Mexique : désespoir face aux cartels de la drogue

1- Des clefs pour comprendre
Dans le nord du Mexique la guerre de la drogue fait rage. Meurtres, extorsions et enlèvements sont quotidiens. La frontière mexicaine des Etats-Unis concentre les affrontements entre les cartels pour l’acheminement de la drogue vers le marché américain, premier client mondial de la cocaïne.
Les USA sont aussi un grand consommateur de marijuana et de substances synthétiques.
Le Mexique est également producteur d’héroïne, 18 tonnes en 2008 pour une récolte de 6.900 tonnes de pavot, selon les autorités des deux pays.

La « guerre des cartels » au Mexique met aux prises sept grands groupes de trafiquants de drogue à travers le pays.
Le trafic de drogue génère 40 milliards de dollars par an à destination des Etats-Unis.
Parmi les plus importants cartels, celui du Golfe contrôle le nord-est du Mexique, Reynosa et Matamoros, tandis que les Zetas tiennent la capitale, Ciudad Victoria, et Nuevo Laredo.

Le président Felipe Calderon est arrivé au pouvoir fin 2006 et a déployé près de 50.000 militaires à travers le pays pour lutter contre les cartels. Résultat, les policiers meurent par dizaines, des milliers de suspects ont été placés en détention, des dizaines de baron de la drogue ont … Lire la suite

Égypte : le retour à la normale n’est pas acquis.

1- Des clefs pour comprendre
Voilà 10 jours que le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans, a été chassé du pouvoir par la rue et la pression internationale. Ce fut une vague de contestation sans précédent contre son régime.
Inspirées par la révolution tunisienne, qui a eu raison du président Ben Ali le 14 janvier, des centaines de milliers de personnes ont manifesté durant 18 jours.
Après une répression entraînant 365 morts, 5500 autres blessées et des centaines d’arrestations, et malgré quelques concessions, le « raïs » a finalement démissionné, le 11 février.

L’armée, qui a été chargée d’assurer la transition, a promis de remettre le pouvoir aux civils.
Le départ de Moubarak était la principale exigence des manifestants. Le président, 82 ans, était accusé de tous les maux dans ce pays de 80 millions d’habitants -pauvreté, chômage, privation de libertés et régime policier.
En Égypte, plus de 40% de la population vit en dessous d’un seuil de pauvreté de deux dollars par jour et par personne.

Les manifestants, qui réclament aussi la démocratie, la libération des prisonniers politiques et la levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis 30 ans, surveillent désormais l’armée.
Le Conseil suprême des forces … Lire la suite

Fédération russe : le terrorisme islamiste continue

1- Des clefs pour comprendre
Ingouchie, Daguestan et Tchétchénie : ces 3 républiques caucasiennes du sud de la Fédération de Russie sont plongées dans un cycle de violences, auquel les forces russes ne trouvent pas la parade depuis des années, alors même que Moscou avait fait grand cas en avril 2009 de la fin de l’opération antiterroriste en vigueur en Tchétchénie pendant une décennie.

Si les combats à grande échelle ont pris fin en Tchétchénie, république à majorité musulmane ravagée par deux guerres séparatistes depuis 1994 (au total, quelque 100.000 personnes, soit 10% de la population, y trouvèrent la mort), des militants islamistes radicaux poursuivent leurs attaques contre les forces de police et d’autres représentants des autorités, les violences s’étendant aux républiques voisines.

Depuis cet été, la Tchétchénie, comme les autres républiques du Caucase, est le théâtre d’un regain de violences imputées aux rebelles séparatistes. Début septembre, les principales ONG russes de défense des droits de l’Homme estimaient que le Caucase du Nord est plongé dans une « guerre civile ».
Le nombre d’attentats et autres attaques est en nette recrudescence. Les autorités imputent ces attaques aux insurgés musulmans, financés par l’étranger.

Depuis juin, au moins 260 personnes ont été … Lire la suite

Venezuela : Hugo Chavez a des problèmes avec la démocratie

1- Rappel du contexte
Hugo Chavez, président socialiste, a été élu fin 1998, réélu en 2000 et en 2006 à la tête du Vénezuela.
Depuis que l’opposition a boycotté les élections législatives de 2005, le pouvoir contrôle la quasi-totalité du Parlement, des alliés de Chavez sont venus remplir les rangs de la Cour suprême, selon ses détracteurs, qui accusent aussi le Conseil national électoral d’être à la botte du président.
Et de nombreux éléments montrent que le gouvernement cherche à faire taire toute opposition.
Or, des élections législatives se tiendront en septembre.

