Grippe aviaire : la FAO appelle les Etats à ne pas relâcher l’attention

L’état actuel des connaissances ne permet pas de connaitre précisément les modes de propagation du virus H5N1 de la grippe aviaire, notamment sur la responsabilité des oiseaux sauvages, estime un groupe d’experts internationaux qui exhorte les Etats à ne pas relâcher l’attention sur l’évolution du virus.
« Il semble malheureusement que le virus H5N1 ne fasse plus la Une de l’actualité bien qu’il demeure un problème de premier ordre, en particulier en Egypte et dans certaines parties de l’Asie, où il a un énorme impact sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des agriculteurs et des communautés locales », a indiqué Juan Lubroth, Vétérinaire en chef à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le virus hautement pathogène H5N1 n’est pas confiné à l’Asie, a-t-il ajouté, il a aussi touché l’Europe, l’Asie centrale et certaines zones de l’Afrique. Au cours des six derniers mois, des foyers de la maladie ont été recensés chez les volailles domestiques au Bangladesh, au Cambodge, en Roumanie, en Israël, au Myanmar, au Népal, en Egypte, en Indonésie, en Inde et au Viet Nam, et chez les oiseaux sauvages en Chine, en Mongolie, et en Fédération de Russie. Le Bhoutan vient de signaler … Lire la suite