S'abonner par email

Tchad : démocratie faible, population en détresse

2 avril 2019

 

L’opposition divisée sur la suspension de sa participation à la Céni

 

La mise en place de la Commission nationale électorale indépendante tchadienne, l’organe en charge des élections, ne finit pas de susciter la polémique. L’opposition a dénoncé le processus de désignation des membres de l’organe et suspendu sa participation au processus. Néanmoins, tous les partis de cette mouvance ne se reconnaissent pas dans cette posture.

 

 

Un an de censure des réseaux sociaux au Tchad

 

Depuis un an, les Tchadiens n’ont plus accès normalement à leurs réseaux sociaux. Dans un pays où le taux de pénétration d’internet est parmi les plus faibles du continent, la mesure amoche encore la liberté d’expression.

Ces blocages sont le fruit d’une volonté gouvernementale.

 

La situation sécuritaire au Tchad est évasivement évoquée. « Nous ne pouvons pas nous permettre que des terroristes utilisent ces canaux pour créer l’insécurité », a précisé à l’AFP le ministre de la Communication, Oumar Yaya Hissein.

 

Une référence aux défis militaires auxquels est confronté le Tchad à ses frontières, notamment à la lutte contre le groupe armé nigérian Boko Haram, au Sud, depuis 2015.

Alors bien sûr, vous croiserez des Tchadiens connectés. Les 400 000 internautes adeptes de ces réseaux ont trouvé des moyens de contourner les blocages.

 

Mais ces tours de passe-passe commencent à coûter cher.

Les ONG de défense des libertés numériques ont relayé le désarroi des internautes tchadiens au travers de campagnes sur internet et jusque dans l’enceinte onusienne du Conseil des droits de l’homme de Genève.

 

L’action en justice contre les principaux opérateurs nationaux fait pour le moment chou blanc. La cour d’appel de Ndjamena vient de rejeter une nouvelle fois ce jeudi la plainte déposée par un collectif d’avocats estimant que le dossier n’était pas assez solide.

 

 

Les humanitaires ont besoin de 476 millions de dollars pour aider des millions de personnes

 

La crise humanitaire au Tchad reste grave, avec 4,3 millions de personnes ayant besoin d’une assistance humanitaire, alors que la violence, les déplacements et le manque de services essentiels ont sérieusement affecté la résilience de populations déjà vulnérables, prévient le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

 

Les organisations humanitaires travaillent avec le gouvernement tchadien pour faire face à la crise et avoir accès aux personnes dans le besoin, mais l’insécurité et les contraintes financières restent des défis majeurs.

 

La communauté humanitaire au Tchad a besoin de 476 millions de dollars pour atteindre 2 millions de personnes affectées par l’insécurité alimentaire, la malnutrition, les déplacements et les épidémies. Ces crises combinées ont accru la vulnérabilité de millions de personnes déjà confrontées à un faible développement local et à la pauvreté.

 

Source : RFI, ONU

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des