AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, dont la révolution égyptienne, nous n’oublions pas le reste du monde…

Lundi 21 février 2011 – Guerre civile en Libye
En Libye, Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 et s’est autoproclamé “Guide de la révolution”. Il exerce depuis un pouvoir sans partage.
Suite aux révolutions en Tunisie et en Égypte, des manifestations ont éclaté en Libye.
Plusieurs villes sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée.
Les violences ont atteint la capitale Tripoli, alors que Seif Al-Islam, le fils du leader contesté Mouammar Kadhafi, a brandi la menace d’un bain de sang dans le pays.
Le bilan des manifestations a atteint 233 morts, a indiqué lundi matin Human Rights Watch.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – Bahreïn : des manifestants appellent au “renversement” de la famille royale
Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, des manifestations ont éclaté au Bahreïn, où la famille royale au pouvoir est sunnite. La majorité chiite (70% des 525.000 citoyens de Bahreïn) se plaint de subir des discriminations.
Une semaine de contestation a fait au moins 8 morts et plusieurs centaines de blessés.
Les souverains ont … Lire la suite

Côte-d’Ivoire : l’ONU déplore le nouveau report des élections présidentielles

Le Représentant spécial de l’ONU pour la Côte-d’Ivoire, Choi Young-Jin, a exprimé mercredi devant le Conseil de sécurité ses regrets quant au nouveau report des élections présidentielles ivoiriennes.
« Notre déception est d’autant plus grande que les élections ont été préparées depuis si longtemps », a déploré M. Choi. « Les listes électorales prévisionnelles établies au mois de novembre dernier étaient hautement crédibles et bien équilibrées », a-t-il assuré.

Le processus électoral ivoirien est dans une impasse politique aiguë depuis le mois de janvier. Après une double dissolution du gouvernement et de la Cour électorale indépendante (CEI), la nomination en mars d’un nouveau Gouvernement et de nouveaux membres de la CEI « vont dominer la vie politique ivoirienne dans un futur proche », a dit M. Choi.
Il a également alerté le Conseil de sécurité sur un éventuel regain de violence durant le processus de réunification nationale et l’organisation des élections.

Le Représentant permanent de la Cote d’Ivoire à l’ONU, Alcide Djedje, a pour sa part affirmé lors d’une déclaration à la presse qu’il était actuellement impossible de déterminer « une période sur la date des élections ». « Nous attendons sur place de réaliser des progrès importants dans la … Lire la suite

Côte d’Ivoire : les ingrédients d’une nouvelle guerre civile sont réunis

1- Quelques clefs pour comprendre
La Côte d’Ivoire, premier exportateur de cacao du monde et autrefois considérée comme une oasis de paix dans l’Afrique de l’Ouest ravagée par la guerre, connaît l’instabilité depuis un coup d’Etat en 1999.
En 2002, une rébellion a échoué à renverser le président Gbagbo, et a ensuite occupé la moitié nord du pays. La Côte d’Ivoire est depuis divisée en deux, entre le Sud tenu par les troupes gouvernementales, et le Nord par les rebelles.

Le mandat de cinq ans de M. Gbagbo devait expirer fin 2005 mais le président est resté au pouvoir en invoquant une clause constitutionnelle qui autorise le chef de l’Etat à se maintenir en cas de guerre ou de crise nationale. L’élection présidentielle a depuis été reportée à de multiples reprises, notamment en raison de retards dans le recensement électoral.
Ce scrutin doit être la dernière étape du processus de normalisation et de réunification du pays.

Les bailleurs de fonds ont débloqué 56 millions d’euros pour aider à financer les élections, notamment appuyées par l’ONUCI, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire.
L’Onuci, qui compte 7.661 hommes et est appuyée par la force française “Licorne” de 900 hommes, est chargée … Lire la suite