Journal depuis ce week-end – le 30 juillet 2018

 

Trump prêt à rencontrer les dirigeants iraniens “quand ils veulent”

Après avoir rencontré Kim Jong Un au terme d’une escalade verbale avec la Corée du Nord, Trump se dit désormais prêt à voir les dirigeants iraniens “quand ils veulent”, malgré la fermeté affichée ces derniers mois. Donald Trump a annoncé en mai le retrait des Etats-Unis de l’accord international censé empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique, qu’il juge trop laxiste.

 

Il a rétabli toutes les sanctions levées après sa signature en 2015, avec un sévère contrecoup pour de nombreuses entreprises européennes, sommées de quitter l’Iran sous peine d’être frappées par des mesures punitives américaines.

 

L’ouverture américaine intervient en tout cas alors que le ton était monté ces derniers jours.

Le président Rohani a d’abord prévenu qu’un conflit avec l’Iran serait la “mère de toutes les guerres”.

 

“NE MENACEZ PLUS JAMAIS LES ÉTATS-UNIS OU VOUS ALLEZ SUBIR DES CONSÉQUENCES TELLES QUE PEU AU COURS DE L’HISTOIRE EN ONT CONNUES AUPARAVANT”, lui a directement répondu Donald Trump dans un tweet en majuscules.

 

Le registre de l’avertissement américain rappelle celui employé, il y a un an, contre les ambitions nucléaires de la Corée du Nord, … Lire la suite

Journal du 27 juillet 2018

 

Israël va construire de nouveaux logements dans une colonie cible d’une attaque

Israël a annoncé vendredi la construction de centaines de nouveaux logements dans une colonie de Cisjordanie occupée, en riposte à une attaque palestinienne qui a coûté la vie à un Israélien dans cette implantation.

 

Cette annonce intervient sur fond de violences récurrentes dans la bande de Gaza, où 2 Palestiniens, dont un adolescent de 12 ans, ont été abattus vendredi par l’armée israélienne au cours d’une manifestation près la frontière qui sépare cette enclave palestinienne d’Israël.

 

La dernière attaque palestinienne au couteau dans une colonie de Cisjordanie remonte à avril.

Toutes les colonies israéliennes sont considérées comme illégales aux yeux du droit international. De nombreux pays et l’ONU considèrent que ces constructions sont un obstacle à la paix et à la création d’un Etat palestinien viable coexistant avec Israël.

 

Ces dernières années, de nombreuses attaques au couteau contre des Israéliens ont été menées par des Palestiniens que les autorités israéliennes qualifient de “loups solitaires”.

L’attaque est intervenue sur fond de violences récurrentes entre l’armée israélienne et des groupes de Palestiniens dans la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas.

 

La branche … Lire la suite

Journal du 26 juillet 2018

 

Mali : poursuite des troubles à Tombouctou, à 3 jours du scrutin

Des affrontements ont éclaté de nouveau jeudi à Tombouctou, dans le nord du Mali, entre communautés arabe, touarègue et noire, à 3 jours de l’élection présidentielle de dimanche.

 

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, brigue un second mandat, sur fond de mécontentement face au bilan du pouvoir en matière de sécurité, notamment dans le centre et le nord du pays, où des organisations islamistes armées continuent d’opérer.

 

Le chef de l’Etat sortant sera opposé lors du scrutin à un ex-ministre des Finances, Soumaïla Cissé, et à une vingtaine d’autres candidats.

 

Des manifestants armés de la communauté arabe ont mis le feu mercredi à des pneus et à des véhicules dans Tombouctou, en signe de protestation contre l’insécurité grandissante et les mauvais traitements prêtés par certains aux forces de sécurité.

 

L’étincelle qui a mis le feu aux poudres, mercredi, a été le cambriolage d’une pharmacie appartenant à un commerçant noir. Les soldats maliens sont intervenus en arrêtant plusieurs jeunes Arabes armés, ce qui a provoqué une fusillade qui n’a pas fait de victimes.

 

Jeudi, une centaine de personnes sont descendues dans les rues … Lire la suite

Soudan du Sud : nettoyage ethnique et dirigeants à la piscine

 

Article écrit le 26 juillet 2018

 

Dinkas contre Nuers…

Grâce aux efforts de nombreux pays voisins, aujourd’hui le Soudan du Sud a signé un « accord préliminaire pour mettre fin à la guerre civile ».

Il stipule notamment que le pouvoir va être partagé avec les insurgés.