La popularité de Chavez est mise à mal par de nombreux éléments :
–    une grave crise énergétique
–    une intense campagne de nationalisation
–    sa mainmise sur les médias
–    une grave insécurité
–    le Venezuela est une plaque tournante du trafic de drogue, notamment de la cocaïne, en provenance de Colombie et à destination des Etats-Unis et de l’Europe.


2- Le propriétaire de la seule chaîne de TV d’opposition arrêté

Le propriétaire de la seule chaîne de télévision anti-Chavez, Globovision, a été arrêté jeudi, ce qui a relancé l’inquiétude auprès des militants des droits de l’Homme dans le pays.
Le mandat d’arrêt a été émis à … Lire la suite

Palestine : la colonisation se poursuit

1- Des clefs pour comprendre
Les négociations de paix en vue de la coexistence d’un État palestinien à côté de l’État israélien piétinent depuis des années.
La raison majeure est celle de la poursuite de la colonisation par Israël dans les territoires occupés.
Suite à la guerre de 1967, l’Etat hébreu a conquis la Cisjordanie et Jérusalem-Est, conquêtes non reconnues par la communauté internationale.
Depuis, le nombre de colons augmente régulièrement dans ces territoires, au détriment de la population arabe. Les colons revendiquent leurs terres au nom d’un héritage biblique.

Depuis qu’Israël a signé son premier accord avec les Palestiniens dans le cadre du processus de paix en 1993, la population des implantations juives en Cisjordanie a plus que doublé, s’élevant à près de 300.000 habitants aujourd’hui.
A cela s’ajoutent environ 200.000 juifs qui vivent dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat indépendant.
Au contraire, Israël a proclamé que Jérusalem réunifiée serait sa capitale à jamais, une initiative reconnue par aucun pays étranger.

Au total, un demi-million de colons juifs vivent aujourd’hui au beau milieu de 3 millions de Palestiniens dans une centaine d’implantations jugées illégales par la communauté internationale … Lire la suite

L’Autorité palestinienne impuissante

1- Des clefs pour comprendre
Les négociations de paix en vue de la coexistence d’un Etat palestinien à côté de l’Etat israélien piétinent depuis des années.
La raison majeure est celle de la poursuite de la colonisation par Israël dans les territoires occupés.
Suite à la guerre de 1967, l’Etat hébreu a conquis la Cisjordanie et Jérusalem-Est, conquêtes non reconnues par la communauté internationale.
Depuis, le nombre de colons augmente régulièrement dans ces territoires, au détriment de la population arabe. Les colons revendiquent leurs terres au nom d’un héritage biblique.

Depuis qu’Israël a signé son premier accord avec les Palestiniens dans le cadre du processus de paix en 1993, la population des implantations juives en Cisjordanie a plus que doublé, s’élevant à près de 300.000 habitants aujourd’hui.
A cela s’ajoutent environ 200.000 juifs qui vivent dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de leur futur Etat indépendant.
Au contraire, Israël a proclamé que Jérusalem réunifiée serait sa capitale à jamais, une initiative reconnue par aucun pays étranger.

Au total, un demi-million de colons juifs vivent aujourd’hui au beau milieu de 3 millions de Palestiniens dans une centaine d’implantations jugées illégales par la communauté internationale … Lire la suite

Somalie : Al-Qaïda l’emporte

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991. Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (« les jeunes » en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a … Lire la suite

Les Somaliens souffrent de plus en plus

1- Des clefs pour comprendre
La Somalie est en guerre civile depuis 1991 et peu de signes laissent espérer que la dernière tentative pour y établir un gouvernement central soit plus fructueuse que les 14 qui l’ont précédée depuis 1991.
Les insurgés islamistes des groupes shebab et Hezb al-Islam ont juré la perte du gouvernement de transition.

Al Chabaab se réclame ouvertement de l’idéologie du jihad (guerre sainte) mondial prôné par Al-Qaïda et contrôle une large partie de la capitale Mogadiscio, ainsi que le centre et le sud du pays. Ces shebabs (« les jeunes » en arabe) et le groupe Hizbul Islam veulent imposer dans le pays une version rigoriste de la charia, le droit islamique.

L’actuel gouvernement de transition (le TFG) du président Sharif Cheikh Ahmed, en place depuis plus d’un an, qui a l’appui des pays occidentaux, ne contrôle, avec l’aide des troupes de l’Union africaine (Amisom), que quelques points stratégiques de la capitale, dont l’aéroport.
Il est aussi soutenu dans ses combats par plusieurs milices, dont la plus importante est la milice Ahlu Sunna Waljamaca.

