S'abonner par email

Tadjikistan : les habitants se remettent du séisme

Tadjikistan1- Les habitants trouvent à se loger

Un puissant séisme a détruit le 2 janvier des centaines d’habitations dans plusieurs villages reculés situés dans le massif montagneux du Pamir, dans l’est du Tadjikistan.
Les autorités avaient initialement annoncé 10.000 à 20.000 sans-abri en plein hiver, mais le chiffre a été revu à la baisse.
Le nombre de familles affectées est moins important que ce qui était initialement annoncé.

Les dernières informations, obtenues auprès du Programme alimentaire mondial (PAM) font état de :
– 140 habitations complètement détruites, affectant environ 700 personnes ;
– 920 habitations partiellement détruties, affectant plus de 6200 personnes.
Heureusement, les habitants sont accueillis chez des parents ou des voisins, ou se sont réfugiés dans les bâtiments publics encore debout.
Par ailleurs, des dizaines d’animaux domestiques, chèvres et moutons, ont péri.

Le gouvernement apporte son assistance ; le PAM de son côté apportera une assistance alimentaire.
En mars, 2008, alors que le pays souffrait du rude hiver, les agences de l’ONU s’étaient mobilisées afin d’apporter une aide à des centaines de milliers de personnes souffrant de pénuries alimentaires et du froid.

L’Institut de géophysique américain (USGS) avait indiqué qu’un séisme de magnitude 5,3 avait frappé à 235 kilomètres à l’est de la capitale Douchanbé.
Dans cette zone montagneuse et reculée vivent plus de 25.000 personnes.
La facture des dégâts pourrait s’élever à entre 1 et 1,5 million de dollars, avait indiqué le 3 janvier à l’AFP le sous-chef de la région, Azimdjon Chamsiddinov, ce qui représente une somme conséquente pour ce pays d’Asie centrale très pauvre.

2- Les séismes sont fréquents dans la région
Les séismes de plus ou moins forte intensité sont relativement fréquents dans les régions montagneuses pauvres des trois anciennes Républiques soviétiques que sont le Tadjkistan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan.
Ils sont également fréquents dans les pays voisins, Afghanistan et Pakistan.

Fin octobre, un séisme de magnitude 6,2 avait été ressenti en Afghanistan et au Pakistan : aucun dégât ni victime n’avait été signalé, l’épicentre du séisme se situant dans une zone de montagne isolée où les communications sont difficiles.
De même, fin août, un fort séisme de magnitude 6,2 s’était produit dans le nord-ouest de la Chine. Selon les médias chinois, aucun dégât n’avait été signalé, l’épicentre se trouvant dans une zone reculée.

Fin avril en revanche, des tremblements de terre, glissements de terrains et inondations dans plusieurs régions de l’Afghanistan avaient tué au moins 20 personnes, fait une dizaine de blessés, endommagé des milliers de maisons, tué des centaines de tête de bétail et privé des milliers de personnes de leur maison.
Les agences de l’ONU et les ONG s’étaient mobilisées pour aider la population.

La chaîne de hautes montagnes de l’Hindou-Kouch est secouée en Afghanistan par des dizaines de séismes mineurs chaque année. La plupart des maisons dans ce pays sont faites de boue séchée, c’est pourquoi même les séismes les plus modérés peuvent provoquer de nombreuses victimes et des dégâts majeurs dans les infrastructures.

Dans la région, le séisme le plus important qui se soit produit récemment a eu lieu il y a un an dans le sud-ouest du Pakistan : un séisme de magnitude 6,4 avait causé la mort d’environ 300 personnes et blessé plus de 370 autres. Environ 70.000 personnes s’étaient retrouvées sans abri et avaient souffert du rude hiver. Les agences de l’ONU et les ONG s’étaient mobilisées pour aider la population.
Les tremblements de terre sont fréquents au Pakistan.

L’un des plus meurtriers, de magnitude 7,6, avait fait 74.000 morts et 3,5 millions de sans-abri le 8 octobre 2005 dans le nord du pays, en particulier dans la région himalayenne du Cachemire.
Il avait touché des régions montagneuses souvent très difficiles d’accès, et avait ainsi forcé les organisations humanitaires à intervenir dans des zones où elles n’allaient pas auparavant, leur permettant par la même occasion de détecter des problèmes dont elles ne soupçonnaient pas l’ampleur, notamment le problème de malnutrition des enfants.

Par ailleurs, en octobre 2008, des séismes avaient touché le sud du Kirghizstan et le Tibet, faisant plus de 70 morts au Kirghizstan et 10 morts au Tibet.
En mars 2008, une douzaine de séismes survenus dans la province du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, avait affecté 44.000 personnes.

Sources : Reuters, AP, AFP, ONU

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des