Le Burundi dans une situation précaire avant les élections

1- Des clefs pour comprendre

Le Burundi, petit Etat de l’Afrique des Grands Lacs, qui compte huit millions d’habitants, tente de sortir depuis 2006 de 13 ans d’une guerre civile entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi qui a fait au moins 300 000 morts et des millions de déplacés.

Les accords de paix du 4 décembre 2008 entre le gouvernement et les rebelles des Forces nationales de libération (FNL) ont été suivis d’un processus progressif de stabilisation avec l’aide des Nations Unies.

L’ONU est présente avec le Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), pour soutenir le processus de paix.

 

Les FNL étaient l’un des nombreux mouvements rebelles Hutu qui ont fait la guerre aux divers régimes pro-Tutsi depuis les années 1990.

Ils se sont transformés en avril 2009 en parti politique.

L’année 2010 sera une date historique pour le Burundi qui enregistrera pour la première fois la fin d’un cycle électoral sans rupture.

 

Dans son dernier rapport sur la situation dans ce pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se félicite des nombreux résultats obtenus mais estime que la situation actuelle reste fragile.

Il note avec satisfaction que les FNL, qui étaient le dernier mouvement Lire la suite

Centrafrique : l’impunité reste un problème majeur, selon Navi Pillay

Alors que l’impunité et les violations des droits de l’homme constituent toujours un des plus grands défis de la République centrafricaine, les élections prévues le 18 avril représentent une étape décisive de la consolidation de la paix et la démocratie, a souligné la Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, lors d’une visite dans ce pays.

« Sur le long terme, le renforcement de l’état de droit et du système judicaire, l’éradication de l’impunité au sein des autorités de l’Etat, y compris les forces armées, et la fin de la violence et de l’exploitation sont essentiels pour le futur et le bien-être de ce grand pays », a déclaré jeudi Mme Pillay dans la capitale centrafricaine, Bangui.

Elle a salué la volonté du gouvernement de collaborer avec le système des Nations Unies en matière des droits de l’homme, ainsi que la révision récente par l’Assemblée nationale du code pénal et du code de procédure pénal. Ces réformes « amélioreront l’administration de la justice en République centrafricaine, en particulier l’indépendance de la magistrature et la lutte contre l’impunité », a-t-elle ajouté.

« Les exécutions sommaires, les disparitions forcées, les arrestations et détentions arbitraires sont des problèmes liés aux … Lire la suite

Le président-élu croate veut s’attaquer à la corruption

 

Reuters – Zoran Radosavljevic

La corruption est endémique en Croatie mais les autorités sont résolues à la combattre à tous les niveaux, a assuré le président-élu Ivo Josipovic.

“C’est un état d’esprit qui s’est imposé, au point que même l’homme le plus honnête pense qu’il ne pourra rien obtenir sans ‘graisser la patte’ d’un individu, de l’échelon le plus bas aux rangs les plus élevés”, a déploré le vainqueur de l’élection du 10 janvier dans une interview accordée à Reuters.

 

Cet expert en droit, candidat social-démocrate, prendra ses fonctions le 18 février et pilotera la dernière phase du processus d’adhésion à l’Union européenne, que l’ancienne république yougoslave espère rejoindre en 2012.

Ivo Josipovic constate que la corruption est ancrée dans les milieux politiques, à en juger par le nombre d’enquêtes ouvertes pour détournements de fonds dans les entreprises publiques par le Premier ministre de centre droit Jadranka Kosor à son arrivée à la tête du gouvernement en juillet.

 

“Il n’y a pas de magie. La corruption ne disparaîtra pas du jour au lendemain mais nous faisons de gros efforts. L’UE le sait et j’espère qu’elle nous en saura gré”, a-t-il déclaré.

“Le cours des événements suggère qu’il n’y aura pas Lire la suite