S'abonner par email

Burkina Faso : des dizaines de morts dans des violences intercommunautaires

 

4 avril 2019

 

Des dizaines de civils sont morts la semaine dernière dans des violences intercommunautaires au Burkina Faso, a-t-on appris mercredi auprès des autorités.

Le ministre de l’Administration territoriale, Simeon Sawadogo, a déclaré que 62 personnes avaient péri à Arbinda.

 

Les violences ont eu lieu au nord du pays, près de la frontière malienne.

Ces violences ont commencé dans la nuit du 31 mars, lorsqu’un dignitaire religieux et six membres de sa famille, du groupe ethnique fulsé, ont été tués par des hommes armés.

 

En représailles, des membres de la communauté peule, accusés de complicité avec des terroristes, ont été attaqués par les Fulsés.

« Les gens ont décidé sur-le-champ de terminer les Peuls», relate un habitant.

 

Ces violences intercommunautaires ont fait des victimes Fulsés et Peuls.

Dans la province voisine de Boulgou, les membres de la famille royale traditionnelle de Zoaga ont eux aussi été attaqués et 9 personnes ont péri, selon un bilan provisoire.

 

Face à la situation sécuritaire fragile au Burkina Faso, avec la fermeture de nombreux centres de santé et écoles, et environ 140 000 déplacés internes, le Conseil de sécurité de l’ONU exhorte le gouvernement burkinabè à la mise en place de réformes et Lire la suite

Mali : les violences se sont propagées du nord au centre du pays, correspondant à la frontière avec le Burkina Faso

 

3 avril 2019

 

 

Progrès dans la moitié nord du Mali

L’ensemble de la région du Sahel fait face à de graves problèmes transnationaux, allant des changements climatiques et de la sécheresse à l’insécurité croissante, à l’extrémisme violent et au trafic de personnes, d’armes et de drogues.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réjoui mercredi des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Accord de paix au Mali mais a déploré le retard dans l’application de plusieurs dispositions du texte.

Plus de 1.400 ex-combattants à Gao, à Kidal et à Tombouctou ont rejoint l’armée malienne dans le cadre du processus accéléré de désarmement, de démobilisation et de réintégration. Des administrations provisoires ont été mises en place dans chacune des cinq régions du Nord.

Cependant, le Conseil de sécurité a demandé au gouvernement malien et aux groupes armés de continuer à accélérer la mise en œuvre de l’Accord.

Il s’est déclaré de plus en plus préoccupé par la situation sécuritaire dans le centre du Mali.

 

 

Affrontements intercommunautaires et attaques djihadistes au centre

Il a fermement condamné la poursuite des attaques, y compris terroristes, contre les civils, les représentants des institutions, ainsi que les forces de sécurité nationales, internationales et Lire la suite

Journal du 24 février au 22 mars

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

 

Après les propos de Trump, l’UE rappelle qu’elle ne reconnaît pas la souveraineté d’Israël sur le Golan ; Damas jure de reprendre le Golan

22 mars 2019

 

L’Union européenne ne reconnaît pas la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, a déclaré vendredi une porte-parole de l’UE à Bruxelles, en réplique aux déclarations de Donald Trump à ce sujet.

 

Le président américain a estimé jeudi que le moment était venu pour Washington de reconnaître la souveraineté d’Israël sur ce plateau, pris à la Syrie par les troupes israéliennes lors de la guerre des Six-Jours en 1967 puis annexé par l’Etat hébreu en 1981.

 

Le régime syrien s’est juré vendredi de récupérer les hauteurs du Golan par “tous les moyens possibles”, et ses alliés comme certains de ses adversaires ont condamné les propos de Donald Trump.

 

A Moscou, également, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que tout changement de statut du Golan représenterait une violation flagrante des décisions des Nations unies sur cette question.

