L’essentiel entre les 18 et 20 septembre à 13h30

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

En réponse à Israël, le Hezbollah dit avoir des “missiles de haute précision”

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a assuré jeudi que son mouvement, engagé dans le conflit syrien, avait réussi à se doter de “missiles de haute précision”, malgré les tentatives d’Israël de l’en empêcher avec ses frappes en Syrie.

 

Le Hezbollah, ennemi juré de l’Etat hébreu, qu’il a combattu par le passé, soutient militairement le régime syrien de Bachar al-Assad au côté de son parrain iranien. Damas et ses alliés sont régulièrement la cible de raids israéliens.

 

Ces opérations ont notamment pour objectif d’empêcher “le “transfert d’armes sophistiquées” au Hezbollah par l’Iran, de l’aveu même des responsables israéliens.

Selon les militaires israéliens, le Hezbollah disposerait de 100.000 à 120.000 roquettes et missiles de courte portée, et de plusieurs centaines de missiles de longue portée.

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu souligne que son pays est “déterminé à arrêter l’enracinement de l’armée iranienne en Syrie, ainsi que les tentatives par l’Iran” de transférer au Hezbollah des armes destinées à “être utilisées contre Israël”.

 

Source : AFP

 

 

Le Hezbollah affirme qu’il va rester en Syrie “jusqu’à nouvel ordre”

Le chef du mouvement chiite libanais Hezbollah, allié du régime de Damas, a assuré mercredi que son organisation allait rester en Syrie “jusqu’à nouvel ordre”, malgré le “calme” sur les lignes de front dans le pays en guerre.

 

Hassan Nasrallah a également dénoncé le “mensonge” d’Israël : l’Etat hébreu a justifié des frappes lundi soir en Syrie contre un site de l’armée syrienne en assurant que des systèmes entrant dans la fabrication d’armes étaient en passe d’être livrés au Hezbollah, pour le compte de l’Iran (l’Iran est allié au Hezbollah).

 

Avec l’appui du Hezbollah, mais aussi de la Russie et de l’Iran, le pouvoir de Bachar al-Assad a pu consolider son emprise sur près des 2/3 du territoire, multipliant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes.

 

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont mis d’accord lundi soir pour créer une “zone démilitarisée” sous contrôle russo-turc à Idleb.

Les deux dirigeants ont ainsi éloigné la perspective d’une offensive du régime contre cette province du nord-ouest syrien.

 

Ces derniers mois, Israël a multiplié les frappes en Syrie contre le régime ou son allié iranien, l’Etat hébreu répétant qu’il ne permettrait pas à l’Iran de se servir de la Syrie comme tête de pont contre lui.

 

Source : AFP

 

 

Yémen : pénuries d’essence, envolée des prix… Le quotidien des habitants de Sanaa

Des centaines de Yéménites patientent chaque jour dans les stations-service de Sanaa, ville de plus de deux millions d’habitants qui reste fermement aux mains des rebelles Houthis, soutenus par l’Iran.

 

Les conditions de vie de plus en plus difficiles accroissent le sentiment de frustration parmi la population.

Quatre ans de guerre et un blocus de fait imposé par l’Arabie saoudite ont en effet provoqué des pénuries et une envolée des prix.

 

Les Houthis accusent les forces loyales au gouvernement yéménite –soutenues par une coalition militaire sous commandement saoudien– de bloquer les approvisionnements d’essence.

 

Certains habitants accusent eux les autorités rebelles et les commerçants de s’enrichir sur leur dos. Mahdi al-Mashat, haut responsable politique des Houthis, a haussé le ton mardi en menaçant d’incarcérer tous les commerçants coupables “de cacher de l’essence ou de faire augmenter les prix”.

 

L’Arabie saoudite justifie le maintien du blocus en affirmant que Hodeïda est un point de départ pour des attaques rebelles en mer et un endroit par lequel l’Iran livrerait des armes aux Houthis, ce que Téhéran dément. Le conflit au Yémen a fait quelque 10.000 morts, plus de 56.000 blessés et provoqué “la pire crise humanitaire au monde” selon l’ONU.

 

Source : AFP

 

 

Accord gazier entre Chypre et l’Egypte pour un pipeline sous-marin

Chypre et l’Egypte ont conclu un accord mercredi devant permettre la construction du premier pipeline sous-marin transportant du gaz naturel chypriote à travers la Méditerranée, vers l’Egypte, avant sa réexportation vers l’Europe.

 

“La signature d’aujourd’hui marque un tournant, pas seulement pour Chypre mais aussi pour toute la Méditerranée orientale”, a affirmé le ministre chypriote de l’Energie, George Lakkotrypis.