Cette milice rivale d’Al Chabaab est une secte soufie, considérée comme plus modérée qu’al-Shabab en matière d’interprétation de l’Islam. Elle a … Lire la suite

Nigéria : vers une guerre entre chrétiens et musulmans ?

1- Des clefs pour comprendre
Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 150 millions d’habitants, est divisé entre un Nord majoritairement musulman et un Sud peuplé de chrétiens et d’animistes.
La charia a été instaurée dans 12 Etats du Nord après le retour au gouvernement civil en 1999 à l’issue de plusieurs années de régime militaire.

S’est ensuivie une longue liste d’affrontements déclenchés en 2000 par les efforts d’Etats du Nord pour imposer la charia.
Plus de 13.500 personnes ont trouvé la mort dans les affrontements intercommunautaires ethno-religieux selon l’organisation Human rights watch (HRW), qui souligne que beaucoup de coupables sont restés impunis.

Le Nigeria est régulièrement secoué par des violences entre chrétiens et musulmans, notamment dans les Etats du centre et du nord où les communautés religieuses ont du mal à cohabiter.
Cependant les tensions intercommunautaires ont généralement pour enjeux le contrôle de ressources naturelles, des problèmes fonciers et d’autres questions de politique locale.

La région de l’Etat du Plateau, située entre le nord à majorité musulmane et le sud à majorité chrétienne, est régulièrement secouée par des flambées de violences religieuses et/ou ethniques.
Jos, principale ville du Plateau avec un demi-million d’habitants, est sujette aux affrontements religieux, … Lire la suite

Grèce : le plan de rigueur, un succès pour les marchés financiers, un désastre pour la rue

1- Des clefs pour comprendre
La Grèce est plongée dans une profonde crise financière et économique. Ce pays de la zone euro a un déficit de 30 milliards d’euros et une dette de près de 300 milliards d’euros.
En 2009, le déficit a atteint 12,7% du PIB (produit intérieur brut), soit plus de quatre fois la limite autorisée par les critères de Maastricht. La dette publique a, elle, dépassé les 113%.

En annonçant en octobre que le déficit budgétaire en 2009 serait trois fois plus important que prévu, la Grèce a provoqué une onde de choc sur les marchés financiers.
Cette révélation de la dette publique a plongé le pays dans une très grave crise qui a même ébranlé l’euro, en le tirant vers le bas face au dollar. La zone euro comprend 16 Etats.
Le gouvernement socialiste, installé après les élections législatives d’octobre, a mis en place successivement plusieurs plans d’austérité.

Il a pris il y a quelques jours de nouvelles mesures qui durcissent la rigueur. Le nouveau plan d’austérité consiste en des économies supplémentaires de 4,8 milliards d’euros.
Il prévoit notamment un relèvement de la TVA (taxe à la valeur ajoutée), de 19% à 21%, ainsi que le … Lire la suite

Pakistan : l’armée engrange les succès contre les talibans

1- Quelques clefs pour comprendre
a- Un peu d’histoire
Suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux USA, attribués selon les Etats-Unis à Al Qaïda, une coalition internationale dirigée par les USA a délogé du pouvoir les talibans en Afghanistan. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain luttent contre eux en Afghanistan.
Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan.

b- Afghanistan et Pakistan : des frontières poreuses
Le Pakistan partage 2.600 km de frontière relativement poreuse avec l’Afghanistan, et les talibans se déplacent très facilement dans cette région peu gardée. Les talibans de l’Afghanistan ont ainsi toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan.
Les zones tribales semi-autonomes du nord-ouest du Pakistan, peuplées de tribus pachtounes, l’ethnie des talibans, servent donc de repaire à des groupes de talibans afghans et à des combattants d’Al-Qaïda, alliés à des talibans pakistanais regroupés sous la bannière du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP).

Les talibans pakistanais ont fait allégeance à Al-Qaïda et décrété, à l’unisson de ben Laden en personne à l’été 2007, le jihad à Islamabad et son armée pour … Lire la suite

Séisme au Chili : plus de 700 morts, un million et demi de sinistrés

1- Des clefs pour comprendre

Samedi, plusieurs villes du centre du Chili ont été dévastées par un puissant séisme de magnitude 8,8.

Le dernier bilan fourni par le gouvernement s’élève à 711 morts mais la présidente Michelle Bachelet a prévenu qu’il risquait très certainement de s’alourdir. Le travail des secouristes est rendu plus difficile par les nombreuses répliques.