 

De la même façon, l’Iran, grand allié de Damas, a jugé illégale et inacceptable une reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le … Lire la suite

Journal mondial du 15 au 24 février 2019

RELATIONS INTERNATIONALES

 

Internet et ses noms de domaine sous le coup d’une attaque inédite

23 février 2019

 

L’internet mondial est actuellement visé par une vague d’attaques informatiques d’une ampleur inédite, qui consistent à modifier les adresses des sites internet pour les pirater, a alerté vendredi l’organisme international qui attribue les adresses internet (ICANN).

 

Selon des experts extérieurs à l’ICANN interrogés par l’AFP, les pirates ciblent aussi bien des gouvernements que des services de renseignements ou de police, des compagnies aériennes ou l’industrie pétrolière et ce, au Moyen-Orient ou en Europe.

 

L’un d’entre eux estime en outre que ces attaques ont pour origine l’Iran.

“Il y a déjà eu des attaques ciblées mais jamais comme ça”, a indiqué vendredi à l’AFP David Conrad, un des responsables de l’ICANN.

 

Les attaques informatiques, de toute ampleur et de toute nature, se multiplient à une vitesse exponentielle ces dernières années. Selon les experts, les pirates appartiennent le plus souvent à deux catégories principales : des individus ou des groupes de “hackers” qui veulent gagner de l’argent ou bien des Etats, qui souhaitent espionner d’autres pays et/ou y semer des dissensions.

 

Selon experts et autorités de nombreux pays (en … Lire la suite

Journal mondial du 8 au 15 février 2019

RELATIONS INTERNATIONALES

 

Quand des chasseurs-bombardiers russes simulent l’attaque des radars norvégiens

14 février 2019

 

Des chasseurs-bombardiers SU-24 ont attaqué à deux reprises, durant les deux dernières années, un site de détection norvégien. Dans les deux cas, il s’agissait d’attaques simulées mais ces deux incidents, récemment révélés par le général Morten Haga Lunde, le chef d’état-major norvégien, inquiètent la Norvège.

 

Le petit port norvégien de Vardo serait le premier rayé de la carte de la Norvège si, d’aventure, Moscou lançait une attaque contre son voisin scandinave.

En effet, Vardo accueille depuis 1998 des installations radar militaires, appelées Globus II et Globus III (ce radar plus puissant est en construction).

 

Officiellement, ils traquent des objets célestes mais ils serviraient, au profit des États-Unis, de base de détection de missiles russes.

Ajoutons que ces radars dépendent des services de renseignement de la Norvège.

 

Lundi, le patron des armées norvégiennes, le général Morten Haga Lunde, a révélé que des chasseurs-bombardiers russes ont simulé des attaques de ce site.

La vague d’assaut russe a rompu sa formation d’attaque juste avant d’entrer dans les eaux territoriales norvégiennes. On imagine l’émoi du côté des contrôleurs aériens norvégiens…

 

Un … Lire la suite

Journal du 1er au 8 février 2019

RELATIONS INTERNATIONALES

 

La Russie entend répondre à l’activité militaire de la Norvège

7 février 2019

 

La Russie a accusé jeudi la Norvège de renforcer son activité militaire et d’accroître les risques entre les deux pays. Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a expliqué que la Russie estimait que la Norvège, membre de l’Otan, participait de plus en plus à l’accroissement de la présence de l’Otan dans l’Arctique.

 

Zakharova a notamment pris pour exemple le projet d’aménagement cette année d’un port proche de la ville de Tromso, dans le nord de la Norvège, qui pourra accueillir des sous-marins nucléaires.

 

“Contrairement à la tradition des relations de voisinage et de coopération dans l’Arctique, Oslo continue d’accroître les tensions et les risques d’une action militaire. Cela ne restera pas sans réponse”, a-t-elle dit.

“La Fédération de Russie prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer sa sécurité”.

 

La Norvège, qui compte 196 km de frontières terrestres avec la Russie, s’inquiète du renforcement des capacités de l’armée russe dans la péninsule de Kola, une région abritant plusieurs bases navales et zones interdites aux civils.

