Actualité internationale du 19 mars 2018

 

 

Syrie

La guerre se poursuit en Syrie, qui entre dans sa 8e année de conflit. Aux portes de Damas, le régime syrien, aidé par les Russes, poursuit son offensive dans la Ghouta orientale, le dernier bastion insurgé.

L’exode de la population, qui manque de tout, est massif dans cette enclave.

Sur un autre front, proche de la Turquie, l’armée turque aidée de rebelles syriens a pris possession d’Afrine, ville syrienne abritant une milice kurde et considérée comme une menace par la Turquie. Ici aussi la population fuit massivement.

Les Kurdes, qui aidaient l’Occident à combattre Daech en Syrie, ne sont plus soutenus par les Etats-Unis ni par la France, maintenant que Daech est vaincue. Ces derniers préfèrent laisser faire la Turquie.

A ce jour, la guerre, complexe et changeante, a tué plus de 350.000 Syriens depuis 2011 et jeté des millions d’autres sur la route de l’exil.

Selon l’ONU, 6,5 millions de personnes sont en état d’insécurité alimentaire. Le système de santé syrien a également été dévasté et plus de 11 millions de personnes ont besoin d’une assistance sanitaire.

 

Rohingyas

Autre crise massive de réfugiés dans le monde, celle des musulmans Rohingyas réfugiés au Bangladesh.

Près de 700 000 ont fui leur pays, la Birmanie, depuis août 2017, suite à l’offensive de l’armée contre des rebelles musulmans.

Des soldats sont accusés de pillages, de meurtres et de viols. Des crimes qui “portent” selon l’ONU “les marques d’un génocide”. La dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix, est blâmée à l’international pour son silence.

L’ONU a besoin d’environ un milliard de dollars pour répondre à la crise humanitaire des réfugiés au Bangladesh, réfugiés qui continuent d’affluer vers ce pays pauvre.

Dans le plus important camp de réfugiés au monde, le site de Kutupalong-Balukhali, où vivent actuellement 600.000 personnes, les conditions de vie difficiles sont sur le point d’être aggravées à l’approche de la saison de la mousson et des pluies.

 

Afrique

En Afrique l’actualité est marquée aujourd’hui par 2 pays d’Afrique centrale.

Dans l’est de la RDC, les violences intercommunautaires se poursuivent et accroissent le nombre de réfugiés à l’intérieur du pays et dans l’Ouganda voisin.

Plus de 57.000 Congolais se sont réfugiés en Ouganda depuis le début de l’année selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés.

Dans l’ouest de l’Ouganda, l’ONU vient en aide à un nombre croissant de personnes, nombre qui devrait beaucoup s’accroître si la situation sécuritaire en RDC ne s’améliore pas.

 

Au Tchad, le HCR demande davantage d’aide humanitaire pour les milliers de réfugiés centrafricains. Ils ont fui leur pays en masse en raison de combats entre groupes armés.

De plus, de graves inondations ont affecté la récolte de cette saison et la situation sanitaire des réfugiés est critique.

Au Tchad, environ 630.000 personnes sont prises en charge par le HCR qui a besoin de 149 millions de dollars en 2018 pour répondre à leurs besoins urgents. À ce jour, seulement 2% de ce montant a été reçu.

 

Yémen

Au Yémen le Conseil de sécurité de l’ONU demande que les ports restent entièrement ouverts aux convois humanitaires.Le conflit dure depuis 2011 au Yémen. Selon l’ONU, plus de 20 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire ou d’une protection, dont la moitié en urgence.

La guerre, qualifiée de « pire crise humanitaire au monde » par l’ONU, a fait plus de 9 000 morts et plus de 50 000 blessés, depuis l’intervention en mars 2015 d’une coalition arabe sous commandement saoudien (sunnite) contre des rebelles chiites houthis.

 

Russie

En Russie, le président actuel du pays, Vladimir Poutine, a été confortablement réélu avec plus de 75 % des voix. Aux commandes du pays depuis 1999, il est plébiscité par les Russes mais est aussi accusé par l’opposition et des ONG russes d’avoir largement truqué les élections.

Cette réélection intervient peu de temps après celle de son grand allié, le président chinois Xi Jinping. La Chine et la Russie, 2 pays contre-modèles de démocratie, sont tous 2 membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et très influents sur la sphère internationale.

“La Chine se tient prête à travailler avec la Russie pour continuer à faire progresser encore les relations sino-russes la paix mondiale”, a estimé le président chinois.

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des