La belle vie des esclavagistes en Mauritanie

 

AUDIO

 

ARTICLE

Officiellement l’esclavage est interdit en Mauritanie. Mais en réalité il arrange bien la caste dominante et fortement majoritaire, les Beydanes, encore appelés Maures blancs.

Avoir des esclaves relève du prestige social.

Les esclaves viennent des communautés dont la couleur de peau est noire.

D’après les estimations d’organisations internationales antiesclavagistes, jusqu’à 43 000 personnes étaient réduites en esclavage en Mauritanie en 2016, soit environ 1 % de la population totale.

 

Cet esclavage est raciste.

Dans ce pays musulman, les Beydanes sont les descendants des conquérants arabo-berbères, et les Noirs sont les habitants les plus anciens du pays. Mais ceux-ci ont souvent le sentiment d’être des citoyens de seconde zone, car les Beydanes tiennent les rênes du pouvoir.

 

Pour satisfaire la communauté internationale, la Mauritanie a aboli l’esclavage il y a près de 40 ans.

Elle a même érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité en 2012.

Et en 2015, avec une nouvelle loi anti-esclavagiste, la peine d’emprisonnement maximale est passée de dix à vingt ans. Les ONG reconnues par l’Etat peuvent dorénavant se porter partie civile lors de procès.

 

Mais tout ceci n’est qu’hypocrisie. Les condamnations de personnes pour esclavage sont plutôt rares. Beaucoup plus courantes sont les persécutions dont sont victimes les personnes dénonçant l’esclavage.

En Mauritanie les défenseurs des droits humains sont persécutés et torturés.

Dans un rapport, Amnesty International vient de dénoncer que depuis 2014, 168 défenseurs des droits humains ont été arrêtés arbitrairement, dont 17 au moins ont été torturés et soumis à d’autres mauvais traitements.

 

Le droit de manifester ou de constituer une association est également visé par la répression.

Selon Amnesty, des campagnes de dénigrement, des agressions et des menaces de mort sont perpétrées en toute impunité contre les défenseurs des droits humains, qui sont souvent qualifiés de traîtres, de criminels, d’agents de l’étranger ou de racistes, voire accusés d’apostasie ou de manœuvres politiciennes.

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des