La Norvège a accueilli les manœuvres de l’Otan en … Lire la suite

Journal mondial du 1er au 4 février 2019

AFRIQUE

Au Tchad, les avions français frappent les rebelles

4 février 2019

Des Mirage 2000 français ont bombardé, dimanche dans le nord du Tchad, une colonne de pick-up d’un groupe armée rebelle descendant vers le sud en provenance de Libye.

Ces frappes ont été effectuées en appui de l’armée tchadienne.

L’information a été rendue publique lundi par le ministère des Armées précisant que cette intervention a « permis d’entraver cette progression hostile et de disperser la colonne » qui « s’infiltrait profondément en territoire tchadien ».

Les rebelles visés étaient ceux de l’Union des forces de la résistance (UFR), ainsi que l’a confirmé leur porte-parole Youssouf Hamid, interrogé au téléphone par l’Agence France-Presse depuis Libreville. Il a déploré le « tournant dangereux » pris par la France en intervenant militairement dans les « affaires internes» du Tchad.

Source : Le Figaro

L’armée libyenne affronte toujours la rébellion tchadienne dans le sud

2 février 2019

L’opération militaire lancée, il y a plus de deux semaines, par l’Armée nationale libyenne (ANL) sous le commandement de Khalifa Haftar, dans le sud du pays, se poursuit. Après avoir sécurisé Sebha et ses environs, l’ANL continue sa progression vers d’autres localités.

Vendredi à l’aube, de violents combats … Lire la suite

Journal mondial du 25 janvier au 1er février 2019

Journal mondial : du 22 au 25 janvier 2019

Journal du 18 au 22 janvier 2019

Journal mondial : du 11 au 18 janvier 2019

Journal mondial : du 21 décembre 2018 au 11 janvier 2019

Journal mondial : du 11 au 21 décembre

Journal mondial du 30 novembre au 11 décembre

ASIE

“Vendue par mon frère” : des milliers de jeunes femmes de la région du Mékong cédées en mariage en Chine
Nary avait 17 ans quand elle a quitté le Cambodge, vendue par son frère en mariage à un Chinois pour 3.000 dollars. Un an et demi plus tard, l’union a volé en éclats : elle est rentrée au pays sans argent et sans pouvoir revoir son enfant né de cette union subie.

Comme des dizaines de milliers de Cambodgiennes, Laotiennes, Vietnamiennes ou Birmanes, la jeune femme est une victime collatérale de la politique de l’enfant unique mise en œuvre de 1979 à 2015 en Chine, qui a engendré l’un des pires déséquilibres démographiques au monde.

Le pays compte aujourd’hui un surplus de quelque 33 millions d’hommes et le déficit de femmes pousse de plus en plus de célibataires à chercher une épouse de l’autre côté des frontières. Désireuses de sortir de la pauvreté, forcées par leur famille ou victimes de trafiquants, les raisons pour lesquelles les jeunes filles partent se marier dans l’Empire du milieu sont multiples.

Et si des histoires se concluent par une union heureuse, certaines femmes se retrouvent endettées, incapables de rembourser les frais de mariage,

Lire la suite

Journal mondial : du 22 au 30 novembre

 

ASIE

Inde : des agriculteurs convergent sur New Delhi pour manifester

Des dizaines de milliers d’agriculteurs indiens ont marché vendredi sur le Parlement à New Delhi afin de faire pression sur le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi, à quelques mois des élections législatives de 2019.

 

Les agriculteurs du géant d’Asie du Sud réclament une session parlementaire consacrée à leur situation. Plus de 300.000 paysans indiens se sont suicidés au cours des deux dernières décennies, aspirés dans une spirale d’endettement à cause d’une mauvaise irrigation ou de récoltes décevantes.

 

Les manifestants demandent un effacement de dettes des agriculteurs à travers tout le pays ainsi qu’un prix minimum garanti plus élevé pour leurs récoltes.

En arrivant au pouvoir en 2014, les nationalistes hindous avaient promis de doubler les revenus des agriculteurs, mais ces derniers affirment que leur situation n’a pas changé depuis.