C’est un des plus puissants tremblements de terre observés depuis un siècle

 

Il y a plus d’1,5 million de sinistrés et en tout, près de 2 millions de personnes, soit un habitant sur 8, ont été affectées.

Le Chili est situé dans une des zones à la plus forte activité sismique au monde. Pour le ministre des Travaux publics Sergio Bitar, « l’infrastructure chilienne a résisté », le pays étant préparé pour face à un séisme, avec des normes de construction antisismique.

 

Le plus violent séisme jamais enregistré sur la planète avait déjà frappé cette même région du centre du Chili : le 22 mai 1960, la secousse, d’une magnitude de 9,5, avait tué plus de 1.700 personnes et jeté à la rue deux millions d’autres.

Le séisme de samedi, équivalent en force à celui qui frappa l’Equateur en 1906, était Lire la suite

Côte d’Ivoire : les ingrédients d’une nouvelle guerre civile sont réunis

1- Quelques clefs pour comprendre
La Côte d’Ivoire, premier exportateur de cacao du monde et autrefois considérée comme une oasis de paix dans l’Afrique de l’Ouest ravagée par la guerre, connaît l’instabilité depuis un coup d’Etat en 1999.
En 2002, une rébellion a échoué à renverser le président Gbagbo, et a ensuite occupé la moitié nord du pays. La Côte d’Ivoire est depuis divisée en deux, entre le Sud tenu par les troupes gouvernementales, et le Nord par les rebelles.

Le mandat de cinq ans de M. Gbagbo devait expirer fin 2005 mais le président est resté au pouvoir en invoquant une clause constitutionnelle qui autorise le chef de l’Etat à se maintenir en cas de guerre ou de crise nationale. L’élection présidentielle a depuis été reportée à de multiples reprises, notamment en raison de retards dans le recensement électoral.
Ce scrutin doit être la dernière étape du processus de normalisation et de réunification du pays.

Les bailleurs de fonds ont débloqué 56 millions d’euros pour aider à financer les élections, notamment appuyées par l’ONUCI, l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire.
L’Onuci, qui compte 7.661 hommes et est appuyée par la force française « Licorne » de 900 hommes, … Lire la suite

Darfour : paix avec un mouvement rebelle, combats avec un autre

1- Des clefs pour comprendre
Depuis 2003, les forces gouvernementales soudanaises appuyées par les milices arabes janjawids luttent contre des mouvements rebelles du Darfour, une région semi-désertique du nord-ouest grande comme la France. Les combats ont commencé lorsqu’au Darfour des rebelles africains ont pris les armes contre le gouvernement central de Khartoum accusé de les marginaliser et de concentrer les ressources.
Les combats, les épidémies et les déplacements de population ont fait au moins 300.000 morts selon l’ONU. Khartoum parle de 10.000 morts.

Les réfugiés sont 2,7 millions, selon l’ONU. A ce jour, plus de 4 millions de personnes sont gravement affectées, sur les 6 millions d’habitants que compte le Darfour.
2,45 millions de personnes sont déplacées dans le pays et plus de 300.000 ont trouvé refuge dans les pays voisins.
Le banditisme et les violences sexuelles restent un fléau pour les civils dans tout le Darfour. Les viols sont notamment commis par les miliciens Janjawid.

L’ONU, bien que présent au Darfour, peut difficilement empêcher les violences. La force de maintien de la paix ONU-Union africaine (Minuad), créée le 31 juillet 2007 et dont le déploiement commença début 2008, a pour mandat de contribuer au rétablissement des conditions de sécurité, … Lire la suite

Niger : le coup d’Etat est approuvé par la rue

1- Des clefs pour comprendre
Le Niger était plongé depuis des mois dans une crise politique lorsqu’un coup d’Etat renversa jeudi le président Mamadou Tandja : un « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) » a pris le pouvoir dans des combats qui ont fait au moins 3 morts.
L’armée a suspendu la Constitution, déclaré le gouvernement « dissous », et a promis de ramener la démocratie.

Pays du sud du Sahara, frappé par la sécheresse et la désertification, le Niger a connu trois coups d’Etat entre 1974 et 1999. Le pays, qui figure parmi les moins développés selon l’index des Nations unies, a un taux de 70% d’illettrisme parmi sa population, et le plus fort taux de natalité au monde.
Frappé par une grande pauverté, c’est pourtant le troisième producteur mondial d’uranium.


2- Manifestations de soutien à la junte

Des centaines de Nigériens ont fait éclater vendredi leur joie après le coup d’Etat de la veille, selon des témoins, et l’opposition a appelé à une grande manifestation en soutien à la junte qui a renversé le président.