 

Le président Salva Kiir aura donc Riek Machar comme vice-président.

De nouveau.

Car Riek Machar était déjà vice-président lorsqu’éclata la guerre civile en 2013, Salva Kiir l’accusant de fomenter un coup d’état.

 

Derrière cette guerre civile est à peine dissimulé un nettoyage ethnique et un pillage des ressources du pays.

Avant l’indépendance les rivalités ethniques étaient déjà fortes et avaient occasionné plusieurs conflits.

 

Le président est de l’ethnie dinka, tandis que son vice-président est nuer.

Les Dinkas sont plus nombreux que les Nuers au Soudan du Sud.

Les Nuers sont régulièrement accusés d’être soutenus par le Soudan de Khartoum, tandis que les Dinkas sont accusés d’être soutenus par l’Ethiopie.

 

Depuis longtemps les Nuers accusent aussi les Dinkas de discriminations.

Ajoutons à cela les rivalités religieuses : les Dinkas sont catholiques, tandis que les Nuers sont presbytériens.

Selon l’ONU, les preuves d’ethnocide des Dinkas contre les Nuers sont … Lire la suite

Journal du 25 juillet 2018

 

Elections au Pakistan : un grand parti dénonce des “fraudes flagrantes”

Un grand parti en lice aux élections législatives de mercredi au Pakistan a “rejeté” des résultats -encore partiels- suggérant une victoire de l’ex-champion de cricket Imran Khan, dénonçant des “fraudes flagrantes”.

 

Sur son compte Twitter, le PML-N a affirmé qu’il “rejetait intégralement les résultats de l’élection générale de 2018 du fait d’irrégularités manifestes et massives”. “Les résultats ont été comptés en l’absence de nos agents électoraux”, s’est plaint le parti.

 

Le chef du PPP (Parti du peuple pakistanais, au pouvoir de 2008 à 2013) Bilawal Bhutto-Zardari, a lui aussi dénoncé de lourds dysfonctionnements dans la machine électorale.

“Mes candidats se plaignent que nos agents électoraux ont été expulsés des bureaux de vote dans tout le pays”, a tweeté le fils de la Première ministre Benazir Bhutto, assassinée en 2007.

 

Ce scrutin est marqué depuis des semaines par de lourdes accusations d’interférence de l’armée dans la campagne électorale en la faveur d’Imran Khan.

 

La campagne électorale a été dépeinte par certains observateurs comme l’une des plus “sales” de l’histoire du pays en raison de nombreuses manipulations présumées, censées favoriser Imran Khan. Elle a aussi été … Lire la suite

Journal du 24 juillet 2018

 

Au moins 207 défenseurs de l’environnement tués en 2017, année noire

Pour s’être opposées à des projets miniers, forestiers ou agro-industriels, au moins 207 personnes ont été tuées dans le monde en 2017, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement, selon Global Witness.

 

Ce bilan, publié mardi, est sans doute bien en-deçà de la réalité, souligne l’ONG britannique. Et il surpasse celui de 2016 qui, avec au moins 200 morts, était déjà une année record.

Leaders autochtones, rangers chargés de protéger la faune sauvage ou “personnes ordinaires” défendant leur terre ou leur rivière, ces victimes ont été recensées dans 22 pays.

 

Le Brésil a connu la pire année, avec 57 meurtres. La Colombie en a compté 24.

En Afrique, sur 19 meurtres, 17 étaient liés à du braconnage ou des activités minières illégales.

48 personnes ont été tuées pour les seules Philippines, du jamais vu dans un pays asiatique, selon ce rapport.

 

Pour Global Witness, “le lien” est clair entre cette violence et nos produits de consommation courante: “agriculture de masse, mines, braconnage, abattage forestier… alimentent en composants et ingrédients les rayons de nos supermarchés, qu’il s’agisse d’huile de palme pour les shampooings, de … Lire la suite

Journal du 23 juillet

Irak : le siège du gouvernement kurde attaqué à Erbil

Des hommes armés, présentés par les autorités comme des membres du groupe Etat islamique, sont entrés lundi au siège du Gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK) et au moins l’un d’entre eux s’est fait exploser, a-t-on appris des autorités.

Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’au moins un fonctionnaire a été tué et que deux policiers ont été blessés.

Selon les autorités, tous les assaillants ont été abattus.

