Medvedev : la Russie doit défendre ses revendications sur les richesses de l’Arctique

AP – Dénonçant des manoeuvres extérieures pour restreindre l’accès de la Russie aux ressources naturelles de l’Arctique, le président russe Dimitri Medvedev a estimé mercredi que son pays devait défendre ses renvendications sur les richesses minérales dans la région.
L’accès aux ressources de l’Arctique suscite une compétition internationale croissante, attisée par le réchauffement de la planète. « D’autres pays polaires ont déjà pris des mesures actives pour étendre leur recherche scientifique ainsi que leur présence économique et même militaire dans l’Arctique », a déclaré M. Medvedev lors d’une réunion du Conseil de sécurité présidentiel.

Il a dénoncé des manoeuvres extérieures pour limiter l’accès de la Russie aux ressources de la région, sans citer aucun pays. « Nous avons vu des tentatives pour limiter l’accès de la Russie à l’exploration et l’exploitation des ressources minérales arctiques », a-t-il dénoncé. « C’est absolument inadmissible du point de vue légal et injuste étant donné l’emplacement géographique et l’histoire de notre nation. »

La Russie revendique une grande partie du plancher océanique arctique, qu’elle considère comme un prolongement de son plateau continental. Les Etats-Unis, le Canada, le Danemark et la Norvège cherchent également à affirmer leur souveraineté sur certaines zones de la région, qui contiendrait jusqu’à un quart des réserves mondiales non encore découvertes de pétrole et de gaz naturel.
La fonte des glaces polaires liées au réchauffement devrait progressivement ouvrir de nouvelles routes maritimes et offrir un accès aux ressources de l’Arctique. Une donnée qui aiguise les appétits des Etats riverains, et également de la Chine.

En 2008, Dimitri Medvedev a signé un document affirmant que l’Arctique devait devenir la « principale base stratégique de ressources » de la Russie d’ici 2020. Le texte stipule que d’ici 2011, la Russie doit mener des études géologiques complètes pour étayer sa revendication sur les ressources de l’Arctique et obtenir la reconnaissance internationale de ses frontières arctiques.
Moscou avait présenté pour la première fois sa revendication aux Nations unies en 2001, mais elle avait été rejetée à cause d’un manque de preuves.

Lire aussi « Défis et dangers de la course aux hydrocarbures de l’Arctique »

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>