L’essentiel pour la mi-journée

 

Cachemire : l’ONU réclame une enquête sur des violations des droits de l’homme

Le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, a réclamé jeudi l’ouverture d’une enquête internationale après la publication du premier rapport sur des violations commises par l’Inde et le Pakistan dans la région disputée du Cachemire.

 

Le rapport, présenté par l’ONU comme le premier du genre au sujet de cette région montagneuse à la frontière entre l’Inde et le Pakistan, fait état “d’impunité chronique pour des violations commises par des forces de sécurité”.

La publication de ce rapport survient après des mois d’affrontements meurtriers dans l’ancien royaume himalayen.

Zeid a rencontré des représentants des deux pays après la flambée de violence de juillet 2016, déclenchée par le meurtre par l’Inde d’un commandant rebelle. Il avait alors réclamé “un accès sans condition” au Cachemire, qui avait été refusé par les deux gouvernements.

Son bureau a alors rassemblé à distance des informations sur les violations commises dans la région entre janvier 2016 et avril 2018, qui ont abouti à ce rapport.

 

Le Cachemire est divisé depuis la fin du règne colonial britannique en 1947, et l’Inde et le Pakistan en revendiquent chacun la souveraineté intégrale.

L’Inde stationne environ 500.000 soldats dans la partie qu’elle contrôle, pour lutter contre des rebelles qui réclament l’indépendance du Cachemire ou son rattachement au Pakistan.

 

Source : AFP

 

 

Les exercices “provocateurs” de Washington et Séoul

La décision choc de Donald Trump de suspendre les manœuvres militaires conjointes avec Séoul, annoncée lors de son sommet avec Kim Jong Un, semble être une concession majeure à Pyongyang et a pris de court les alliés de Washington.

 

La Corée du Nord réclame depuis longtemps la fin de ces exercices qu’elle considère comme la répétition de l’invasion générale de son territoire. Pyongyang a souvent réagi en menant ses propres opérations militaires.

Voici quelques éléments sur les principaux exercices.

 

Key Resolve est un exercice de commandement à base de simulations sur ordinateur, qui commence généralement en mars et dure une dizaine de jours.

Il accompagne Foal Eagle, qui mobilise plus de 200.000 soldats sud-coréens et environ 30.000 soldats américains, dont plusieurs milliers dépêchés pour l’occasion, et dure deux mois.

 

Max Thunder est un exercice aérien massif qui dure généralement deux semaines.

Cette année, il a eu lieu en mai, mobilisant une centaine d’avions.

Pyongyang a protesté avec force, menaçant d’annuler le sommet avec les Etats-Unis et reportant une rencontre militaire avec Séoul.

 

Ulchi Freedom Guardian : cet exercice d’une durée de deux semaines commence généralement en août. Il s’agit également d’un exercice de commandement simulé sur ordinateur mais Pyongyang le considère comme hautement provocateur.

L’année dernière, le Nord avait tiré quatre missiles balistiques près du Japon.

 

Source : AFP

 

 

Yémen : poursuite des combats à Hodeïda, avant une réunion à l’Onu

Les avions et les navires de guerre de la coalition sunnite ont pilonné jeudi pour la deuxième journée consécutive les positions des miliciens houthis à Hodeïda, le principal port du Yémen toujours aux mains des rebelles chiites.

 

Cette attaque, la plus importante jamais lancée depuis le début de la guerre, inquiète les Nations unies et les organisations humanitaires qui redoutent un désastre pour la population civile. Selon l’Onu, 22 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire et plus de 8 millions sont au bord de la famine.

 

Quelque 600.000 personnes vivent à Hodeïda et dans ses environs. Les 4/5e des biens de première nécessité importés au Yémen transitent par son port.

En dépit des combats, les Nations unies continuent de fournir de l’aide humanitaire.

A la demande de la Grande-Bretagne, le Conseil de sécurité de l’Onu doit se réunir jeudi à huis clos pour discuter de cette attaque.

 

Source : Reuters

 

Ecouter ou lire aussi :

https://infosplanetaires.com/moyen-orient/guerre-par-procuration-contre-liran-au-yemen-larabie-saoudite-encerclee.html

 

 

Venezuela : la Cour suprême rejette un recours contre la réélection de Maduro

La Cour suprême a opposé une fin de non-recevoir mercredi à un recours présenté par l’opposant Henri Falcon contre la réélection du président socialiste Nicolas Maduro le 20 mai.

L’opposant avait saisi la Cour suprême le 30 mai pour demander l’annulation du scrutin et l’organisation de nouvelles élections.

 

Son principal argument était que, lors de la campagne, M. Maduro avait offert des récompenses monétaires aux bénéficiaires du “carnet de la patrie” (une carte électronique permettant d’accéder à des programmes sociaux du gouvernement) se déplaçant pour voter.

 

Le scrutin, dénoncé par une grande partie de la communauté internationale pour des irrégularités et boycotté par l’opposition, a été remporté par Nicolas Maduro avec 68% des voix contre 21,2% à Henri Falcon.

 

S’exprimant sur Twitter après le rejet de son recours, Henri Falcon a accusé la Cour suprême de “continuer à fermer la porte à une sortie pacifique et électorale” de la crise vénézuélienne. Il a annoncé son intention de porter l’affaire devant des organisations internationales.

 

Source : AFP

 

Ecouter ou lire aussi :

https://infosplanetaires.com/ameriques/venezuela-la-population-fuit-lexplosion-sociale-naura-pas-lieu.html

 

 

Sahel : le chef de l’humanitaire de l’ONU appelle à éviter le pire

Le chef de l’humanitaire de l’ONU, Mark Lowcock, s’est déclaré de plus en plus préoccupé par la situation au Sahel, où près de 6 millions de personnes au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal luttent pour subvenir à leurs besoins alimentaires quotidiens et où la malnutrition sévère menace la vie de 1,6 million d’enfants.

 

Il s’agit de la crise la plus grave que connaît la région depuis celle de 2012, et les mois les plus critiques sont encore à venir.

Il a rappelé que la crise a été déclenchée par des précipitations rares et irrégulières en 2017, entraînant des pénuries d’eau, de cultures et de pâturages et des pertes de bétail.

 

Les éleveurs ont dû entreprendre le mouvement saisonnier du bétail quatre mois plus tôt et beaucoup plus loin que d’habitude. Cela a également augmenté la probabilité de conflit avec les communautés paysannes en matière de ressources, d’eau et de terres.

Dans ce contexte, la sécurité alimentaire dans la région s’est détériorée. Les stocks alimentaires sont déjà épuisés pour des millions de personnes.

 

Pendant cette période de soudure sévère, qui devrait durer jusqu’en septembre, le nombre de personnes ayant besoin de soutien alimentaire et de subsistance pourrait atteindre 6,5 millions.

Mark Lowcock s’est dit surtout préoccupé par le Burkina Faso, le Tchad, le Mali et la Mauritanie.

 

En Mauritanie, les taux de malnutrition aiguë sévère sont les plus élevés depuis 2008.

Avec le soutien de l’ONU et de ses partenaires, les autorités nationales ont élaboré des plans d’intervention axés sur les besoins pastoraux et de sécurité alimentaire. Une intensification des opérations pour atteindre 3,6 millions de personnes est déjà en cours.

 

Mark Lowcock a noté que les programmes d’intervention des Nations Unies dans les six pays touchés ne sont financés qu’à hauteur de 26%. La semaine dernière, il a débloqué 30 millions de dollars du Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires pour aider à intensifier les efforts de secours. « J’appelle les donateurs à fournir des fonds supplémentaires ».

 

Source : ONU

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des