S'abonner par email

La Russie avance ses pions en Arctique face à l’Otan affaiblie

La Russie avance ses pions en Arctique face à l’Otan affaiblie

11 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

L’Arctique est une région disputée et riche en ressources naturelles encore peu exploitées. S’y opposent les intérêts de 5 pays dont la Russie et les Etats-Unis. La Russie espère y devenir la première puissance économique et militaire tout en profitant du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, qui devrait ouvrir de nouvelles routes commerciales dans le Grand Nord.

 

Mais face à une Russie constituée d’un bloc, l’Otan est affaiblie par de nombreuses dissensions.

La Turquie notamment est un membre qui pose problème, après avoir mené une incursion armée en Syrie contre des milices kurdes, qui pourtant combattait Daech, et surtout sans aucune concertation avec ses alliés.

 

Juste avant le sommet de l’Otan de début décembre, le président turc Erdogan avait insulté le président français Macron, qui avait qualifié l’Otan en « état de mort cérébrale ».

D’autre part, bien que la Turquie ait acheté des systèmes de défense anti-aérienne aux Russes, donc contre un ennemi potentiel de l’Otan, aucune sanction n’a été décidée contre Ankara.

 

 

La Russie teste son missile hypersonique en Arctique, selon Tass

 

La Russie a mené des essais Lire la suite

Philippines : la crise oubliée de Marawi, attaquée par les islamistes

Philippines : la crise oubliée de Marawi, attaquée par les islamistes

11 décembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Des musulmans avaient pris les armes dans les années 1970 pour réclamer l’autonomie ou l’indépendance du sud de l’archipel très majoritairement catholique, qu’ils considèrent comme leur terre ancestrale. Cette insurrection avait fait 150.000 morts.

 

Le principal groupe rebelle, le Front Moro islamique de libération (Milf), avait signé en 2014 un accord de paix avec le gouvernement prévoyant d’octroyer l’autonomie à la minorité musulmane. La nouvelle région autonome se nomme Bangsamoro.

 

Cet accord prévoit que les ex-rebelles rendent leurs armes et que le Milf devienne un parti politique légal. D’ex-rebelles musulmans ont commencé à rendre leurs armes à des observateurs étrangers indépendants. Au total, 40.000 combattants doivent rendre les armes dans les années qui viennent.

 

 

Mais les violences sont quotidiennes dans la région

 

Le processus de paix n’inclut pas toutes les organisations islamistes – dont celles qui ont prêté allégeance au groupe Etat islamique – encore très actives dans le sud des Philippines et que le Milf combat aux côtés des forces gouvernementales.

 

Il y a deux ans, au terme d’une longue bataille contre des islamistes qui avaient prêté allégeance au groupe État Islamique, Lire la suite

Cuba : la pauvreté

Cuba : la pauvreté

12 décembre 2019

 

Washington, qui applique un embargo économique depuis 1962, fait tout pour forcer Cuba à retirer son soutien au gouvernement de Nicolas Maduro au Venezuela.

Les sanctions américaines contre les navires transportant du pétrole du Venezuela, principal fournisseur de l’île, ont considérablement réduit le carburant à Cuba.

 

Face au manque de carburant, la traction animale (bœufs et chevaux) est plus que jamais présente sur l’île.

Si, dans les grandes villes, de longues files se sont formées aux stations-service, dans les campagnes la seule solution a été de s’appuyer sur les animaux.

 

Parmi les autres sanctions américaines contre Cuba, les Etats-Unis ont durci leurs sanctions visant le secteur essentiel du tourisme à Cuba, et fait pression pour que l’île ne puisse plus envoyer de médecins à l’étranger.

 

Ce secteur économique vital est dénoncé par Washington comme un système esclavagiste et politisé.

Cuba a envoyé depuis 1963 plus de 400.000 professionnels de santé dans 164 pays.

 

En un an, 9.000 médecins cubains employés à l’étranger ont dû rentrer chez eux après l’annulation de leurs contrats.

L’envoi de médecins à l’étranger restait la principale source de revenus externes pour l’économie cubaine.

 

Sources : AFP, RFILire la suite

Journal mondial du 25 octobre au 29 novembre 2019

Journal mondial du 25 octobre au 29 novembre 2019

 

AMERIQUES

 

Haïti : les gangs font régner la terreur

23 novembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Haïti est en proie à une grave crise avec des manifestations à répétition, souvent émaillées de violences, depuis le mois d’août pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse. Selon l’ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans ces manifestations organisées dans les principales villes du pays.

 

Majoritaires dans les manifestations, les habitants des quartiers les plus pauvres exigent d’autant plus la démission du chef de l’État que des entreprises qu’il dirigeait avant son entrée en politique ont été épinglées par la Cour supérieure des comptes comme étant “au cœur d’un stratagème de détournement de fonds”.

