AILLEURS DANS LE MONDE…

Pendant que les grands médias se concentrent sur quelques sujets d’actualité, dont la révolution égyptienne, nous n’oublions pas le reste du monde…

Lundi 21 février 2011 – Guerre civile en Libye
En Libye, Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969 et s’est autoproclamé « Guide de la révolution ». Il exerce depuis un pouvoir sans partage.
Suite aux révolutions en Tunisie et en Égypte, des manifestations ont éclaté en Libye.
Plusieurs villes sont tombées aux mains des manifestants à la suite de défections dans l’armée.
Les violences ont atteint la capitale Tripoli, alors que Seif Al-Islam, le fils du leader contesté Mouammar Kadhafi, a brandi la menace d’un bain de sang dans le pays.
Le bilan des manifestations a atteint 233 morts, a indiqué lundi matin Human Rights Watch.
Source : AFP

 

Lundi 21 février 2011 – Bahreïn : des manifestants appellent au « renversement » de la famille royale
Comme dans beaucoup de pays du Moyen-Orient, des manifestations ont éclaté au Bahreïn, où la famille royale au pouvoir est sunnite. La majorité chiite (70% des 525.000 citoyens de Bahreïn) se plaint de subir des discriminations.
Une semaine de contestation a fait au moins 8 morts et plusieurs centaines de … Lire la suite

Sri Lanka : le chef de l’Etat écarte une grâce de son opposant Fonseka

SINGAPOUR (AFP) – Le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaske, a écarté toute grâce rapide de son principal opposant politique et ancien chef des armées, Sarath Fonseka, actuellement en détention, dans un entretien publié jeudi dans le quotidien Straits Time de Singapour.
Le président a également estimé que l’ancien général était « un idiot » qui n’était pas préparé à une carrière politique.

« Si je lui accorde une grâce, qu’en est-il de la discipline militaire ? Quid des autres officiers qui vont comparaître en cour martiale ? Que puis-je faire ? C’est la loi britannique. Ils (les britanniques) l’ont léguée à l’Inde et à nous », a déclaré le président Rajapaske.
« Fonseka lui-même a traduit des milliers de soldats en cour martiale. Jusqu’à 8.500 à un moment. J’ai protesté et j’ai dû les libérer », a-t-il ajouté.

L’ancien général quatre étoiles Fonseka, qui doit être jugé en cour martiale, est d’une part soupçonné de s’être engagé en politique avant même qu’il ne démissionne de l’armée en novembre dernier et d’autre part de passation de marché illégale.
Une première audience devant la cour martiale s’est tenue mardi et la prochaine a été fixée au 6 avril.
« C’est un … Lire la suite

Sri Lanka : les élections font craindre des violences

Sri_Lanka1- Des clefs pour comprendre

Indépendant depuis 1948, l’ex-Ceylan a vu s’achever en mai dernier le plus vieux conflit d’Asie.

Les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE) se battaient depuis 1983 pour obtenir un territoire indépendant pour la minorité tamoule hindouiste, après des années de discrimination par les gouvernements contrôlés par la majorité cingalaise bouddhiste.

Le conflit a coûté la vie à plus de 80.000 personnes, en majorité des civils.

 

Depuis les années 1960, l’île était secouée par des tensions ethniques entre Cinghalais bouddhistes et Tamouls hindous.

Sur une population sri-lankaise de 20 millions d’habitants, les tamouls représentent environ 18%, les cinghalais 74%, le reste étant principalement constitué par la communauté musulmane.

Le conflit ethnique remonte à l’indépendance du pays en 1948 : la majorité cingalaise, bouddhiste, a pris le pouvoir après plusieurs décennies de domination britannique favorisant les tamouls, essentiellement hindouistes. Dans les années qui ont suivi, les gouvernements ont mis en place des politiques valorisant la langue et la communauté cinghalaises, tout en marginalisant les tamouls.

 

La guerre civile s’était durcie depuis 3 ans et suite à plusieurs attentats majeurs, le gouvernement était fermement résolu, depuis début 2008, à exterminer la rébellion.

Jusqu’en 2007, les LTTE, Lire la suite