L’ONU va rouvrir un bureau humanitaire à Saada au Yémen

Les agences des Nations Unies ont reçu jeudi le feu vert du gouvernement du Yémen pour rouvrir un bureau commun dans la principale ville de la province nord de Saada, où des combats entre groupes armés et forces gouvernementales ont fait rage jusqu’à ce qu’un cessez-le feu, annoncé le 11 février, ouvre la voie à un accès humanitaire accru.

« Il y a un besoin urgent d’aide humanitaire à Saada. Notre principale préoccupation en ce moment est de garantir l’accès sans entraves et immédiat aux personnes touchées », a expliqué le Coordonnateur résident et humanitaire de l’ONU au Yémen, Aboudou K. Adjibadé.
« Nous nous félicitons donc de pouvoir maintenant rétablir un bureau de l’ONU à Saada mais nous continuons à demander l’accès à l’ensemble du gouvernorat », a-t-il ajouté.

En effet, l’accès des humanitaires est nécessaire dans d’autres zones de Saada, ainsi que dans les gouvernorats d’Al-Jawf et d’Amran qui ont aussi été touchés par les déplacements et les combats. Jusqu’à présent, l’insécurité et la présence de mines terrestres ont entravé ou retardé la distribution de l’aide humanitaire dans certaines parties de ces gouvernorats.

Environ 250.000 personnes déplacées reçoivent une assistance dans cinq gouvernorats touchés par le conflit : … Lire la suite

L’ONU exprime sa « grande préoccupation » concernant le sort des immigrés et des gitans en Italie

AP – La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Navi Pillay a exprimé jeudi sa « grande préoccupation » concernant le sort réservé par l’Italie aux immigrés et aux gitans et a appelé les autorités italiennes à créer une institution indépendante de défense des droits de l’homme.

Navi Pillar, qui a visité deux campements de gitans à la périphérie de Rome et le centre d’identification et d’expulsion de Ponte Galeria, a estimé que la politique des autorités italiennes consistait à « traiter les questions relatives aux immigrés et aux gitans principalement comme un problème de sécurité plutôt que sous l’angle de l’intégration ».
La défense des minorités comme les gitans et la situation des immigrés en Italie « ont été les deux principaux problèmes qui ont été soulevés lors de mes discussions avec le gouvernement » a-t-elle ajouté.

La haut commissaire a relevé une étude qui montre que sur 5.864 nouvelles à la télévision ayant trait à l’immigration, seulement 26 ne parlaient pas de l’immigration en relation avec un délit ou un problème de sécurité.
Elle a exhorté les dirigeants et médias italiens à lutter contre ce type de comportements et a demandé la création d’une institution … Lire la suite

République du Congo : l’ONU lance un appel humanitaire de 59 millions de dollars

Les Nations Unies et leurs partenaires ont lancé aujourd’hui un appel de fonds d’un montant de 58,9 millions de dollars pour subvenir aux besoins urgents des réfugiés en République du Congo qui ont fui, depuis octobre 2009, les affrontements armés dans la Province de l’Equateur, en République démocratique du Congo (RDC).
L’appel, qui couvre la période allant de janvier à décembre 2010, vise à fournir une aide à 110.000 réfugiés, dont 82 % de femmes et d’enfants, ainsi qu’à 58.000 personnes dans les zones d’accueil en République du Congo, a précisé le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Les affrontements, qui se sont ensuite propagés à d’autres parties de la Province, trouvent leur origine dans des différends intercommunautaires portant sur les droits d’exploitation agricole et de pêche. En conséquence, quelque 60.000 personnes ont fui vers d’autres parties de la Province ; 17.000 s’étant réfugiées en République centrafricaine (RCA) et 114.017 autres ayant traversé le fleuve jusqu’en République du Congo.

« Le gouvernement et le peuple de la République du Congo ont une fois encore répondu avec générosité à l’afflux de réfugiés en provenance de la République démocratique du Congo », a déclaré John Holmes, Secrétaire général adjoint aux … Lire la suite

Syrie : manque de fonds pour aider les gens affectés par la sécheresse

Une sécheresse sans précédent a détruit les moyens de subsistance de plus d’un million de personnes en Syrie et l’ONU manque de fonds pour assister les populations affectées, a alerté lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). La sécheresse a provoqué depuis trois ans la migration de centaines de milliers de personnes des zones rurales vers les villes. Ces populations se retrouvent dans les villes dans des conditions de vie précaires, a ajouté OCHA.