 

La mobilisation populaire contre le pouvoir de Jovenel Moïse a été lancée fin août après une longue pénurie de carburants dans le pays. Le chef d’État n’a pas fourni de détails sur d’éventuelles mesures d’urgence contre les blocages criminels des routes qui s’organisent depuis quelques semaines ou pour lutter contre l’emprise des gangs. 

 

 

L’État n’a plus aucun contrôle

 

L’Etat en Haïti ne dépasse pas les frontières du palais national. Au-delà, les gangs font leur loi.

Face Lire la suite

Afrique de l’Est : plus de 2,5 millions de personnes sinistrées par des inondations majeures

Afrique de l’Est : plus de 2,5 millions de personnes sinistrées par des inondations majeures

29 novembre 2019

 

À Abidjan, un forum continental veut sensibiliser sur les risques d’inondations

 

Chaque année, des pluies très abondantes font sortir plusieurs fleuves de leurs lits. Les inondations sur le continent font des centaines de morts et créent des dégâts économiques dans des pays fragiles. À Abidjan, se tient jusqu’à vendredi soir un colloque international visant à identifier et trouver des solutions en termes de prévention des risques de catastrophes naturelles.

 

Que ce soit à Grand-Bassam, Kinshasa ou Bangui, ces dernières semaines ces villes ont connu d’importantes inondations. Ces fortes pluies et ces inondations ont touché au moins 2,5 millions de personnes en Afrique de l’Est, notamment au Soudan du Sud, au Soudan, en Éthiopie, en Somalie, au Kenya et en Ouganda.

 

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), cela a également poussé des personnes à fuir leur domicile et entraîné la perte de biens, de récoltes et de bétail.

Dans ces conditions, l’OMS indique avoir renforcé ses actions de surveillance des maladies dans la région.

 

Selon OCHA, des précipitations plus abondantes que d’habitude devraient se poursuivre en Afrique de l’Est, Lire la suite

Libye : le gouvernement d’union nationale signe un accord militaire avec la Turquie

Libye : le gouvernement d’union nationale signe un accord militaire avec la Turquie

28 novembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la chute en 2011 du régime du dictateur Mouammar Kadhafi après une révolte populaire, la Libye est plongée dans le chaos avec de nombreuses milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis 2016 entre le GNA (gouvernement légitime) et M. Haftar, à la tête d’une Armée nationale libyenne (ALN) autoproclamée.

 

Khalifa Haftar, rebelle soutenu par l’alliance constituée des USA – Arabie Saoudite – Emirats Arabes Unis – Égypte – Russie, mène une offensive contre le gouvernement installé par l’ONU et reconnu par la communauté internationale depuis début avril.

Le gouvernement légitime est soutenu par l’alliance adverse : Turquie – Frères musulmans.

 

Le Maréchal Haftar se pose en champion de la lutte contre les jihadistes, mais son offensive sur Tripoli est toujours mise en échec par les forces de son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et les milices islamistes alliées.

De nombreux pays violent l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à ce pays depuis 2011.

 

 

Soutien militaire turc renforcé auprès du gouvernement soutenu par des milices islamistes

 

La signature à Istanbul ce mercredi 27 novembre d’un Lire la suite

Haïti : les gangs font régner la terreur

Haïti : les gangs font régner la terreur

23 novembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Haïti est en proie à une grave crise avec des manifestations à répétition, souvent émaillées de violences, depuis le mois d’août pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse. Selon l’ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans ces manifestations organisées dans les principales villes du pays.

 

Majoritaires dans les manifestations, les habitants des quartiers les plus pauvres exigent d’autant plus la démission du chef de l’État que des entreprises qu’il dirigeait avant son entrée en politique ont été épinglées par la Cour supérieure des comptes comme étant “au cœur d’un stratagème de détournement de fonds”.

 

La mobilisation populaire contre le pouvoir de Jovenel Moïse a été lancée fin août après une longue pénurie de carburants dans le pays. Le chef d’État n’a pas fourni de détails sur d’éventuelles mesures d’urgence contre les blocages criminels des routes qui s’organisent depuis quelques semaines ou pour lutter contre l’emprise des gangs. 

 

 

L’État n’a plus aucun contrôle

 

L’Etat en Haïti ne dépasse pas les frontières du palais national. Au-delà, les gangs font leur loi.

Face à la multiplication de massacres perpétrés par les gangs en Haïti, la Lire la suite

Mexique : les cartels de la drogue sont les plus puissants

Mexique : les cartels de la drogue sont les plus puissants

28 novembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis le début de la “guerre contre la drogue” en 2006, l’offensive menée avec l’aide de l’armée a contribué à fragmenter les cartels en cellules délictueuses plus petites et plus violentes, qui pratiquent également vols, rackets et enlèvements.

Près de 29.000 meurtres liés au crime organisé ont été commis au Mexique l’an dernier.

