L’essentiel : du 17 au 18 septembre à 15h

 

AFRIQUE

Au Soudan du Sud, les meurtres, actes de torture et violences sexuelles continuent

Devant le Conseil des droits de l’homme à Genève, la Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme au Soudan du Sud a dressé lundi un constat accablant des violations qui se poursuivent dans ce pays d’Afrique de l’Est.

 

Au cours d’une récente mission au Soudan du Sud, la Commission a de nouveau entendu des témoignages de meurtres et de violences sexuelles.

Les victimes ont confié leurs craintes d’une profonde insécurité, alors que les détentions arbitraires et la torture commises par la Sécurité nationale ont augmenté dans le pays.

 

Ces violences perpétrées par des forces gouvernementales s’ajoutent à l’insécurité alimentaire qui sévit au Soudan du Sud et dans les camps de réfugiés.

Malgré l’engagement pris publiquement par les autorités de Juba à lutter contre les violences sexuelles, peu de choses ont été faites.

 

Source : ONU

 

Lire aussi :

https://infosplanetaires.com/afrique/soudan-du-sud-nettoyage-ethnique-et-dirigeants-a-la-piscine.html

 

 

Subornation de témoins : la CPI confirme la peine du Congolais Bemba

La Cour pénale internationale (CPI) a confirmé lundi la peine infligée en première instance à l’ex-chef de guerre congolais, Jean-Pierre Bemba, pour subornation de témoins, une condamnation qui lui a valu d’être exclu de la course à la présidence de la RDCongo pour laquelle il faisait figure de favori.

 

Le 4 septembre, la Cour constitutionnelle du Congo a définitivement invalidé la candidature de M. Bemba.

Dans un entretien à l’hebdomadaire Jeune Afrique paru lundi, Jean-Pierre Bemba s’est déclaré prêt à soutenir un candidat unique de l’opposition.

 

Source : AFP

 

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Yémen : la reprise de l’offensive sur Hodeïda menace l’aide humanitaire

La reprise de l’offensive des forces progouvernementales yéménites, appuyées par une coalition sous commandement saoudien, sur le port stratégique de Hodeïda (ouest) pour y déloger les rebelles Houthis fait craindre un nouveau drame humanitaire dans un pays ravagé par la guerre.

 

Aucune information n’a été donnée mardi sur l’étendue des combats au sol et des raids aériens dans cette région bordant la mer Rouge, mais les Houthis ont vivement réagi à l’annonce lundi soir par des responsables de la coalition anti-rebelles selon laquelle “une opération militaire destinée à libérer Hodeïda et son port avait commencé sur plusieurs axes”.

 

Hodeïda est le principal point d’entrée des importations et de l’aide humanitaire internationale au Yémen, où 3 personnes sur 4 ont besoin d’aide, notamment alimentaire, selon l’ONU.

Le pays est également menacé par une troisième vague de choléra, d’après la même source.

 

Les Houthis, soutenus par l’Iran, ont accusé la communauté internationale de complicité avec le “terrorisme” de l’Arabie saoudite et de ses alliés.

La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales, appuyées par cette coalition, aux Houthis qui se sont emparés en 2014 et 2015 de vastes régions du pays dont la capitale Sanaa.

 

L’offensive sur Hodeïda avait débuté en juin, mais la coalition anti-rebelles avait marqué une pause dans ses opérations durant l’été.

Une tentative de pourparlers politiques parrainés par l’ONU a échoué plus tôt ce mois-ci à Genève.

 

Le 12 septembre, quelques jours après l’échec de Genève, la brigade de “Géants”, une force progouvernementale appuyée par les Emiratis, avait affirmé avoir progressé autour de Hodeïda.

Le conflit au Yémen a fait quelque 10.000 morts, plus de 56.000 blessés et provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU.

 

Source : AFP

 

 

Un avion russe abattu en Syrie, tension entre Israël et Moscou

La Russie a accusé mardi Israël d’être responsable de la destruction d’un avion de reconnaissance russe, accidentellement abattu par l’armée syrienne, et a convoqué l’ambassadeur israélien à Moscou pour évoquer cet incident qualifié d’acte hostile.

 

Le ministère russe de la Défense a indiqué que l’appareil transportait 15 soldats lorsqu’il a été abattu par l’armée syrienne de façon accidentelle.