L’ONU concentre son aide sur la distribution de nourriture et d’aide à l’agriculture pour les fermiers et les bergers afin de les inciter à rester sur leur terre et à reprendre les activités agricoles en prévision de chute de pluies à venir.
L’ONU n’a reçu que 30% des 43,6 millions de dollars nécessaires à la mise en place du plan d’action contre la sécheresse pour la Syrie.

La Sous-Secrétaire générale et coordonnatrice adjointe des secours d’urgence d’OCHA, Catherine Bragg, avait incité en janvier les pays de la Ligue des Etats arabes à « être proactifs dans la coordination de l’aide internationale et le financement de différents plans de réponse et d’appels humanitaires dans la région ».

Source : ONU… Lire la suite

Pakistan : l’armée engrange les succès contre les talibans

1- Quelques clefs pour comprendre
a- Un peu d’histoire
Suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux USA, attribués selon les Etats-Unis à Al Qaïda, une coalition internationale dirigée par les USA a délogé du pouvoir les talibans en Afghanistan. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain luttent contre eux en Afghanistan.
Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan.

b- Afghanistan et Pakistan : des frontières poreuses
Le Pakistan partage 2.600 km de frontière relativement poreuse avec l’Afghanistan, et les talibans se déplacent très facilement dans cette région peu gardée. Les talibans de l’Afghanistan ont ainsi toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan.
Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan, peuplées de tribus pachtounes, l’ethnie des talibans, servent donc de repaire à des groupes de talibans afghans et à des combattants d’Al-Qaïda, alliés à des talibans pakistanais regroupés sous la bannière du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP).

Les talibans pakistanais ont fait allégeance à Al-Qaïda et décrété, à l’unisson de ben Laden en personne à l’été 2007, le jihad à Islamabad et son armée pour … Lire la suite

Le Burundi dans une situation précaire avant les élections

1- Des clefs pour comprendre

Le Burundi, petit Etat de l’Afrique des Grands Lacs, qui compte huit millions d’habitants, tente de sortir depuis 2006 de 13 ans d’une guerre civile entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi qui a fait au moins 300 000 morts et des millions de déplacés.

Les accords de paix du 4 décembre 2008 entre le gouvernement et les rebelles des Forces nationales de libération (FNL) ont été suivis d’un processus progressif de stabilisation avec l’aide des Nations Unies.

L’ONU est présente avec le Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), pour soutenir le processus de paix.

 

Les FNL étaient l’un des nombreux mouvements rebelles Hutu qui ont fait la guerre aux divers régimes pro-Tutsi depuis les années 1990.

Ils se sont transformés en avril 2009 en parti politique.

L’année 2010 sera une date historique pour le Burundi qui enregistrera pour la première fois la fin d’un cycle électoral sans rupture.

 

Dans son dernier rapport sur la situation dans ce pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se félicite des nombreux résultats obtenus mais estime que la situation actuelle reste fragile.

Il note avec satisfaction que les FNL, qui étaient le dernier mouvement Lire la suite

Darfour : paix avec un mouvement rebelle, combats avec un autre

1- Des clefs pour comprendre
Depuis 2003, les forces gouvernementales soudanaises appuyées par les milices arabes janjawids luttent contre des mouvements rebelles du Darfour, une région semi-désertique du nord-ouest grande comme la France. Les combats ont commencé lorsqu’au Darfour des rebelles africains ont pris les armes contre le gouvernement central de Khartoum accusé de les marginaliser et de concentrer les ressources.
Les combats, les épidémies et les déplacements de population ont fait au moins 300.000 morts selon l’ONU. Khartoum parle de 10.000 morts.

Les réfugiés sont 2,7 millions, selon l’ONU. A ce jour, plus de 4 millions de personnes sont gravement affectées, sur les 6 millions d’habitants que compte le Darfour.
2,45 millions de personnes sont déplacées dans le pays et plus de 300.000 ont trouvé refuge dans les pays voisins.
Le banditisme et les violences sexuelles restent un fléau pour les civils dans tout le Darfour. Les viols sont notamment commis par les miliciens Janjawid.