 

Et depuis le début de l’année, environ 26 000 personnes sont mortes.

La propagation de la violence pourrait donner lieu à un nouveau record en 2019. Washington demande à Mexico de « déclarer la guerre » aux cartels.

 

Plus de 40.000 personnes sont portées disparues au Mexique, pour la plupart victimes de la violence liée au narcotrafic. Des charniers contenant parfois plusieurs centaines de cadavres sont régulièrement découverts à travers le pays.

 

 

Le président américain pense classer les cartels de la drogue comme des groupes terroristes

 

Les déclarations de Donald Trump, qui a l’intention de classer les cartels de la drogue comme des groupes terroristes, ont provoqué des réactions critiques des Mexicains.

« Coopération oui, interventionnisme non ! » C’est en ces termes que s’est exprimé le président Lopez Obrador.Lire la suite

Turquie : un régime toujours plus autoritaire

Turquie : un régime toujours plus autoritaire

28 novembre 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la tentative de renversement du gouvernement d’Erdogan en juillet 2016, des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées où suspendues. Parmi elles, des milliers de journalistes, militaires et autres membres de la société civile. Depuis, les démocraties occidentales, surtout européennes, accusent le gouvernement de basculer dans une dérive autoritaire.

 

 

Un grand nombre de personnes disparaissent mystérieusement puis réapparaissent amaigries

 

Mustafa Yilmaz vient d’être retrouvé dans un poste de police.

Selon le décompte de parlementaires et d’activistes locaux, le physiothérapeute de 33 ans est l’un de 28 hommes que les services de sécurité turques sont soupçonnés d’avoir fait disparaître depuis le coup d’Etat manqué de juillet 2016.

 

La méthode rappelle le souvenir encore vif des pratiques courantes dans les années 1990 contre les opposants politiques en Turquie. Les raisons de la disparition de ces hommes sont un mystère, comme leur réapparition soudaine dans un poste de police.

 

En juillet, quatre de ces hommes sont, comme M. Yilmaz, subitement “réapparus” dans une cellule de station de police.

Si certains disparus sont réapparus, d’autres cas de disparations inexpliquées ont récemment été signalés.

 

 

Un procureur réclame de la prison Lire la suite

Soutien du site Infosplanetaires

Soutien du site Infosplanetaires

J’ai repris mon site Internet voici un an et demi et pour le moment je travaille gratuitement. Afin que je puisse continuer en toute sérénité, je vous invite à me soutenir sur ce compte :

Merci beaucoup.

 

fr.tipeee.com/infosplanetairLire la suite

Journal mondial du 5 au 24 octobre 2019

Journal mondial du 5 au 24 octobre 2019

AFRIQUE

 

Sahel : la lutte contre les djihadistes semble impossible

22 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

Face aux attaques djihadistes, force est de constater que la force multinationale (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad) qui devait comprendre 5.000 hommes, l’opération Barkhane (4.500 militaires), et la Minusma (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation pour le Mali, 13.000 hommes) n’arrivent pas à faire front.

 

Depuis plusieurs mois, le nord du Burkina et le centre du Mail subissent des attaques djihadistes. Les attaques terroristes dans l’espace du G5 Sahel ont fait 500 victimes de juin à septembre 2019. Des analystes pensent que plusieurs groupes terroristes seraient à la manœuvre dans ces récentes attaques. Et posent la question de leur possible collaboration.

 

Mi-septembre, les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont donc décidé d’un plan d’un milliard de dollars sur quatre ans pour éviter notamment que les jihadistes étendent leurs attaques aux pays situées plus au sud. 

 

Le président de la commission de la Cédéao, Jean-Claude Brou, a planté le décor : “2.200 attaques ces quatre dernières années, 11.500 morts, des milliers de blessés”, “des millions de Lire la suite

Mozambique : l’accord de paix menacé par les résultats attendus des provinciales

Mozambique : l’accord de paix menacé par les résultats attendus des provinciales

20 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

Le gouvernement et l’ex-rébellion de la guerre civile, la Renamo, devenue principal parti d’opposition, ont signé en août un accord de paix et de désarmement. Mais le gouvernement est affaibli par une grave crise financière : la “dette cachée”, un emprunt secret de 2 milliards de dollars qui a mis au jour une vaste opération de corruption au sommet de l’Etat.

 

Il est en outre impuissant depuis deux ans face à une mystérieuse insurrection islamiste qui a fait des centaines de morts dans le nord et risque d’y retarder l’exploitation très attendue de prometteuses réserves sous-marines de gaz.

 

 

Des fraudes et des meurtres

 

Le nombre d’assassinats politiques est de 10 depuis le début de la campagne électorale.

Dans ce contexte de violence dénoncé par la Renamo, 2 opposants ont été retrouvés morts le 19 octobre.