Il a expliqué que des chasseurs de l’armée israélienne, menant des frappes aériennes, se sont cachés derrière l’appareil russe pour approcher leurs cibles.

 

Le Kremlin s’est dit particulièrement préoccupé par cette accident.

Les relations entre Israël et Moscou sont cordiales depuis plusieurs années, le gouvernement russe se plaçant en position d’intermédiaire entre l’Etat hébreu et ses ennemis dans la région, dont l’Iran.

 

Source : Reuters

 

 

Syrie : l’Iran salue l’accord turco-russe pour éviter un assaut sur Idleb

L’accord conclu lundi soir entre Moscou et Ankara pour éviter un assaut des troupes de Damas contre la province rebelle syrienne d’Idleb est un exemple de “diplomatie responsable”, a estimé mardi le ministre des Affaires étrangères iranien.

 

A Sotchi, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont surmonté leurs divisions et se sont mis d’accord pour éviter l’assaut voulu par le régime syrien sur Idleb, dernier bastion rebelle et jihadiste de Syrie, en créant une “zone démilitarisée” sous contrôle russo-turc dans cette province.

 

Depuis que le gouvernement syrien, soutenu par l’armée russe, a annoncé son intention de reprendre cette zone située dans le nord-ouest de la Syrie, la Turquie, soutien des rebelles, ne cesse de mettre en garde contre une possible catastrophe humanitaire en cas d’assaut des troupes gouvernementales.

 

Source : AFP

 

 

ASIE

ONU : la brutalité de l’armée birmane contre les Rohingyas “difficilement concevable”

Des enquêteurs de l’ONU ont demandé mardi que l’armée birmane soit exclue de la vie politique, exhortant au limogeage des hauts gradés impliqués dans le “génocide” à l’encontre des Rohingyas contre lesquels ils ont fait preuve d’une brutalité “difficilement concevable”.

 

La Mission d’établissement des faits de l’ONU sur la Birmanie, qui n’a pas été autorisée à se rendre dans le pays, a interrogé plus de 850 victimes et témoins et s’est appuyée sur des images satellite pour publier un rapport.

 

Plus de 700.000 Rohingyas, minorité ethnique musulmane, ont fui en 2017 les violences de l’armée et de milices bouddhistes pour se réfugier au Bangladesh voisin où ils vivent depuis dans d’immenses campements de fortune.

 

L’armée birmane rejette ces accusations et assure que sa campagne visait des rebelles rohingyas après des attaques meurtrières contre des postes de police en août 2017.

Malgré l’arrivée au pouvoir en 2016 du gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, l’armée conserve une place centrale dans le régime politique birman.

 

Le rapport demande aussi aux autorités birmanes de “ne pas faire obstacle au retour sûr et durable” des Rohingyas. Un accord de rapatriement signé entre la Birmanie et le Bangladesh fin 2017 est au point mort, les deux pays se rejetant mutuellement la faute. Les réfugiés rohingyas refusent, eux, de revenir avant que leur sécurité et leurs droits soient garantis.

 

La mission onusienne demande aussi au gouvernement birman d’identifier le nombre de personnes tuées ou portées disparues. Les informations recueillies par ses enquêteurs suggèrent que l’estimation de 10.000 morts, est “prudente”. La mission demande aussi la libération de 2 reporters de Reuters, condamnés à sept ans de prison pour “atteinte au secret d’Etat”.

 

Source : AFP

 

 

Le président des Maldives impliqué dans l’octroi illégal d’îles (presse)

Le président des Maldives Abdulla Yameen a participé à un système d’octroi illégal d’îles de l’archipel de l’océan Indien à des développeurs de tourisme de luxe, selon l’enquête mardi d’un média spécialisé sur la corruption et le crime organisé.

 

D’après l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP, un consortium international de médias et de journalistes), en 2014 et 2015, les licences d’exploitation de plus de 50 îles et lagons de cette nation aux mers de carte postale ont été accordées par des proches du chef de l’État sans passer par la procédure d’appel d’offres requise par la loi maldivienne.

 

Cette publication intervient à quelques jours de l’élection présidentielle du 23 septembre dans cet archipel de l’océan Indien. M. Yameen y briguera un second mandat dans un contexte de forte répression de l’opposition, dont les principales figures sont derrière les barreaux ou en exil.