Source : Reuters

 

Des milliers d’Israéliens dans la rue contre une loi interdisant la GPA aux couples gays

Des milliers d’Israéliens ont manifesté dimanche, notamment à Tel-Aviv, contre une loi excluant les couples de même sexe du droit de recourir à la gestation pour autrui (GPA).

La police n’a pas donné de chiffres sur le nombre de manifestants mais le quotidien Haaretz a évoqué la présence de quelque 60.000 personnes.

L’appel aux manifestations et à une grève dimanche a été lancé après le vote mercredi par le Parlement d’une loi autorisant le recours à une mère porteuse pour les femmes célibataires ou stériles, mais l’interdisant aux couples de même sexe et aux hommes célibataires.

Auparavant, ce droit n’était accordé en Israël … Lire la suite

Journal des 2 dernières semaines

 

Les “camps de rééducation” en Chine au cœur d’un procès au Kazakhstan

Une Chinoise jugée au Kazakhstan pour entrée illégale dans le pays a révélé l’existence de camps où des milliers de Kazakhs chinois seraient détenus, un sujet sensible pour les relations entre Astana et Pékin.

 

De nationalité chinoise et d’ethnie kazakhe, Saïragoul Saouïtbaï, 41 ans, a voulu rejoindre au Kazakhstan son mari et ses deux enfants. Elle été arrêtée un mois et demi après avoir traversé illégalement la frontière.

 

Mais son procès dans la ville kazakhe de Jarkent, près de la frontière avec la région chinoise du Xinjiang, a suscité l’attention pour d’autres raisons : Mme Saouïtbaï a affirmé avoir été détenue dans un “camp de rééducation” en Chine avec d’autres prisonniers d’ethnie kazakhe.

 

“En Chine, ils appellent cela un camp politique. En réalité, c’est une prison dans les montagnes”, a déclaré au tribunal Mme Saoutbaï, en affirmant que plus de 2.500 prisonniers d’ethnie kazakhe se trouvaient avec elle dans le camp où elle a été détenue.

 

“Le fait que j’en parle dans une audience publique signifie que je suis en train de révéler des secrets d’Etat”, a-t-elle ajouté, demandant aux autorités du Kazakhstan … Lire la suite

Journal du 6 juillet 2018

 

Syrie : le régime et les rebelles annoncent un accord dans le sud

Le gouvernement syrien et les rebelles du sud de la Syrie sont parvenus à un accord pour mettre fin à l’offensive dévastatrice que menait le régime depuis le 19 juin dans la province de Deraa, “berceau” de la révolte anti-Assad.

 

Cet accord a été obtenu au bout de longues négociations entre Russes –alliés au régime– et factions rebelles, au lendemain d’un déluge de feu qui avait contraint les insurgés à reprendre les pourparlers.

 

L’accord prévoit l'”entrée en vigueur d’un cessez-le-feu et la remise par les groupes terroristes de leurs armes lourdes et moyennes dans toutes les villes et localités”.

Ceux “qui refusent ce règlement partiront pour (la province d’)Idleb avec leurs familles”.

 

D’autre part, les déplacés pourront revenir chez eux.

L’offensive militaire du régime a fait au moins 325.000 déplacés.

Jeudi, la Russie avait empêché l’adoption d’une déclaration de l’ONU centrée sur l’aide humanitaire aux populations de Deraa.

 

En vertu de l’accord conclu vendredi soir, les institutions de l’Etat reprendront leur travail dans la région et “l’Etat syrien prendra le contrôle de toutes les positions aux mains des rebelles le long de … Lire la suite

Journal du 5 juillet 2018

 

Soutien de diplomates à un village palestinien qu’Israël veut détruire

Des diplomates européens ont apporté jeudi leur soutien aux habitants d’un village bédouin palestinien de Cisjordanie occupée dont Israël a annoncé la destruction, selon un journaliste de l’AFP.

 

Les consuls généraux de France, de Suède, de Belgique, d’Italie, d’Irlande, de Suisse, de Finlande, d’Espagne et le représentant de l’Union européenne en Israël se sont rendus à Khan al-Ahmar, village de 173 habitants situé à l’est de Jérusalem près de plusieurs colonies israéliennes.

 

Ils ont demandé l’autorisation de visiter l’école, financée par plusieurs pays européens, mais la police israélienne leur en a refusé l’accès.

Le consul général de France à Jérusalem, Pierre Cochard, a déclaré :

 

“C’est une violation très claire de la 4e convention de Genève qui détermine les obligations des puissances occupantes dans les territoires occupés”

“Cette décision complique un peu plus et de façon significative la recherche de la paix et d’une paix fondée sur deux Etats” israélien et palestinien.