 

La détresse des zones rurales est un sujet d’inquiétude depuis des décennies en Inde mais la crise a pris une forme nouvelle ces derniers mois, se matérialisant en manifestations géantes de paysans qui investissent les grandes villes.

 

En mars, un gigantesque cortège d’agriculteurs était entré à pied dans Bombay, la capitale économique du pays. … Lire la suite

L’essentiel depuis une semaine : du 16 au 22 novembre

 

PLANETE GLOBALE

La violence à l’égard des femmes et des filles est une pandémie mondiale (Guterres)

Les Nations Unies ont marqué lundi la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles, l’occasion pour le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, de dénoncer une « pandémie mondiale » qui a de lourdes conséquences pour les familles et la société.

 

Rappelant que l’ONU préconise de mettre fin aux lois discriminatoires sur le genre, le Secrétaire général a fait valoir que la violence à l’égard des femmes et des filles constitue un « affront moral à tous, un signe de honte dans toutes les sociétés et un obstacle majeur à un développement inclusif, équitable et durable ».

 

Pour le chef du Secrétariat des Nations Unies, il s’agit d’une question de droits humains fondamentaux. « Cette violence peut revêtir de nombreuses formes, allant de la violence domestique au trafic des personnes, de la violence sexuelle dans les conflits au mariage des enfants, en passant par les mutilations génitales et le féminicide ».

 

35% des femmes auraient été victimes de violence et 38% des meurtres de femmes ont été commis par un partenaire intime. … Lire la suite

L’essentiel depuis lundi 12 novembre

 

ASIE

Afghanistan : “terreur” dans des villages en proie aux combats avec les talibans

Dans le sud-est de l’Afghanistan, des centaines de familles ont été déplacées par les combats intenses qui opposent les talibans à des milices hazara et à des forces gouvernementales dans les districts jusqu’ici épargnés par les violences.

Les déplacés ont trouvé refuge à Ghazni, capitale provinciale, dans les mosquées, les hôtels ou chez des proches.

L’exode a décuplé en quelques jours le prix des locations de voiture.

 

Des milliers d’autres déplacés se sont rendus dans la province voisine de Bamiyan (centre), selon un porte-parole du gouverneur local, Abdul Rahman Ahmadi.

Les talibans, qui sont sunnites et dans leur grande majorité d’ethnie pachtoune, ont lancé leurs attaques il y a plus d’une semaine.

 

Les Hazaras sont pour la plupart de confession chiite. Les combats actuels font craindre des violences à caractère ethnique et religieux, alors que les talibans attaquaient jusqu’ici principalement les forces de sécurité et les militaires étrangers présents en Afghanistan.

 

Les forces afghanes ont indiqué avoir renforcé leurs offensives dans la région et les Américains leur apportent un soutien aérien. Des centaines de personnes, combattants des deux camps et civils, ont … Lire la suite

L’essentiel depuis le 8 octobre

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Yémen : combats meurtriers dans la bataille de Hodeïda, les rebelles résistent

Les combats dans la ville stratégique de Hodeïda, dans l’ouest du Yémen, ont été particulièrement meurtriers vendredi, avec une forte résistance des rebelles Houthis tentant par tous les moyens de ralentir la progression des forces progouvernementales.

 

Point d’entrée de 3/4 des importations et de l’aide internationale dans un pays menacé par la famine, la ville portuaire de Hodeïda est sous contrôle des rebelles depuis 2014.

Les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyées militairement par les alliés saoudiens et émiratis, tentent de la reconquérir depuis juin.

 

Le nouveau bilan porte à 382 le nombre de combattants des deux camps à avoir été tués depuis l’intensification le 1er novembre de la bataille. Depuis 2015, les forces loyalistes, aidées d’une coalition militaire sous commandement saoudien, tentent de chasser les Houthis, soutenus par l’Iran, de vastes régions conquises dans le nord et le centre du pays, y compris la capitale Sanaa.

 

En près de quatre ans, le conflit au Yémen a fait quelque 10.000 morts et provoqué selon l’ONU la pire crise humanitaire au monde.

