S'abonner par email

Turquie / USA : de l’eau dans le gaz

Turquie / USA : de l’eau dans le gaz

12 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Bien que membre de l’Otan et alliée aux USA, la Turquie a acheté il y a plusieurs mois des systèmes de défense anti-aérienne aux Russes (des S400), donc à un ennemi potentiel de l’Otan.

Washington les considère incompatibles avec l’armement de l’Otan.

 

Les USA la menacent de sanctions : le Congrès américain vient d’approuver une loi de financement militaire pour l’exercice 2020 dans laquelle ils ont introduit l’obligation d’imposer des sanctions économiques à Ankara pour répondre à l’achat des S400 russes.

 

Or, les USA ont 2 bases militaires d’importance en Turquie. La base aérienne d’Incirlik est utilisée par l’US Air Force pour assurer l’appui aérien des opérations militaires américaines dans la région et, selon les experts, elle abrite une cinquantaine de têtes nucléaires américaines.

La base de Kürecik accueille une importante station radar de l’Otan.

 

D’autre part, la classe politique américaine est remontée contre la Turquie suite à son incursion militaire d’octobre dans le nord-est de la Syrie contre des milices kurdes soutenues par Washington dans la lutte anti-Daech.

Et ce malgré le soutien de Donald Trump à son homologue turc.

 

 

Washington veut des explications après la menace d’Ankara de fermer des bases stratégiques

 

Depuis quelques temps, Ankara paraît s’éloigner de l’Otan pour se rapprocher de la Russie.

Le ministre américain de la Défense demande des explications après les menaces du président turc de fermer 2 bases militaires stratégiques pour l’Otan en Turquie.

 

Interrogé dimanche par une chaîne de télévision turque progouvernementale sur les menaces de sanctions américaines qui visent la Turquie pour son achat de système de défense russes S400, le président turc a affirmé que la Turquie pourrait fermer « si cela est nécessaire » les bases d’Incirlik et de Kürecik.

 

 

La Turquie fâchée par la reconnaissance américaine du génocide arménien

 

Le Congrès des Etats-Unis a reconnu le “génocide arménien”, ce qui a encore renforcé le courroux de la Turquie à un moment crucial pour l’avenir des relations entre Washington et Ankara.

La Turquie a dénoncé un vote qui “met en péril l’avenir des relations” turco-américaines.

 

Le génocide arménien est reconnu par une trentaine de pays et la communauté des historiens. Selon les estimations, entre 1,2 million et 1,5 million d’Arméniens ont été tués pendant la Première Guerre mondiale par les troupes de l’Empire ottoman, alors allié à Allemagne et à l’Autriche-Hongrie.

 

Sources : Ouest-France, AFP

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner aux commentaires  
Me notifier des