 

La Renamo a officiellement dénoncé des fraudes. Bourrages d’urnes, délégués du parti arrêtés arbitrairement, intimidations d’électeurs : le principal parti d’opposition met en cause le parti au pouvoir, le Frelimo, d’avoir manipulé les élections pour favoriser son candidat.

Les observateurs occidentaux sont très critiques sur le processus Lire la suite

La Centrafrique demande à la Russie de renforcer son aide militaire

La Centrafrique demande à la Russie de renforcer son aide militaire

23 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

La Centrafrique, l’un des pays les plus pauvres du continent, est ravagé par une guerre civile depuis que la Séléka, une coalition ethnique musulmane de groupes armés, a renversé le régime du président François Bozizé en 2013.

 

Le 6 février 2019, le gouvernement et 14 groupes armés ont signé un accord de paix, censé mettre un terme aux combats opposant les rebelles aux forces loyalistes mais aussi entre ces groupes armés rivaux, qui contrôlent 70% du territoire.

 

Depuis le début de la guerre civile, l’embargo sur les armes était total pour le pays même s’il a bénéficié depuis 2017 de quelques exemptions accordées par l’ONU, notamment à la Russie et à la France. Combattre les groupes armés est donc difficile, d’autant plus que ceux-ci s’approvisionnent facilement en armes.

 

 

L’embargo sur les armes n’est pas totalement levé

 

Le 14 septembre, l’embargo a été nettement assoupli.

La Russie fournit déjà beaucoup d’armes à la Centrafrique, mais le président Faustin-Archange Touadéra en demande davantage à son homologue russe Vladimir Poutine, afin de pouvoir combattre efficacement les groupes armés.

 

Vladimir Poutine qualifie la Centrafrique de “partenaire prometteur”.Lire la suite

RDC : des groupes armés continuent à sévir

RDC : des groupes armés continuent à sévir

23 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

A l’est de la RDC les forces de sécurité congolaises se battent au quotidien avec le concours de la MONUSCO (force de l’ONU) contre des groupes armés. Dont Daech.

Récemment encore des groupes armés ont tué des dizaines de civils, en raison de conflits ethniques.

 

Ces vagues successives de violence ont entraîné des déplacements massifs. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), au moins 230.000 personnes ont été déplacées en Ituri depuis juin, et plus de 20.000 autres ont été déplacées au Sud-Kivu.

 

 

La RDC manque de financements pour les déplacés, notamment en Ituri

 

11 ONG tirent la sonnette d’alarme sur le manque de financements pour venir en aide aux centaines de milliers de personnes déplacées en Ituri, dans l’est de la RDC. Dans cette région, on compte au total au moins 570 000 déplacés dans le besoin selon Ocha, le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU.

 

 

Sud-Kivu : Minembwe au cœur de conflits communautaires sur fond de tensions régionales

 

Dans le Sud-Kivu, des attaques contre les civils et affrontements entre les groupes armés se multiplient ces derniers mois. Lire la suite

Sahel : la lutte contre les djihadistes semble impossible

Sahel : la lutte contre les djihadistes semble impossible

22 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

Face aux attaques djihadistes, force est de constater que la force multinationale (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad) qui devait comprendre 5.000 hommes, l’opération Barkhane (4.500 militaires), et la Minusma (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation pour le Mali, 13.000 hommes) n’arrivent pas à faire front.

 

Depuis plusieurs mois, le nord du Burkina et le centre du Mail subissent des attaques djihadistes.

Des analystes pensent que plusieurs groupes terroristes seraient à la manœuvre dans ces récentes attaques. Et posent la question de leur possible collaboration.

 

Mi-septembre, les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont donc décidé d’un plan d’un milliard de dollars sur quatre ans pour éviter notamment que les jihadistes étendent leurs attaques aux pays situées plus au sud. 

 

Le président de la commission de la Cédéao, Jean-Claude Brou, a planté le décor : “2.200 attaques ces quatre dernières années, 11.500 morts, des milliers de blessés”, “des millions de déplacés”, une “activité économique considérablement affectée”, des “conflits intercommunautaires exacerbés” au Sahel et une menace qui s’étend au Sud.

 

 

G5 Sahel : vers une plus grande coopération des Lire la suite

Soudan : de nombreuses ruptures avec l’ancien régime

Soudan : de nombreuses ruptures avec l’ancien régime

18 octobre 2019

 

La purge des caciques de l’ex-régime se poursuit

 

Le gouvernement soudanais continue d’assainir l’appareil d’État en évinçant les cadres de l’ancien régime. Après la purge le mois dernier dans l’enseignement supérieur, ce sont de hauts responsables de l’ancien régime qui ont été démis de leur fonction.

Des têtes commencent également à tomber au sein des grandes compagnies nationales.

 

Ce mercredi 16 octobre, le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a remplacé Mahjoub Othmane, le directeur de la compagnie nationale minière. Deux hauts responsables ministériels ont également été remplacés.

Les membres de l’ancien régime sont encore très nombreux à occuper des postes au sein de l’appareil d’État.

 

Alors que certains considèrent le parti mort avec le départ d’Omar el-Béchir, d’autres estiment qu’il reste dangereux. Le ministre des Finances appelle à saisir les bureaux et les avoirs du parti Congrès national pour les vendre aux enchères et pour rembourser une partie de la dette du Soudan.

 

 

Une femme nommée à la tête de la Cour suprême au Soudan

 

C’est une première historique au Soudan : une femme nommée à la tête de la Cour suprême. Neemat Abdallah Mohamed Khair est une juge Lire la suite

Journal mondial du 19 juillet au 4 octobre 2019

Journal mondial du 19 juillet au 4 octobre 2019

AFRIQUE

 

Burkina Faso : les groupes terroristes semblent collaborer pour s’emparer du Burkina ; les présidents africains et Guterres tirent la sonnette d’alarme

3 octobre 2019

 

Rappel du contexte

 

Le Burkina Faso, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, est pris depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences, attribuées à des groupes armés jihadistes.

Depuis début 2015, les attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, surtout dans le nord et l’est, ont fait plus de 585 morts, selon un comptage de l’AFP.

 

Les attaques contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité se multiplient, malgré des opérations dans différentes régions.

Ouagadougou, la capitale, a été touchée à trois reprises par des attentats. 

 

La sécurisation de l’arsenal des forces armées est devenue un véritable enjeu.

Car les bases militaires, gendarmeries, postes de police sont de plus en plus la cible d’attaques qui permettent aux assaillants de voler du matériel.

 

Depuis plusieurs mois, le nord du Burkina et le centre du Mail subissent des attaques djihadistes.

Des analystes pensent que plusieurs groupes terroristes seraient à la manœuvre dans ces récentes attaques. Et posent la … Lire la suite

Nicaragua : la répression se renforce

Nicaragua : la répression se renforce

28 septembre 2019



Rappel du contexte



Une vague de manifestations a balayé le pays à partir d’avril 2018.

Ce mouvement de contestation a débuté pour dénoncer une réforme de la sécurité sociale, réforme rapidement supprimée.



Les manifestants ont continué à demander le départ du président Daniel Ortega et de sa femme, également vice-présidente. Se sont ensuivies répression des manifestations, arrestations arbitraires, et atteintes de plus en plus manifestes à la liberté d’expression.



Depuis, les autorités nicaraguayennes appuyées par des groupes paramilitaires ont réprimé à tout va, instillant un sentiment de peur au sein de la population.

La crise politique a fait 328 morts et conduit des centaines de personnes en prison.

Plus de 62 000 personnes auraient quitté le Nicaragua.






Répression contre la presse



La liberté de la presse ne cesse de se détériorer. Vendredi 27 septembre, 3 journaux ont annoncé qu’ils baissaient le rideau à cause des pressions exercées par le gouvernement Ortega contre les médias.


Plus de papier, plus d’encre, plus de bobines pour les rotatives. Depuis un an, les douanes nicaraguayennes bloquent dans leurs entrepôts la quasi-totalité des importations de matières premières nécessaires à l’impression des journaux.





Le régime d’Ortega poursuit Lire la suite

Journal mondial du 28 juin au 19 juillet 2019

 

RELATIONS INTERNATIONALES

 

Libye : le rôle pas vraiment trouble de la Turquie en faveur des milices islamistes

16 juillet 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la chute en 2011 du régime du dictateur Mouammar Kadhafi après une révolte populaire, la Libye est plongée dans le chaos avec de nombreuses milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis 2016 entre le GNA (gouvernement légitime) et M. Haftar, à la tête d’une Armée nationale libyenne (ALN) autoproclamée.

 

Khalifa Haftar, rebelle soutenu par l’alliance constituée des USA – Arabie Saoudite – EAU, mène une offensive contre le gouvernement installé par l’ONU et reconnu par la communauté internationale depuis début avril.

Le gouvernement légitime est soutenu par l’alliance adverse : Turquie – Frères musulmans.

 

Le Maréchal Haftar se pose en champion de la lutte contre les jihadistes, mais son offensive sur Tripoli est toujours mise en échec par les forces de son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et les milices islamistes alliées.

De nombreux pays violent l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à ce pays depuis 2011.

 

 

Poutine met en garde contre l’infiltration de jihadistes en provenance de Syrie ; sont-ils transférés par Lire la suite

Libye : le rôle pas vraiment trouble de la Turquie en faveur des milices islamistes

16 juillet 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis la chute en 2011 du régime du dictateur Mouammar Kadhafi après une révolte populaire, la Libye est plongée dans le chaos avec de nombreuses milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis 2016 entre le GNA (gouvernement légitime) et M. Haftar, à la tête d’une Armée nationale libyenne (ALN) autoproclamée.