La bataille de Hodeïda accentue les … Lire la suite

L’essentiel : du 24 octobre au 25 octobre à 15h30

 

AFRIQUE

Un rapport de l’Onu dénonce les rapts et viols au Soudan du Sud

Les forces gouvernementales et rebelles du Soudan du Sud ont enlevé et violé cette année des centaines de femmes et jeunes filles et recruté des enfants soldats, accuse un rapport de la Mission des Nations unies (Minuss).

 

Ces abus, aussi bien commis par les forces fidèles au gouvernement du président Salva Kiir qu’aux insurgés commandés par Riek Machar, enfreignent le droit international et peuvent s’apparenter à des crimes de guerre, souligne ce document publié mardi.

 

Le rapport s’appuie sur une enquête menée entre avril et août dernier dans le sud-ouest du pays, en proie à la guerre civile depuis 2013.

Les accusations ont été rejetées par l’armée gouvernementale. Un porte-parole de la rébellion a promis d’enquêter.

 

Source : Reuters

 

 

Au Maroc, les migrants ne renoncent pas malgré les refoulements

Les autorités marocaines ont lancé l’été dernier une vaste campagne de “relocalisation”, ces déplacements forcés de migrants vers le sud du pays, parfois accompagnés de rapatriement en avion vers les pays d’origine.

 

Officiellement, il s’agit de “lutter contre les réseaux de trafic qui s’activent dans le nord du royaume”, selon … Lire la suite

L’essentiel pour le 23 octobre 2018

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

“Danger d’une famine imminente et géante” au Yémen, selon l’ONU

Le Yémen fait face à “un danger clair et présent d’une famine imminente et géante”, a averti mardi le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires, Mark Lowcock, qui estime à 14 millions le nombre de personnes qui pourraient en être victimes, soit la moitié de la population totale du pays.

 

Le responsable a notamment réclamé “un cessez-le-feu humanitaire” autour des installations participant à la distribution d’aide alimentaire ou des infrastructures (ports) permettant de l’acheminer.

 

“Les parties du conflit continuent de violer le droit humanitaire international”, a-t-il dénoncé, en évoquant par exemple l’occupation d’entrepôts contenant de la nourriture ou des attaques contre des hôpitaux.

 

Depuis 2015, le Yémen est soumis à une guerre opposant les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, qui contrôlent le port de Hodeida ainsi que la capitale yéménite Sanaa, à une coalition arabe sous commandement saoudien qui défend le gouvernement réfugié à Aden (sud).

En plus de trois ans, le conflit a fait près de 10.000 morts, selon l’ONU.

 

Source : AFP

 

 

Meurtre de Khashoggi : Washington révoque les visas des Saoudiens impliqués

Les Etats-Unis … Lire la suite

L’essentiel depuis vendredi, jusqu’au 22 octobre à 16h30

 

PLANETE GLOBALE

John Bolton attendu de pied ferme à Moscou sur le retrait d’un traité nucléaire

Deux jours après le coup de tonnerre de l’annonce américaine du retrait d’un traité majeur sur les armes nucléaires, le conseiller de la Maison Blanche à la Sécurité nationale John Bolton rencontre lundi à Moscou le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, qui attend de pied ferme ses explications.

 

Cette visite, annoncée avant que Donald Trump n’annonce sa décision de retirer son pays du traité INF sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF, Intermediate Nuclear Forces Treaty) conclu avec la Russie pendant la Guerre froide, était déjà importante, s’agissant du premier déplacement d’un haut responsable américain à Moscou depuis plusieurs mois.

 

Mais l’annonce de Donald Trump, samedi, lui a donné encore plus de relief alors que les relations entre les deux pays sont déjà au plus bas.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, a ajouté lundi qu’une sortie américaine du traité INF “rendrait le monde plus dangereux”.

