S'abonner par email

Corée du Nord : l’impasse

29 mars 2019

 

La reconstruction d’un site de fusées inquiète vivement le Sud

 

La Corée du Nord a bientôt achevé la reconstruction d’un site de lancement de fusées qu’elle avait promis de fermer, a annoncé, vendredi 29 mars, un député sud-coréen à l’issue d’une rencontre avec des agents du renseignement.

 

Il y a un mois, lors de leur deuxième sommet à Hanoï, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un n’étaient pas parvenus à s’entendre sur une « dénucléarisation complète » à laquelle aurait répondu un allègement des sanctions contre Pyongyang. Des doutes sont apparus sur l’avenir du processus.

 

Peu après cet échec, des images satellite avaient montré un regain d’activité sur le site d’essais de fusées de Sohae (ouest du pays), également connu sous le nom de Tongchang-ri, suscitant des inquiétudes de la communauté internationale sur des préparatifs éventuels de tirs de missile ou de fusée par le Nord.

 

Le site sert officiellement à placer des satellites en orbite, mais les réacteurs peuvent aisément être adaptés aux missiles balistiques. La communauté internationale accuse le programme spatial nord-coréen d’être le paravent des programmes d’armements du Nord.

 

Au début du mois, des experts du Centre des études stratégiques et internationales de Washington (CSIS) avaient déclaré que des activités « délibérées » étaient en cours à Sohae. M. Kim avait accepté de fermer cette infrastructure lors d’un sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in l’année dernière.

 

La Corée du Nord, dotée de la bombe nucléaire et punie pour cela par de multiples sanctions économiques, est aussi en train de « faire fonctionner ses infrastructures d’enrichissement d’uranium » dans le complexe nucléaire de Yongbyon (nord-ouest), a ajouté le député sud-coréen.

 

Washington et Pyongyang se rejettent la responsabilité de l’échec du sommet de Hanoï. Le Nord dit avoir proposé de démanteler le vaste site de Yongbyon en échange de la levée des principales sanctions.

 

Pyongyang n’est pas sur la voie de la dénucléarisation, selon un général : les activités nord-coréennes dans le secteur des armements nucléaires et balistiques sont incompatibles avec la dénucléarisation promise, a estimé le général Robert Abrams, commandant des forces américaines en Corée du Sud.

 

 

Retour de Pyongyang au bureau de liaison intercoréen, suite à l’annulation de sanctions par Trump

 

Pyongyang a redéployé son personnel dans le bureau de liaison intercoréen quelques jours après l’avoir retiré unilatéralement dans la foulée de l’échec du deuxième sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un, a annoncé Séoul lundi.

 

Son retour à Kaesong survient après un tweet de Donald Trump qui a lancé au cours du weekend qu’il annulait des sanctions imposées au Nord par son propre ministère des Finances, sans préciser lesquelles.

 

Ce bureau situé dans la ville nord-coréenne de Kaesong avait été ouvert en septembre dans le cadre d’un spectaculaire rapprochement sur la péninsule, mis à mal par le blocage des discussions sur la dénucléarisation entre Pyongyang et Washington.

 

Après des années de montée des tensions sur la péninsule divisée, 2018 a été marquée par un rapprochement Nord/Sud qui s’est concrétisé par plusieurs sommets entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in.

 

Elu en 2017 en promettant de relancer le dialogue, ce dernier a multiplié les efforts pour que cette détente se traduise par des initiatives concrètes. L’ouverture du bureau de liaison en est une.

 

L’incapacité du président américain et de l’homme fort de Pyongyang à avancer dans les discussions sur la dénucléarisation et la levée des sanctions, lors de leur sommet à Hanoï fin février, avait alimenté le doute sur la pérennité du rapprochement intercoréen.

 

Le président sud-coréen défend de longue date le principe du dialogue avec le Nord. Il a fait miroiter à Pyongyang la carotte de projets de développement intercoréens comme la relance de la zone industrielle intercoréenne également située à Kaesong, ou encore la reprise des voyages de Sud-Coréens dans le complexe touristique nord-coréen du mont Kumgang.

 

Mais les sanctions internationales votées pour pousser Pyongyang à renoncer à ses programmes militaires interdits, et qui sont toujours en place, ont empêché que ne reprennent ces projets.

Les efforts pour rénover le réseau ferré nord-coréen ont également été reportés.

 

Après l’échec de Hanoï, Pyongyang comme Washington avaient exprimé leur souhait de poursuivre les discussions. Mais l’émissaire américain Stephen Biegun a depuis déclaré que les Etats-Unis ne voulaient pas d’une dénucléarisation “progressive” de la Corée du Nord, mais d’un désarmement total et rapide en échange d’une levée des sanctions.

 

 

Trump annule des sanctions contre Pyongyang parce qu’il “apprécie” Kim Jong Un

 

Le président américain Donald Trump a annoncé qu’il annulait des sanctions imposées par son propre ministère des Finances et visant à resserrer l’étau autour de la Corée du Nord pour qu’elle renonce à son programme nucléaire.

 

“Le Trésor américain a annoncé aujourd’hui que des sanctions supplémentaires à grande échelle seraient ajoutées à celles pesant déjà sur la Corée du Nord. J’ai ordonné aujourd’hui que ces sanctions supplémentaires soient retirées !”, a tweeté Donald Trump.

 

Le président américain, qui a rencontré deux fois le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, semblait faire référence aux sanctions annoncées jeudi contre deux entreprises de transport maritime chinoises, accusées d’avoir commercé avec la Corée du Nord en dépit des sanctions internationales.

 

Mais selon le Washington Post qui cite des responsables au sein de l’administration de Donald Trump, le tweet du président faisait référence à des sanctions futures qui n’ont pas été annoncées et qui étaient programmées pour les “prochains jours”.

 

Sources : AFP, RFI, Reuters

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des