Gaza : la frontière israélo-palestinienne sur le fil du rasoir

 

AUDIO

 

 

ARTICLE

 

Les Palestiniens de la bande de Gaza sont d’éternels réfugiés, de génération en génération.

70 ans après la création d’Israël, ils continuent de réclamer le droit de rentrer chez eux, dans ce pays dont ils ont été chassés.

 

Depuis le 30 mars, ils commémorent cette catastrophe, la Nakba en arabe. Ils sont des dizaines de milliers massés près de la frontière avec Israël et réclament “le droit au retour”. Ils ont prévu de cesser leur rassemblement 6 semaines après, le 15 mai, jour anniversaire de la Nakba.

 

Mais les heurts sont nombreux avec l’armée israélienne, qui tire à balles réelles.

Il faut noter que certains manifestants étaient en fait des combattants du Hamas ou d’autres groupes extrémistes.

A ce jour, 20 Palestiniens sont morts et plus de 1.500 blessés, alors qu’on ne compte aucun soldat israélien décédé.

 

Israël attribue la faute au Hamas, qui contrôle d’une main de fer la bande de Gaza.

Il faut dire que ce mouvement islamiste donne des sommes importantes aux familles des Palestiniens tués ou blessés.

De plus, des Palestiniens n’hésitent pas à provoquer l’armée israélienne avec divers projectiles. Le but d’un grand nombre de manifestants est clairement de forcer la frontière, ce qui serait une vraie catastrophe pour Israël.

 

Mais d’où vient l’argent du Hamas ?

Il est clairement soutenu par le Qatar, mais aussi par d’autres pays musulmans, plus discrets.

Le Qatar accueille la direction en exil du Hamas et donne des fonds importants pour aider Gaza.

Il faut dire que cette population vit dans une totale sinistrose et ne survit que grâce à l’aide internationale, non seulement à cause des blocus égyptien et israélien, mais aussi à cause des guerres récentes avec Israël.

Les 2 millions d’habitants manquent de tout.

 

A l’heure actuelle, les négociations pour la création d’un vrai État palestinien et pour lever le blocus sont au point mort.

Cela fait des années que l’ONU et la communauté internationale réclament ces avancées pour le peuple palestinien.

 

La catastrophe humanitaire et le désarroi des Palestiniens devraient se poursuivre encore longtemps, car les Etats-Unis ont désormais adopté une ligne dure et soutiennent avec force Israël.

Ils ont notamment pris la décision de transférer le 15 mai leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem.

 

Cette décision est inacceptable pour les Palestiniens, qui souhaitent de tout temps faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur État.

Mais cela semble fortement compromis, car malgré l’occupation illégale par Israël de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, l’installation de colons israéliens dans ces territoires se poursuit à grande échelle.

 

Rien ne semble maintenant pouvoir arrêter la volonté israélienne de récupérer toute la terre biblique.

Si l’Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, serait désireuse de négocier, le Hamas, de son côté, rejette catégoriquement toute négociation avec Israël et appelle à la guerre sainte.

Il est tout de même fortement soutenu par des centaines de milliers de Palestiniens.

 

Sur l’épineuse question de la colonisation dans les territoires conquis par Israël en 1967, Israël est droit dans ses bottes et refuse toute ingérence dans ce qu’il considère comme ses affaires intérieures.

Suite à la mort ces derniers jours de manifestants, le gouvernement a aussi rejeté en bloc l’idée d’une enquête indépendante demandée par l’ONU et l’Union européenne.

 

Si l’armée trouve normal de tirer à balles réelles sur des manifestants menaçant ses soldats ou sa frontière, de l’autre côté le Hamas trouve aussi normal d’envoyer des manifestants risquer leur vie, qu’ils soient adultes ou enfants.

Utiliser ainsi un bouclier humain est une technique redoutée par Israël. Les combattants peuvent avancer masqués derrière des femmes et des enfants, dissuadant ainsi l’armée de tirer.

 

Alors que les heurts se poursuivent actuellement à la frontière, la situation est donc bloquée des 2 côtés.

Et il est peu probable que le rassemblement pour le droit au retour cesse à la date anniversaire du 15 mai, qui sera aussi une date importante pour deux raisons :

Le début du Ramadan, et surtout la date du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, pour fêter les 70 ans de la création d’Israël.

Soit une date explosive.

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des