Dans la ville de Dosso (ouest), des habitants, par centaines, ont défilé pour « exprimer leur joie et leur … Lire la suite

Tchad : les 500.000 réfugiés de l’est en danger

1- Des clefs pour comprendre
L’Est du Tchad, frontalier avec la province soudanaise du Darfour, abrite des camps où sont accueillis 500 000 réfugiés et Tchadiens déplacés par les combats au Soudan, en République centrafricaine et au Tchad :
– Les réfugiés soudanais victimes du conflit au Darfour arrivent depuis la fin 2003 et représentent environ 240.000 personnes, hébergées dans 12 camps administrés par les organisations de l’ONU et les ONG.
– 180.000 Tchadiens déplacés en raison des violences soudanaises mais aussi des tensions locales.
– 70.000 réfugiés venus de République centrafricaine.

Les régugiés vivent dans des conditions extrêmement précaires aggravées par la sécheresse et la famine qui sévit dans l’est du pays. Heureusement, 79 agences de l’ONU et ONG leur fournissent hébergements et assistance, médicale et alimentaire.
Cependant, les bandits et les « coupeurs de route » empêchent le bon acheminement de l’aide humanitaire. Les nombreuses ONG dénoncent souvent leurs conditions précaires de sécurité.
Les agresseurs s’en prennent désormais aux convois humanitaires, même s’ils sont escortés.

Cela malgré la présence d’une force de maintien de la paix de l’ONU, la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), forte de 3000 hommes.
La zone d’opération de … Lire la suite

Afghanistan : les talibans restent vainqueurs

1- Quelques clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Afghanistan : la population poussée dans les bras des talibans

Afghanistan1- Quelques clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Afghanistan : la situation humanitaire est catastrophique

Afghanistan1- Des clefs pour comprendre
Les talibans s’étaient progressivement emparés du pouvoir en Afghanistan dans les années 1990, avec l’aide des services de renseignements pakistanais. Ils mènent une insurrection meurtrière depuis qu’ils ont été renversés fin 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, après les attentats du 11 septembre, revendiqués par Al-Qaïda. Depuis, 2 coalitions sous commandement américain y luttent contre leur volonté de retour au pouvoir.

Les Américains soupçonnent les chefs du réseau islamiste Al Qaïda de se cacher dans les zones montagneuses difficiles d’accès, à la frontière de l’Afghanistan et du Pakistan. Or, cette frontière est très poreuse, et les talibans de l’Afghanistan ont toutes facilités pour se réapprovisionner et reprendre des forces au Pakistan. L’insurrection opère principalement depuis les montagnes des deux côtés de cette frontière.
Mais elle remonte vers le nord, menaçant la capitale, Kaboul, où les talibans multiplient les opérations spectaculaires. 3 des 4 routes principales sont d’ailleurs devenues des lieux dangereux.

Peu découragés par les pertes causées au sein de leurs propres rangs, qui se comptent en milliers, ils se rapprochent petit à petit de Kaboul. De plus, en continuant à causer des pertes au sein des forces étrangères et en jouant la … Lire la suite

Haïti : c’est toujours le chaos

Haiti

1- Des clefs pour comprendre
Haïti a été frappé le 12 janvier par un violent séisme, de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. C’est une catastrophe jamais vue depuis plus de deux siècles. Selon l’institut américain de géophysique, la longue secousse qui s’est produite à seulement 15 km à l’ouest de Port-au-Prince, la capitale, a été ressentie « très fortement par 3 millions d’Haïtiens ».
Alors que la République dominicaine voisine n’a pas été affectée, le tremblement de terre a ravagé une partie d’Haïti. Consulter la carte publiée par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Le séisme a fait 212.000 morts, selon une estimation du Premier ministre haïtien, et détruit la capitale Port-au-Prince. Des dizaines de milliers de corps ont été enterrés dans des fosses communes creusées à la hâte à l’extérieur de la capitale. Et beaucoup ne sont pas encore enterrés, dans le chaos ambiant.
La secousse a laissé d’innombrables sans-abri et des centaines de milliers de blessés. Selon la Croix rouge, 3 millions de personnes, soit 1/3 des habitants de l’île, ont besoin d’une aide d’urgence.