 

L’armée israélienne avait présenté mardi un ordre d’expulsion aux habitants de Khan al-Ahmar.

Jeudi, des bulldozers aplanissaient le sol rocailleux pour élargir le chemin d’accès à ce village, où des affrontements avaient … Lire la suite

Journal du 4 juillet 2018

 

 

Les Rohingyas fuient toujours la violence en Birmanie selon l’Onu

Les Rohingyas continuent de fuir l’Etat de Rakhine, en Birmanie, pour se réfugier au Bangladesh où 11.432 d’entre eux sont arrivés depuis le début de l’année, a déclaré mercredi le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein.

 

Dans un discours à Genève devant le Conseil des droits de l’homme de l’Onu, il a précisé que beaucoup de réfugiés rohingyas faisaient état de violences, de persécutions et d’assassinats visant cette minorité musulmane en Birmanie.

 

Plus de 700.000 Rohingyas ont fui l’Etat de Rakhine (Arakan) à la suite de la répression par les soldats birmans d’un mouvement insurrectionnel lancé le 25 août dernier par un groupe armé musulman contre des postes de l’armée et de la police birmane.

 

Les Nations unies et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme disent avoir recueilli des preuves d’importantes violations des droits de l’homme commises par l’armée birmane contre les Rohingyas.

 

La Birmanie rejette ces accusations.

Les autorités birmanes et bangladaises ont signé en janvier un accord portant sur le retour volontaire en Birmanie des réfugiés, opération qui doit s’étaler sur deux ans.

 … Lire la suite

Journal du 3 juillet 2018

 

Un fils d’Abou Bakr al Baghdadi, calife de l’EI, tué à Homs

L’un des fils d’Abou Bakr al Baghdadi, “calife” de l’Etat islamique (EI), a été tué à Homs, en Syrie, annonce mardi la chaîne d’information du mouvement djihadiste.

 

Source : Reuters

 

 

Embarras diplomatique pour l’Iran en pleine visite de Rohani en Europe

Le président iranien Hassan Rohani, en quête de garanties pour maintenir l’accord sur le nucléaire, est attendu en Autriche mercredi alors qu’un diplomate iranien en poste à Vienne est suspecté d’être impliqué dans un projet d’attentat.

 

Il compte parmi les 6 personnes interpellées par les autorités de plusieurs pays européens et suspectées d’avoir participé à la préparation d’une attaque contre un rassemblement d’opposants au régime iranien samedi près de Paris, auquel participaient des personnalités politiques américaines de premier plan.

 

Détenu en Allemagne, le diplomate pourrait être extradé prochainement vers la Belgique, où sont coordonnées les investigations sur le projet d’attentat.

 

Ulcéré, Téhéran a dit voir dans ces mises en cause une machination, au moment où le président iranien est en Europe pour discuter de coopération entre Européens et Iraniens après le retrait américain, en mai, de l’accord sur le nucléaire.… Lire la suite

Journal du 2 juillet 2018

 

Indonésie : exécutions sommaires en Papouasie, les forces de sécurité impliquées

Les forces de sécurité indonésiennes sont impliquées dans les exécutions sommaires d’au moins 95 civils depuis 2010 dans la province de Papouasie (est), la plupart des responsables restant impunis, indique Amnesty International dans un rapport publié lundi.

 

Des militants politiques et des participants à des manifestations pacifiques contre le gouvernement figurent parmi les victimes de ces exécutions, de même que des habitants prenant part à des rassemblements non politiques dans cette région, ajoute l’ONG.

 

Pas une seule affaire n’a fait l’objet d’une enquête pénale indépendante, déplore Amnesty dans son rapport réalisé sur une période de deux ans.

“La Papouasie est le trou noir de l’Indonésie en matière de droits de l’homme. C’est une région où les forces de sécurité ont été autorisées depuis des années à tuer des hommes, femmes et enfants, sans perspective de devoir être tenu pour responsables” de leurs actes, affirme l’ONG.

 

Aucun porte-parole du gouvernement indonésien n’a pu être contacté dans l’immédiat pour réagir à ce rapport.

 

De nombreux Papous, peuple ancestral de Papouasie occidentale, réclament l’indépendance, comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, autre moitié de cette grande île qui l’a obtenue en … Lire la suite