 

Élu en 2013 dans des circonstances controversées, Abdulla Yameen a mené ces dernières années une politique de répression féroce contre ses détracteurs et muselé la presse locale.

Cette crispation s’est intensifiée avec la décision du chef de l’Etat d’imposer 45 jours d’état d’urgence au début de l’année, en opposition à une décision de la Cour suprême.

 

Source : AFP

 

 

Corée du Nord : le front international se brise à l’ONU

Le front international forgé en 2017 à l’ONU contre les programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord s’est brisé lundi avec des accusations de “tricherie” et de “mensonges” échangées entre Américains et Russes au Conseil de sécurité.

 

“La Russie triche”. “La Russie a été prise en défaut”. “La Russie s’emploie à court-circuiter le régime de sanctions”, a asséné l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, lors d’une réunion sur l’application des sanctions contre Pyongyang.

 

Les échanges américano-russes houleux, inédits à cette échelle dans l’enceinte du Conseil de sécurité sur le dossier nord-coréen, surviennent à la veille d’un nouveau sommet entre les Corées du Nord et du Sud, soutenu par Pékin et destiné à donner une nouvelle impulsion à la détente dans la péninsule.

 

“Les Etats-Unis ont des preuves de violations russes de grande ampleur”, a assuré Nikki Haley, la diplomate américaine, parlant de photos et de vidéos montrant des navires se livrant à du transbordement illicite en haute mer de charbon ou pétrole à destination de la Corée du Nord.

 

Source : AFP

 

 

Ttyphon Mangkhut : des dizaines de Philippins ensevelis, montée des eaux en Chine

Les sauveteurs s’efforçaient lundi de retrouver des dizaines de disparus aux Philippines sur le site d’un énorme glissement de terrain après le passage du typhon Mangkhut qui y a fait au moins 65 morts, a dévasté Hong Kong et causé au moins 4 morts et des millions d’évacuations en Chine du sud où des rivières sont en crue.

 

Les Philippines, qui essuient régulièrement de violents typhons, ont été les plus durement touchées par cette puissante tempête.

Selon le porte-parole de la police nationale, Benigno Durana, plus de 155.000 Philippins sont toujours dans des centres d’évacuation.

 

Considérée comme la plus forte survenue dans le monde depuis le début de l’année, la tempête a ravagé des zones agricoles du nord de Luçon à un mois des récoltes. Elles fournissent en temps normal une partie importante de la production de riz et de maïs du pays, mais elles sont désormais noyées sous des eaux boueuses.

 

En Chine, les autorités ont indiqué avoir évacué plus de 3 millions de personnes dans le sud.

A Hong Kong, le gouvernement local a qualifié les dégâts de “graves et importants”. Plus de 300 personnes ont été blessées au passage du typhon.

 

Source : AFP

 

 

LA PLANETE GLOBALE

D’Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie : 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d’autres pays d’Europe. Mais leur courage n’a pas suffi, ils ont eu recours aux réseaux de passeurs.

 

“Il est pratiquement impossible d’atteindre l’Europe clandestinement” sans avoir payé une mafia, assure à l’AFP le directeur du Centre européen de lutte contre le trafic des migrants d’Europol, le Slovène Robert Crepinko.

 

D’Afrique, les migrants convergent le plus souvent vers le Maroc.

Les tarifs, selon la police espagnole : 18 euros pour franchir la clôture. 200 à 700 euros pour traverser le détroit de Gibraltar, et jusqu’à 5.000 pour le faire sur un scooter des mers.

 

Europol estime qu’en moyenne, un migrant paie de 3.000 à 5.000 euros pour le voyage complet vers l’Europe.

L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée des migrants clandestins.

 

Beaucoup sont résolus à laisser l’Espagne pour gagner la France, le Royaume-Uni ou l’Allemagne, en fonction de leur origine – s’ils viennent d’Afrique francophone ou anglophone – et des proches installés dans ces pays.

 

Et une fois arrivés en Espagne, ils ne parviennent pas toujours à échapper à l’emprise des passeurs, qui les emmènent dans un autre pays ou les livrent à des réseaux de traite des êtres humains.

 

Si les migrants tombent entre les mains des réseaux de traite, les femmes sont exploitées comme prostituées, les hommes pour des travaux confinant à l’esclavage moderne, notamment dans l’agriculture intensive, ou pour mendier.