L’ONU, bien que présent au Darfour, peut difficilement empêcher les violences. La force de maintien de la paix ONU-Union africaine (Minuad), créée le 31 juillet 2007 et dont le déploiement commença début 2008, a pour mandat de contribuer au rétablissement des conditions de sécurité, … Lire la suite

Niger : le coup d’Etat est approuvé par la rue

1- Des clefs pour comprendre
Le Niger était plongé depuis des mois dans une crise politique lorsqu’un coup d’Etat renversa jeudi le président Mamadou Tandja : un « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) » a pris le pouvoir dans des combats qui ont fait au moins 3 morts.
L’armée a suspendu la Constitution, déclaré le gouvernement « dissous », et a promis de ramener la démocratie.

Pays du sud du Sahara, frappé par la sécheresse et la désertification, le Niger a connu trois coups d’Etat entre 1974 et 1999. Le pays, qui figure parmi les moins développés selon l’index des Nations unies, a un taux de 70% d’illettrisme parmi sa population, et le plus fort taux de natalité au monde.
Frappé par une grande pauverté, c’est pourtant le troisième producteur mondial d’uranium.


2- Manifestations de soutien à la junte

Des centaines de Nigériens ont fait éclater vendredi leur joie après le coup d’Etat de la veille, selon des témoins, et l’opposition a appelé à une grande manifestation en soutien à la junte qui a renversé le président.

Dans la ville de Dosso (ouest), des habitants, par centaines, ont défilé pour « exprimer leur joie et leur … Lire la suite

Tchad : les 500.000 réfugiés de l’est en danger

1- Des clefs pour comprendre
L’Est du Tchad, frontalier avec la province soudanaise du Darfour, abrite des camps où sont accueillis 500 000 réfugiés et Tchadiens déplacés par les combats au Soudan, en République centrafricaine et au Tchad :
– Les réfugiés soudanais victimes du conflit au Darfour arrivent depuis la fin 2003 et représentent environ 240.000 personnes, hébergées dans 12 camps administrés par les organisations de l’ONU et les ONG.
– 180.000 Tchadiens déplacés en raison des violences soudanaises mais aussi des tensions locales.
– 70.000 réfugiés venus de République centrafricaine.

Les régugiés vivent dans des conditions extrêmement précaires aggravées par la sécheresse et la famine qui sévit dans l’est du pays. Heureusement, 79 agences de l’ONU et ONG leur fournissent hébergements et assistance, médicale et alimentaire.
Cependant, les bandits et les « coupeurs de route » empêchent le bon acheminement de l’aide humanitaire. Les nombreuses ONG dénoncent souvent leurs conditions précaires de sécurité.
Les agresseurs s’en prennent désormais aux convois humanitaires, même s’ils sont escortés.

Cela malgré la présence d’une force de maintien de la paix de l’ONU, la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), forte de 3000 hommes.
La zone d’opération de … Lire la suite

Faim dans le monde : la FAO invite les pays du G8 à verser l’argent promis

ROME (AFP) – L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a invité jeudi les pays du G8 à verser les 20 milliards de dollars promis en 2009 aux pays pauvres pour accroître leur sécurité alimentaire, lors du sommet des huit pays les plus industrialisés.
« En ce qui nous concerne, nous n’avons pas vu cet argent. Nous voulons tirer une sonnette d’alarme », a déclaré le directeur général de la FAO, Jacques Diouf, devant la presse à Rome, siège de l’agence onusienne.

« Cela ne veut pas dire que cet argent n’ait pas emprunté d’autres canaux, que nous ne connaissons pas, nous ne voulons pas porter de jugement. Nous disons simplement que nous ne voyons pas cet engagement se matérialiser », a ensuite nuancé le responsable de la FAO.
Les huit pays les plus développés du monde –Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Japon, Italie et Canada– s’étaient engagés en juillet 2009 lors de leur sommet à L’Aquila, dans le centre de l’Italie, à donner environ 20 milliards de dollars sur trois ans pour la sécurité alimentaire.