 

Le pipeline devra transporter du gaz naturel depuis le gisement chypriote offshore “Aphrodite” jusqu’en Egypte, qui le transformera en gaz naturel liquéfié.

L’Union européenne cherche à diversifier ses sources d’énergie.

 

En 2015, la découverte d’immenses réserves de gaz dans le gisement égyptien “Zohr”, non loin de Chypre, avait suscité l’espoir que de nouvelles richesses puissent être extraites au large de l’île méditerranéenne.

 

Source : AFP

 

 

AFRIQUE

Cameroun : départs massifs de populations dans les deux régions anglophones du pays

Les autorités camerounaises ont interdit samedi 15 septembre “l’exode massif” des populations du Sud-Ouest, l’une des deux régions anglophones du Cameroun en crise.

Des “centaines de familles” de ces régions avaient décidé de les fuir, à trois semaines de l’élection présidentielle.

 

A l’approche du scrutin prévu le 7 octobre, les habitants redoutent une intensification des combats, déjà devenus quasi quotidiens entre l’armée et les séparatistes.

Près de 200.000 Camerounais auraient fui les combats dans les zones nord et sud-ouest du pays.

Plusieurs centaines de personnes auraient perdu la vie depuis le début des violences il y a 2 ans.

 

Depuis début 2018, environ 400 civils ont été tués par les forces de sécurité ou par les séparatistes armés selon l’ONG qui a dénombré plus de 260 “incidents sécuritaires” (affrontements, enlèvements, homicides, destructions de maisons).

 

Amnesty, qui dénonce une escalade des violences, appelle les autorités camerounaises à enquêter de façon “urgente” et “indépendante” sur les crimes commis par les forces de l’ordre ou par les séparatistes en zone anglophone.

 

Source : TV5

 

 

AMERIQUE LATINE

La Colombie reste le premier producteur de cocaïne du monde

La Colombie reste le principal producteur de cocaïne du monde, avec une hausse record de ses cultures de feuille de coca et de son potentiel de fabrication de cette drogue, dont les Etats-Unis sont le premier consommateur de la planète.

La cocaïne représente une valeur marchande estimée à 2,7 milliards de dollars.

 

L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a salué la hausse de 20% des saisies de cocaïne, mais en soulignant leur “rythme moindre que l’augmentation du potentiel de production”.

 

Et elle a exprimé sa “profonde préoccupation quant au capital issu de l’économie des drogues”, qui affecte les efforts de la Colombie pour construire la paix après plus d’un demi-siècle de guerre, renforce les groupes armés illégaux et menace la stabilité de l’Etat.

 

De plus, les régions frontalières de l’Equateur et du Venezuela sont les plus affectées par les narco-plantations.

La Colombie reste le premier cultivateur de coca et producteur de cocaïne devant le Pérou et la Bolivie.

 

La ministre de la Justice, Gloria Maria Borrero, a assuré que le gouvernement allait lutter contre le trafic de drogue via une “politique intégrale”, qui ira de la prévention à l’éradication forcée des narco-plantations.

 

Le précédent gouvernement a attribué la hausse des narco-cultures de ces dernières années aux compensations versées à ces agriculteurs ou “cocaleros”, comme prévu dans le pacte signé avec l’ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

 

Dans cet accord historique, appuyé par la Maison Blanche, les anciens rebelles se sont engagés à contribuer à la lutte contre le trafic de drogue, qui servait à financer leur lutte armée. Le président envisage de reprendre les aspersions aériennes de glyphosate, suspendues depuis 2015 en raison des dégâts potentiels de ce désherbant sur la santé humaine et l’environnement.

 

Source : AFP

 

 

Mexique : scandale autour d’un camion servant de morgue, avec près de 300 corps

Un camion réfrigéré avec près de 300 cadavres à bord, déménageant de quartier pauvre en quartier pauvre au fil des plaintes des habitants sur l’odeur et les mouches l’entourant… La criminalité au Mexique est telle que les morgues débordent.

 

Le procureur régional pour la ville de Guadalajara (ouest) et le médecin légiste en chef, confrontés à l’accumulation de cadavres de victimes de meurtres – que la loi interdit d’incinérer -, n’avaient trouvé que cette solution face à une morgue débordante.

Après la publication de vidéos montrant ce camion, ils ont été limogés par les autorités locales.

 

Depuis que le gouvernement a déployé l’armée pour combattre les puissants cartels de la drogue en 2006, le Mexique a enregistré plus de 200.000 morts violentes, dont 28.700 l’an dernier. On retrouve régulièrement des fosses communes contenant des dizaines, parfois des centaines de corps, et plusieurs autres Etats ont également des problèmes de places dans les morgues.