 

Source : AFP

 

 

Guerre commerciale : deuxième salve de Trump contre Pékin, qui promet des “représailles”

Donald Trump agitait la menace depuis des semaines. Il a fini par la mettre à exécution : 200 milliards de dollars d’importations chinoises supplémentaires vont être taxés à 10%, la Chine promettant aussitôt des “représailles”. Les marchés financiers ont plutôt bien réagi à cette nouvelle phase de la guerre entre les deux géants du Pacifique.

 

“Les tarifs douaniers prendront effet le 24 septembre et s’élèveront à hauteur de 10% jusqu’à la fin de l’année. Le 1er janvier, les taxes douanières seront portées à 25%”, a-t-il expliqué.

Pékin a riposté mardi en annonçant qu’il n’avait d’autre choix que de prendre “des mesures de représailles”.

 

S’ensuivent des menaces de Donald Trump : “Si la Chine venait à prendre des mesures de représailles contre nos agriculteurs ou autres industries, nous mettrions en œuvre immédiatement la phase 3, à savoir des tarifs douaniers sur quelque 267 milliards de dollars d’importations supplémentaires”.

 

Si ce montant de marchandises était à son tour surtaxé, ce serait la totalité des importations chinoises qui seraient frappées de mesures protectionnistes américaines.

Donald Trump exige de Pékin qu’il réduise de 200 milliards le déficit commercial américain en ouvrant davantage son marché aux produits des Etats-Unis.

 

Ce conflit semble pour l’heure avoir peu d’effet sur la première économie mondiale qui tourne à plein régime.

La banque centrale américaine a, elle, mis en garde à plusieurs reprises qu’une guerre commerciale représentait pour l’heure la plus grande menace pour la croissance américaine.

 

Source : AFP

 

 

Changement climatique : le commerce international va être essentiel pour nourrir la planète

Alors que le changement climatique est appelé à modifier significativement la capacité de nombreuses régions du monde à produire de la nourriture, le commerce international de produits agricoles devrait contribuer de manière plus importante à nourrir la planète et à faire face aux crises alimentaires liées au climat, selon un nouveau rapport de la FAO.

 

« Pour y parvenir, des mesures politiques de grande envergure sont nécessaires. Des politiques commerciales qui favorisent un bon fonctionnement des marchés mondiaux associées à des mesures nationales intelligentes face au climat, des investissements et des programmes de protection sociale sont également nécessaires ».

 

D’après José Graziano da Silva, le commerce international est capable de stabiliser les marchés et de redistribuer la nourriture des régions excédentaires vers les régions déficitaires, aidant ainsi les pays à s’adapter au changement climatique et à contribuer à la sécurité alimentaire.

 

En termes de valeur, le commerce agricole a augmenté de manière significative entre 2000 et 2016, passant de 570 milliards à 1,6 trillion de dollars.

Cette situation s’explique en grande partie par le développement économique de la Chine et par une hausse de la demande mondiale en biocarburant.

 

Le profil des économies émergentes au sein du commerce agricole mondial a fortement augmenté, avec la hausse des revenus par habitant et une réduction des niveaux de pauvreté.

Cela a permis de stimuler la consommation alimentaire, les importations et la productivité agricole, entraînant ainsi une hausse des exportations alimentaires.

 

Alors que les principaux exportateurs alimentaires tels que l’Europe et les États-Unis demeurent d’importants exportateurs agricoles en termes de valeur, de nouveaux arrivants remettent leur suprématie en question.

 

Par exemple, entre 2000 et 2016, le Brésil a augmenté sa part dans le commerce alimentaire mondial. La Chine a dépassé le Canada et l’Australie pour devenir le 4e plus grand exportateur agricole au monde, tandis que l’Indonésie et l’Inde ont augmenté leurs exportations agricoles.

 

Source : ONU

 

 

EUROPE

L’opposant russe Verzilov probablement empoisonné, selon ses médecins

Piotr Verzilov, l’un des quatre membres des Pussy Riot ayant interrompu la finale de la Coupe du monde de football en juillet à Moscou, qui est hospitalisé à Berlin, a probablement été empoisonné à l’aide d’une substance neurotoxique, ont annoncé mardi ses médecins.