En novembre, le ministre italien de l’Agriculture Luca Zaia avait annoncé une réunion des pays du G8 à Rome « début 2010 … Lire la suite

Afghanistan : les talibans restent vainqueurs

1- Quelques clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Afghanistan : la population poussée dans les bras des talibans

Afghanistan1- Quelques clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Afghanistan : la situation humanitaire est catastrophique

Afghanistan1- Des clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Haïti : c’est toujours le chaos

Haiti

1- Des clefs pour comprendre
Haïti a été frappé le 12 janvier par un violent séisme, de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. C’est une catastrophe jamais vue depuis plus de deux siècles. Selon l’institut américain de géophysique, la longue secousse qui s’est produite à seulement 15 km à l’ouest de Port-au-Prince, la capitale, a été ressentie « très fortement par 3 millions d’Haïtiens ».
Alors que la République dominicaine voisine n’a pas été affectée, le tremblement de terre a ravagé une partie d’Haïti. Consulter la carte publiée par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Le séisme a fait 212.000 morts, selon une estimation du Premier ministre haïtien, et détruit la capitale Port-au-Prince. Des dizaines de milliers de corps ont été enterrés dans des fosses communes creusées à la hâte à l’extérieur de la capitale. Et beaucoup ne sont pas encore enterrés, dans le chaos ambiant.
La secousse a laissé d’innombrables sans-abri et des centaines de milliers de blessés. Selon la Croix rouge, 3 millions de personnes, soit 1/3 des habitants de l’île, ont besoin d’une aide d’urgence.

Haïti est très mal équipé pour faire face à ce type de catastrophes.
Le séisme était la 15e … Lire la suite

Reconstruction d’Haïti : il faut repartir de zéro

Haiti 1- Des clefs pour comprendre
Haïti a été frappé le 12 janvier par un violent séisme, de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. C’est une catastrophe jamais vue depuis plus de deux siècles. Selon l’institut américain de géophysique, la longue secousse qui s’est produite à seulement 15 km à l’ouest de Port-au-Prince, la capitale, a été ressentie « très fortement par 3 millions d’Haïtiens ».
Alors que la République dominicaine voisine n’a pas été affectée, le tremblement de terre a ravagé une partie d’Haïti. Consulter la carte publiée par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Le séisme a fait 212.000 morts, selon une estimation du Premier ministre haïtien, et détruit la capitale Port-au-Prince. Des dizaines de milliers de corps ont été enterrés dans des fosses communes creusées à la hâte à l’extérieur de la capitale. Et beaucoup ne sont pas encore enterrés, dans le chaos ambiant.
La secousse a laissé d’innombrables sans-abri et des centaines de milliers de blessés. Selon la Croix rouge, 3 millions de personnes, soit 1/3 des habitants de l’île, ont besoin d’une aide d’urgence.

Haïti est très mal équipé pour faire face à ce type de catastrophes.
Le séisme était la 15e … Lire la suite

UE : la nouvelle Commission européenne enfin sur les rails

BRUXELLES (AFP) – La nouvelle Commission européenne doit enfin entrer en fonction la semaine prochaine avec un feu vert attendu du Parlement, mettant fin à une période de flottement et de léthargie d’un peu plus de trois mois alors que l’UE traverse la pire crise économique de son histoire.

Le mandat de l’actuel exécutif européen a pris fin le 31 octobre 2009 mais l’accouchement de la nouvelle équipe, présidée comme la précédente par José Manuel Barroso, s’est fait dans la douleur, contraignant l’équipe emmenée par l’ex-Premier ministre portugais à gérer les affaires courantes.
Le Parlement européen doit mettre fin à cette période mardi en votant en bloc sur la future Commission « Barroso II ». L’issue positive ne fait guère de doute, même si une minorité d’élus continuent à faire la fine bouche.

Pour en arriver là, les commissaires désignés ont dû subir des examens de passage parfois difficiles en janvier devant les parlementaires.
Ce fut le cas de Catherine Ashton, Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, mais aussi vice-présidente de la Commission. Nombre d’élus attendent encore d’être convaincus dans les mois à venir que la Britannique est à la hauteur de la fonction. La baronne fut très … Lire la suite

Yémen : poursuite des combats dans le nord

Yemen1- Quelques clefs pour comprendre
Les combats font rage depuis le 11 août entre l’armée et les rebelles zaïdites appartenant à une branche du chiisme. Le pouvoir les accuse d’être soutenus par des groupes en Iran et de vouloir rétablir l’imamat zaïdite dans le pays tel qu’il existait avant sa chute dans les années 1960, ce qu’ils démentent.
L’offensive militaire a été déclenchée à la suite d’allégations de responsables locaux et de rebelles selon lesquelles ces derniers se seraient emparés de nouveaux secteurs aux dépens des troupes gouvernementales.