 

Source : AFP

 

 

Nicaragua : des milliers de partisans d’Ortega manifestent à Managua

Des milliers de sandinistes ont défilé mercredi dans les rues de Managua pour exprimer leur soutien au président nicaraguayen Daniel Ortega, après plusieurs manifestations de l’opposition qui réclame sa démission depuis cinq mois.

 

Daniel Ortega, 72 ans, est confronté depuis cinq mois à une vague de protestation sociale d’une ampleur inédite au Nicaragua. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la sécurité sociale, vite abandonné, elle a été violemment réprimée.

 

La crise a déjà fait plus de 320 morts et 2.000 blessés, plus de 300 manifestants ont été arrêtés et au moins 400 médecins et enseignants licenciés.

Au pouvoir depuis 11 ans, le chef d’Etat et ancien guérillero est accusé par ses opposants d’avoir mis en place une dictature marquée par la corruption et le népotisme avec son épouse.

 

Source : AFP

 

 

LA PLANETE GLOBALE

Les djihadistes se sont adaptés, selon un rapport du département d’Etat

L’Etat islamique et Al-Qaïda se sont adaptés en se disséminant, ce qui les expose moins aux opérations militaires, après les “coups majeurs” que les Etats-Unis et leurs alliés leur ont infligés l’année dernière, estime le département d’Etat américain dans son rapport annuel sur la lutte antiterroriste.

 

Les attentats ont diminué de 23% à l’échelle mondiale entre 2016 et 2017 et les décès qu’ils ont causés sont en recul de 27%, précise-t-il.

Cette baisse est due notamment à la diminution “spectaculaire” de leur nombre en Irak, a souligné Nathan Sales, coordinateur américain de la lutte antiterroriste.

 

L’Etat islamique, Al Qaïda et leurs partisans se sont toutefois montrés “résistants, déterminés et pragmatiques, et se sont adaptés à la pression antiterroriste accrue en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en Libye, en Somalie et au Yémen”.

 

Selon le rapport, l’Iran est resté en 2017 “le plus grand commanditaire mondial du terrorisme”, en particulier via les gardiens de la Révolution, corps d’élite de son armée, et le Hezbollah libanais.

 

Source : Reuters

 

 

Des centaines de millions d’autochtones subissent des inégalités au quotidien à travers le monde

Plus de 30% des personnes laissées pour compte dans le monde sont des autochtones alors que les peuples autochtones ne constituent que 5% de la population mondiale, a rappelé mercredi la Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme, Kate Gilmore.

 

Selon elle, les inégalités sont vécues « au quotidien par les 370 millions de personnes issues des communautés autochtones dans quelque 70 pays ». Ces communautés sont le plus souvent « laissées pour compte ».

 

Source : ONU

 

 

A la guerre comme à la guerre : la Chine liquide ses obligations américaines

La Chine a réduit de 7,7 milliards de dollars ses investissements dans la dette publique américaine, mais reste le plus grand pays détenteur d’obligations du gouvernement américain. Les experts y voient les conséquences de la guerre commerciale déclenchée par Washington contre Pékin.

 

Pendant ce temps, les deux pays viennent d’adopter une nouvelle série de taxes réciproques.

Pékin et Washington tentent de régler la situation par les négociations, mais pour l’instant toutes ces tentatives se soldent par de nouvelles restrictions.

 

Cependant, de facto, aucun pays ne pourra renoncer complètement aux obligations US.

Les obligations sur 10 ans peuvent rapporter près de 2,8-2,9% de rendement annuel en dollars aujourd’hui.

 

Actuellement, au classement des plus grands investisseurs dans les obligations américaines, la Chine est suivie par le Japon avec 1.036 milliards de dollars et l’Irlande avec 300 milliards de dollars.

 

Source : Sputnik

 

 

EUROPE

Russie : élection invalidée pour fraude dans la région de Vladivostok

La commission électorale de la région de Primorski, où se trouve la ville de Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, a invalidé jeudi le résultat d’un scrutin régional en raison de soupçons de fraude au bénéfice du candidat du Kremlin.

Des manifestations de protestation étaient organisées depuis lundi à Vladivostok.

 

Source : Reuters

 

 

La Pologne prête à payer 2 milliards de dollars pour une base américaine

La Pologne est prête à débourser au moins deux milliards de dollars pour l’implantation d’une base militaire américaine sur son sol, une offre que le président Donald Trump a affirmé étudier “très sérieusement”. Le président polonais, M. Duda a insisté sur “le comportement agressif” de la Russie, évoquant notamment la situation en Géorgie voisine ou en Crimée.

 

Une telle initiative, si elle se concrétisait, pourrait cependant créer des crispations au sein de l’Otan, dont la Pologne est membre, mais aussi aggraver encore un peu plus les vives tensions entre l’Occident et la Russie.

 

Source : AFP

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des