La Corée du Nord reste une puissante menace pour la sécurité mondiale

 

AUDIO – 29 mars 2018

 

ARTICLE – 29 mars 2018

La Corée du Nord va-t-elle vraiment réduire son arsenal nucléaire ?

C’est ce que vient de promettre Kim Jong Un, leader de ce pays d’Asie.

 

Pour la première fois depuis son accession au pouvoir il y a 6 ans, il multiplie les initiatives diplomatiques.

Il vient de faire un fastueux voyage chez son allié chinois, où il a été accueilli en grande pompe.

Il devrait participer à un sommet avec son ennemi juré, la Corée du Sud, le 27 avril.

Et il va même rencontrer le président américain, Donald Trump, au mois de mai.

 

Il a donné sa parole de dénucléariser la Corée du Nord. Est-ce bien réel ?

Est-ce de la poudre aux yeux ?

 

Ce qui est certain, c’est qu’une guerre menée par les Etats-Unis ferait beaucoup de tord à cette région du monde, y compris à la Chine, voisin de la Corée du Nord.

L’adoucissement de Kim Jong Un permet de penser qu’il a reçu une forte pression chinoise et qu’il ne gagnerait pas la guerre face aux USA. Car si les Etats-Unis l’emportent, les importantes troupes américaines stationnées chez son grand allié, la Corée du Sud, pourraient ainsi se rendre chez son voisin du Nord, donc tout près des frontières chinoises. Ce qui, bien entendu, déplairait fortement à la Chine.

 

Il faut dire qu’un va-t-en-guerre vient d’être nommé comme conseiller à la sécurité nationale, aux Etats-Unis. Le discours de John Bolton est très clair : attaquer la Corée du Nord avant que sa puissance ne puisse plus être enrayée et qu’elle ne se décide à attaquer les Etats-Unis.

Selon John Bolton, la dénucléarisation immédiate de la Corée du Nord est l’objectif primordial à atteindre dans les contacts envisagés entre Washington et Pyongyang.

 

En cas d’échec des négociations avec Kim Jong Un, le risque d’une guerre américaine contre ce pays est donc bien réel.

Car jusque-là, la politique de sanctions a démontré son inefficacité, vu que la Corée du Nord a fait d’importants progrès en matière de bombes nucléaires et de missiles balistiques.

Sa puissance ne doit pas être sous-estimée : depuis 2 ans, Kim Jong Un a doté son pays de missiles balistiques intercontinentaux capables d’atteindre les Etats-Unis.

 

Les nombreux essais nucléaires et de tirs de missiles de la Corée du Nord, c’est aussi un aspect qui gêne son voisin chinois : les retombées du nucléaire sur la population et les violentes secousses sismiques côté chinois.

Finalement, la Chine, bien qu’étant un allié historique de la Corée du Nord, et aussi son premier partenaire commercial, la Chine s’était prononcée pour les sanctions économiques de l’ONU destinées à freiner Pyongyang dans sa course aux armements.

 

Le leader nord-coréen se retrouvait ainsi complètement isolé sur la scène internationale.

Il serait maintenant prêt à abandonner son programme nucléaire en échange de garanties américaines en matière de sécurité. Ses essais nucléaires et balistiques sont d’ailleurs suspendus.

De leur côté, la Corée du Sud et les USA ont annoncé la reprise le 1er avril de leurs exercices militaires annuels. Mais ils seront raccourcis d’un mois en raison de la détente actuelle.

 

En tout cas, le chemin est encore très très long pour la population nord-coréenne, qui vit sous le régime de la dictature et de la peur.

Six ans après avoir hérité du pouvoir de son père, Kim Jong Un a assis une autorité absolue dans son pays. Il a écrasé ses rivaux potentiels.

Les défenseurs des droits de l’Homme disent que les abus sont généralisés, et que 80.000 à 120.000 détenus croupissent dans des camps.

Ce pays est complètement fermé au monde et maltraite sa population.

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des