Le fief de la rébellion est situé dans la province de Saada, au nord-ouest du Yémen, près de la frontière saoudienne. Les rebelles ont pris les armes il y a cinq ans sous la direction d’un imam de la tribu des al-Hawthi, tué depuis et auquel son frère, Abdelmalek al-Hawthi, a succédé.
Le Yémen étant à majorité sunnite, la rébellion reproche au gouvernement d’avoir laissé les tribus du nord à l’abandon, et de se rapprocher de plus en plus des fondamentalistes sunnites, aux dépens du chiisme zaïdite, majoritaire dans le nord-ouest du Yémen, mais minoritaire sur l’ensemble du pays.

Les insurgés se plaignent d’avoir été marginalisés par le gouvernement sur le plan … Lire la suite

Les inondations au Kenya affectent des milliers de personnes

Kenya1- El Nino est responsable
Le phénomène météorologique El Nino entraîne des inondations, des sécheresses et d’autres perturbations météorologiques dans de nombreuses régions du monde.
Il touche l’Afrique pendant les mois d’octobre, novembre et décembre, avec des pluies torrentielles.

Les fortes pluies entraînent des inondations, des déplacements de population et détruisent les récoltes.
La population est confrontée à un manque d’accès à l’eau potable, à des pénuries de médicaments et de matériels médicaux et à des ressources humaines insuffisantes. Les zones affectées par les pénuries sont menacées aussi par l’apparition de certaines maladies : maladies diarrhéiques, rougeole et méningite.

2- Kenya : des milliers de victimes des inondations toujours dans le besoin
Tandis que les pluies continuent de tomber sans discontinuer dans certaines parties du Kenya, entraînant des déplacements de population et la destruction de propriétés et de cultures, des milliers de ménages touchés par les inondations ont toujours besoin d’assistance, selon des sources humanitaires.

Selon une récente mise à jour de la société de la Croix-Rouge kényane (KRCS), 40 000 personnes ont été déplacées et 40 personnes ont été tuées par les inondations dans l’ensemble du pays.
« Les activités de subsistance ont, dans une large mesure, été interrompues … Lire la suite

Le Fonds d’intervention de l’ONU octroie 100 millions de dollars à 14 crises négligées

Le Coordonnateur des Nations Unies pour les secours d’urgence, John Holmes, a octroyé lundi 100 millions de dollars pour renforcer la réponse humanitaire dans 14 situations d’urgence négligées à travers le monde, où les gens souffrent de la faim, de la malnutrition, de maladies et de la guerre, a annoncé le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

 

L’argent vient du Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires (CERF), l’un des principaux outils de la communauté internationale pour faire face rapidement aux catastrophes et soutenir des crises négligées, et sera versé aux agences humanitaires des Nations Unies, à l’Organisation internationale pour les migrations et aux organisations partenaires, dont les organisations non gouvernementales.

 

Les acteurs humanitaires en Ethiopie ont reçu la plus grosse somme, soit 17 millions de dollars, suivis par les agences des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC) avec 16 millions de dollars. Les agences travaillant au Pakistan recevront 11 millions de dollars, tandis que les partenaires humanitaires au Kenya auront 10 millions de dollars pour démarrer des projets.

 

Les projets en République populaire démocratique de Corée (RPDC) ont reçu 8 millions de dollars et ceux au Yémen et au Tchad ont eu chacun Lire la suite

Arrivée de l’aide humanitaire au Tadjikistan après un séisme le 2 janvier

 

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a dressé le bilan mercredi de l’assistance fournie au Tadjikistan à la suite d’un séisme qui a frappé ce pays le 2 janvier, en soulignant que l’essentiel du matériel nécessaire pour passer l’hiver aura été acheminé d’ici jeudi 14 janvier.

Il s’agit d’une centaine de tentes d’hiver, de réchauds et de 600 grosses couvertures réunis avec l’aide la Norvège.

 

Un séisme de 5,3 sur l’échelle de Richter a secoué la région de Vanj dans la région du Gorno Badakhshan, affectant une vingtaine de villages où vivent environ 7.000 personnes. Au moins 140 maisons ont été détruites, 950 endommagées.

Le Tadjikistan a demandé l’aide des Nations Unies et de la communauté internationale pour aider la population à passer l’hiver. Une centaine de tentes, qui étaient déjà pré-positionnées par le Croissant-Rouge, ainsi que des abris d’urgence de l’ONU, ont pu être acheminés dès le 8 janvier. Des couvertures, des nécessaires sanitaires, des pastilles de purification de l’eau et de la nourriture ont aussi été distribués.

