S'abonner par email

Centrafrique : le pays essaie de remonter la pente après les violences commises par les groupes armés

5 avril 2019

 

Opération séduction des forces de sécurité à Bangui

La police et la gendarmerie, qui ont souvent mauvaise presse en Centrafrique, mènent cette semaine une campagne de sensibilisation pour aller au contact des populations. Caravane qui circule dans la ville, présentation d’équipement et rencontres sur des stands au stade 20 000, place de Bangui. Une opération de trois jours qui rencontre un certain succès.

 

A Bangui, les forces de sécurité ne sont pas toujours bien vues. « Ils rackettent un peu. Bon, c’est la vie. On ne sait pas quoi faire… » Beaucoup de personnes font ce reproche.

Un bon point de départ pour parler aux gens, explique le capitaine de police, Paulin Gokara.

 

« La population a perdu un peu confiance en sa police, en sa gendarmerie et le but visé, c’est d’inviter la population à venir vers nous, découvrir le matériel que nous utilisons pour le travail, nous poser des questions. »

 

Une étape de sensibilisation importante pour les forces de sécurité intérieure en pleine reconstruction. 500 nouveaux gendarmes et policiers sont récemment sortis de l’école et devraient être déployés sur le territoire.

 

Formation des avocats du corps spécial de la CPS

 

En Centrafrique, la mise en place de la Cour pénale spéciale (CPS) se poursuit. Cette cour hybride composée de magistrats nationaux et internationaux sera chargée de juger les crimes les plus graves commis dans le pays depuis 2003.

 

Cette Cour disposera d’un corps spécial, un organe qui réunira des avocats capables d’assurer la défense tant de victimes que d’accusés. La Mission de l’ONU, en partenariat avec Avocat sans frontières, dispense un complément de formation à une vingtaine d’avocats centrafricains.

 

 

La mise en place de l’accord de paix de Khartoum est en route

 

Cependant, des contestations se font encore entendre, notamment au sujet de la transhumance, cause de nombreux conflits en Afrique centrale et de l’ouest entre éleveurs et agriculteurs.

Sécheresse et croissance démographique sont causes d’une pression plus forte sur les terres aptes aux cultures et aussi pourvoyeuses de nourriture aux animaux d’élevage.

 

Une réunion du groupe international de soutien à la RCA doit avoir lieu le 17 avril. Une mission tripartite est aussi attendue avec la participation de Jean-Pierre Lacroix, le chef des opérations de paix de l’ONU et des représentants de l’Union africaine et de l’Union européenne.

 

Les navettes humanitaires aériennes maintenues grâce à un don du gouvernement américain (PAM)

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) s’est félicité de la généreuse contribution de 6 millions de dollars de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) afin de maintenir le service aérien humanitaire qui appuie les interventions humanitaires en République centrafricaine.

 

Le service humanitaire aérien (UNHAS) – qui permet aux travailleurs humanitaires de se déployer pour assister des dizaines de milliers de personnes dans le besoin en République centrafricaine (RCA) – risquait d’être arrêté en raison d’un manque de fonds.

 

Grâce à la contribution de l’USAID/OFDA, le service humanitaire aérien va pouvoir continuer à opérer jusqu’en septembre 2019, desservant 24 destinations régulières et 8 destinations ad hoc dans le pays et les « points chauds », où se concentre l’essentiel de la réponse humanitaire.

 

Sources : RFI, ONU

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des