La Chine réfute les critiques sur l’échec de Copenhague

Reuters – Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a réfuté dimanche les critiques imputant à son pays les faibles résultats obtenus en décembre lors de la conférence de Copenhague sur le climat.
Ce sommet, qui devait servir à la mise en place d’un protocole remplaçant celui de Kyoto, avait débouché sur un accord à minima et sur la convocation d’un nouveau round de négociations à Mexico à la fin de cette année.

Wen a expliqué que la Chine n’avait pas été invitée à une importante réunion pour tenter de parvenir à un compromis alors que les Occidentaux et les milieux écologistes avaient accusé Wen d’avoir refusé de participer.
Le Premier ministre chinois avait dépêché son vice-ministre des Affaires étrangères pour s’asseoir à une table autour de laquelle se trouvait notamment le président américain Barack Obama.

Selon le Guardian, le ministre britannique de l’Environnement Ed Miliband avait accusé Pékin d’avoir volontairement fait déraper les tentatives pour obtenir un accord plus contraignant dans la lutte contre le réchauffement climatique.
La Chine avait répliqué en accusant la Grande-Bretagne d’avoir semé la discours lors des discussions, mais Wen s’est dit prêt « à éclaircir ce qui s’est passé » à Copenhague.

« Comme le dit le proverbe chinois, ma conscience est pure malgré les rumeurs et les calomnies venues de l’extérieur », a déclaré Wen lors de la session plénière annuelle du parlement chinois.
Le chef du gouvernement s’est ensuite attaché à fournir un long récit sur la manière dont il a pris connaissance de cette réunion informelle lors d’un dîner avec les principaux dirigeants de la planète avant le début officiel des discussions au plus haut niveau.

Il a ensuite vérifié auprès de sa délégation cette information qui ne lui avait pas été notifiée et a décidé d’envoyer un ministre de moindre rang pour signifier le mécontentement de son pays.
« Pourquoi la Chine n’a-t-elle pas été informée de cette réunion ? Pour l’instant, personne ne nous a fourni d’explication à ce sujet et cela reste toujours un mystère pour moi », a-t-il déclaré.
Wen a précisé que lui et son équipe avaient travaillé dur lors du sommet de Copenhague et qu’il soutenait le résultat obtenu dans la capitale danoise.

« Pendant les 60 heures que j’ai passées à Copenhague, je n’ai quasiment pas dormi. Le résultat n’a pas été facile à obtenir et c’est le mieux que nous pouvions espérer sur une question qui concerne les intérêts majeurs de tous les pays », a-t-il dit.
Après plusieurs semaines d’incertitudes, la Chine a finalement signé le 9 mars la liste officielle des pays soutenant l’accord de Copenhague.
Benjamin Kang Lim; Pierre Sérisier pour le service français

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>