 

Il a perdu temporairement la vue, la parole et l’usage de ses jambes, mais son état s’améliore depuis son arrivée en Allemagne, samedi.

Son état n’inspire plus inquiétude, mais nécessite la poursuite du traitement.

 

Source : Reuters

 

 

Russie : fraude électorale à Vladivostok, dénoncent les communistes russes

Des centaines de partisans du Parti communiste russe se sont rassemblés lundi sur la place centrale de Vladivostok pour dénoncer les résultats, truqués selon eux, de l’élection du gouverneur de la région.

 

Dimanche soir, après dépouillement d’un peu moins de 99% des bulletins de vote, le candidat soutenu par le président Vladimir Poutine, Andreï Tarassenko, était devancé de plus de deux points par son adversaire communiste, Andreï Ichtchenko.

 

Mais lundi, la commission électorale a annoncé la victoire du candidat pro-Kremlin avec une avance d’un point sur son rival. Guennadi Ziouganov, le dirigeant du Parti communiste, a dénoncé une “criminelle violation de la loi”. Des manifestations prévues sont par son parti samedi prochain à travers le pays.

 

Source : Reuters

 

 

Emissions : BMW, Volkswagen et Daimler dans le collimateur de l’UE

La Commission européenne a ouvert mardi une enquête approfondie sur une éventuelle collusion entre les constructeurs automobiles allemands BMW, Daimler et le groupe Volkswagen portant sur des technologies de réduction des émissions polluantes.

 

L’exécutif européen indique vouloir vérifier si les constructeurs se sont entendus, en violation des règles de l’UE, pour éviter toute concurrence en ce qui concerne le développement et le déploiement de technologies permettant de réduire les émissions des voitures particulières à moteur essence et diesel.

 

“Ces technologies visent à rendre les voitures particulières moins nuisibles pour l’environnement. Si elle est avérée, cette collusion a peut-être privé les consommateurs de la possibilité d’acheter des voitures moins polluantes, alors que la technologie était à la disposition des constructeurs”, déclare la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

 

Source : Reuters

 

 

Allemagne : le chef du renseignement menacé de limogeage pour sauver le gouvernement

Le chef du renseignement intérieur allemand, accusé de collusion avec l’extrême droite qui manifeste dans la rue, risque d’être limogé mardi pour sauver la coalition gouvernementale de plus en plus fragile formée autour d’Angela Merkel.

 

Maassen, 55 ans, est dans la tourmente depuis le 7 septembre : il avait alors démenti l’existence de “chasses collectives” d’étrangers, pourtant dénoncées par Angela Merkel après des manifestations anti-migrants à l’appel de l’extrême droite à Chemnitz, dans l’ex-RDA.

Il avait aussi assuré qu’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux à ce sujet était fausse.

 

Le chef de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) est de manière générale épinglé pour des liens supposés trop étroits avec le parti d’extrême droite AfD, qui a fait son entrée en force en 2017 à la chambre des députés en se nourrissant des craintes suscitées par l’arrivée de plus d’un million de demandeurs d’asile depuis 2015.

 

Maassen a jusqu’ici été soutenu par le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, entré en rébellion ouverte avec la politique migratoire de Mme Merkel, au point que des médias allemands envisagent aussi un prochain départ du ministre.

 

Sur le plan politique, la crise ouverte autour de M. Maassen n’est qu’une nouvelle illustration de l’affaiblissement politique croissant de la chancelière.

Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD d’une part, et la CSU qui conteste sa politique migratoire.

 

Source : AFP

 

 

AMERIQUE DU NORD

Etats-Unis : au moins 31 morts après des inondations monstres dans le sud-est

De nombreuses régions restaient inondées lundi dans le sud-est des Etats-Unis après le passage de l’ouragan Florence, qui a fait au moins 31 morts et causé des dommages qui pourraient atteindre des milliards de dollars.

 

Florence, désormais rétrogradée en dépression tropicale, devait dévier vers le nord-est, charriant de fortes pluies dans les terres déjà gorgées d’eau en Caroline du Nord, Caroline du Sud et dans l’ouest de la Virginie, selon les services météorologiques.

 

Les autorités redoutent glissements de terrain, ruptures de barrages ou de nouvelles crues de rivières.