Haïti est très mal équipé pour faire face à ce type de catastrophes.
Le séisme était la 15e … Lire la suite

Reconstruction d’Haïti : il faut repartir de zéro

Haiti 1- Des clefs pour comprendre
Haïti a été frappé le 12 janvier par un violent séisme, de magnitude 7 sur l’échelle de Richter. C’est une catastrophe jamais vue depuis plus de deux siècles. Selon l’institut américain de géophysique, la longue secousse qui s’est produite à seulement 15 km à l’ouest de Port-au-Prince, la capitale, a été ressentie « très fortement par 3 millions d’Haïtiens ».
Alors que la République dominicaine voisine n’a pas été affectée, le tremblement de terre a ravagé une partie d’Haïti. Consulter la carte publiée par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Le séisme a fait 212.000 morts, selon une estimation du Premier ministre haïtien, et détruit la capitale Port-au-Prince. Des dizaines de milliers de corps ont été enterrés dans des fosses communes creusées à la hâte à l’extérieur de la capitale. Et beaucoup ne sont pas encore enterrés, dans le chaos ambiant.
La secousse a laissé d’innombrables sans-abri et des centaines de milliers de blessés. Selon la Croix rouge, 3 millions de personnes, soit 1/3 des habitants de l’île, ont besoin d’une aide d’urgence.

Haïti est très mal équipé pour faire face à ce type de catastrophes.
Le séisme était la 15e … Lire la suite

Les Etats-Unis s’enfoncent dans la pauvreté

Etats-Unis1- Des clefs pour comprendre
Avec un nombre croissant de personnes souffrant de la faim, un grand nombre de sans-abris, un taux de chômage de 10 %, de plus en plus de personnes ne pouvant bénéficier de soins médicaux, un déficit record de l’Etat fédéral…, le mythe de la puissance américaine s’effondre.


2- De plus en plus d’Américains souffrent de la faim

Globalement, le nombre de pauvres est en augmentation aux USA, avec plus de 38,8 millions de personnes. La pauvreté se développe d’une manière spectaculaire dans les villes avec une augmentation du nombre des familles sans-abri et souffrant de la faim.
Le nombre d’Américains qui reçoivent une aide alimentaire d’urgence de la principale organisation caritative spécialisée du pays et d’autres agences a augmenté de 46% entre 2005 et 2009, selon le rapport de « Feeding America » : 37 millions de personnes – dont 14 millions d’enfants – requièrent chaque année une aide alimentaire, ce qui représente plus de 10% de la population US (300 millions d’habitants).

Ce chiffre est fondé sur 61.000 interviews et 37.000 enquêtes auprès d’organismes caritatifs régionaux. En 2005, la précédente étude faisait état de 25,3 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire. « Les … Lire la suite

Yémen : poursuite des combats dans le nord

Yemen1- Quelques clefs pour comprendre
Les combats font rage depuis le 11 août entre l’armée et les rebelles zaïdites appartenant à une branche du chiisme. Le pouvoir les accuse d’être soutenus par des groupes en Iran et de vouloir rétablir l’imamat zaïdite dans le pays tel qu’il existait avant sa chute dans les années 1960, ce qu’ils démentent.
L’offensive militaire a été déclenchée à la suite d’allégations de responsables locaux et de rebelles selon lesquelles ces derniers se seraient emparés de nouveaux secteurs aux dépens des troupes gouvernementales.

Le fief de la rébellion est situé dans la province de Saada, au nord-ouest du Yémen, près de la frontière saoudienne. Les rebelles ont pris les armes il y a cinq ans sous la direction d’un imam de la tribu des al-Hawthi, tué depuis et auquel son frère, Abdelmalek al-Hawthi, a succédé.
Le Yémen étant à majorité sunnite, la rébellion reproche au gouvernement d’avoir laissé les tribus du nord à l’abandon, et de se rapprocher de plus en plus des fondamentalistes sunnites, aux dépens du chiisme zaïdite, majoritaire dans le nord-ouest du Yémen, mais minoritaire sur l’ensemble du pays.

Les insurgés se plaignent d’avoir été marginalisés par le gouvernement sur le plan … Lire la suite

Al Qaïda menace le Yémen

Yemen1- Quelques clefs pour comprendre
Le Yémen, pays du sud de la péninsule arabique, doit surmonter de nombreux défis :
–    la guerre fait rage avec la rébellion chiite du nord.
–    un regain d’instabilité est observé depuis plusieurs mois dans le sud du pays, où les aspirations séparatistes demeurent fortes, près de 20 ans après la réunification entre le nord et le sud.
–    le pays est en proie à une forte pauvreté, qui alimente le radicalisme islamique et les rangs d’Al Qaïda, représentée dans ce pays par « Al-Qaïda dans la péninsule arabique » (AQPA), renforcée en janvier 2009 par la fusion des branches yéménite et saoudienne d’Al-Qaïda. AQPA est surtout présente dans l’est du pays et a multiplié les attentats depuis un an.