 

Khalifa Haftar, rebelle soutenu par l’alliance constituée des USA – Arabie Saoudite – EAU, mène une offensive contre le gouvernement installé par l’ONU et reconnu par la communauté internationale depuis début avril.

Le gouvernement légitime est soutenu par l’alliance adverse : Turquie – Frères musulmans.

 

Le Maréchal Haftar se pose en champion de la lutte contre les jihadistes, mais son offensive sur Tripoli est toujours mise en échec par les forces de son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj et les milices islamistes alliées.

De nombreux pays violent l’embargo sur les armes imposé par l’ONU à ce pays depuis 2011.

 

 

Poutine met en garde contre l’infiltration de jihadistes en provenance de Syrie ; sont-ils transférés par Erdogan ?

 

Vladimir Poutine, qui soutient le Maréchal Haftar, s’est dit “préoccupé par l’infiltration” en Libye de centaines de combattants armés djihadistes en provenance Lire la suite

Les civils souffrent le martyr en Syrie, alors que ni Daech ni les rebelles ne sont vaincus

17 juillet 2019

 

L’UNICEF lance un appel humanitaire pour des dizaines de milliers d’enfants

 

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) appelle à améliorer l’accès humanitaire et la protection des enfants en Syrie, y compris leur réintégration dans les communautés locales et leur retour en toute sécurité dans leur pays d’origine.

 

Au moins 70 000 personnes vivent dans le camp d’Al-Hol, au nord-est du pays. L’UNICEF estime que plus de 90 % d’entre eux sont des enfants et des femmes. Près de 20 000 de ces enfants sont syriens. Les 29 000 autres viennent de 62 pays différents, dont 9 000 d’Iraq.

 

La plupart des enfants ont moins de 12 ans. Ils sont les survivants de combats intenses et ont été témoins d’atrocités. Les enfants d’Al-Hol sont confrontés à une situation humanitaire désastreuse et, pour beaucoup d’entre eux, cette situation est aggravée par l’expérience récente d’avoir été maltraités ou forcés à combattre et à commettre des actes de violence extrême.

 

Ces enfants ne représentent qu’une fraction d’un groupe beaucoup plus important d’enfants qui seraient associés au conflit armé ; ils sont bloqués dans des camps, des centres de détention et des orphelinats à travers la Syrie et surtout dans Lire la suite

L’Union Européenne signe de nombreux accords de libre-échange, au mépris de la lutte contre la pollution liée au transport maritime

17 juillet 2019

 

 

Le CETA

 

Des agriculteurs et écologistes sont opposés aux accords commerciaux de l’UE.

Le Ceta est un accord de libre-échange signé avec le Canada. Il implique la suppression des droits de douane pour presque tous les produits, soit près de 98 % des droits de douanes entre les deux régions.

 

L’accord est entré en vigueur provisoire il y a deux ans, d’ici la ratification par les parlements nationaux.

En France, le débat sur la ratification du Ceta a commencé. Cependant, le scrutin a finalement été reporté au 23 juillet. L’opposition a fini par obtenir un vote solennel sur le traité.

 

Contrairement au vote simple initialement prévu, il oblige chaque groupe parlementaire à justifier leur choix. Un report qui montre les difficultés de la majorité avec ce texte. L’opposition dénonce des normes environnementales et sanitaires moins strictes au Canada, notamment au sujet de l’alimentation.

 

 

Le secteur de l’agrobusiness brésilien se réjouit de l’accord Mercosur-UE

 

L’accord historique Mercosur-UE, conclu fin juin entre les membres du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay) et les pays de l’UE, promet de faire disparaître plus de 90% des droits de douane. La politique du président brésilien, très favorable à l’agro-business, avec recours massif aux Lire la suite

Les gigantesques gisements gaziers découverts en Méditerranées orientale mettent la Turquie en colère

Rappel du contexte

 

L’île de Chypre est située au sud de la Turquie. Or, de gigantesques gisements gaziers ont été découverts ces dernières années en Méditerranées orientale.

Cela aiguise l’appétit de Chypre, qui rêve de devenir à terme un acteur énergétique majeur.

 

Mais Chypre est divisée en deux depuis l’invasion du tiers nord de l’île par l’armée turque en 1974 après un coup d’État visant à rattacher l’île à la Grèce.

La République de Chypre, membre de l’Union européenne, n’exerce son autorité que sur les 2/3 sud de l’île.

 

Au nord se trouve l’autoproclamée République turque de Chypre du Nord (RTCN), parrainée par Ankara et non reconnue par la communauté internationale.

La Turquie s’oppose à toute exploration et exploitation des ressources gazières chypriote qui exclurait le tiers nord de l’île.

 

 

L’UE sanctionne la Turquie

 

La Turquie a annoncé mardi qu’elle continuera ses activités controversées de forage gazier au large de Chypre, malgré les sanctions votées par Bruxelles. L’UE a adopté lundi une série de mesures politiques et financières pour sanctionner la poursuite de ces forages réalisés illégalement par la Turquie dans les eaux territoriales de Chypre malgré ses mises en garde.

 

La République de Chypre a signé ces dernières années Lire la suite

Journal mondial du 7 au 28 juin 2019

 

ASIE

 

Inde : deux femmes tondues pour avoir “résisté” à une tentative de viol

28 juin 2019

 

Une mère et une fille indiennes ont été tondues et exhibées dans les rues de leur village après avoir résisté à une tentative de viol de la part d’un groupe d’hommes, a annoncé la police. “À l’heure actuelle, seuls 6 des suspects dans l’affaire ont été arrêtés. La police mène des opérations pour arrêter les autres, qui sont en cavale depuis cet événement”, a déclaré à l’AFP un policier.

 

Le responsable du village et le coiffeur font partie des personnes interpellées. L’affaire a attiré l’attention des médias indiens.

L’Inde affiche un bilan sordide en matière de violences sexuelles contre les femmes, particulièrement dans ses zones rurales où vit la majorité de son 1,3 milliard d’habitants.

 

Source : AFP

 

L’Inde rejette le rapport américain sur des atteintes aux libertés religieuses

23 juin 2019

 

L’Inde a rejeté dimanche un rapport du département d’État américain qui dénonce les atteintes contre les minorités religieuses dans le pays. Ce rapport envenime un peu plus les relations indo-américaines quelques jours avant le déplacement du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui arrive Lire la suite

Rueé sur l’Afrique

Les Africains embarrassés par une présence chinoise devenue étouffante

 

La montée en puissance de la Chine en matière économique sur le continent africain ne fait pas que des heureux. Loin de là. La colère gronde dans plusieurs pays où l’image de Pékin s’est considérablement dégradée.

 

Il y a une vingtaine d’années, l’irruption de la Chine sur la scène africaine avait été applaudie. Elle avait suscité beaucoup d’espoir aux quatre coins du continent. Aujourd’hui, l’enthousiasme s’est progressivement dissipé pour céder la place à la désillusion, explique à France info Afrique Emmanuel Véron, enseignant-chercheur à l’Ecole navale et spécialiste de la Chine.

 

Les scandales se sont multipliés à travers le continent impliquant des Chinois dans des opérations irrégulières, voire mafieuses. Pour la première fois, un pays africain, le Kenya, vient d’ordonner l’expulsion de 200 citoyens chinois. Ils menaient des activités commerciales illégales et ne disposaient d’aucun permis de séjour valide.

 

Une autre affaire défraye la chronique depuis le mois de mars, à Libreville au Gabon, après la découverte de 5000 mètres cube de bois précieux dans deux sites d’entreposage appartenant à des sociétés chinoises. La justice gabonaise a mis en cause un influent entrepreneur originaire de l’Empire du Milieu et accusé d’être Lire la suite

Journal du 17 mai au 7 juin 2019

AFRIQUE

 

Niger : une série d’attentats déjouée

4 juin 2019

 

Au Niger, une série d’attentats contre la capitale Niamey et Diffa, la grande ville du Sud-Est, a été déjouée ce week-end. C’est ce qu’a annoncé, lundi 3 juin, le gouvernement nigérien, qui n’a donné aucun détail sur l’identité de ces personnes ni sur leurs cibles.

 

Des ambassades occidentales, notamment française et américaine, avaient alerté samedi sur des risques d’attaques terroristes dans le pays. L’alerte a permis de neutraliser plusieurs assaillants.

Neuf terroristes neutralisés avant qu’ils ne passent à l’action, cela signifie que l’alerte lancée par l’ambassade de France à Niamey a été prise très au sérieux par les services de sécurité.

 

Source : RFI

 

 

Niger : les enlèvements pour des rançons se multiplient dans le sud-est

31 mai 2019

 

Dans la région de Diffa, au sud-est, tout près de la frontière nigériane, les enlèvements de personnes contre rançons se multiplient.

Dans la nuit du mercredi 29 mai, 11 personnes ont été enlevées dans le village de Toumour.

 

Des enlèvements qui continuent malgré de lourdes pertes infligées ces derniers temps aux jihadistes par les soldats de la Force multinationale mixte qui regroupe Lire la suite

Journal mondial du 3 au 17 mai 2019

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

 

Par peur de l’Iran, Londres place à son tour ses forces en Irak en état d’alerte

16 mai 2019

 

Le Royaume-Uni a relevé le niveau d’alerte pour ses diplomates et ses militaires basés en Irak en raison des tensions avec l’Iran, rapporte jeudi la chaîne Sky News.

Les diplomates britanniques et leurs familles installés en Arabie saoudite, au Koweït et au Qatar ont aussi été invités à la plus grande prudence, ajoute la chaîne.