“C’est une tempête historique qui se poursuit, certaines zones n’ont pas encore subi le pire des inondations”, a averti Roy Cooper, gouverneur de Caroline du Nord.

 

Le président Donald Trump a décrété dimanche l’état de catastrophe naturelle pour la Caroline du Sud, permettant le déblocage d’une aide fédérale supplémentaire pour les zones affectées par Florence.

 

Source : AFP

 

 

AMERIQUE LATINE

Venezuela : les agapes de Maduro dans un restaurant huppé scandalisent les Vénézuéliens

Des vidéos du président vénézuélien Nicolás Maduro, se régalant de succulents morceaux de viande dans un restaurant huppé d’Istanbul, ont suscité lundi l’indignation au Venezuela, étranglé par la crise économique et les pénuries.

 

Le chef de l’Etat, qui rentrait lundi de son voyage en Chine à la recherche de financements, a fait escale à Istanbul pour répondre à une invitation à déjeuner des autorités turques.

Selon une étude des principales universités du Venezuela, 60% des habitants ont perdu en moyenne 11 kilos, en raison d’un régime alimentaire carencé en protéines.

 

Source : AFP

 

 

Argentine : l’ex-présidente Kirchner, cerveau présumé d’un vaste système de corruption

L’ex-présidente argentine Cristina Kirchner (2007-2015) a été inculpée dans le scandale des “Cahiers de la corruption” qui secoue le pays depuis des semaines, le juge allant jusqu’à demander son placement en détention, même si son immunité parlementaire la protège.

 

Le juge en charge de cette affaire qui porte sur 160 millions de dollars de pots-de-vin, soupçonne Mme Kirchner d’avoir été la responsable, avec son mari, président de 2003 à 2007, d’un système de corruption dans lequel des chefs d’entreprises versaient des millions de dollars en liquide à des fonctionnaires du gouvernement en échange de marchés publics.

 

Le scandale des “Cahiers de la corruption” a éclaté le 1er août à la suite de la publication du contenu de cahiers dans lesquels le chauffeur du vice-ministre de la Planification notait minutieusement les lieux et dates des remises de sacs d’argent à des membres de l’administration Kirchner, par des chefs d’entreprises du secteur des travaux publics.

 

Selon le texte de 500 pages, le juge a déjà demandé le placement en détention de 17 anciens fonctionnaires et 13 chefs d’entreprise.

D’après le magistrat, l’argent remis par les chefs d’entreprise était parfois utilisé pour financer des élections, acheter des juges ou des fonctionnaires.

 

Cristina Kirchner a déjà été inculpée dans 4 autres affaires, dont certaines pour corruption. Elle doit être jugée prochainement pour 3 d’entre elles.

L’immunité parlementaire assure la liberté à l’ancienne présidente, mais ne l’empêche pas d’être jugée, voire condamnée.

 

Source : AFP

 

 

Guatemala/corruption/ONU : bras de fer entre le président et la Cour constitutionnelle

Le bras de fer est engagé lundi entre la Cour constitutionnelle du Guatemala et le président Jimmy Morales, qui refuse de se plier à l’arrêt de la Cour lui demandant de permettre au chef d’une mission onusienne anti-corruption de revenir dans le pays.

 

Le 4 septembre, le président Morales a déclaré Persona non grata Ivan Velasquez, un juriste colombien qui dirige la Commission de l’ONU contre la corruption et l’impunité au Guatemala (CICIG). Celle-ci enquête sur un présumé financement illégal de la campagne électorale du président en 2015 et a demandé la levée de son immunité.

 

Comme elle l’avait déjà fait en 2017, la Cour constitutionnelle du Guatemala a annoncé dimanche soir qu’elle suspendait la décision présidentielle à l’encontre du chef de la mission onusienne.

 

Les attaques présidentielles contre la CICIG ont provoqué la colère populaire, d’autant plus vive que Jimmy Morales avait promis durant sa campagne électorale de lutter contre la corruption et de prolonger le mandat de la mission onusienne.

 

Depuis la semaine dernière, des militants indigènes ont entrepris de bloquer des routes, notamment dans l’ouest du Guatemala où se concentrent les communautés mayas. Quant aux étudiants, syndicalistes et défenseurs des droits de l’Homme, ils battent le pavé de la capitale et des principales villes du pays.

 

Source : AFP

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des