Ban : les nouvelles formes d’esclavage doivent être éradiquées

L’esclavage et les pratiques esclavagistes sont en train d’évoluer et refont surface sous de nouvelles formes d’exploitation, a alerté le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon dans un message publié jeudi à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves.

« L’esclavage est un crime abominable », a déclaré M. Ban. « Ce type d’exploitation est en train d’évoluer et de refaire surface sous des formes modernes telles que la servitude pour dettes, la ventes d’enfants et la traite de femmes et de filles à des fins de prostitution ».

L’esclavage est expressément interdit par la Déclaration universelle des droits de l’homme et l’ONU a réaffirmé ce principe à plusieurs reprises, notamment dans la Déclaration de Durban adoptée à la Conférence mondiale de 2001 contre le racisme. L’Assemblée générale de l’ONU a célébré cette Journée pour la première fois en 2007 afin de rendre hommage aux 28 millions d’Africains qui ont été victimes du commerce transatlantique et réduits à l’état d’esclave.

« En raison de sa durée, de son ampleur et de la légitimation qui lui était accordée, la traite transatlantique des esclaves est unique, peut-être le premier exemple de la globalisation », a déclaré le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, Ali Treki. « Nous ne devons jamais oublier que c’est la plus grande déportation de l’histoire », a-t-il ajouté.

« Ceux qui contrôlaient la traite transatlantique des esclaves ont tiré d’énormes bénéfices de la mort, de la misère et de l’exploitation », a dit M. Ban. « Les marchands et les propriétaires d’esclaves ont fait subir à ces migrants malgré eux et à leurs descendants les sévices physiques, psychologiques et émotionnels les plus inhumains ».
Les dirigeants et les peuples du monde doivent tirer les leçons de la traite transatlantique et considérer l’esclavage comme « une preuve indéniable de ce qui peut se produire si on laisse triompher l’intolérance, le racisme et la cupidité », a-t-il ajouté.

M. Treki a rendu hommage à Haïti qui fut le premier pays « qui à renverser les forces de l’oppression et s’est débarrassé des chaines de l’esclave mettant un terme aux lois des maitres ».
« Le slogan ‘plus jamais’ doit être transformé en actes et en résultats visibles », a-t-il ajouté.
« Aujourd’hui, nous rendons hommage à toutes les victimes de l’esclavage et nous nous engageons à faire en sorte que cette pratique, sous toutes ses formes, soit éradiquée », a dit Ban Ki-moon.
Une cérémonie commémorative devait avoir lieu jeudi après-midi au siège des Nations unies, à New York.

Source : ONU

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>