2- Le Yémen inquiète l’Occident, mais s’engage à ses côtés

La communauté internationale s’est portée mercredi au chevet du Yémen, l’un des pays les plus pauvres du monde, menacé par un radicalisme islamique qui risque de déstabiliser toute la péninsule arabique.
Une réunion a rassemblé à Londres des représentants du G8, de l’Onu, de l’Union européenne, du FMI et de la Banque mondiale, ainsi que des pays de la région comme l’Egypte, la Jordanie … Lire la suite

Les inondations au Kenya affectent des milliers de personnes

Kenya1- El Nino est responsable
Le phénomène météorologique El Nino entraîne des inondations, des sécheresses et d’autres perturbations météorologiques dans de nombreuses régions du monde.
Il touche l’Afrique pendant les mois d’octobre, novembre et décembre, avec des pluies torrentielles.

Les fortes pluies entraînent des inondations, des déplacements de population et détruisent les récoltes.
La population est confrontée à un manque d’accès à l’eau potable, à des pénuries de médicaments et de matériels médicaux et à des ressources humaines insuffisantes. Les zones affectées par les pénuries sont menacées aussi par l’apparition de certaines maladies : maladies diarrhéiques, rougeole et méningite.

2- Kenya : des milliers de victimes des inondations toujours dans le besoin
Tandis que les pluies continuent de tomber sans discontinuer dans certaines parties du Kenya, entraînant des déplacements de population et la destruction de propriétés et de cultures, des milliers de ménages touchés par les inondations ont toujours besoin d’assistance, selon des sources humanitaires.

Selon une récente mise à jour de la société de la Croix-Rouge kényane (KRCS), 40 000 personnes ont été déplacées et 40 personnes ont été tuées par les inondations dans l’ensemble du pays.
« Les activités de subsistance ont, dans une large mesure, été interrompues … Lire la suite

Sri Lanka : les élections font craindre des violences

Sri_Lanka1- Des clefs pour comprendre

Indépendant depuis 1948, l’ex-Ceylan a vu s’achever en mai dernier le plus vieux conflit d’Asie.

Les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE) se battaient depuis 1983 pour obtenir un territoire indépendant pour la minorité tamoule hindouiste, après des années de discrimination par les gouvernements contrôlés par la majorité cingalaise bouddhiste.

Le conflit a coûté la vie à plus de 80.000 personnes, en majorité des civils.

 

Depuis les années 1960, l’île était secouée par des tensions ethniques entre Cinghalais bouddhistes et Tamouls hindous.

Sur une population sri-lankaise de 20 millions d’habitants, les tamouls représentent environ 18%, les cinghalais 74%, le reste étant principalement constitué par la communauté musulmane.

Le conflit ethnique remonte à l’indépendance du pays en 1948 : la majorité cingalaise, bouddhiste, a pris le pouvoir après plusieurs décennies de domination britannique favorisant les tamouls, essentiellement hindouistes. Dans les années qui ont suivi, les gouvernements ont mis en place des politiques valorisant la langue et la communauté cinghalaises, tout en marginalisant les tamouls.

 

La guerre civile s’était durcie depuis 3 ans et suite à plusieurs attentats majeurs, le gouvernement était fermement résolu, depuis début 2008, à exterminer la rébellion.

Jusqu’en 2007, les LTTE, Lire la suite

Election présidentielle : l’Ukraine penche vers la Russie

Ukraine

 

1- Des clefs pour comprendre

Cette ex-république soviétique est partagée entre le soutien à l’Occident et le soutien à la Russie.

Les pro-occidentaux sont soutenus par l’ouest et le centre du pays, et les pro-russes par l’est et le sud russophiles.

Un régime pro-occidental avait été mis en place en 2004 lors de la « Révolution Orange », avec l’arrivée au pouvoir de Viktor Iouchtchenko comme président et de Ioulia Timochenko comme Premier ministre.

 

Ioulia Timochenko fut la pasionaria et l’image glamour du mouvement « orange », avant d’entrer en querelle perpétuelle avec Iouchtchenko.

Le parti du président Viktor Iouchtchenko, qui formait une fragile majorité pro-occidentale avec le bloc de Mme Timochenko depuis décembre 2007, l’a quittée en septembre 2008 après l’adoption d’une série de lois réduisant les pouvoirs présidentiels.

