 2020.

 

L’Ukraine va prochainement obtenir de nouvelles armes américaines. Le ministère de la Défense ukrainien a annoncé que Kiev avait signé trois contrats d’armement avec les États-Unis.

 

Ces derniers portent sur l’acquisition de 150 Javelins, des missiles de précision considérés comme l’arme fatale antichar. Après une première livraison de 210 ogives en 2018, l’Ukraine va acheter pour 40 millions de dollars de missiles et devient ainsi l’un des pays d’Europe les mieux équipés dans ce type d’armement dissuasif.

 

 

Plus de 400.000 enfants sont toujours les principales victimes du conflit dans l’est de l’Ukraine

 

Près d’un demi-million d’enfants dans l’est de l’Ukraine continuent de faire face à de graves risques pour leur santé physique et leur bien-être psychologique en raison du conflit qui dure depuis plus de cinq ans, a déclaré le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

 

« Il est inconcevable que les enfants de l’est de l’Ukraine continuent d’aller dans des écoles criblées de balles et des abris anti-bombes et vivent dans des quartiers bombardés par intermittence et parsemés de mines antipersonnel », a dénoncé Afshan Khan, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale.

 

Dans l’ensemble de l’Ukraine orientale, l’UNICEF et ses partenaires fournissent un soutien psychosocial et une éducation aux dangers des mines à des centaines de milliers d’enfants, de jeunes et de personnes qui s’occupent d’eux.

 

L’UNICEF prend également en charge les réparations des écoles et des jardins d’enfants endommagés ainsi que des installations vitales d’alimentation en eau et d’assainissement.

En 2019, 37% seulement de l’appel d’urgence lancé par l’UNICEF pour soutenir les enfants et leurs familles dans l’est de l’Ukraine ont été financés.

 

Sources : RFI, Reuters, AFP, ONU

0 0 vote
Article Rating
S'abonner aux commentaires
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments