La violence contre les femmes, un phénomène “grave” dans le monde arabe, selon la première dame de Tunisie

AP – La célébration, lundi, de l’année mondiale de la femme a été placée en Tunisie sous le thème de “la lutte contre la violence à l’égard des femmes”, un phénomène qui, selon la première dame de Tunisie, Leïla Ben Ali, “revêt une dimension et une gravité plus grandes” dans les sociétés arabes qu’ailleurs.
S’adressant à une conférence arabe réunie à Tunis, Mme Ben Ali, qui préside l’organisation arabe de la femme (OAF), a déploré l’impunité dont bénéficient les auteurs de telles violences.

Elle a imputé “cette situation morbide”, dans la région arabe, à “l’absence totale” de participation de la femme au processus de prise de décision et a appelé “la femme arabe à briser le mur du silence”.
Plusieurs participantes ont relevé l’absence de statistiques sur le nombre de femmes victimes de violences dans les pays arabes, la plupart d’entre elles s’abstenant “par peur” de dénoncer leurs agresseurs, notamment lorsqu’il s’agit de leurs conjoints.

Selon l’universitaire et journaliste Faouzia Belhaj Mezzi, les violences à l’encontre des femmes revêtent “une ampleur particulière” au Soudan, au Yémen et dans certaines régions de l’Egypte, tandis que d’autres régions du monde, comme l’Afrique du Nord, la Jordanie ou le Liban sont “en avance”.… Lire la suite

Le Burundi dans une situation précaire avant les élections

1- Des clefs pour comprendre

Le Burundi, petit Etat de l’Afrique des Grands Lacs, qui compte huit millions d’habitants, tente de sortir depuis 2006 de 13 ans d’une guerre civile entre la majorité Hutu et la minorité Tutsi qui a fait au moins 300 000 morts et des millions de déplacés.

Les accords de paix du 4 décembre 2008 entre le gouvernement et les rebelles des Forces nationales de libération (FNL) ont été suivis d’un processus progressif de stabilisation avec l’aide des Nations Unies.

L’ONU est présente avec le Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB), pour soutenir le processus de paix.

 

Les FNL étaient l’un des nombreux mouvements rebelles Hutu qui ont fait la guerre aux divers régimes pro-Tutsi depuis les années 1990.

Ils se sont transformés en avril 2009 en parti politique.

L’année 2010 sera une date historique pour le Burundi qui enregistrera pour la première fois la fin d’un cycle électoral sans rupture.

 

Dans son dernier rapport sur la situation dans ce pays, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, se félicite des nombreux résultats obtenus mais estime que la situation actuelle reste fragile.

Il note avec satisfaction que les FNL, qui étaient le dernier mouvement Lire la suite

Egypte : un conservateur à la tête des Frères musulmans égyptiens

LE CAIRE (AFP) – Les conservateurs ont renforcé leur emprise sur les Frères musulmans égyptiens, avec l’annonce samedi de la nomination de l’un des leurs à la tête de ce mouvement, première force d’opposition du pays.
Mohammed Badie remplace Mehdi Akef, un membre de la “vielle garde” dont le mandat venait à expiration, qui s’était mis lui-même en retrait en octobre dernier en raison de profondes divergences entre conservateurs et réformistes.

M. Akef a annoncé lors d’une conférence de presse au Caire que son successeur avait été choisi “par consensus” au sein du Conseil consultatif de la confrérie.
M. Badie, un ancien radical, a de son côté multiplié les déclarations mesurées. “Nous croyons à la réforme progressive par des moyens pacifiques et constitutionnels, nous refusons la violence”, a-t-il assuré.
“Les Frères musulmans estiment que tout régime politique doit préserver les libertés individuelles et la démocratie, et ils appuient la séparation des pouvoirs” législatif, judiciaire et exécutif, a-t-il poursuivi.