 

Cette aide de première urgence a permis d’attendre l’arrivée d’une aide pour le plus long terme. « Nous sommes extrêmement reconnaissants au gouvernement norvégien et aux Lire la suite

Tadjikistan : les habitants se remettent du séisme

Tadjikistan1- Les habitants trouvent à se loger

Un puissant séisme a détruit le 2 janvier des centaines d’habitations dans plusieurs villages reculés situés dans le massif montagneux du Pamir, dans l’est du Tadjikistan.
Les autorités avaient initialement annoncé 10.000 à 20.000 sans-abri en plein hiver, mais le chiffre a été revu à la baisse.
Le nombre de familles affectées est moins important que ce qui était initialement annoncé.

Les dernières informations, obtenues auprès du Programme alimentaire mondial (PAM) font état de :
– 140 habitations complètement détruites, affectant environ 700 personnes ;
– 920 habitations partiellement détruties, affectant plus de 6200 personnes.
Heureusement, les habitants sont accueillis chez des parents ou des voisins, ou se sont réfugiés dans les bâtiments publics encore debout.
Par ailleurs, des dizaines d’animaux domestiques, chèvres et moutons, ont péri.

Le gouvernement apporte son assistance ; le PAM de son côté apportera une assistance alimentaire.
En mars, 2008, alors que le pays souffrait du rude hiver, les agences de l’ONU s’étaient mobilisées afin d’apporter une aide à des centaines de milliers de personnes souffrant de pénuries alimentaires et du froid.

L’Institut de géophysique américain (USGS) avait indiqué qu’un séisme de magnitude 5,3 avait frappé à 235 … Lire la suite

Bande de Gaza : l’impasse

Bande de GazaLa bande de Gaza s’enfonce dans la pauvreté, et aucune solution n’apparaît pour mettre fin au blocus.

1- Des clefs pour comprendre
L’Autorité palestinienne n’est pas reconnue par 2 mouvements islamistes notoires : le Hamas (Mouvement de la résistance islamique) et le Djihad islamique.
Le Hamas avait remporté les législatives en janvier 2006. Après 16 mois de cohabitation houleuse au pouvoir avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, il s’est emparé de la bande de Gaza par la force en juin 2007.
Gaza avait été évacuée en 2005 par Israël après 38 ans d’occupation. Cependant Israël en contrôle toujours les frontières terrestres et maritimes.

Israël et l’Egypte ont fermé les frontières maritimes et terrestres de la Bande de Gaza après la prise de pouvoir du Hamas, en juin 2007. Ce blocus asphyxie 1,5 million d’habitants et est régulièrement dénoncé par l’ONU et la communauté internationale. Le territoire dépend de l’aide humanitaire internationale.
Des centaines de tunnels ont été creusés sous la frontière avec l’Egypte afin d’approvisionner le territoire pauvre et surpeuplé, aussi bien en vivres, carburant et produits de première nécessité qu’en armes pour les mouvements islamistes.
Le Hamas est soupçonné d’avoir renforcé son approvisionnement en armes, bien que … Lire la suite

RDCongo : la guerre continue

RDCongo1- Des clefs pour comprendre
Le conflit du Nord-Kivu trouve son origine dans le génocide rwandais de 1994, quand les milices hutues ont tué 800.000 Tutsis et Hutus modérés avant de fuir dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC) suite à la mise en place au Rwanda d’un pouvoir tutsi.
La présence de ces rebelles hutus dans l’est de la RDC, appelés les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), a été le prétexte à deux interventions militaires rwandaises qui ont déclenché de 1998 à 2003 une guerre et une catastrophe humanitaire qui a fait 5,4 millions de morts au cours des dix dernières années.

Si la guerre dans l’Est de la RDC a officiellement cessé en 2003, les incursions de groupes armés et les viols et violences contre les civils se poursuivent.
Le Nord-Kivu est toujours ravagé, depuis des années, par les conflits entre les forces gouvernementales, les rebelles et les milices hutues.
Les civils sont en première ligne, victimes de meurtres, de pillages et de viols.

L’armée régulière congolaise (les Forces Armées de la République Démocratique du Congo – FARDC), a déclenché au début de l’année, avec le soutien de l’armée rwandaise et de la Mission … Lire la suite