L’ONU appelle Israël et le Liban à cesser l’escalade verbale

Malgré les récentes déclarations publiques agressives et belliqueuses entre le Liban et Israël, la situation à la frontière des deux pays n’a jamais été aussi calme depuis des décennies, a déclaré vendredi au siège de l’ONU à New York le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Michael Williams.
« Cette rhétorique publique et ce recours à l’outrance contreviennent à l’esprit de la résolution 1701 et sont fondamentalement contre-productifs », a déclaré M. Williams à la presse. Ces déclarations ont « suscité des inquiétudes sur la possibilité d’une nouvelle confrontation » entre les deux pays, a-t-il ajouté.

« Malgré ces déclarations publiques, les deux parties continuent d’exprimer leur engagement pour la cessation des hostilités et la mise en œuvre de la résolution 1701 », a affirmé M. Williams.
Même si le cessez-le-feu entre les deux pays est respecté, des progrès doivent être effectués, a-t-il aussi souligné. Il a exhorté Israël à stopper immédiatement les violations continues de l’espace aérien libanais et à amorcer le retrait du village de Ghadjar.
Le Liban a pour sa part été sommé de mieux contrôler ses frontières et la circulation des armes et d’amorcer un processus politique de désarmement des groupes armés.

« La mise en œuvre de la résolution 1701 peut garantir la stabilité pour les populations libanaises et israéliennes et dans la région. Nous encourageons les parties à travailler pour sa pleine application », a-t-il conclu.
Par ailleurs, le Bureau du Procureur du Tribunal spécial pour le Liban a nommé vendredi son Chef des Enquêtes, le Britannique Michael Taylor. Le mandat du Tribunal est de poursuivre les personnes responsables de l’attentat du 14 février 2005 qui a notamment entraîné la mort de Rafic Hariri, alors Premier ministre du Liban.

Source : ONU

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des