 

Les Etats-Unis ont ordonné mercredi le départ d’Irak d’une partie du personnel de leur ambassade à Bagdad et de leur consulat à Erbil, disant craindre pour leur sécurité.

L’administration de Trump a fait monter la pression sur Téhéran depuis dix jours et a ostensiblement renforcé sa présence militaire dans le Golfe.

 

En Irak, les USA craignent les attaques de milices irakiennes sous commandement et contrôle des Gardiens de la Révolution iraniens, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a effectué la semaine dernière une visite surprise à Bagdad.

 

La décision américaine a été prise suite à cette visite et après les attaques qui ont visé des navires au large des Emirats arabes unis et des Lire la suite

Burkina Faso : le nord terrorisé par les attaques islamistes

15 mai 2019

 

Les attaques lancées par des groupes djihadistes liés à l’Etat islamique (EI) et au réseau Al Qaïda sont en recrudescence depuis le début de l’année au Burkina Faso et plus largement au Sahel. Aujourd’hui, des centaines d’écoles sont fermées dans le Nord car la plupart des fonctionnaires, dont les enseignants, ont fui ces zones.

 

La communauté catholique pleure ses morts. Ces derniers jours, dix fidèles ont été tués dans des attaques armées dans le nord du pays.

Alors que l’inquiétude gagne les croyants, responsables politiques et religieux appellent à ne pas céder à la division.

 

Fin avril, six autres personnes, dont un pasteur, avaient été tuées dans l’attaque d’une église protestante.

Mais la communauté chrétienne n’est pas la seule à faire les frais du terrorisme.

 

À plusieurs reprises, des imams ont été assassinés par des jihadistes dans le nord du pays.

Selon des sources sécuritaires, ceux-ci étaient “considérés comme pas assez radicaux” par les jihadistes ou “accusés de collaborer avec les autorités”.

 

Parmi les autres attaques, à la mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo (Nord) avait été enlevé par des individus armés, et le 15 février, le père César Fernandez, missionnaire salésien d’origine espagnole, avait été Lire la suite

Mexique : la violence se poursuit

13 mai 2019

 

Rappel du contexte

 

Depuis le début de la “guerre contre la drogue” en 2006, l’offensive menée avec l’aide de l’armée a contribué à fragmenter les cartels en cellules délictueuses plus petites et plus violentes, qui pratiquent également vols, rackets et enlèvements.

Près de 29.000 meurtres liés au crime organisé ont été commis au Mexique l’an dernier.

 

Au cours du premier trimestre de l’année, les violences ont atteint un nouveau record au Mexique avec 8.943 assassinats, soit une hausse près de 10% par rapport à la même période l’an dernier.

 

Plus de 40.000 personnes sont portées disparues au Mexique, pour la plupart victimes de la violence liée au narcotrafic. Des charniers contenant parfois plusieurs centaines de cadavres sont régulièrement découverts à travers le pays.

 

 

Un syndicaliste assassiné

 

Un dirigeant syndical mexicain a été abattu samedi par des inconnus dans la ville de Salamanca, dans le centre du pays, théâtre de violences entre gangs rivaux sur fond de vol de pétrole.

Gilberto Munoz, ancien parlementaire fédéral, dirigeait le Syndicat national des industries chimiques et pétrochimiques.

 

Une des six raffineries de pétrole du Mexique se trouve à Salamanca, dans l’Etat du Guanajuato. Les installations sont sous protection militaire depuis le Lire la suite

Journal mondial du 30 avril au 3 mai 2019

ASIE

 

Corée du Nord : 10 millions de personnes ne mangent pas à leur faim

3 mai 2019

 

Les récoltes ont été désastreuses et une partie de la population souffre de la famine.

Dix des 25 millions de Nord-Coréens sont « en état d’insécurité alimentaire aggravée », dénonce ce jeudi le Programme alimentaire mondial (Pam) de l’ONU, cité par Reuters.

 

« Cette nouvelle évaluation de la sécurité alimentaire dans la République populaire démocratique de Corée a montré qu’à la suite des pires récoltes en dix ans, dues à des vagues de sécheresse, de canicules et d’inondations, 10,1 millions de personnes souffrent d’une grave insécurité alimentaire », a déclaré le porte-parole principal du Pam, Hervé Verhoosel.

 

La production agricole du pays a connu l’an dernier sa plus faible production depuis 2008, détaille l’agence sud-coréenne Yonhap. Cette année, il devra importer 1,59 million de tonnes de céréales. Cette année cependant, seules 200 000 tonnes d’importations commerciales et 21 200 tonnes d’aide alimentaires sont prévues, note encore le Pam.

 

Source : Le Parisien

 

 

Japon : Shinzo Abe prêt à rencontrer Kim Jong Un “sans condition”

2 mai Lire la suite