 

Faute d’une nouvelle coalition, le président Iouchtchenko a prononcé en octobre 2008 la dissolution du Parlement mais a dû repousser cette mesure sine die face à la crise économique mondiale qui a lourdement frappé l’Ukraine.

Le Parlement actuel avait été élu aux législatives anticipées de septembre 2007, remportées de justesse par les pro-occidentaux face à l’opposition pro-russe.

 

En avril 2009, une vingtaine de milliers d’opposants au président Victor Iouchtchenko et Lire la suite

Tadjikistan : les habitants se remettent du séisme

Tadjikistan1- Les habitants trouvent à se loger

Un puissant séisme a détruit le 2 janvier des centaines d’habitations dans plusieurs villages reculés situés dans le massif montagneux du Pamir, dans l’est du Tadjikistan.
Les autorités avaient initialement annoncé 10.000 à 20.000 sans-abri en plein hiver, mais le chiffre a été revu à la baisse.
Le nombre de familles affectées est moins important que ce qui était initialement annoncé.

Les dernières informations, obtenues auprès du Programme alimentaire mondial (PAM) font état de :
– 140 habitations complètement détruites, affectant environ 700 personnes ;
– 920 habitations partiellement détruties, affectant plus de 6200 personnes.
Heureusement, les habitants sont accueillis chez des parents ou des voisins, ou se sont réfugiés dans les bâtiments publics encore debout.
Par ailleurs, des dizaines d’animaux domestiques, chèvres et moutons, ont péri.

Le gouvernement apporte son assistance ; le PAM de son côté apportera une assistance alimentaire.
En mars, 2008, alors que le pays souffrait du rude hiver, les agences de l’ONU s’étaient mobilisées afin d’apporter une aide à des centaines de milliers de personnes souffrant de pénuries alimentaires et du froid.

L’Institut de géophysique américain (USGS) avait indiqué qu’un séisme de magnitude 5,3 avait frappé à 235 … Lire la suite

Bande de Gaza : l’impasse

Bande de GazaLa bande de Gaza s’enfonce dans la pauvreté, et aucune solution n’apparaît pour mettre fin au blocus.

1- Des clefs pour comprendre
L’Autorité palestinienne n’est pas reconnue par 2 mouvements islamistes notoires : le Hamas (Mouvement de la résistance islamique) et le Djihad islamique.
Le Hamas avait remporté les législatives en janvier 2006. Après 16 mois de cohabitation houleuse au pouvoir avec le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, il s’est emparé de la bande de Gaza par la force en juin 2007.
Gaza avait été évacuée en 2005 par Israël après 38 ans d’occupation. Cependant Israël en contrôle toujours les frontières terrestres et maritimes.

Israël et l’Egypte ont fermé les frontières maritimes et terrestres de la Bande de Gaza après la prise de pouvoir du Hamas, en juin 2007. Ce blocus asphyxie 1,5 million d’habitants et est régulièrement dénoncé par l’ONU et la communauté internationale. Le territoire dépend de l’aide humanitaire internationale.
Des centaines de tunnels ont été creusés sous la frontière avec l’Egypte afin d’approvisionner le territoire pauvre et surpeuplé, aussi bien en vivres, carburant et produits de première nécessité qu’en armes pour les mouvements islamistes.
Le Hamas est soupçonné d’avoir renforcé son approvisionnement en armes, bien que … Lire la suite

Comme chaque année, l’hiver tue en Asie

1- Très fortes chutes de neige à Pékin et Séoul, grands froids en Asie
Les avions ont été cloués au sol et des milliers d’écoles fermées lundi par les plus fortes chutes de neige en plus de 60 ans à Pékin et Séoul, avec de grands froids dans presque toute l’Asie, qui ont fait une quarantaine de morts depuis samedi.

Inde
Au moins 42 personnes ont succombé au cours du week-end à la vague de froid qui s’est abattue dans le nord de l’Inde.
Toutes les écoles de l’Uttar Pradesh (nord de l’Inde) ont été fermées pour quatre jours par mesure de précaution sanitaire. Les autorités ont également décidé de débloquer 100 millions de roupies (1,5 million d’euros) pour distribuer des couvertures et du bois de chauffage aux plus pauvres.

Chine
Jusqu’à trente centimètres de neige sont tombés sur Pékin et la ville de Tianjin (nord) durant le week-end. Les chutes de neige dimanche à Pékin sont les plus importantes depuis près de 60 ans, selon Chine nouvelle. De nouvelles chutes de neige étaient attendues dans le nord-est de la Chine. A Pékin, la température devait tomber à -16 degrés lundi ou mardi, selon le China Daily.

Plus de 3.500 … Lire la suite