 

“L’intention de sortir de ce traité soulève les plus graves préoccupations”, a ajouté Dmitri Peskov. Parallèlement, alors que l’annonce américaine fait craindre un retour de la prolifération nucléaire, le porte-parole du … Lire la suite

L’essentiel depuis 24 h – du 18 au 19 octobre à 14h30

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Gaza est en train d’imploser, prévient l’envoyé de l’ONU pour le Moyen-Orient

L’envoyé de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé, à nouveau, toutes les parties à éloigner Gaza du bord du précipice et à respecter leurs engagements pris lors du cessez-le-feu de 2014.

 

« Gaza est en train d’imploser. Ce n’est pas une hyperbole. Ce n’est pas de l’alarmisme. C’est une réalité », a déclaré jeudi M. Mladenov.

Avec un taux de chômage de 53% – plus de 70% chez les jeunes palestiniens – et 1 personne sur 2 vivant sous le seuil de pauvreté, l’économie gazaouie est en chute libre, a-t-il rappelé.

 

L’envoyé a appelé le Hamas et les autres groupes militants à cesser toutes provocations et attaques, Israël à autoriser la reprise de livraison de biens vitaux vers Gaza et ses forces de sécurité à faire preuve de retenue maximale dans l’utilisation de balles réelles.

 

Mladenov a également déploré la hausse des violences en Cisjordanie et à Jérusalem-Est où les autorités israéliennes poursuivent la démolition et la confiscation de structures appartenant aux Palestiniens.

 

Sur le site de Khan al-Ahmar, la construction d’une nouvelle colonie israélienne séparant Jérusalem-Est de … Lire la suite

L’essentiel du mardi 16 au jeudi 18 octobre 15h30

 

AMERIQUES

Trump menace de fermer la frontière face aux migrants honduriens

Donald Trump a menacé jeudi de déployer l’armée et de fermer sa frontière sud si le Mexique n’intervient pas pour repousser des convois de migrants d’Amérique centrale faisant route vers les Etats-Unis.

 

“Je dois demander au Mexique, dans les termes les plus durs, de bloquer cette ruée – et s’il n’en est pas capable, j’appellerai l’armée et je FERMERAI NOTRE FRONTIÈRE SUD”, a prévenu le président américain sur son compte Twitter, qui a également laissé entendre qu’il pourrait suspendre l’aide des Etats-Unis à l’Amérique centrale.

 

Des habitants de la ville hondurienne de San Pedro Sula ont formé samedi un convoi avec l’intention de traverser le Guatemala et le Mexique et de gagner les Etats-Unis, dans l’espoir de fuir violence et pauvreté.

 

D’autres ressortissants du petit pays d’Amérique centrale les ont rejoints au fil des jours et la caravane compte aujourd’hui plusieurs milliers d’hommes, femmes et enfants.

Epuisés, les migrants doivent traverser plusieurs pays : Guatemala, Salvador et Mexique.

 

Comme au Guatemala et au Salvador, les gangs font régner la terreur au Honduras, où 68% des neuf millions d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté.… Lire la suite

L’essentiel de l’actu internationale du 10 au 16 octobre

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Yémen : l’ONU craint une aggravation de la crise alimentaire

Quelque 12 millions de yéménites pourraient se trouver au bord de la famine au cours des prochains mois, contre plus de 8 actuellement, si la situation économique et sécuritaire ne s’améliore pas, a alerté mardi l’ONU.

 

“Le Yémen fait face à la plus grande crise alimentaire mondiale du moment, avec plus de 18 millions de personnes qui ne savent pas d’où va venir leur prochain repas”, a déclaré un porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), Hervé Verhoosel. Or, a-t-il dit, le conflit au Yémen continue de s’intensifier et “le coût de la nourriture a augmenté de 33% en un an”.

 

Pour des raisons de sécurité, le PAM ne peut pas accéder, depuis septembre, à 51.000 tonnes de céréales qui se trouvent dans des silos dans la ville de Hodeida, dans l’ouest du pays en guerre. Ces céréales “sont situées dans un quartier où les combats sont quotidiens”, a détaillé M. Verhoosel.