Il a notamment dénoncé les violences confessionnelles, et qui se sont traduites début janvier par le meurtre de six membres de la communauté chrétienne copte dans une localité de Haute-Egypte.
Mohammed Badie, né en 1943 à Mahalla, dans le delta du Nil, … Lire la suite

Kenya : policiers et civils affrontent des musulmans à Nairobi

Reuters – Les forces de sécurité kényanes ont fait usage de fusils d’assaut et de gaz lacrymogènes vendredi contre des centaines de musulmans qui manifestaient à Nairobi contre l’arrestation du prédicateur jamaïquain cheikh Abdullah al Faisal.
Aux cris de “Allahu Akbar”, les manifestants ont été refoulés par des policiers accompagnés de chiens alors qu’ils tentaient de traverser le centre de la capitale après les prières du vendredi dans la mosquée du quartier.

Certains habitants, furieux de ce que la manifestation ait lieu alors qu’elle était interdite, se sont joints à la police en criblant de pierres les manifestants, dont la plupart ont été repoussés vers la mosquée après des incidents de rue prolongés.
Un manifestant portant treillis militaire et passe-montagne agitait le drapeau du groupe islamiste somalien Al Chabaab – que Washington considère comme un relais d’Al Qaïda dans la région – et raillait la foule en faisant le geste d’égorger quelqu’un.

Le président somalien Cheikh Sharif Ahmed a déploré qu’on ait perturbé l’ordre public au Kenya au nom de la religion. “J’engage les Somaliens à soutenir la paix et à respecter leur hôte. Comme tout Etat souverain, le Kenya est en droit d’expulser quiconque porte atteinte à la sécurité … Lire la suite

Les peuples autochtones représentent un tiers des plus pauvres dans le monde

 

Les autochtones à travers le monde vivent dans des conditions alarmantes et représentent un tiers des plus pauvres de la planète, selon le premier rapport de l’ONU sur la situation de ces populations publié jeudi. De manière disproportionnée, celles-ci sont victimes de taux élevés de pauvreté, de problèmes de santé, de criminalité et de violations des droits de l’homme, précise ce rapport qui a été présenté au siège des Nations Unies à New York.

 

Aux Etats-Unis, les Américains autochtones ont 600 fois plus de risque de contracter la tuberculose et 62% plus de risque de commettre un suicide que l’ensemble de la population.

En Australie et au Népal, un enfant autochtone peut s’attendre à mourir 20 ans plus tôt que son compatriote non autochtone. Bien que moins élevée, la différence d’espérance de vie est néanmoins de 13 ans au Guatemala et de 11 ans en Nouvelle-Zélande.

 

Dans certaines régions de l’Equateur, la population autochtone a 30 fois plus de risque d’avoir un cancer de la gorge que la moyenne nationale. Et au niveau mondial, plus de 50% des adultes autochtones souffrent de diabète type 2, un taux qui devrait augmenter, selon le rapport.

Alors que les populations autochtones représentent 370 Lire la suite

Les pirates ramènent les poissons dans les filets des pêcheurs kényans

 

AP – Jason Straziuso

Les pirates somaliens font au moins des heureux : des pêcheurs de leur pays et de la côte nord du Kenya voient revenir en nombre les poissons dans leurs filets depuis que la concurrence étrangère a déserté la zone dans la crainte d’attaques.

Ces dernières années, des chalutiers commerciaux venaient piller les eaux en toute illégalité, déployant des kilomètres de filets au large des côtes somaliennes. Mais les pirates ont changé la donne et provoqué leur fuite au profit des pêcheurs kényans.

 

“Il y a beaucoup de poissons maintenant”, souligne Athman Seif, directeur de l’Association maritime de Malindi au Kenya, qui attribue cette abondance au départ des pêcheurs étrangers effrayés par les pirates.

Au petit matin, quatre pêcheurs de Malindi reviennent de mer avec un importante butin, fruit de 12 heures de pêche nocturne: 80 kilos de poisson voilier, barracuda et vivaneau. Chacun en retire 12 dollars (8,3 euros environ), un montant honnête pour une nuit de labeur dans la localité.

 

Les pêcheurs disent capturer plus de poissons que jamais. Howard Laurence-Brown, propriétaire de Kenya Deep Sea Fishing, observe que les stocks ont “énormément” augmenté ces 12 derniers mois, quelles que soient les espèces. “Nous avons Lire la suite