Soudan du Sud : nettoyage ethnique et dirigeants à la piscine

 

Article écrit le 26 juillet 2018

 

Dinkas contre Nuers…

Grâce aux efforts de nombreux pays voisins, aujourd’hui le Soudan du Sud a signé un « accord préliminaire pour mettre fin à la guerre civile ».

Il stipule notamment que le pouvoir va être partagé avec les insurgés.

 

Le président Salva Kiir aura donc Riek Machar comme vice-président.

De nouveau.

Car Riek Machar était déjà vice-président lorsqu’éclata la guerre civile en 2013, Salva Kiir l’accusant de fomenter un coup d’état.

 

Derrière cette guerre civile est à peine dissimulé un nettoyage ethnique et un pillage des ressources du pays.

Avant l’indépendance les rivalités ethniques étaient déjà fortes et avaient occasionné plusieurs conflits.

 

Le président est de l’ethnie dinka, tandis que son vice-président est nuer.

Les Dinkas sont plus nombreux que les Nuers au Soudan du Sud.

Les Nuers sont régulièrement accusés d’être soutenus par le Soudan de Khartoum, tandis que les Dinkas sont accusés d’être soutenus par l’Ethiopie.

 

Depuis longtemps les Nuers accusent aussi les Dinkas de discriminations.

Ajoutons à cela les rivalités religieuses : les Dinkas sont catholiques, tandis que les Nuers sont presbytériens.

Selon l’ONU, les preuves d’ethnocide des Dinkas contre les Nuers sont … Lire la suite

Venezuela : la population fuit, l’explosion sociale n’aura pas lieu

 

AUDIO – 17 avril 2018

 

 

ARTICLE – 17 avril 2018

Le Venezuela est un pays ruiné.

Pourtant réputé pour sa production de pétrole, l’hyperinflation y fait des ravages.

Le principal problème, c’est la faim dans tout le pays.

Les gens ont faim, n’ayant plus assez d’argent pour convenablement se nourrir.

Et face à la pénurie de médicaments, les maladies font des ravages. Avec par exemple le retour en force de la malaria.

 

Il y eut 2 importantes manifestations en 2017 contre la dictature de Nicolas Maduro, héritier de Hugo Chavez. Dans la répression, plus de 120 personnes furent tuées.

Mais si le pays n’explose pas encore complètement, c’est grâce à l’exode vers les pays voisins.

Le pays se vide littéralement de ses habitants, une grande partie souhaitant quitter le Venezuela.

 

Environ 550.000 personnes ont fuit vers les pays limitrophes ces deux dernières années. Cela devrait atteindre le million d’ici juin.

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez en 1999, ce sont 2,2 millions de Vénézuéliens qui sont partis en exil, soit 7,3% des 30 millions d’habitants.

 

Les conditions de vie sont pourtant dures en Colombie, qui est un pays pauvre. Cet afflux de réfugiés a … Lire la suite