 

Pour l’instant, le PAM dispose d’assez de céréales dans le pays pour aider 6,4 millions de Yéménites pendant deux mois et demi. “Vu que les ports fonctionnent, nous avons plusieurs bateaux actuellement … Lire la suite

L’essentiel depuis jeudi, donc du 4 octobre au 8 octobre à 23h

 

ASIE

Pakistan : le TLP parle de “conséquences terribles” en cas de clémence pour Asia Bibi, chrétienne condamnée à mort

Une organisation islamiste radicale pakistanaise a mis en garde contre les “conséquences terribles” d’une éventuelle mesure de clémence au procès en appel de la chrétienne Asia Bibi, qui a été condamnée à mort en première instance pour blasphème.

 

Asia Bibi, mère de quatre enfants, a été en 2010 la première femme à être condamnée à la peine capitale en vertu de la loi très stricte au Pakistan réprimant le blasphème.

Elle a fait appel devant la Cour suprême, qui a conclu ses délibérations lundi mais a réservé son jugement, sans dire quand elle annoncerait sa décision.

 

Son cas a provoqué l’indignation des chrétiens du monde entier et a semé la division au sein de la société pakistanaise, où deux hommes politiques qui avaient pris position en faveur d’Asia Bibi ont été assassinés, dont le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, abattu par son propre garde du corps.

 

La formation ultra-religieuse Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), qui fait de la punition du blasphème son cri de ralliement et considère l’assassin de Taseer comme un héros, a mis en garde la … Lire la suite

L’essentiel depuis lundi

 

AMERIQUES

Colombie : les champs de coca, cimetière des petites mains du trafic

La guerre de la drogue en Colombie a fait des champs de coca des cimetières de fortune pour nombre des dizaines de milliers de disparus dans la spirale de la violence.

De plus, actuellement les cultures de coca et la production de drogue battent des records.

 

Entre 1999 et 2004, des centaines de raspachines – échelon le plus bas du narcotrafic – ont été massacrés par des paramilitaires d’extrême droite ou par des guérilleros les accusant de travailler pour l’ennemi.

80.000 personnes ont disparu en six décennies de violences et de conflit armé qui n’en finit pas.

 

Si les Farc ont été désarmées à la suite de l’accord de paix de 2016, comme les paramilitaires depuis 2006 – la présence armée reste importante.

Et là où pousse la coca, d’autres groupes rebelles ou narco-trafiquants se renforcent.

 

Source : AFP

 

 

La justice internationale douche les espoirs boliviens de retrouver un accès à la mer

Le Chili est sorti vainqueur lundi devant la Cour internationale de justice (CIJ) d’un âpre conflit frontalier vieux de plus d’un siècle avec la Bolivie, qui cherche désespérément … Lire la suite

L’essentiel depuis jeudi, jusqu’au 1er octobre à 14h

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Au Yémen, le désespoir des médecins face aux enfants affamés

La peau sur les os, un petit garçon allongé sur un lit d’hôpital au Yémen est trop fatigué ou a trop faim pour pleurer. Impuissants, des médecins assurent qu’ils ne peuvent rien faire pour l’aider.

 

Les Nations unies ont récemment affirmé que les agences d’aide humanitaire étaient en train de “perdre le combat contre la famine” dans ce pays le plus pauvre du Golfe, ravagé par la guerre.

Dans un récent rapport, Save the Children a mis en garde contre “une famine d’ampleur sans précédent” au Yémen qui connaît la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU.

 

L’ONG a estimé qu’un million d’enfants supplémentaires risquaient de souffrir de la famine dans ce pays, portant à 5,2 millions le nombre total d’enfants menacés par la famine.

Selon l’ONU, 3,5 millions de personnes pourraient s’ajouter aux 8 millions d’habitants qui souffrent déjà du manque de nourriture.

 

La guerre entre le gouvernement yéménite, épaulé par une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite, et les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, a fait quelque 10.000 morts depuis 2015.

Avec le conflit, la hausse du coût de la vie, … Lire la suite

L’essentiel depuis une semaine, jusqu’au 27/09 à 15h

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

Golan : Israël prêt à rouvrir le point de passage de Kouneïtra

Les autorités israéliennes sont prêtes à rouvrir le point de passage de Kouneïtra vers la partie du plateau du Golan contrôlée par le gouvernement de Damas, maintenant que l’armée syrienne en a chassé les rebelles, a déclaré jeudi le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman.

 

En visite sur place, il a souligné que la réouverture de ce point de passage dépendait désormais du gouvernement syrien.

Israël a conquis lors de la guerre des Six-Jours en 1967 une partie du Golan qu’elle a annexée en 1981.

 

Source : Reuters

 

 

Syrie : les djihadistes vont quitter la zone démilitarisée d’Idlib, dit l’opposition

Les djihadistes vont probablement quitter la zone démilitarisée dont les contours ont été dessinés par la Turquie et la Russie après un accord conclu entre Ankara, disent les groupes rebelles modérés.

 

Quelque trois millions de civils, tous hostiles à Damas, vivent à Idlib, au côté de dizaines de milliers de combattants, djihadistes liés à Al Qaïda ou rebelles plus modérés soutenus par la Turquie.

 

La Russie et la Turquie sont convenues la semaine dernière d’établir à compter … Lire la suite

L’essentiel entre les 18 et 20 septembre à 13h30

 

PROCHE ET MOYEN-ORIENT

En réponse à Israël, le Hezbollah dit avoir des “missiles de haute précision”

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a assuré jeudi que son mouvement, engagé dans le conflit syrien, avait réussi à se doter de “missiles de haute précision”, malgré les tentatives d’Israël de l’en empêcher avec ses frappes en Syrie.

 

Le Hezbollah, ennemi juré de l’Etat hébreu, qu’il a combattu par le passé, soutient militairement le régime syrien de Bachar al-Assad au côté de son parrain iranien. Damas et ses alliés sont régulièrement la cible de raids israéliens.

 

Ces opérations ont notamment pour objectif d’empêcher “le “transfert d’armes sophistiquées” au Hezbollah par l’Iran, de l’aveu même des responsables israéliens.

Selon les militaires israéliens, le Hezbollah disposerait de 100.000 à 120.000 roquettes et missiles de courte portée, et de plusieurs centaines de missiles de longue portée.

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu souligne que son pays est “déterminé à arrêter l’enracinement de l’armée iranienne en Syrie, ainsi que les tentatives par l’Iran” de transférer au Hezbollah des armes destinées à “être utilisées contre Israël”.

 

Source : AFP

 

 

Le Hezbollah affirme qu’il va rester en Syrie “jusqu’à nouvel ordre”Lire la suite

L’essentiel : du 17 au 18 septembre à 15h

 

AFRIQUE

Au Soudan du Sud, les meurtres, actes de torture et violences sexuelles continuent

Devant le Conseil des droits de l’homme à Genève, la Commission des Nations Unies sur les droits de l’homme au Soudan du Sud a dressé lundi un constat accablant des violations qui se poursuivent dans ce pays d’Afrique de l’Est.

 

Au cours d’une récente mission au Soudan du Sud, la Commission a de nouveau entendu des témoignages de meurtres et de violences sexuelles.

Les victimes ont confié leurs craintes d’une profonde insécurité, alors que les détentions arbitraires et la torture commises par la Sécurité nationale ont augmenté dans le pays.

 

Ces violences perpétrées par des forces gouvernementales s’ajoutent à l’insécurité alimentaire qui sévit au Soudan du Sud et dans les camps de réfugiés.

Malgré l’engagement pris publiquement par les autorités de Juba à lutter contre les violences sexuelles, peu de choses ont été faites.

 

Source : ONU

 

Lire aussi :

https://infosplanetaires.com/afrique/soudan-du-sud-nettoyage-ethnique-et-dirigeants-a-la-piscine.html

 

 

Subornation de témoins : la CPI confirme la peine du Congolais Bemba

La Cour pénale internationale (CPI) a confirmé lundi la peine infligée en première instance à l’ex-chef de guerre congolais, Jean-Pierre Bemba, pour subornation de témoins, une … Lire la suite